Je ne me souviens plus vraiment de ce que j’ai ressenti la première fois que j’ai écouté du Death Metal. A condition déjà de me rappeler de ce que j’ai appelé Death Metal pour la première fois…Les magazines utilisaient ce terme aux alentours de 83/84 pour décrire les groupes faisant plus de raffut que METALLICA, les fans pour pointer du doigt HELLHAMMER, POSSESSED et même BATHORY pour certains, et les spécialistes l’ont employé à dessein lors de la parution du séminal Scream Bloody Gore de qui vous savez, à cause de, et parce que. Alors, en choisissant ce point d’ancrage, je me souviens avoir pensé que ça n’allait pas plus vite que du Thrash classique, mais que la voix était admirablement dégueulasse, que les paroles étaient obsédées par un Gore de pacotille, et que les riffs sentaient quand même bon le linceul moisi oublié sur du marbre. Et puis le temps a passé, les modes aussi, les groupes du cru ont accéléré la cadence, densifié la technique, adopté les batteries triggées, les productions se sont étoffées, et le genre à acquis ses lettres de noblesse. Mais la sensation éprouvée à la première écoute des subtiles et douces mélodies de Left Hand Path, In Battle There Is No Law ou Severed Survival est profondément resté ancrée en moi, et j’aime que ce frisson parcoure encore mon épine dorsale de temps à autres, lorsqu’un groupe parvient à renouer avec les racines, ce que la vague old-school de ces dernières années s’évertue à faire avec plus ou moins de talent et de bonheur. Certes, sa schlingue souvent la simple resucée, on a l’impression d’avoir entendu ça cent fois, mais un petit coup de pied dans l’estomac et une méchante remontée gastrique n’ont jamais fait de mal à personne. Et à ce petit jeu de déglutition et de reniflage de cadavre putréfié oublié dans un marais, les australiens de HORRISONOUS sont plutôt bons, eux qui justement nous ont proposé en janvier dernier leur premier longue-durée.  

Formé à Sydney à la fin de l’année 2015, ce quintet d’horribles plaisantins (Yonn - chant, Stuart & Dan - guitares, Bianca - basse et Aled - batterie) n’a pas attendu bien longtemps pour exposer ses vues morbides en format EP, et c’est dès 2016 que The Plague Doctors a servi de présentation officielle à l’underground. Il aura fallu un peu plus de temps à ces malades pour élaborer un plan plus échafaudé, et A Culinary Cacophony d’avancer ses arguments mortifères avec une belle confiance, et un sadisme de circonstance. Abritant en son sein d’ex ou actuels membres de formations aussi optimistes et harmonieuses que TEMPLE NIGHTSIDE, BACKYARD MORTUARY, THE SLOW DEATH, ILLIMITABLE DOLOR, et PESTILENTIAL SHADOWS, HORRISONOUS est l’archétype du groupe qui regrette que le passé en soit, et qui s’obstine à perpétrer un esprit nostalgique, en payant son tribut aux anciennes grandes légendes. Les leurs sont assez classiques, et leurs références assumées, et c’est avec sincérité que les australiens affichent une admiration sans bornes pour CARCASS, BOLT THROWER, AUTOPSY, DEATH, CELTIC FROST, DISMEMBER et ASPHYX, sans la moindre gêne, qui serait immédiatement réconfortée par un ton sombre, une prose glauque, et des aspirations néfastes. Profitant d’une production un peu déficiente, tuant la basse dans son œuf de graves pour privilégier des guitares rigides, sous-mixant le chant pour le rendre encore plus menaçant, ce premier LP est d’une haute teneur en oppression, et maintient le cap tout du long, sans chercher la moindre variation. C’est donc aux die-hard qu’il s’adresse en premier lieu, ces maniaques d’un son sorti d’une crypte recouverte de lambeaux de chairs séchés, qui ne supportent leur Death que d’outre-tombe, avec des écoulements verdâtres à la Fulci s’échappant des orbites vides comme la nuit.

Epais, viscéral, dégoutant, ce Metal de la mort est conséquent, et volontairement fixé sur un tempo médium, pour prendre le temps de plaquer des accords funèbres qui se rapprochent souvent d’un Doom pas encore funéraire, mais largement assez plombé pour nous entraîner dans les abysses de la solitude. On retrouve donc des éléments épars, cette façon très anglaise de faire sonner des riffs primaires, cette approche scandinave de la rigor mortis globale, mais aussi cette précision chirurgicale dans les breaks pas forcément téléphonés totalement américaine. Melting-pot donc que ces huit morceaux qui de leurs titres ne font pas grand cas de fixations sur les thèmes les plus immondes, et ligne conductrice cohérente pour une lente et longue marche vers une dernière demeure qu’on ne quittera jamais. On savait l’école australienne assez affranchie, mais on la découvre encore plus excentrée dans son désir de synthétiser, et malgré les inévitables redites et autres idées pas toujours pertinentes, cette première réalisation tient admirablement bien sa procession, et nous permet de ressentir à nouveau cette fameuse « première vibration » qui nous a fait adhérer à des théories il y a de nombreuses années. Si les noms moins connus de GRAVE MIASMA ou INNSMOUTH pourraient aussi être employés à dessein, le talent des australiens leur permet de se faire remarquer par eux-mêmes, et l’introductif « Kuru Worship » de situer le contexte sans ambages, se rapprochant d’un mélange étrange et hypnotique entre l’AUTOPSY le plus ignoble et l’ENCOFFINATION le plus solennel. Un Death très noir donc, et surtout, lent, mais qui ne se contente pas d’accommoder des restes froids depuis longtemps, et qui place sur le parcours quelques embûches gustatives savoureuses. Ainsi, ces petites coupures de rythme, ces riffs ombrageux qui jouent avec les nerfs, et ce chant qui s’épanouit dans les enfers d’un écho distant nous accrochent et écorchent les oreilles avec pertinence. On pense aussi à une mouture plus exotique du CATHEDRAL des débuts, qui accepterait des concessions perpétuelles offertes par les BOLT THROWER, alors qu’un chapitre plus enlevé comme « A Tale of Matriphagy » ose quelques fantaisies du cru parfaitement délicieuses et mélodiques.

Certes, pas grand-chose qui donne envie à un mort-vivant de sortir de son trou la nuit, mais largement de quoi lui procurer sa dose de cauchemars. « Perpetual Mincing » continue d’ailleurs le travail de sape de lenteur entrepris en caressant le spectre du slow-motion de très près, alors que le mid martelé par le notable « Flesh Presented for Orgasmic Torment » accoste près de la Suède tout en louchant vers les Etats-Unis de DEICIDE. L’humour n’est pas totalement absent, ce que démontre le tongue in cheek « The Number of the Feast », plus UNLEASHED/ASPHYX que MAIDEN, mais conclusion épique parfaite pour un pamphlet qui connaît ses épitres, et qui récite les ten commandments par cœur sans avoir besoin d’antisèche. HORRISONOUS, ou l’entrée d’un nouveau poulain de choix dans l’écurie des espagnols de Memento Mori, défenseurs de la cause, certainement très satisfaits de ce partenariat.    

 

Titres de l’album :

                       1.Kuru Worship

                       2.The Gavage

                       3.Perpetual Mincing

                       4.A Tale of Matriphagy

                       5.Flesh Presented for Orgasmic Torment

                       6.Crispy Chunks of the Obese

                       7.Nourishment Through Excrement

                       8.The Number of the Feast

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/03/2019 à 17:38
78 %    161

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes