Le type même de projet qui ne laisse personne indifférent…Une forme d’expression qui rebute, qui séduit, qui fascine ou qui au contraire suscite une répulsion, et ce, depuis les débuts de cet improbable duo à l’orée des années 2000…

OvO, c’est un duo, mixte, avec Bruno Dorella d’un côté, animateur rythmique, et Stefania Pedretti (et son autre projet solo ?ALOS) de l’autre, manipulant les cordes et la voix.

Un projet duo qui a émergé en 2000, et qui n’a eu de cesse de produire, des disques évidemment, seul ou en collaboration avec des artistes de renom (HERMIT, K.K NULL, TREMOR, ROLLERBALL, et des dizaines d’autres), mais aussi des performances live par centaines, foulant les scènes en compagnie de Thurston Moore, LIGHTNING BOLT, WHITE MICE, BASTARD NOISE, THE BODY, et plus encore…Une réputation sans faille de figure de l’underground Noisy et Indus, une discographie pléthorique, et surtout, une aura de mystère qui entoure leur musique, qui est plus que musique finalement. Une quête. De celles qui repoussent les limites et les brouille entre l’électronique et le Rock, entre le Noise et la musique, entre l’abstrait et le concret…

Cette discographie s’était soudainement mise sur pause après le formidable Abisso, proposé en 2013 et publié par le label Supernatural Cat, mais qui aujourd’hui en ce froid mais beau mois de décembre, trouve un nouvel élan grâce à la parution de Creatura, créature qui voit enfin le monde après trois ans de gestation, pour tenter de trouver le fameux équilibre entre expérimentation, musique libre, Metal, Rock, Noise, Indus, électronique et disons-le, un certain sens de la provocation et du libre arbitre.

Je le disais, la musique d’OvO ne laisse personne indifférent. Elle provoque les sens en triturant les sons, mais ne se contente pas de rester collée à des principes établis, qu’elle prend justement un malin plaisir à bousculer pour trouver de nouveaux chemins à explorer.

Si les thèmes d’Abisso trouvent ici un indéniable écho, Bruno et Stefania poussent le concept quelques mètres musicaux plus loin, pour offrir à leur parcours une nouvelle étape patente et déviante… 

Enregistré par Lorenzo Stecconi dans un hangar réservé aux compagnies de théâtre, mixé par Giulio Favero, Creatura s’est basé sur un tapis de rythmiques électroniques en boucle tricoté par Bruno, qui a patiemment assemblé les loops et beats, sur lesquels Stefania a pu s’exprimer avec sa guitare et sa basse, confrontant ainsi de plein fouet – et comme d’habitude -  le monde du Rock et de l’électronique, sans pour autant ressembler à ce qui s’est fait précédemment. Car depuis dix-sept ans maintenant, l’approche du duo Italien est unique et inimitable, et Creatura ne fait qu’entériner cet état de fait. On retrouve cette fois-ci sur l’album des sons enregistrés par Stefania lors d’une tournée au Vietnam, mais aussi des partenariats avec des musiciens comme Stefano Ghittoni (DINING ROOMS), Riccardo Gamondi (UOCHI TOKI) ou encore Garaliya (MORKOBOT), venus saupoudrer leur grain de sel sur le grain de folie ambiant. Ambient, c’est le mot, si le Dark Indus pointe souvent le bout de ses ténèbres, la musique d’OvO garde cette emprunte dansante digne de la scène EBM des nineties, et parvient à séduire tout en restant animal et terriblement froid à la fois.

La structure même de l’album, très intelligemment agencé de morceaux courts et d’interventions plus développées intrigue et provoque, tout autant que sa juxtaposition de sons durs et de parties rythmiques plus souples. La voix de Stefania, traitée et très robotique met l’emphase sur le « décomfort » sans pour autant rester allusive ou décorative, et s’intégrant parfaitement aux déroulés synthétiques de Bruno qui eux aussi, sont savamment ajoutés les uns aux autres pour former de véritables odes au bruit industriel mécanique.

Mais là est la méthode d’usage usitée par le duo depuis presque vingt ans, et Creatura ne déroge aucunement à cette règle.

On sent les influences de quelques combos, dont GODFLESH évidemment, pour cette fausse rigidité finalement très groovy, mais aussi la rugosité de FRONTLINE, et même quelques allusions aux vieux SWANS, à la déconstruction de PSYCHIC TV, voire au nihilisme expressionniste des THROBBING GRISTLE dans les instants les plus déconstruits et faussement libres…

Beaucoup de noirceur, mais aussi des rais de lumière aveuglants, et une confrontation entre espaces négatifs (nombreux), et espaces positifs (souvent salvateurs), sans perdre cette oppression et cet étouffement qui transforment des morceaux comme « Freakout » en bande son de l’horreur quotidienne qu’on a de plus en plus de mal à supporter.

En floutant les limites entre Rock et musique électronique, Creatura s’inscrit parfaitement dans la démarche logique d’OvO depuis Assassine, et surtout depuis Miastenia, et se pose en suite tout à fait logique d’Abisso, tout en y apportant de nouveaux éléments.

Si les stridences parsemées peuvent évoquer le spectre palpable d’un Alec Empire, si quelques constructions suggèrent un parallèle avec des groupes comme KHANATE, l’identité du duo s’affirme comme toujours, et même si quelques critiques ont cru voir en OvO une forme d’impasse de ressenti basée sur une utilisation systématique de sons glacés et d’exercices rythmiques un peu stériles, j’y ai vu moi-même une forme d’absolu, comme une anti-musicalité répétitive dont justement émergerait une indéniable forme d’humanisme sous-jacent.

Il est évident que de longs segments comme « Matriarcale », assez linéaire dans des prises de positions rythmiques et ses incarnations vocales cauchemardesques, ou « Buco Bianco », qui suit peu ou prou le même schéma en restant bloqué sur un beat rigide et hypnotique, salement lardé de fréquences graves et d’arrangements spectraux, pourront irriter et emmener à tort sur le chemin du dédain.

Il est sur aussi que la fausse conclusion en pied de nez « March of The Freaks » et son shunt violent et inopiné frustrera les plus exigeants, mais dans la forme et le fond, Creatura est cohérent, et fait vraiment avancer les théories de ce duo qui sait parfaitement où il va, et pourquoi.

La violence sourde atteint même une sorte d’apogée sur des lacérations bruitistes comme le morceau éponyme, véritable délire nocturne peuplé de samples monstrueux et de symphonies de l’étrange, trouvant un écho positif et encore plus dantesque sur « Freakout », et finalement, Creatura est bien une bête étrange, immonde pour certains, née de l’union entre les couches électroniques sombres de Bruno et l’expressionisme cru de Stefania, couple Frankenstein par excellence, qui brasse des décennies d’influence Indus, Darkwave, Metal froid et EBM torturé…

Une suite qui offre des perspectives, certes assez peu joyeuses sur un plan harmonique, mais délicieuses sur le terrain de l’expérimentation sonore.       

 Des abysses a surgi cette créature pluriforme. Mais oserez-vous la regarder dans les yeux pour y voir votre propre reflet ?


Titres de l'album:

  1. Satanam
  2. Eternal Freak
  3. Creatura
  4. Matriarcale
  5. Zombie Stomp
  6. Buco Nero
  7. Buco Bianco
  8. Immondo
  9. Freakout
  10. Bell's Hell's
  11. March Of The Freaks

Site officiel


par mortne2001 le 26/12/2016 à 14:56
75 %    500

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)