Je ne me souviens plus vraiment de ce que j’ai ressenti la première fois que j’ai écouté du Death Metal. A condition déjà de me rappeler de ce que j’ai appelé Death Metal pour la première fois…Les magazines utilisaient ce terme aux alentours de 83/84 pour décrire les groupes faisant plus de raffut que METALLICA, les fans pour pointer du doigt HELLHAMMER, POSSESSED et même BATHORY pour certains, et les spécialistes l’ont employé à dessein lors de la parution du séminal Scream Bloody Gore de qui vous savez, à cause de, et parce que. Alors, en choisissant ce point d’ancrage, je me souviens avoir pensé que ça n’allait pas plus vite que du Thrash classique, mais que la voix était admirablement dégueulasse, que les paroles étaient obsédées par un Gore de pacotille, et que les riffs sentaient quand même bon le linceul moisi oublié sur du marbre. Et puis le temps a passé, les modes aussi, les groupes du cru ont accéléré la cadence, densifié la technique, adopté les batteries triggées, les productions se sont étoffées, et le genre à acquis ses lettres de noblesse. Mais la sensation éprouvée à la première écoute des subtiles et douces mélodies de Left Hand Path, In Battle There Is No Law ou Severed Survival est profondément resté ancrée en moi, et j’aime que ce frisson parcoure encore mon épine dorsale de temps à autres, lorsqu’un groupe parvient à renouer avec les racines, ce que la vague old-school de ces dernières années s’évertue à faire avec plus ou moins de talent et de bonheur. Certes, sa schlingue souvent la simple resucée, on a l’impression d’avoir entendu ça cent fois, mais un petit coup de pied dans l’estomac et une méchante remontée gastrique n’ont jamais fait de mal à personne. Et à ce petit jeu de déglutition et de reniflage de cadavre putréfié oublié dans un marais, les australiens de HORRISONOUS sont plutôt bons, eux qui justement nous ont proposé en janvier dernier leur premier longue-durée.  

Formé à Sydney à la fin de l’année 2015, ce quintet d’horribles plaisantins (Yonn - chant, Stuart & Dan - guitares, Bianca - basse et Aled - batterie) n’a pas attendu bien longtemps pour exposer ses vues morbides en format EP, et c’est dès 2016 que The Plague Doctors a servi de présentation officielle à l’underground. Il aura fallu un peu plus de temps à ces malades pour élaborer un plan plus échafaudé, et A Culinary Cacophony d’avancer ses arguments mortifères avec une belle confiance, et un sadisme de circonstance. Abritant en son sein d’ex ou actuels membres de formations aussi optimistes et harmonieuses que TEMPLE NIGHTSIDE, BACKYARD MORTUARY, THE SLOW DEATH, ILLIMITABLE DOLOR, et PESTILENTIAL SHADOWS, HORRISONOUS est l’archétype du groupe qui regrette que le passé en soit, et qui s’obstine à perpétrer un esprit nostalgique, en payant son tribut aux anciennes grandes légendes. Les leurs sont assez classiques, et leurs références assumées, et c’est avec sincérité que les australiens affichent une admiration sans bornes pour CARCASS, BOLT THROWER, AUTOPSY, DEATH, CELTIC FROST, DISMEMBER et ASPHYX, sans la moindre gêne, qui serait immédiatement réconfortée par un ton sombre, une prose glauque, et des aspirations néfastes. Profitant d’une production un peu déficiente, tuant la basse dans son œuf de graves pour privilégier des guitares rigides, sous-mixant le chant pour le rendre encore plus menaçant, ce premier LP est d’une haute teneur en oppression, et maintient le cap tout du long, sans chercher la moindre variation. C’est donc aux die-hard qu’il s’adresse en premier lieu, ces maniaques d’un son sorti d’une crypte recouverte de lambeaux de chairs séchés, qui ne supportent leur Death que d’outre-tombe, avec des écoulements verdâtres à la Fulci s’échappant des orbites vides comme la nuit.

Epais, viscéral, dégoutant, ce Metal de la mort est conséquent, et volontairement fixé sur un tempo médium, pour prendre le temps de plaquer des accords funèbres qui se rapprochent souvent d’un Doom pas encore funéraire, mais largement assez plombé pour nous entraîner dans les abysses de la solitude. On retrouve donc des éléments épars, cette façon très anglaise de faire sonner des riffs primaires, cette approche scandinave de la rigor mortis globale, mais aussi cette précision chirurgicale dans les breaks pas forcément téléphonés totalement américaine. Melting-pot donc que ces huit morceaux qui de leurs titres ne font pas grand cas de fixations sur les thèmes les plus immondes, et ligne conductrice cohérente pour une lente et longue marche vers une dernière demeure qu’on ne quittera jamais. On savait l’école australienne assez affranchie, mais on la découvre encore plus excentrée dans son désir de synthétiser, et malgré les inévitables redites et autres idées pas toujours pertinentes, cette première réalisation tient admirablement bien sa procession, et nous permet de ressentir à nouveau cette fameuse « première vibration » qui nous a fait adhérer à des théories il y a de nombreuses années. Si les noms moins connus de GRAVE MIASMA ou INNSMOUTH pourraient aussi être employés à dessein, le talent des australiens leur permet de se faire remarquer par eux-mêmes, et l’introductif « Kuru Worship » de situer le contexte sans ambages, se rapprochant d’un mélange étrange et hypnotique entre l’AUTOPSY le plus ignoble et l’ENCOFFINATION le plus solennel. Un Death très noir donc, et surtout, lent, mais qui ne se contente pas d’accommoder des restes froids depuis longtemps, et qui place sur le parcours quelques embûches gustatives savoureuses. Ainsi, ces petites coupures de rythme, ces riffs ombrageux qui jouent avec les nerfs, et ce chant qui s’épanouit dans les enfers d’un écho distant nous accrochent et écorchent les oreilles avec pertinence. On pense aussi à une mouture plus exotique du CATHEDRAL des débuts, qui accepterait des concessions perpétuelles offertes par les BOLT THROWER, alors qu’un chapitre plus enlevé comme « A Tale of Matriphagy » ose quelques fantaisies du cru parfaitement délicieuses et mélodiques.

Certes, pas grand-chose qui donne envie à un mort-vivant de sortir de son trou la nuit, mais largement de quoi lui procurer sa dose de cauchemars. « Perpetual Mincing » continue d’ailleurs le travail de sape de lenteur entrepris en caressant le spectre du slow-motion de très près, alors que le mid martelé par le notable « Flesh Presented for Orgasmic Torment » accoste près de la Suède tout en louchant vers les Etats-Unis de DEICIDE. L’humour n’est pas totalement absent, ce que démontre le tongue in cheek « The Number of the Feast », plus UNLEASHED/ASPHYX que MAIDEN, mais conclusion épique parfaite pour un pamphlet qui connaît ses épitres, et qui récite les ten commandments par cœur sans avoir besoin d’antisèche. HORRISONOUS, ou l’entrée d’un nouveau poulain de choix dans l’écurie des espagnols de Memento Mori, défenseurs de la cause, certainement très satisfaits de ce partenariat.    

 

Titres de l’album :

                       1.Kuru Worship

                       2.The Gavage

                       3.Perpetual Mincing

                       4.A Tale of Matriphagy

                       5.Flesh Presented for Orgasmic Torment

                       6.Crispy Chunks of the Obese

                       7.Nourishment Through Excrement

                       8.The Number of the Feast

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/03/2019 à 17:38
78 %    105

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)