Opening of the Eye by the Death of I

In Human Form

23/06/2017

I, Voidhanger Records

Après SELCOUTH, projet cosmopolite et ouvert, les Italiens de I, Voidhanger continuent sur la voie de la non-normalité en publiant dans une édition luxurieuse (digipack quatre volets avec booklet, merci) le second album du concept US IN HUMAN FORM, qui avouons-le, est loin de représenter un consensus dans le monde fermé du BM international.

Existant depuis 2006, et ayant depuis proposé deux EP, un split et un premier album (Earthen Urn en 2013), ces originaires de Lowell, Massachusetts, ont abordé le genre avec des yeux et un cœur neufs, désirant s’extirper d’une condition figée en ouvrant la boite de pandore de la créativité et en se laissant perméable à des influences totalement étrangères au créneau.

En résulte donc un mariage mixte entre un BM assez véhément dans le fond mais terriblement précieux et précis dans la forme, et des structures empruntant tout autant au Free-Jazz, à l’expérimental, au dadaïsme instrumental des Zappa et Beefheart, qu’au progressif des ELP et autres KING CRIMSON, sans pour autant se perdre dans les méandres d’un raout improbable à la cuisson aléatoire.

Difficile donc d’accoler une quelconque étiquette à ce quintette, autre que celle qu’ils ont eux-mêmes choisie dans un désir de liberté, et ce Black ésotérique et progressif leur convient à merveille, surtout après avoir entendu, analysé et disséqué cette seconde œuvre, encore plus ambitieuse peut-être que la première.

Le trio de base du groupe (Richard Dixon – batterie, Patrick Dupras – chant et Nick Clark – guitare), s’est donc solidifié de l’adjonction de Dave Kaminsky à la seconde guitare (STONE HEALER, ex AUTOLATRY) et de Shalin Shah à la basse (PROTOLITH), pour prolonger ses vues sur la conception d’une musique grandiloquente, très provocante et ambitieuse, tout en gardant cette attache indéfectible à l’underground qui reste leur terrain de jeu de prédilection.

Inutile donc de penser qu’Opening of the Eye by the Death of I les entrainera dans la lumière, même si ce second effort n’en est pas dénué loin de là.

Semblant basé sur la philosophie Hindi affirmant que l’affirmation de l’être et de la conscience supérieure passe par la mort de l’Ego (qu’on trouvait déjà mise en musique il y a cinquante ans dans les chansons de George Harrison, notamment « I, Me, Mine »), ce second chapitre respecte peu ou prou les codes de son prédécesseur, en laissant l’inspiration profiter de constructions amples et libres, qui dérivent selon des thèmes précis qui sont traités avec tout le respect qui leur est dû.

Bien sûr, les dissonances, les atonalités et les chromatismes se taillent la part du lion sur les digressions les plus complaisantes, et il n’est pas incongru de penser que les IN HUMAN FORM pourraient se concevoir comme l’alliage informel entre l’abstraction du KING CRIMSON de Red et le BM de VED BUENS ENDE, sans toutefois plagier ni l’un ni l’autre…

Niveau agencement, les points communs avec Earthen Urn sont plus que patents, mais légèrement adaptés à la nouvelle inspiration. On retrouve toujours ces longs morceaux frisant ou dépassant le quart d’heure, mais ils sont cette fois-ci aérés par de courts interludes leur permettant de respirer et de s’imposer avec plus de latitude. Les Américains ont travaillé leur copie et l’ont remise propre et nette, et la progression logique des cinquante minutes de Opening of the Eye by the Death of I nous embarque dans un voyage intérieur à la recherche de ténèbres personnelles, histoire de tuer dans l’œuf toute velléité d’égocentrisme apte à nous aveugler et nous empêcher de percevoir les choses telles qu’elles sont vraiment, au-delà de ce fameux mur de l’illusion.   

Ils définissent d’ailleurs leur démarche/voyage en ces termes, assez peu enclins à laisser planer un doute quelconque sur leurs desseins :

« Une grande introspection méditative, sur des thèmes abyssaux, et la mortalité ».

Difficile après de ne pas être convaincus que les IN HUMAN FORM ont adapté leur concept à la nature même de l’homme, cette condition humaine qui nous enferme dans des diktats de comportement et de pensée, imposés par la religion, la politique, la société et une certaine forme de recherche de mysticisme, qui nous permettrait de nous en extirper avec un réel effort de volonté.

Cette élévation passe donc une fois de plus par une transcendance, celle d’une musique pluriforme qui échappe à toute catégorisation contraignante, et qui adapte la crudité d’un BM vraiment très abrasif aux aspérités d’un progressif d’avant-garde, un peu comme si VOÏVOD, MAYHEM, TAAKE et le KING CRIMSON de Thrak se concentraient sur un projet commun, laissant le soin à la vague Post-Metal le soin de relier le tout d’interventions éthérées (« Ghosts Alike », intermède apaisant et découlant sur le morceau le plus long et dense de l’album)

Et des trois chapitres évolutifs de l’album, il est très ardu de tirer une synthèse. Si la démarche globale répond à des besoins somme toute assez évidents, sa concrétisation empêche tout parallèle trop précis. En trois fois un quart d’heure ou presque, IN HUMAN FORM se désolidarise de tout mouvement un peu trop restreint, et explore les possibilités offertes par l’amalgame de genres antagonistes, dans un mouvement ample de BM progressif aux subtiles et indirectes touches psychédéliques, sans pour autant bégayer le vocable des VIRUS et autres SOLEFALD.

Non, leur lexique est tout à fait personnel, et passe par l’alternance, se reposant sur une trame de violence sourde et larvée (qui se manifeste surtout dans les cris inhumains de Patrick, qui hurle comme jamais), débordée d’extensions et de prolongements hypnotiques, symbolisés par la guitare de Nick Clarke, plus instable et versatile que jamais, tricotant des motifs changeants et fluctuants, en osant rarement jouer le jeu d’un riff prenant et assumé.

Dès lors, impossible de se fixer sur une thématique figée, puisqu’il n’y en a aucune. Le groupe vire et tourne entre des passages d’une véhémence totalement Black à des sinuosités progressives occultes, flirtant parfois avec une forme de Sludge caverneux mais déformé, sans jamais se départir de ces accords dissonants et de cette basse énorme qui louvoie aux avant-postes.

Parfois (« Through An Obstructionist's Eye »), des instrumentations impromptues tissent des climats acoustiques étranges, avant qu’un solo purement Rock ne vienne nous ramener sur le terrain Metal, mais tel est la philosophie de ce groupe unique, qui refuse la facilité sans tomber dans l’incongruité de ceux qui naviguent à l’aveugle et se complaisent dans l’expérimentation stérile.

Aussi puissant et envoutant que ne l’était Earthen Urn, Opening of the Eye by the Death of I confirme que les IN HUMAN FORM ne sont pas prêts de quitter cet underground qu’ils affectionnent tant, pour se lancer dans une opération de séduction massive.

Êtes-vous prêt maintenant à regarder en vous-même et à vous priver d’une vue concrète pour réellement voir ? C’est en tout cas ce que cet album vous propose, en vous perdant dans un monde difforme et abstrait qui pourrait être la seule image fiable de celui qui nous entoure.


Titres de l'album:

  1. Le Délire Des Négations
  2. All Is Occulted By Swathes Of Ego
  3. Apollyon Synopsis
  4. Zenith Thesis, Abbadon Hypothesis
  5. Ghosts Alike
  6. Through An Obstructionist's Eye

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/06/2017 à 17:01
90 %    663

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52