Les experts se perdaient en conjectures, et vous savez à quel point ces gars-là sont prompts à se mélanger les pinceaux…

Mais ils avaient beau tourner le problème dans tous les sens comme un rubik’s cube, les facettes semblaient se mélanger sans vouloir reprendre leur ordre initial et former un tout cohérent et logique. Alors, les esprits s’échauffaient, les idées fusaient, mais aucune idée créative ne prenait le pas sur les suppositions et autres extrapolations.

Et en plus, l’énigme semblait les toiser de son arrogance, en affirmant que finalement, tout ça était de leur faute. Ironique n’est-ce pas ? Mais la logique se brouillait, les analyses aussi poussées soient-elles menaient à des impasses, et pourtant, les propositions s’accumulaient pour tenter de percer les mystères d’un second album qui avait clairement décidé de ne ressembler à aucun autre.

Mais après tout, qui prend du plaisir à résoudre une équation simple, à une seule inconnue ? Personne, et surtout pas eux, alors ils reprenaient le problème à bras le corps, et tentaient de remettre les choses dans le bon ordre.

Ce qui était bien sûr peine perdue dès le départ.

Alors des faits. Un second album donc, Your Fault, un groupe GRAVEHUFFER, un label, Reality Impaired Records, mais une somme de données impressionnante pour une œuvre atteignant à peine la demi-heure de musique. Mais là était justement le nœud de ce problème. La musique.

Laquelle ? Telle était la question à laquelle ces dits spécialistes devaient répondre, et ils s’en trouvaient fort marris. Car ils étaient bien incapables de raisonner objectivement et d’émettre un avis tranché.

Le premier album Blasphemusic, ne leur était d’aucun secours, puisque réfutant tout autant les théories les plus stables d’intégration et d’évolution. On y décelait déjà cet ADN unique, résultant d’une mutation globale du spectre auditif, et finalement, les scientifiques s’en remirent à leur ressenti pour juger de cette progression si anormale qui semblait faire grossir un tout pour le rendre plus énorme que la somme de ses parties.

Ses parties ? Des musiciens, quatre (James Hiser – chant, Mike Jilge – basse, Ritchie Randall – guitare et Larry Deardorff – batterie), des références, multiples (SLAYER, NAPALM DEATH, BRUTAL TRUTH, VOIVOD, MORBID ANGEL, JUDAS PRIEST, MERCYFUL FATE, MASTODON, BLACK SABBATH, CELTIC FROST, VENOM, BLACK FLAG, MOB 47, AUSROTTEN, RUDIMENTARY PENI, NAUSEA), une ancienne dénomination sous l’appellation KROM, une date de naissance, 2008, et une sorte d’accroche promo digne d’un leitmotiv absurde, « the New Wave Of British Heavy Metal meets early Earache Records Sound ». Et pourtant, ces intellectuels en blouse blanche devaient bien se résoudre à accepter ça comme seul matériau exploitable, en reconnaissant que finalement, tout ça leur offrait quelques pistes assez viables. Alors, j’ai rejoint leur équipe, pour essayer d’en savoir plus, et j’ai rapidement compris leur désarroi interne. Car les GRAVEHUFFER n’étaient finalement que ce qu’ils décrivaient avec une certaine forme de panache en second degré.

Des olibrius obsédés par l’extrême, mais aussi par les fondements de la musique Metal, au point de se baser sur ses dogmes pour établir un nouvel ordre de l’extrême contemporain. Alors, les influences nommées mettaient sur une voie, mais une oreille attentive mettait sur une autre. Et au moment de conclure sur un style bien précis, la question devenait de plus en plus épineuse. Stoner Sludge progressif ? Hardcore Heavy à tendance Hard Rock précis ?

Fouillis-Core ?

Parce qu’au bout du compte, on trouvait dans les morceaux de ce Your Fault, un peu de tout. Du Sludge, du Crust, du Grind, du Hardcore, du Stoner même parfois, pas mal de Heavy un peu brouillon, des mélodies pas forcément dans le bon ton, et le tout agencé librement, sans entraves, dans une logique de construction sans garde-fou.

Alors, les morceaux eux-mêmes semblaient esclaves de cette inspiration minute ou de saison, oscillaient entre la poignée de dizaines de secondes et les quelques minutes bien tassées, et se ressemblaient tout en étant complètement différents.

Leur point commun ?

De l’agressivité, de la brutalité, de la gravité, et aussi pas mal de nonchalance à l’égard d’une évolution flagrante que les musiciens semblaient réfuter.

Nous étions toutefois tous tombé d’accord autour d’un consensus de pensée. Aucun groupe jusqu’à lors n’était capable de nous faire penser à la fois à BOTCH, à THIN LIZZY, à PRIMITIVE MAN, aux MELVINS, à SLUDGEHAMMER, UNSANE, sans pour autant ressembler à n’importe lequel d’entre eux.

Alors, nous reprenions les choses depuis le début, en se demandant même si le spectre de MASTODON ne planait pas au-dessus de nos têtes avec un rictus à la CONVERGE satisfait sur le visage.

Et pourtant, d’autres images sonores nous traversaient l’esprit, celle d’un DISCHARGE abrasif et peu complaisant (« Prince With A Thousand Enemies » au riff central à rendre malade Anselmo lui-même, et à la basse encore plus glauque que celle de Paul Raven), celle d’un EYEHATEGOD entouré des potes de COC (« Kill For Sport »), ou encore, une impression fugace de NAPALM DEATH déchargé de ses responsabilités par un CARCASS très joueur (« Of Fish And Men »).

Quelques allusions Hardcore plus loin (« Dead Peace » presque lumineux dans son manque d’empathie mélodique), un pastiche de Skate-Punk plus D-beat que nature (« Shut Up and Skate », genre SUICIDAL des débuts de Venice dopé à l’énergie d’un URSUT pas encore né), des saignées de violence pourtant cautérisées d’une brulure Fun Punk soudaine (« Death Caprice »), et de sévères allusions directes au NYHC des 90’s, maladif comme il faut et nihiliste mais pas trop (« Worms Of God », et ses chœurs plus Sludge qu’un accord de trois minutes de MASTODON).

Alors, comment défaire le nœud solidement noué dès le départ par un « Gravehuffer », aussi catchy que Doom cauchemardesque et Grind ? Et encore plus resserré par le final « Chains Around You » et ses harmonies d’intro trompeuses, dérivant vers un Crust épidermique/Sludge pachydermique?

Nous n’avons pas défait le nœud, et l’avons laissé en l’état puisque telle était la volonté des GRAVEHUFFER. Et finalement, nous nous sommes rendus à l’évidence. Ces mecs-là échappaient à toute rationalisation, prenaient un malin plaisir à être bons dans tous les domaines, et ne se refermaient aucune porte au visage.

Pluralité, pluralité, ouverture, et encore plus de possibilités. Et l’équation se vit résoudre d’elle-même. Elle n’avait pas de solution.

Your Fault n’était pas la nôtre, mais pas la leur non plus. Puisque toutes les boites de Pandore s’ouvrent sur un écoulement de fléaux, mais apportent aussi la richesse la plus essentielle.

Celle de la surprise et de la découverte, qui pourtant, sont des denrées rares de nos jours.


Titres de l'album:

  1. Gravehuffer
  2. Of Fish and Men
  3. Kill for Sport
  4. Dead Peace
  5. Shut up and Skate
  6. Powers That Be
  7. Destroyer of Worlds
  8. Death Caprice
  9. Worms of God
  10. Prince with a Thousand Enemies
  11. Chains Around You

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/03/2017 à 17:21
85 %    494

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Gravehuffer
@204.185.18.42
14/03/2017 à 18:29:46
Thank you for reviewing our new album! We appreciate the feedback! Cheers!

mortne2001
membre enregistré
15/03/2017 à 12:39:37
You're welcome guys :)

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?