Lorsqu’on s’enorgueillit sur son dernier album de featurings aussi connotés que ceux de Jürgen "Ventor" Reil (KREATOR) ou Thomas "Angelripper" Such (SODOM), c’est qu’on est conscient et fier de faire partie d’un univers que les enfants du Thrash boom de 1984 revendiquent amoureusement…Et en effet, les DARKNESS n’ont pas à avoir honte de leurs racines, partagées avec les deux références susmentionnées, et remontant peu ou prou aux mêmes années…Fondé en 1984, ce quintette efficace fait donc partie de la même lignée historique à laquelle SODOM, KREATOR, LIVING DEATH et autres DESTRUCTION et TANKARD ont donné ses lettres de noblesse, et c’est avec plaisir que nous les retrouvons en 2018 pour leur cinquième LP, et le second post reformation. Une reformation faisant suite à divers épisodes de retour, entre 2004 et 2012, puis définitivement sous leur patronyme de toujours en 2013, et la pérennisation d’un The Gasoline Solution en 2016 qui avait grandement séduit les masses en manque de reliques d’époque. Car sur la vague des groupes old-school qui n’ont de cesse de piller leurs aînés, surfent quelques gardes-chiourmes dont les DARKNESS font immanquablement partie, et il est toujours rassurant de constater que l’arrière-garde se rend parfois, mais ne meurt jamais, ou l’inverse. C’est donc armés d’une dizaine de nouveaux morceaux que les originaires d’Essen reviennent vers nous, et autant dire qu’ils restent fidèles à une recette éprouvée, qui n’avait pas toujours été prônée, notamment sur l’épisode technique Conclusion & Revival. Mais First Class Violence fait honneur à son nom, et nous offre ce qu’on est toujours en droit d’attendre d’un combo de la trempe de DARKNESS, à savoir un Thrash qui ne cherche pas Mille à quatorze heures, et qui assassine les tympans aussi efficacement qu’un live d’ASSASSIN.

Enregistré au Rambado Recordings studio, masterisé par Dennis Köhne, jouissant d’un splendide artwork traditionnel signé de la main de Timon Kokott, et distribué par les bons soins du docteur Massacre Records, First Class Violence est donc une affaire de famille, dont nous faisons tous partie pour peu qu’on le souhaite. Et comment ne pas avoir envie de s’asseoir à table en compagnie de ces cinq-là (Lacky - batterie, Arnd et Meik - guitares, Dirk - basse et Lee - chant), qui depuis plus de trente ans distillent un Metal non dilué, et toujours aussi intense…On retrouve donc au menu de cette nouvelle galette tous les ingrédients ayant contribué au succès des allemands, en termes génériques, puisque ce cinquième longue-durée est un véritable cas d’école de l’hégémonie de la sidérurgie germaine, alignant les plans héroïques et les attaques soniques, pour nous malmener d’un Thrash de puriste, qui ne crache pas sur quelques mélodies contemporaines pour être à l’aise dans son époque. Dans la plus droite lignée de The Gasoline Solution, First Class Violence est l’archétype d’album que l’on connait déjà par cœur avant de l’avoir écouté, mais qui nous séduit de sa franchise et de son classicisme assumé. S’appuyant sur des recettes éprouvées, le quintette ne cherche pas la petite bête, mais plutôt la grosse qui saura avancer et écraser, pour nous éclater les tympans de rythmiques radicales et de riffs fatals. Et dans le genre, c’est évidemment une réussite, puisque les musiciens connaissent leur métier et le font avec toujours autant de passion. Dès lors, pas étonnant de constater que Ventor et Angelripper sont venus taquiner les studios de leurs potes, puisque l’ombre de leur influence plane assez bas au-dessus de nos amis du jour, qui assument pleinement cette filiation.

Mais modérons quand même le propos, puisque même si les DARKNESS ont toujours été sous tutelle, ils n’ont jamais vraiment été de simples clones de leur famille d’accueil, se montrant toujours plus modérés que les deux bêtes précitées. Leur Thrash, aussi intense soit-il s’est toujours plus rapproché d’une vision décomplexée de LIVING DEATH, ou d’une traduction moins éthylique des TANKARD, se frottant aujourd’hui à une adaptation d’un KREATOR enfin apaisé, sans l’excès de mélodie qui commence à faire vieillir prématurément le père Mille. Et dès « Low Velocity Blood Spatter », on comprend que la donne ne va pas être bousculée, puisque ce premier vrai morceau (après l’intro, assez réussie pour planter le décor) reprend les débats là où Death Squad les avait entamés, l’épaisseur et la maturité en plus, et l’envie toujours aussi présente. Pas de déconvenue à craindre donc d’un disque qui joue la sécurité et la passion, mais plutôt une jolie réussite, profitant d’un son très ample pour étaler ses qualités, rythmiques évidemment, mais aussi créatives. Les allemands n’ont indéniablement pas perdu la main, ne se contentant pas d’étaler sur la table un simple brelan de valets, mais dégainant un carré d’as, remportant la mise d’un Thrash old-school qui leur revient de droit. On peut évidemment trouver le chant de Lee un peu hésitant, et assez redondant, mais impossible de ne pas louer les qualités d’une paire de guitaristes qui riffent et partent en solo avec brio, ni celles d’un pivot rythmique qui abat un sacré boulot. Et que l’atmosphère se veuille pesante et Heavy, puis rapide et sans répit (« Neoprimitive »), lapidaire mais délétère (« See You on the Bodyfarm », bande son parfaite d’un slasher 80’s avec victimes pas vraiment à la fête), ou plus nuancée et légèrement Hardcore condensé (« Born Dead », pas BODY COUNT, mais à l’emprunte TANK/MOTORHEAD assez prononcée), on valse, on tangue, on headbangue, on slamme comme jamais, et on se croit revenu au temps béni d’une Allemagne unie dans le massacre et la furie.

              

Comme je le disais, les surprises ont été sacrifiées sur l’autel de l’’efficacité, sans pour autant dégrever le capital sympathie des cinq musclés. Et même des sept sur le terriblement efficace « Zeutan », la fameuse collaboration entre les DARKNESS, Ventor et Angelripper, qui se pose en hymne soutenu de la génération Thrash toute émue de constater que ses héros ont toujours la foi, et font toujours la loi. Ce titre, loin d’être une simple anecdote est assez révélateur de la déférence dont nous feront toujours preuve envers nos idoles d’antan, et s’intègre parfaitement au nouveau répertoire, ce que confirme une tuerie absolue de la trempe de « The Autocrazy (Autocracy) Club », qui flirte avec les limites de vitesse autrefois dépassées par Terrible Certainty. Et si l’exubérance est parfois habilement dissimulée derrière des habits de décence, à l’instar du final « I Betray », mettant en avant l’harmonie avant de nous les couper précis, First Class Violence n’en reste pas moins d’une puissance redoutable, et parfaitement ancré dans une tradition allemande qui peut revendiquer la paternité d’un Thrash furieux et affamé, que les DARKNESS incarnent en 2018 avec panache et volonté. Une nouvelle pierre à ajouter au mausolée du Thrash d’outre-Rhin, et une étape de plus sur le chemin d’un groupe qui a pu poser le genou à terre par le passé, mais qui a préféré se relever que de céder.   


Titres de l'album :

                         1. Prelude in E (intro)

                         2. Low Velocity Blood Spatter

                         3. Neoprimitive

                         4. Hate Is My Engine

                         5. See You on the Bodyfarm

                         6. Zeutan

                         7. The Autocrazy (Autocracy) Club

                         8. Born Dead

                         9. First Class Violence

                        10. I Betray

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/10/2018 à 18:46
80 %    190

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.