Opening of the Eye by the Death of I

In Human Form

23/06/2017

I, Voidhanger Records

Après SELCOUTH, projet cosmopolite et ouvert, les Italiens de I, Voidhanger continuent sur la voie de la non-normalité en publiant dans une édition luxurieuse (digipack quatre volets avec booklet, merci) le second album du concept US IN HUMAN FORM, qui avouons-le, est loin de représenter un consensus dans le monde fermé du BM international.

Existant depuis 2006, et ayant depuis proposé deux EP, un split et un premier album (Earthen Urn en 2013), ces originaires de Lowell, Massachusetts, ont abordé le genre avec des yeux et un cœur neufs, désirant s’extirper d’une condition figée en ouvrant la boite de pandore de la créativité et en se laissant perméable à des influences totalement étrangères au créneau.

En résulte donc un mariage mixte entre un BM assez véhément dans le fond mais terriblement précieux et précis dans la forme, et des structures empruntant tout autant au Free-Jazz, à l’expérimental, au dadaïsme instrumental des Zappa et Beefheart, qu’au progressif des ELP et autres KING CRIMSON, sans pour autant se perdre dans les méandres d’un raout improbable à la cuisson aléatoire.

Difficile donc d’accoler une quelconque étiquette à ce quintette, autre que celle qu’ils ont eux-mêmes choisie dans un désir de liberté, et ce Black ésotérique et progressif leur convient à merveille, surtout après avoir entendu, analysé et disséqué cette seconde œuvre, encore plus ambitieuse peut-être que la première.

Le trio de base du groupe (Richard Dixon – batterie, Patrick Dupras – chant et Nick Clark – guitare), s’est donc solidifié de l’adjonction de Dave Kaminsky à la seconde guitare (STONE HEALER, ex AUTOLATRY) et de Shalin Shah à la basse (PROTOLITH), pour prolonger ses vues sur la conception d’une musique grandiloquente, très provocante et ambitieuse, tout en gardant cette attache indéfectible à l’underground qui reste leur terrain de jeu de prédilection.

Inutile donc de penser qu’Opening of the Eye by the Death of I les entrainera dans la lumière, même si ce second effort n’en est pas dénué loin de là.

Semblant basé sur la philosophie Hindi affirmant que l’affirmation de l’être et de la conscience supérieure passe par la mort de l’Ego (qu’on trouvait déjà mise en musique il y a cinquante ans dans les chansons de George Harrison, notamment « I, Me, Mine »), ce second chapitre respecte peu ou prou les codes de son prédécesseur, en laissant l’inspiration profiter de constructions amples et libres, qui dérivent selon des thèmes précis qui sont traités avec tout le respect qui leur est dû.

Bien sûr, les dissonances, les atonalités et les chromatismes se taillent la part du lion sur les digressions les plus complaisantes, et il n’est pas incongru de penser que les IN HUMAN FORM pourraient se concevoir comme l’alliage informel entre l’abstraction du KING CRIMSON de Red et le BM de VED BUENS ENDE, sans toutefois plagier ni l’un ni l’autre…

Niveau agencement, les points communs avec Earthen Urn sont plus que patents, mais légèrement adaptés à la nouvelle inspiration. On retrouve toujours ces longs morceaux frisant ou dépassant le quart d’heure, mais ils sont cette fois-ci aérés par de courts interludes leur permettant de respirer et de s’imposer avec plus de latitude. Les Américains ont travaillé leur copie et l’ont remise propre et nette, et la progression logique des cinquante minutes de Opening of the Eye by the Death of I nous embarque dans un voyage intérieur à la recherche de ténèbres personnelles, histoire de tuer dans l’œuf toute velléité d’égocentrisme apte à nous aveugler et nous empêcher de percevoir les choses telles qu’elles sont vraiment, au-delà de ce fameux mur de l’illusion.   

Ils définissent d’ailleurs leur démarche/voyage en ces termes, assez peu enclins à laisser planer un doute quelconque sur leurs desseins :

« Une grande introspection méditative, sur des thèmes abyssaux, et la mortalité ».

Difficile après de ne pas être convaincus que les IN HUMAN FORM ont adapté leur concept à la nature même de l’homme, cette condition humaine qui nous enferme dans des diktats de comportement et de pensée, imposés par la religion, la politique, la société et une certaine forme de recherche de mysticisme, qui nous permettrait de nous en extirper avec un réel effort de volonté.

Cette élévation passe donc une fois de plus par une transcendance, celle d’une musique pluriforme qui échappe à toute catégorisation contraignante, et qui adapte la crudité d’un BM vraiment très abrasif aux aspérités d’un progressif d’avant-garde, un peu comme si VOÏVOD, MAYHEM, TAAKE et le KING CRIMSON de Thrak se concentraient sur un projet commun, laissant le soin à la vague Post-Metal le soin de relier le tout d’interventions éthérées (« Ghosts Alike », intermède apaisant et découlant sur le morceau le plus long et dense de l’album)

Et des trois chapitres évolutifs de l’album, il est très ardu de tirer une synthèse. Si la démarche globale répond à des besoins somme toute assez évidents, sa concrétisation empêche tout parallèle trop précis. En trois fois un quart d’heure ou presque, IN HUMAN FORM se désolidarise de tout mouvement un peu trop restreint, et explore les possibilités offertes par l’amalgame de genres antagonistes, dans un mouvement ample de BM progressif aux subtiles et indirectes touches psychédéliques, sans pour autant bégayer le vocable des VIRUS et autres SOLEFALD.

Non, leur lexique est tout à fait personnel, et passe par l’alternance, se reposant sur une trame de violence sourde et larvée (qui se manifeste surtout dans les cris inhumains de Patrick, qui hurle comme jamais), débordée d’extensions et de prolongements hypnotiques, symbolisés par la guitare de Nick Clarke, plus instable et versatile que jamais, tricotant des motifs changeants et fluctuants, en osant rarement jouer le jeu d’un riff prenant et assumé.

Dès lors, impossible de se fixer sur une thématique figée, puisqu’il n’y en a aucune. Le groupe vire et tourne entre des passages d’une véhémence totalement Black à des sinuosités progressives occultes, flirtant parfois avec une forme de Sludge caverneux mais déformé, sans jamais se départir de ces accords dissonants et de cette basse énorme qui louvoie aux avant-postes.

Parfois (« Through An Obstructionist's Eye »), des instrumentations impromptues tissent des climats acoustiques étranges, avant qu’un solo purement Rock ne vienne nous ramener sur le terrain Metal, mais tel est la philosophie de ce groupe unique, qui refuse la facilité sans tomber dans l’incongruité de ceux qui naviguent à l’aveugle et se complaisent dans l’expérimentation stérile.

Aussi puissant et envoutant que ne l’était Earthen Urn, Opening of the Eye by the Death of I confirme que les IN HUMAN FORM ne sont pas prêts de quitter cet underground qu’ils affectionnent tant, pour se lancer dans une opération de séduction massive.

Êtes-vous prêt maintenant à regarder en vous-même et à vous priver d’une vue concrète pour réellement voir ? C’est en tout cas ce que cet album vous propose, en vous perdant dans un monde difforme et abstrait qui pourrait être la seule image fiable de celui qui nous entoure.


Titres de l'album:

  1. Le Délire Des Négations
  2. All Is Occulted By Swathes Of Ego
  3. Apollyon Synopsis
  4. Zenith Thesis, Abbadon Hypothesis
  5. Ghosts Alike
  6. Through An Obstructionist's Eye

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/06/2017 à 17:01
90 %    564

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11