Le Samsara, pour ceux qui ne seraient pas initiés à la religion bouddhiste, représente le concept de renaissance dans un cycle de vie et de mort permanent, et la souffrance qui en résulte de devoir évoluer dans un monde matériel entièrement dénué d’empathie. Ce concept peut évidemment se voir comme théorie gnostique globale, mais aussi comme application prosaïque d’une routine qui nous détruit chaque jour un peu plus, et surtout, comme la somme de douleur qui en résulte, d’une machine capitaliste implacable qui transforme le vivant en objet, le divin en matérialisé, et la pureté en donnée commerciale viable ou non, nous condamnant à un statut de monnaie d’échange dans les cas les plus bénéfiques, ou comme simples sujets d’étude et de labeur dans la pire des situations. C’est ce contexte qu’on choisit les anglais de VENOM PRISON pour encadrer leur second LP, contexte déjà abondamment abordé dans des ouvrages mais aussi des œuvres artistiques, et qui convient parfaitement aux angles choisis par Larissa Stupar pour aborder ses textes et les thèmes qu’elle souhaite mettre en avant. Alors, tout y passe, des mères porteuses exploitées dans des conditions déplorables, à la souffrance qu’on s’inflige volontairement pour échapper à celle de l’extérieur, en passant par le ressenti de femme-objet des victimes de viol qu’on traite comme de vulgaires morceaux de viande, et qui doivent prouver leur innocence au lieu de voir leur tortionnaire condamné sur des faits. Et dans les faits, Samsara, second LP des anglais est d’un réalisme incroyable, et se pose comme cri primal d’une génération extrême qui n’en peut plus de constater l’érosion de la civilisation dite « moderne » et de subir les méfaits de l’ultra-libéralisme, le totalitarisme d’une société patriarcale, le rejet des parias, et l’imposition permanente de règles commerciales devant répondre à des problématiques humaines. Et musicalement, le tout s’incarne dans une brutalité de fond et de ton qui risque fort de laisser la concurrence à des années-lumière d’efficacité et de concision.

Je l’avoue sans détour, le premier effort du quintet (Larissa Stupar - chant, Ash Gray & Ben Thomas - guitares, Mike Jefferies - basse et Joe Bills - batterie) m’avait laissé dubitatif. J’en avais reconnu les qualités les plus évidentes, cette façon de détourner la noirceur à des fins de puissance, cette versatilité de ton, mais j’y avais aussi décelé des faiblesses évidentes. Un manque de projet porteur, une tendance à tergiverser entre rugosité Hardcore et profondeur Death, et pas mal d’autres petites choses qui m’empêchaient d’y voir le renouveau d’une scène Death anglaise qui avait toujours eu du mal à faire de l’ombre à ses homologues américaine et suédoise. Mais les choses ont changé, en pire selon le point de vue, mais en mieux sous un angle artistique. Non que les VENOM PRISON aient renoncé à cette pluralité, mais ils l’ont domestiquée pour lui faire épouser les contours d’une optique globale, qui cette fois-ci est parvenu à fondre le Death et le Hardcore sans tomber dans les travers de jeunisme du Deathcore, et Samsara, plus qu’une continuité, se pose en renaissance d’un groupe qui finalement, pourrait bien incarner l’avenir de la scène extrême nationale. Car chaque riff, chaque mot, chaque break rythmique, chaque accélération a sa propre raison d’être, et répond à une logique de colère que les NAILS eux-mêmes pourraient envier.

Pour autant, pas question de décalque ou de copie, les cinq anglais possèdent leur propre identité, forgée pendant deux ans sur les routes de l’Angleterre et du pays de Galles, et on sent à chaque impulsion que ce temps passé à arpenter le pays leur a offert une cohésion globale que « Matriphagy » démontre de sa puissance assourdissante et de sa colère ouverte. Adoubés d’un son qui frise la perfection, avec une rythmique épuisante de précision et étouffante d’ampleur, un duo de guitares qui comme à la grande époque du Crust anglais tirent tous azimuts, et des lignes vocales placées pile au centre du mix qui haranguent l’auditeur de leurs textes revendicateurs et désespérés de haine, les VENOM PRISON ont gommé toutes les aspérités qui plombaient leur premier effort et qui le maintenaient au sol, et s’envolent vers un ciel de violence moderne que la tradition valide pourtant. Comprenez bien que ces gens-là sont bien dans leur époque, mais savent reconnaître le legs de l’ancienne génération. Ils souhaitent juste apporter leur pavé de colère pour briser les restes de vitrine de passéisme, et le font avec une cruauté confondante de réalisme. Et le réalisme est le maître-mot de cette réalisation. Tout comme son humanisme. Et comme la seule possibilité de révolte constructive qui nous reste est le renversement par la violence des restes de conservatisme, Samsara se pose en hurlement du désespoir d’une génération qui broie du noir.

Manifeste de brutalité ouverte, ce second LP se montre sous un jour imperfectible, ce qu’on comprend très bien une fois passés les trois premiers morceaux. Les dissonances, les blasts impitoyables, cette façon qu’a Larissa de hurler sa peine et son acrimonie à la face de la société font certes peur, mais sont nécessaires, et rapprochent le groupe d’une version combinée des forces dévastatrices de FULL OF HELL, MISERY INDEX, NAPALM DEATH et TRAP THEM. Mais ce qui étonne par-dessus tout, c’est cette intelligence dans l’efficacité, qui ne bride pas les idées mais leur permet de se développer. Ainsi, les motifs accrocheurs sont toujours présents, mais plus actifs et prenant, à l’instar du développé/couché « Megillus & Leana », qui combiné à la boucherie « Uterine Industrialisation » pointant du doigt le scandale sanitaire des mères porteuses représente un diptyque écrasant de puissance immédiate, et pas seulement à cause de l’union rythmique concassante/chant exhorté. Les guitares n’hésitent plus à s’affirmer, et plaquent des riffs instinctifs, et l’ensemble à des airs de condamnation globale qui fait froid dans le dos. Avec en exergue des soli propres et précis, et une volonté de ne jamais trop s’éloigner du Metal pour se rapprocher du Hardcore, les VENOM PRISON ont trouvé le compromis parfait, et proposent un équilibre stable entre l’épaisseur et l’abrasivité, calibrant leurs titres tout en les laissant s’exprimer sans suffoquer. Souhaitant matérialiser une souffrance qui n’en peut plus de rester sous couvert d’injustice, le quintet anglais transcrit en musique et bruit tout le poids de la douleur que la plèbe subit jour après jour, et n’hésite pas à pousser le bouchon de la révolte toujours plus loin, frisant les cimes d’un Death/Grind compressé à outrance, mais sans indécence (« Self Inflicted Violence », un maelstrom de sons qui formalise très bien ce qu’une victime consentante peut ressentir au moment de s’infliger des coupures et autres lacérations).

Et alors que ce genre d’album - qui semble excessif au prime abord - s’essouffle rapidement une fois sa première moitié passée, Samsara maintient la pression, quitte à aérer mélodiquement (« Asura's Realm »), et nous offre un dernier tiers qui se paie le luxe d’un intéressement encore plus grand, avec des compositions finales épiques mais toujours aussi véhémentes (« Implementing the Metaphysics of Morals », les larmes d’une victime de viol transformées en haine viscérale sur fond de Death contemporain, « Naraka », épilogue à la suédoise qui appuie sur les tempes et fixe du regard). C’est donc un véritable achèvement que les anglais nous livrent, et qui incarne mieux que n’importe quelle autre œuvre la répétition d’une époque qui prend un malin plaisir à multiplier ses erreurs de jugement en les assumant d’une ironie sadique, imposant au peuple des sacrifices que l’élite refuse de faire elle-même. Le monde est une prison, mais nous en sommes les gardiens. Il est temps maintenant d’ouvrir les cellules et de réclamer notre dû. Et les revendications ne s’étant jamais faites dans le calme et la tempérance, autant laisser les VENOM PRISON mener le cortège.

   

Titres de l'album :

                            1. Matriphagy

                            2. Megillus & Leana

                            3. Uterine Industrialisation

                            4. Self Inflicted Violence

                            5. Deva's Enemy

                            6. Asura's Realm

                            7. Sadistic Rituals

                            8. Implementing the Metaphysics of Morals

                            9. Dukkha

                            10. Naraka

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2019 à 17:22
95 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert