Cosmic Torment

Orden 66

03/04/2020

Autoproduction

Bloqué à la maison sans date de sortie (pour les plus chanceux qui n’ont pas à se rendre sur leur lieu de travail), on commence à ruminer malgré l’inéluctabilité de la chose. On sait que d’autres sont confinés avec trois ou quatre enfants a faire étudier et/ou à occuper, ou cloisonnés dans une poignée de mètres carrés sans balcon, sans parler des pauvres bougres qui doivent affronter l’extérieur et la maladie selon leur métier. Je tire mon chapeau aux moins bien lotis, moi qui de ma campagne isolée apprécie le confort d’un jardin sous un climat printanier, mais si d’aventure vous cherchiez un exutoire à votre anxiété intérieure, j’ai la solution à vos problèmes. Cette solution nous en vient du Chili, sous la forme d’un LP/EP publié en avril dernier, et à même de vous offrir l’exercice physique et vocal dont vous avez besoin. Pas vraiment d’informations disponibles pour retranscrire le parcours des ORDEN 66, si ce n’est par déduction, leur première démo datant de janvier 2017. Fondé à Antofagasta, ce quatuor impitoyable (Josadac Veliz - chant, Braulio Cortés - guitare, Brandon Rojas - basse et Rodrigo Aguilera - batterie) a pour le moment lâché un premier EP en 2017 (Odio a la República), quelques morceaux isolés, et se complaît visiblement dans un crossover géant à base de Death, de Grind et de Noise. On le comprend assez vite à l’écoute de ces huit nouveaux morceaux, qui oscillent entre une violence crue, des attaques inspirées mais bruitistes, et des inserts Ambient légèrement Noisy sur les bords. On pense évidemment à la scène sud-américaine Hardcore qui comme tout le monde le sait n’est pas la plus complaisante, mais aussi aux artistes les plus Noisy (GNAW THEIR TONGUES, NAILS), ainsi qu’au Néo-Hardcore allemand qui n’est pas le plus souple du monde. Des réminiscences du mouvement Core et Death indien sont aussi palpables, et le résultat proposé, loin d’un fourre-tout, est d’une cohésion dans la violence assez remarquable.

Doté d’un son un peu étouffé et sourd, ce nouvel EP trace donc sa route en fausse ligne droite, acceptant le statisme d’un Death/Doom vraiment lourd, et les soudaines pauses cauchemardesques d’un Noise supportable. Adeptes d’une anti-musicalité sombre et poisseuse, les chiliens n’hésitent pas à l’instar de Mories à utiliser tous les ingrédients extrêmes à leur disposition, et lâchent des bombes puissantes, à l’impact massif, comme ce totalement nucléaire « Worthless Corpses », Death, Grind, Hardcore, Sludge, Doom, et qui a de faux airs de synthèse underground globale. On a droit à un passage en revue de toutes les figures imposées, des lignes de chant alternant les growls glauques et les cris de fouine en rut, en passant par des guitares qui découpent en gros Death avant de laminer Grind, mais l’ensemble est assez jouissif dans les faits, plaçant de çà et là quelques lâchés bien Hardcore, avec saccades, professionnalisme, sifflantes, et reprises Death du meilleur effet. Assez étrange dans les faits, Cosmic Torment vogue au gré d’une inspiration très personnelle, s’accommodant fort bien de samples et inserts bizarres et glauques. Les morceaux, loin des jets de bile lapidaires d’une poignée de secondes, sont structurés, agencés, débordant de vitalité et d’idées, parfois sans concession dans le déferlement de blasts (« Blind Heart », à l’entame épileptique classique qui finit par s’écraser sur un Death en bourbier). Sans véritablement s’éloigner des schémas établis, le groupe chilien parvient à insuffler à sa musique suffisamment de folie sombre pour se montrer convaincant, remontant parfois aux origines du Death le plus poisseux pour nous enfoncer dans les marais de la putréfaction (« Damaged », du AUTOPSY dans le texte revu et corrigé Core sud-américain.). En gros, du vilain, du moche, du très méchant pour un festival de sévices sonores qui fait du mal aux oreilles et du bien à l’âme.

Le son, très ample et profond nous évoque une vieille crypte de dimensions conséquentes, et les guitares résonnent d’un écho en buzz assez phénoménal. La rythmique, bien en place soutient les différentes approches de chant, et le tout repose sur des bases solides, musique volatile pour inspiration négative qui ne conçoit la composition qu’en termes de noirceur, de pesanteur et d’oppression. Clairement à cheval entre Death et Grind, sans vraiment mélanger les deux et en conservant aux deux genres leur pureté, ORDEN 66 est impitoyable de brutalité et de violence ouverte, usant même parfois des astuces d’arrangements de NAPALM DEATH (« Cadenas de Violencia », le son de basse et l’attaque de riff) pour mieux les confronter à une sorte de Proto-Death/Hardcore efficace et pugnace, avant de sombrer dans les affres d’un Gore Death avec grognements de goret malmené. Le tout s’avale donc d’un trait, comme une petite friandise toxique à base de mélange entre vieille viande rance et déchets nucléaires mal entassés, et certains morceaux, de leur démence ambiante nous persuadent du bien-fondé de la démarche plurielle du quatuor (« Aversión »). Juste assez long pour ne pas lasser, juste assez multiple dans ses influences pour ne pas rester bloqué, Cosmic Torment est une curiosité rafraichissante (si tant est que le terme puisse être employé) dans la production actuelle, et une façon sympathique de se tenir au courant de toutes les possibilités extrêmes contemporaines qui continuent de s’appuyer sur des théories anciennes. En gros, de quoi gesticuler chez soi en effrayant femme, enfants et voisins, le sourire aux lèvres, et la conscience d’avoir joué un mauvais tour au silence environnant.      

                                                                                                      

Titres de l’album :

                       01. Somos el Enemigo

                       02. Aversión (Ft. Daniel S Reyes of Own Omnipresence)

                       03. Black Vortex

                       04. Cosmic Torment

                       05. Worthless Corpses

                       06. Blind Heart

                       07. Damaged

                       08. Cadenas de Violencia

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/01/2021 à 18:01
75 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ah putain ouais   ! Y en a qui se sont fait sucrer leur vidéo pour moins que ça je pense sur YT !

21/01/2021, 18:06

Simony

Et c'est marqué "To Be Continued..."

21/01/2021, 17:42

Gargan

Vraiment bien foutu, que ce soit au niveau des paysages sonores que de la prod. Je me bois bien écouter ça sur un beau vinyl, installé dans un chesterfield râpé, faisant tournoyer gentiment un cognac dans son verre, le lévrier à poils ras m'app(...)

21/01/2021, 16:54

Moshimosher

J'ai le teddy bear plein de shrapnels ! Perso, ça me plaît ! 

21/01/2021, 16:49

Baxter

Réponse de Roseline : Cest quoi ce truc de sauvage, je comprends rien, par contre je sais que j'ai ordre de dire non, non ,non car le médicale buisness désire étendre son marché jusqu’à fin 2021, le temps de se goinfrer un peu encore pu(...)

21/01/2021, 14:31

Kairos

Oui certe le mot est mal choisi mais ça ne change pas grand chose

21/01/2021, 12:52

tonculpueducul

Une tentative de coup d'état... on était plus proche du cirque Pinder que d'un putsch.

21/01/2021, 12:45

tonculpueducul

A la cuisine les radasses! C'est mauvais!

21/01/2021, 12:42

Simony

Inattendu que ce groupe de la région de Nancy attérisse sur ce label. 

21/01/2021, 12:38

Seb

J'ai jamais aimé ce groupe ...

20/01/2021, 22:05

Stink

Très sympa ce clip dis donc !  

20/01/2021, 21:55

Kairos

une tentative de coup d'État avec agression sur forces de l'ordre, avec pour consequences 5 morts, t'as le droit de penser que c'est moins grave que des vitrines cassées et quelques vols, mais bon je partage pas vraiment cet avis.Je suis loin d'excuse(...)

20/01/2021, 20:41

Kerry King

Le metal est loin de ce résumé a Napalm Death ouvertement gauchiste, il y a de tout bord politique clairement, et perso je ne juge pas une personne sur ses idées politiques, je m'en branle complet. Tu peux avoir des idées plus ou moins proche de Schaffer(partie ex(...)

20/01/2021, 18:23

Moshimosher

La booze est bien acide et mes neurones me coulent dans le cœur... Une bien bonne distillation que voici ! A écouler dans le noir...

20/01/2021, 17:41

Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23