Je continue mon tour du monde, le sac US sur le dos, pour dénicher dans l’underground de quoi alimenter ces colonnes, et aujourd’hui, mon périple m’entraîne du côté de l’Equateur, à Quito, pour y rencontrer une bande de brutes épaisses donnant dans la nostalgie bestiale. CONJURE est donc un quintet aux pseudos fleuris (Otreum - guitare/choeurs, Insane Blast Beat - batterie, The Phantom - guitares, Hellion Drunken - chant, Death Fingers - basse) fondé en 2013 et très actif sur la scène d’Amérique du Sud, agitant la côte ouest de ses exactions diaboliques en concert ou en studio. Après deux démos initiales (Iniciacion en 2013 et The Riffer en 2015), un premier EP (Feeling The Power, 2016) aussitôt suivi d’un LP (Condénate al Cuero y Metal la même année), puis d’un live (Speed in Hell, toujours en 2016), et d’un second EP (Speed Metal Bestial, 2018), les équatoriens nous sont donc revenus en 2018 en version longue-durée pour un second chapitre ne niant en rien leurs convictions profondes. Mais à la lecture des intitulés, vous aurez immédiatement compris à qui vous avez affaire, et il n’est en effet pas très compliqué de piger que ces brutes-là officient dans un créneau de nostalgie, celle d’un Speed sud-américain assez diffus et brutal, tirant son essence des premières exactions des combos brésiliens et allemands. Rien de bien neuf sous le soleil brulant de Quito, mais plutôt un passage en revue des possibilités Power, Speed & Thrash, le tout emballé dans un packaging assez classique lui aussi, à base de graphismes morbides et grandiloquents, de textes gentiment blasphématoires, et d’une attitude frondeuse leur permettant tous les excès sans paraitre chargé. Après une écoute rapide du passé du quintette, il s’avère que ce second effort se place dans une lignée logique directe, le genre n’admettant que peu d’écarts, continuant d’explorer un passé non révolu, à base de riffs simples mais mémorisables, de rythmiques puissantes et de breaks légèrement téléphonés. Nous nageons donc en pleine résurgence d’un genre qui avait pratiquement tout dit lors de ses premières années, bien que l’opération séduction fonctionne, grâce à une créativité dans le classicisme assez notable.

Unissant dans un même élan les mélodies inhérentes à la vague Power des années 84/85 et la férocité du Speed/Thrash des années suivantes, les CONJURE nous offrent donc un album qui n’est pas sans ambitions, ce que la longueur des morceaux tend à prouver. Il est assez rare pour les groupes du cru de proposer de longues suites de plus de huit minutes, et un morceau comme « Beyond », à la lisière d’un Heavy épique témoigne des capacités d’un groupe un peu plus fin qu’il n’y parait. Et même si le dit morceau recycle pas mal de plans déjà utilisés par les grands maîtres, on y sent en filigrane une capacité de s’extirper de sa condition de simple copie pour tenter d’élaborer un répertoire plus personnel, même si la passion qui anime le quintet fait plaisir à entendre et lui permet de se démarquer de l’écurie des labels spécialisés dans le rétro nitro. Outre des riffs qui tranchent dans le lard mais qui n’hésite pas à abuser des harmonies, c’est bien sûr le chant infernal d’Hellion Drunken qui marque les esprits de son timbre rauque et râpeux, évoquant les premières heures du Thrash Black paillard, et la juxtaposition des deux optiques permet au groupe de créer un décalage intéressant entre mélodies et énergie brute, ce qui tendrait à classer les CONJURE dans la catégorie multiple du Speed/Thrash légèrement Heavy sur les bords, à l’instar de leurs modèles de DESTRUCTION, LIVING DEATH et toute autre entité ayant posé les bases d’une agression modulée. Cette dualité représente donc le point de focalisation le plus évident de toute cette affaire, qui sous des atours formels dégage donc un parfum très personnel, laissant même une basse gironde s’exprimer en toute liberté.

Professionnel, construit, intelligent mais viscéral, Releasing The Mighty Conjure est donc un peu plus qu’un simple décalque d’œuvres déjà existantes, et surtout, une envie de prendre ses distances avec la vague old-school sud-américaine. Car même si le propos est évidemment passéiste, il est traité avec un flair indéniable, et surtout, animé d’une envie un peu plus sincère que la moyenne. On le sent dans le traitement des intros, et notamment la principale, « The Majesty Of Power », qui de ses claviers dramatiques et occultes tisse une toile onirique fascinante, permettant à « Devilish Beast » de frapper encore plus fort. Et après une minute de mise en situation, posant les jalons d’une théorie en dualité, c’est le Speed sauvage qui se met à cavaler, sans tomber dans les travers Blackened d’une génération qui préfère la facilité d’une sauvagerie brouillonne à la difficulté d’une puissance qui détonne. Les références à la première vague brutale des années 80 est frappante, mais le respect de la NWOBHM l’est tout autant, sans que le groupe n’accepte le moindre compromis, préférant mettre les croix renversées sur les autels et s’adonner aux joies d’un Speed/Thrash vraiment véloce et féroce (« Brigadas De La Muerte », double grosse caisse à la Phil Taylor pour un chant ibère assez dément et dégoulinant). Si les titres de leurs morceaux ne laissent planer aucun doute sur leur foi, ils sont parfois trompeurs, à l’image de ce très ironique « Speed Metal Legacy », aussi Heavy qu’un ad-lib de RUNNING WILD et aussi plombé qu’un rappel de GRAVE DIGGER ou ACCEPT. Les équatoriens savent donc ralentir la cadence pour ne pas passer pour de gros bourrins indisciplinés, et même ces cassures plus lourdes n’en sont pas dénuées d’intérêt, puisque traitées de la même façon que les arguments les plus béton.

Mais comme ils ne sont pas là non plus pour bricoler ou rigoler, les CONJURE continuent de speeder, en gardant l’aiguille du compteur hors de la zone de surchauffe, pour rester alertes et efficaces sans se crasher. « Abduction » est rapide, certes, mais surtout mélodique, un peu comme si les brésiliens des nineties croisaient le fer avec leurs aînés de la décennie Thrash précédente, et VIPER de percuter de plein fouet les OVERDOSE pour un choc frontal exposant les harmonies sur la vilénie. Bien sûr, loin de dresser une hagiographie que le quintet ne mérite pas encore, je n’occulte pas les quelques points faibles qui parsèment cette réalisation, et notamment une tendance à parfois privilégier des mélodies un peu faciles et à répéter des plans réchauffés, spécialement sur « Metal Impaler » qui n’est pas spécialement ce qu’ils proposent de plus frais. Mais si globalement, les cinq musiciens tirent admirablement bien leur épingle du jeu, ils abusent parfois d’une linéarité que seules des intros futées viennent sauver (« Witches Dance », qui répète son bréviaire VENOM pour l’insérer dans un dictionnaire SCANNER). Mais pas d’inquiétude à avoir, puisque ce deuxième album reste quand même d’un niveau assez élevé, et pas seulement au regard de critères de jugement dévalués par les années. Il conviendra à l’avenir d’aérer l’inspiration de quelques éléments moins triviaux, et de travailler cette dualité mélodie/puissance crue pour vraiment s’affirmer, et surtout, de continuer à proposer des inserts et des outro de la trempe de « Embrace Of Death », qui clôt l’album sur une note un peu douce/amère.              

                      

Titres de l'album :

                        1. The Majesty Of Power

                        2. Devilish Beast

                        3. Brigadas De La Muerte

                        4. Speed Metal Legacy

                        5. Abduction

                        6. Metal Impaler

                        7. Beyond (The Gates Ov Hell)

                        8. Placer Y Velocidad

                        9. Witches Dance

                        10. Embrace Of Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 15/02/2019 à 17:27
78 %    101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)