Releasing The Mighty Conjure

Conjure

27/09/2018

Hell Production

Je continue mon tour du monde, le sac US sur le dos, pour dénicher dans l’underground de quoi alimenter ces colonnes, et aujourd’hui, mon périple m’entraîne du côté de l’Equateur, à Quito, pour y rencontrer une bande de brutes épaisses donnant dans la nostalgie bestiale. CONJURE est donc un quintet aux pseudos fleuris (Otreum - guitare/choeurs, Insane Blast Beat - batterie, The Phantom - guitares, Hellion Drunken - chant, Death Fingers - basse) fondé en 2013 et très actif sur la scène d’Amérique du Sud, agitant la côte ouest de ses exactions diaboliques en concert ou en studio. Après deux démos initiales (Iniciacion en 2013 et The Riffer en 2015), un premier EP (Feeling The Power, 2016) aussitôt suivi d’un LP (Condénate al Cuero y Metal la même année), puis d’un live (Speed in Hell, toujours en 2016), et d’un second EP (Speed Metal Bestial, 2018), les équatoriens nous sont donc revenus en 2018 en version longue-durée pour un second chapitre ne niant en rien leurs convictions profondes. Mais à la lecture des intitulés, vous aurez immédiatement compris à qui vous avez affaire, et il n’est en effet pas très compliqué de piger que ces brutes-là officient dans un créneau de nostalgie, celle d’un Speed sud-américain assez diffus et brutal, tirant son essence des premières exactions des combos brésiliens et allemands. Rien de bien neuf sous le soleil brulant de Quito, mais plutôt un passage en revue des possibilités Power, Speed & Thrash, le tout emballé dans un packaging assez classique lui aussi, à base de graphismes morbides et grandiloquents, de textes gentiment blasphématoires, et d’une attitude frondeuse leur permettant tous les excès sans paraitre chargé. Après une écoute rapide du passé du quintette, il s’avère que ce second effort se place dans une lignée logique directe, le genre n’admettant que peu d’écarts, continuant d’explorer un passé non révolu, à base de riffs simples mais mémorisables, de rythmiques puissantes et de breaks légèrement téléphonés. Nous nageons donc en pleine résurgence d’un genre qui avait pratiquement tout dit lors de ses premières années, bien que l’opération séduction fonctionne, grâce à une créativité dans le classicisme assez notable.

Unissant dans un même élan les mélodies inhérentes à la vague Power des années 84/85 et la férocité du Speed/Thrash des années suivantes, les CONJURE nous offrent donc un album qui n’est pas sans ambitions, ce que la longueur des morceaux tend à prouver. Il est assez rare pour les groupes du cru de proposer de longues suites de plus de huit minutes, et un morceau comme « Beyond », à la lisière d’un Heavy épique témoigne des capacités d’un groupe un peu plus fin qu’il n’y parait. Et même si le dit morceau recycle pas mal de plans déjà utilisés par les grands maîtres, on y sent en filigrane une capacité de s’extirper de sa condition de simple copie pour tenter d’élaborer un répertoire plus personnel, même si la passion qui anime le quintet fait plaisir à entendre et lui permet de se démarquer de l’écurie des labels spécialisés dans le rétro nitro. Outre des riffs qui tranchent dans le lard mais qui n’hésite pas à abuser des harmonies, c’est bien sûr le chant infernal d’Hellion Drunken qui marque les esprits de son timbre rauque et râpeux, évoquant les premières heures du Thrash Black paillard, et la juxtaposition des deux optiques permet au groupe de créer un décalage intéressant entre mélodies et énergie brute, ce qui tendrait à classer les CONJURE dans la catégorie multiple du Speed/Thrash légèrement Heavy sur les bords, à l’instar de leurs modèles de DESTRUCTION, LIVING DEATH et toute autre entité ayant posé les bases d’une agression modulée. Cette dualité représente donc le point de focalisation le plus évident de toute cette affaire, qui sous des atours formels dégage donc un parfum très personnel, laissant même une basse gironde s’exprimer en toute liberté.

Professionnel, construit, intelligent mais viscéral, Releasing The Mighty Conjure est donc un peu plus qu’un simple décalque d’œuvres déjà existantes, et surtout, une envie de prendre ses distances avec la vague old-school sud-américaine. Car même si le propos est évidemment passéiste, il est traité avec un flair indéniable, et surtout, animé d’une envie un peu plus sincère que la moyenne. On le sent dans le traitement des intros, et notamment la principale, « The Majesty Of Power », qui de ses claviers dramatiques et occultes tisse une toile onirique fascinante, permettant à « Devilish Beast » de frapper encore plus fort. Et après une minute de mise en situation, posant les jalons d’une théorie en dualité, c’est le Speed sauvage qui se met à cavaler, sans tomber dans les travers Blackened d’une génération qui préfère la facilité d’une sauvagerie brouillonne à la difficulté d’une puissance qui détonne. Les références à la première vague brutale des années 80 est frappante, mais le respect de la NWOBHM l’est tout autant, sans que le groupe n’accepte le moindre compromis, préférant mettre les croix renversées sur les autels et s’adonner aux joies d’un Speed/Thrash vraiment véloce et féroce (« Brigadas De La Muerte », double grosse caisse à la Phil Taylor pour un chant ibère assez dément et dégoulinant). Si les titres de leurs morceaux ne laissent planer aucun doute sur leur foi, ils sont parfois trompeurs, à l’image de ce très ironique « Speed Metal Legacy », aussi Heavy qu’un ad-lib de RUNNING WILD et aussi plombé qu’un rappel de GRAVE DIGGER ou ACCEPT. Les équatoriens savent donc ralentir la cadence pour ne pas passer pour de gros bourrins indisciplinés, et même ces cassures plus lourdes n’en sont pas dénuées d’intérêt, puisque traitées de la même façon que les arguments les plus béton.

Mais comme ils ne sont pas là non plus pour bricoler ou rigoler, les CONJURE continuent de speeder, en gardant l’aiguille du compteur hors de la zone de surchauffe, pour rester alertes et efficaces sans se crasher. « Abduction » est rapide, certes, mais surtout mélodique, un peu comme si les brésiliens des nineties croisaient le fer avec leurs aînés de la décennie Thrash précédente, et VIPER de percuter de plein fouet les OVERDOSE pour un choc frontal exposant les harmonies sur la vilénie. Bien sûr, loin de dresser une hagiographie que le quintet ne mérite pas encore, je n’occulte pas les quelques points faibles qui parsèment cette réalisation, et notamment une tendance à parfois privilégier des mélodies un peu faciles et à répéter des plans réchauffés, spécialement sur « Metal Impaler » qui n’est pas spécialement ce qu’ils proposent de plus frais. Mais si globalement, les cinq musiciens tirent admirablement bien leur épingle du jeu, ils abusent parfois d’une linéarité que seules des intros futées viennent sauver (« Witches Dance », qui répète son bréviaire VENOM pour l’insérer dans un dictionnaire SCANNER). Mais pas d’inquiétude à avoir, puisque ce deuxième album reste quand même d’un niveau assez élevé, et pas seulement au regard de critères de jugement dévalués par les années. Il conviendra à l’avenir d’aérer l’inspiration de quelques éléments moins triviaux, et de travailler cette dualité mélodie/puissance crue pour vraiment s’affirmer, et surtout, de continuer à proposer des inserts et des outro de la trempe de « Embrace Of Death », qui clôt l’album sur une note un peu douce/amère.              

                      

Titres de l'album :

                        1. The Majesty Of Power

                        2. Devilish Beast

                        3. Brigadas De La Muerte

                        4. Speed Metal Legacy

                        5. Abduction

                        6. Metal Impaler

                        7. Beyond (The Gates Ov Hell)

                        8. Placer Y Velocidad

                        9. Witches Dance

                        10. Embrace Of Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 15/02/2019 à 17:27
78 %    828

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17