9th & Walnut

Descendents

23/07/2021

Epitaph

Ma relation amoureuse (et platonique) avec les DESCENDENTS remonte à 1986, lorsque j’ai découvert leur pire album, Enjoy. Difficile de croire qu’on peut craquer pour un groupe en écoutant son disque le moins inspiré et le moins…fédérateur. Mais cet album disparate à l’humour de pécu douteux a au moins eu un impact positif sur ma vie : me pousser à découvrir qui se cachait derrière ce quatuor unique en son genre, qui à l‘instar de BAD RELIGION allait influencer toute la scène Néo-Punk des années 90, GREEN DAY en tête.

D’instinct, je prends mes précautions, et j’avoue ma faute. Je ne devrais sans doute pas parler d’un groupe comme les DESCENDENTS dans les colonnes de Metalnews, comme je n’aurais pas dû parler de NIRVANA ou de Jerry Lee LEWIS à l’époque dans les pages de Metal Impact. Excusez cette largesse d’esprit, et cette tendance à considérer les lecteurs aussi éclectiques que je ne le suis. Si ce laïus vous échappe, si cette passion vous paraît déplacée ici, stoppez immédiatement la lecture de cette chronique qui se veut dithyrambique dans le fond et la forme, et pour cause : les DESCENDENTS sortent aujourd’hui l’un de leurs meilleurs albums modernes de la façon la plus dilettante possible, en faisant appel à leur passé pour replacer leur présent dans le contexte.

La carrière discographique des natifs de Manhattan Beach, Californie est née comme chacun le sait avec le cri primal du simple Ride The Wild / It's A Hectic World, sorti en 1980. Fat a immédiatement pris la suite, avant que le premier véritable LP, Milo Goes to College ne voit le jour, transformant ce petit groupe SoCal en machine de guerre Punk Rock, aussi fascinée par BLACK FLAG que par les BEACH BOYS. Un drapeau noir sur la plage des sourires, telle était l’image projetée par la musique de ces quatre larrons aussi différents que complémentaires, et entre les riffs incroyables de Frank Navetta et la voix fluette et l’attitude intello de Milo Aukerman, la donne Pop/Punk/Surf était telle que tous les adversaires posaient leur planche sur le sable pour découvrir ce qui allait devenir l’étendard d’une génération.

Fraichement reformé en 1995, le groupe rouvrit une parenthèse déjà fermée dans les années 80 pour entamer une seconde partie de carrière que le fulgurant Everything Sucks sanctionna de ses incroyables tubes faisant partie du patrimoine DESCENDENTS comme le petit Milo des pochettes qui avait bien grandi. En 2002, un an avant la troisième séparation, les musiciens fouillèrent dans leur histoire pour en exhumer leurs premières chansons professionnelles. Bien décidés à faire découvrir à l’extérieur leurs tonitruants débuts, ils se mirent à réenregistrer certains classiques de leur jeunesse, avant de se séparer à nouveau, et revenir sous une nouvelle mouture en 2003. De fait, ce 9th & Walnut est triplement d’importance : d’une parce qu’il nous donne l’adresse de ce local de répétition de jeunesse, de deux parce qu’il est le premier album enregistré par le line-up mythique du guitariste Frank Navetta, du bassiste Tony Lombardo, du batteur Bill Stevenson et du chanteur Milo Aukerman depuis 1996. Et de trois, parce qu’il nous permet de réécouter ces premiers jets qui finalement, dessinaient globalement tout l’avenir du groupe jusqu’à Hypercaffium Spazzinate il y a déjà cinq ans.

Comme l’a très justement souligné un confrère de la presse américaine, 9th & Walnut ne se hissera pas sur le podium des meilleures réalisations du quatuor. Il n’a pas la fougue imbécile de Milo Goes to College, il n’a pas la force et la maturité de All, et n’a pas non plus la rage et la science infuse des mélodies d’Everything Sucks. Mais il enterre de loin ma première prise de contact Enjoy, et parvient à rappeler par grosses touches le DESCENDENTS des débuts, ce groupe frondeur mené gauchement par un intello. Constitué de morceaux composés entre 1977 et 1980, il représente la compilation parfaite de débuts déjà forts convaincants, et nous propose en forme de CV tous les styles abordés avec génie par ce groupe toujours à part sur la scène SoCal Punk de l’époque. Moins agressif que ses collègues, plus mélodique, mais armé d’un guitariste au phrasé unique, singeant les RAMONES pour rendre hommage à Greg Ginn, s’aventurant parfois sur le terrain Pop de Chris Stein, d’un chanteur filiforme et dégingandé chantant ses textes avec un mélange de romantisme teen et de colère adulte, DESCENDENTS démontre avec ce séminal 9th & Walnut qu’il était le plus parfait trait d’union entre l’utopie des sixties et la désillusion des années 80, ces fameuses années Reagan qui ont tant fait hurler les punks de Californie et d’ailleurs.

Repris en 2020 pour être complété par le quatuor, 9th & Walnut fait donc du presque neuf avec du super vieux. A contrario de SUICIDAL qui réenregistrait son premier album pour le rendre plus Metal, Bill, Frank, Milo et Tony n’ont presque pas touché au son estampillé seventies, rafraîchissant seulement une rythmique trop sèche pour être appréciée dans son jus, et donnant plus de peps à la guitare sans l’alourdir inutilement. Mais les lignes de chant, les chœurs, les riffs, la mise en place, la brièveté des compositions, tout est là pour nous replonger dans un pan d’histoire passionnant, beaucoup plus en tout cas qu’une tournée de reformation d’un groupe de l’époque qui n’a plus rien à dire depuis longtemps.

Dix-huit morceaux pour vingt-cinq minutes à peine, le timing est parfait, et en sus, le groupe entame sa reprise de contact via « Sailor's Choice », l’un de ses meilleurs titres de début de carrière. On trouve évidemment de tout sur cette fausse compilation, les fulgurances post-expresso du matin comme « Crepe Suzette », les blagues faciles mais drôles (« Tired of Being Tired »), les pauses médium mélodiques plus posées (« I'm Shaky » que les NERVES ou BLONDIE auraient pu chanter au départ de leur carrière), la reprise des fameux « age » avec « Nightage » qui renoue avec les clins d’œil des initiés, mais aussi les titres qui les ont fait connaître, « Ride the Wild » et « It's A Hectic World », qui nous aident à comprendre encore pourquoi les DESCENDENTS étaient le pivot essentiel de cette scène, sans en accepter la responsabilité.

Ce voyage dans le temps aurait pu nous/leur filer un sacré coup de vieux, et c’est exactement l’inverse qui se produit. 9th & Walnut nous rend jeune de nouveau, et nous transporte dans un passé chéri de tous, comme le souligne si bien « To Remember », qu’Everything Sucks aurait pu proposer, dans une version très similaire. De fait, mon histoire d’amour avec les DESCENDENTS continue, d’année en année. Le groupe ne pète presque plus, et accepte son statut de légende, de la façon la plus humble qui soit. Milo a oublié le collège depuis longtemps, et je suis redevenu Fat. C’est la vie, tout simplement.   

 

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Sailor's Choice

02. Crepe Suzette

03. You Make Me Sick

04. Lullaby

05. Nightage

06. Baby Doncha Know

07. Tired of Being Tired

08. I'm Shaky

09. Grudge

10. Mohicans

11. Like the Way I Know

12. It's A Hectic World

13. To Remember

14. Yore Disgusting

15. It's My Hair

16. I Need Some

17. Ride the Wild

18. Glad All Over


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/07/2021 à 18:17
88 %    495

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50