La France a son groupe de Crust/Grind. Oui, dit comme ça, c’est un peu péremptoire, genre « après moi le déluge », mais ça fait quand même plaisir à remarquer et à souligner. Mais nous savons déjà que notre beau pays n’est jamais le dernier à éructer et vociférer pour le plus grand plaisir des bestiaux qui en composent la faune de fans, et l’adjonction de cette nouvelle entrée PROJECT FOR BASTARD va méchamment faire plaisir à tous les accros du Powerviolence, du Crust, du Grind, et de toutes ces extensions boucanières qui font tourner le lait des vaches et qui percent un peu plus la couche d’ozone. Nous en venant de Lille, ce quatuor de bâtards (Chris - chant, Kingsize - basse, Greg - guitare et Yuss - batterie) n’a pas l’intention de faire avancer les choses mais bien de les bousculer, genre chamboule-tout puissance mille avec à la clef une peluche de leur zob pour offrir aux enfants. Nonobstant ce trait d’esprit grivois et déplacé, autant avouer que ces quatre salopiauds n’ont pas le verbe dans leur poche et la verve dans leur braguette, puisque ce (moyennement) long est tout à fait délicieux dans son obstination à foutre le bordel, à la manière d’une récréation qui tourne mal et qui envoie trois élèves à l’infirmerie. Se réclamant ouvertement des genres les plus bruyants (Grind / Crust / Metal / Death / Harcore / Black / Thrash...et les trois petits points en disent long…), et décrivant leur barouf avec une simplicité désarmante (un mélange de blasts, de cris, de powerchords et de crunch, avec ça vous avez compris), les PROJECT FOR BASTARD se situent dans la plus droite lignée des beugleurs UK et suédois, assumant le Crust comme le legs inévitable laissé par les DISCHARGE et EXTREME NOISE TERROR, le Grind comme cadeau emballée par les ND et déballé par les ASSUCK, le Powerviolence comme de gros tarés qui transposent les RAMONES dans un vocable CLOSET WITCH, et le reste…à l’avenant.

Quatorze morceaux pour à peine plus de vingt minutes, vous imaginez déjà le tableau, et vous avez raison de le penser souillé de brutalité. Mais cette brutalité-là est plutôt bon enfant, et assez éloignée des turpitudes les plus Gore et Noise. Ici, on pratique l’artisanat local, celui du Nord de la France qui assume ses penchants les plus déviants, mais qui a le mérite de le faire avec amour et humanité. Ainsi, point de batterie en mode marteau-piqueur de studio, pas de voix traitée pour faire peur aux gorets, mais bien un Crust/Grind qui n’a pas oublié que le genre devait garder dimension humaine pour encore faire vibrer. Et pour vibrer, on vibre, un peu comme sur le lit d’un motel crasseux au fin fond du New-Jersey, avec des pièces de 50c pour mettre dans la fente et se payer un massage bien musclé. Tout ça sent évidemment très bon la soue et le poulailler, mais surtout les clubs moites, les caves transformées en locaux de répétition, et évidemment, la passion, puisque les instrumentistes impliqués savent jouer. Et comme les blagues les plus brutales sont toujours les plus préparées et affinées (école Jackass, bien sûr), ces quatorze galéjades au tempo épileptique ont bénéficié d’un soin particulier apporté au niveau des riffs et de la rythmique. Si le chant de Chris est hurlé à pleins poumons, si la batterie de Yuss semble faire de la concurrence à la moissonneuse-batteuse de Jean-Michel, éleveur ovin, les riffs qui sortent de la guitare de Greg ne font pas semblant de couper du bois comme Charles Ingalls, mais en envoient un sacré paquet, allant piocher leur inspiration dans le meilleur de la scène de Birmingham des années 80. On pense aussi à la scène japonaise des S.O.B, et à l’activisme Powerviolence US de ces dernières années, et donc au meilleur puisque les lillois sont aux abois. Et d’ailleurs, ça aboie sec, ça ventile tout autant, et on ramasse ses dents après avoir encaissé quatorze uppercuts consécutifs.

Aussi concentré qu’un suppo glacé, Project For Bastards est plus qu’un LP, c’est une ode dédiée à la bestialité maîtrisée, et surtout, à l’art consommé de faire du bruit tout en restant musical. De temps en temps, on glisse sur une flaque un peu plus Gore que la moyenne (« Jesus », un troupeau de cochons qui assistent à la résurrection, ça fait du bruit et c’est bon), mais on pense quand même à parler du troupeau, via ses boucs (« Son Of The Goat », l’Antéchrist ? SLIPKNOT ? Non, juste du Crust/Grind qui pousse dans ta culotte), à s’adonner aux joies du lapidaire qui brûle le lampadaire (« 37 Seconds Of Turbulence », pas tout à fait mais presque), à regretter la fin de l’humanité en citant le D-beat électrocuté dans le texte triphasé (« All Dead »), et même à se la jouer séduction du samedi soir en piquant un riff à Jeff Hanneman dans le noir (« Baby », très SLAYER ce plan drague quand même…). Et comme à Lille, on n’est pas des feignasses, on prend le temps de soigner le son de basse (« Talk Shit »), et de torcher des interventions un peu plus longues que la moyenne. Souvent entre la et les deux minutes, les morceaux de Project For Bastards sont appréciables sur la durée, et savent nous malmener tout en nous assurant de bonnes intentions. On compose même des hymnes à son genre préféré (« Krust », Krusty le clown qui dévaste un centre commercial avec un regard noir), des solutions à tous les problèmes de chaos en le prônant version Hardcore méchant (« Chaos Solution »), et en définitive à livrer un album qui tient largement la route, et qui va faire concurrence aux plus grands cadors de la violence. Bien joué de la part des PROJECT FOR BASTARD, qui restent frais et presque dispos, mais qui nous confortent dans l’idée que notre scène extrême n’est pas de tout repos.   


Titres de l'album :

                       1. Prelude

                       2. Son Of The Goat

                       3. 37 Seconds Of Turbulence

                       4. All Dea      

                       5. Baby          

                       6. Talk Shit

                       7. We’re Pathetic

                       8. Krustun

                       9. In My Head

                       10. Chaos Solution

                       11. Nosebleed

                       12. Hate You

                       13. Cerbere

                       14. Jesus

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2019 à 16:28
80 %    152

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?