Infernal Comedy

Ad Vitam Infernal

31/01/2020

Lavadome Productions

Alerté sur le caractère essentiel de cette sortie par l’un de mes estimés collègues, je me jetais donc plein de confiance sur ce premier album l’humeur badine et l’oreille alerte. Lorsque soudain, un doute m’étreignit. N’avais-je pas déjà traité du cas de ce groupe un peu plus tôt dans l’année ? En regardant la pochette, en écoutant le premier morceau, mon cerveau embrumé ne pouvait assurer avec certitude ne pas connaître les AD VITAM INFERNAL…Il faut dire qu’avec une pochette fleurant bon les débuts d’IMMOLATION, et un style assumé proche d’une nostalgie absolue, ce groupe ne fait pas grand-chose pour se distinguer de la masse en termes de visuel et de partition. Même leur thématique est d’usage, le décidément très cité Dante Alighieri qui revient une fois encore nous raconter ses enfers personnels, et le tout fleure bon le classicisme outrancier, ce qui n’est jamais bon signe pour une première œuvre…Mais une fois les premiers à-priori dissipés, et si nostalgie il y a bien, autant reconnaître qu’elle est pleine de flair et de savoir-faire, et que les morceaux proposés par Infernal Comedy sont plutôt du genre solide…et très cru. Très, très crus parfois, mais animés d’une folie instrumentale palpable qui permet à ce premier effort de prendre des airs de postulat définitif, malgré un enregistrement at home et une configuration réduite. Car AD VITAM INFERNAL n’est rien d’autre qu’un duo, celui associant les capacités instrumentales de Jérôme Mahé (guitare/basse/programmation) et Samuel Girard (chant/programmation), deux musiciens connaissant très bien la chanson, et surtout, le répertoire Death des années 90 qu’ils arrangent à leur sauce pour le faire sonner plus moderne. Old-school, l’approche du duo l’est, indéniablement, sous influence, irréfutablement, et pourtant, malgré toutes ces connotations plus ou moins assumées, on sent un réel désir personnel d’accommoder l’ultraviolence à son propre point de vue, ce qu’un ou deux morceaux prouvent d’un culot plus prononcé.

Tout commence pourtant dans la cruauté la plus ouverte, avec un « Ad Vitam Infernal » qui ne fait aucun cadeau, et qui déclenche les hostilités avec une vélocité impressionnante. On se croirait presque en pleine fournaise 1349 tant l’animosité est palpable, et pourtant, pas question de Black ici mais bien de Death pur jus, celui-là même que les institutions CENTURIAN, IMMOLATION, DEICIDE, ou MORBID ANGEL proposaient. En restant dans nos frontières, le nom de MASSACRA pourrait aussi être évoqué, pour cette pluralité dans la brutalité qui autorise la diversité, mais autant dire qu’avec cette mise en bouche de moins de trois minutes, le duo fait très fort en ouverture. Doté d’un son tout à fait honorable, ce premier LP parvient dans ses premiers instants à réellement impressionner, et garde l’intensité sur la durée, malgré un son de batterie programmée vraiment synthétique qui vient parfois gâcher la fête. Mais lorsque « Abject » résonne et explose nos tympans déjà bien endommagés, on comprend immédiatement que la formation n’est pas là pour plaisanter ni tergiverser. Outre des riffs supersoniques découpés au millimètre, une section rythmique à l’abattage atomique, et un chant évidemment d’outre-tombe, on remarque les qualités d’un concept qui n’hésite pas à casser le moule et à insérer en chausse-pied un passage bien glauque en spoken words du plus bel effet. La cassure centrale du morceau instaure donc une atmosphère de dissonance, glauque, lourde et sentencieuse, qui permet de s’éloigner quelques minutes d’une ultraviolence trop évidente. Du panache dans les arrangements d’arrière-plan, avant une reprise encore plus cruelle, et en deux morceaux à peine, Infernal Comedy met tout le monde d’accord : l’enfer n’est pas pavé de bonnes intentions.

L’album n’a évidemment pas la poésie de son inspiration Alighieri, mais il en a les qualités picturales transposées. Si Dante utilisait les mots pour écrire les cercles infernaux, AD VITAM INFERNAL utilise les notes, et les multiplie pour bien évoquer les tourments d’un purgatoire menant sur les flammes, faisant cramer la programmation pour imposer des blasts à foison. On ressent bien le mélange IMMOLATION/MORBID ANGEL, mais l’ajout de riffs/plans plus formels, et plus génériquement Metal/Thrash permet à certains titres de dégager une personnalité propre (« Hell Hunger »), évitant de fait la simple paraphrase enthousiasmante certes, mais peu gratifiante. Toujours avides de bestialité sous contrôle, les deux musiciens empilent les claques et les délivrent avec un enthousiasme qui force le respect. Multipliant les breaks, les fills, les cassures et les soudains changements de cap, Infernal Comedy est aussi professionnel qu’intuitif, et louvoie entre les méandres du Death le plus implacable, impeccable d’intensité, et véritable fournaise. « God Shall Not Take Your Hand » donne même le sentiment qu’à une époque, DEICIDE et MASSACRA aurait pu partager des vues communes, avec ces chœurs démoniaques et ces soudaines percées Thrash. Conscient que l’efficacité rime aussi avec versatilité, les deux instrumentistes osent des choses plus concentrées, convoquant la science infuse de SLAYER dans un contexte purement DEICIDE (« No Sides »), avant de se lancer dans l’expérimentation progressive via l’évolutif « To Cross The Rivers ». « Rise! Our Souls... », le morceau dévoilé en amont n’a quant à lui rien perdu de son efficacité, et « Insane Prayer » en final, offre encore une fois quelques ouvertures, parfois mélodiques, mais surtout agencées, ambiancées, et déviant de la linéarité brutale générale. Mais en trente-cinq petites minutes, AD VITAM INFERNAL se montre à la hauteur de la confiance accordée par le label Tchèque Lavadome, qui doit certainement se frotter les mains d’une telle association.     

                                                                                              

Titres de l’album :

                     01. Ad Vitam Infernal

                     02. Abject

                     03. Hell Hunger

                     04. God Shall Not Take Your Hand

                     05. No Sides

                     06. To Cross The Rivers

                     07. Rise! Our Souls...

                     08. Insane Prayer

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2020 à 16:30
80 %    206

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07