La France a son groupe de Crust/Grind. Oui, dit comme ça, c’est un peu péremptoire, genre « après moi le déluge », mais ça fait quand même plaisir à remarquer et à souligner. Mais nous savons déjà que notre beau pays n’est jamais le dernier à éructer et vociférer pour le plus grand plaisir des bestiaux qui en composent la faune de fans, et l’adjonction de cette nouvelle entrée PROJECT FOR BASTARD va méchamment faire plaisir à tous les accros du Powerviolence, du Crust, du Grind, et de toutes ces extensions boucanières qui font tourner le lait des vaches et qui percent un peu plus la couche d’ozone. Nous en venant de Lille, ce quatuor de bâtards (Chris - chant, Kingsize - basse, Greg - guitare et Yuss - batterie) n’a pas l’intention de faire avancer les choses mais bien de les bousculer, genre chamboule-tout puissance mille avec à la clef une peluche de leur zob pour offrir aux enfants. Nonobstant ce trait d’esprit grivois et déplacé, autant avouer que ces quatre salopiauds n’ont pas le verbe dans leur poche et la verve dans leur braguette, puisque ce (moyennement) long est tout à fait délicieux dans son obstination à foutre le bordel, à la manière d’une récréation qui tourne mal et qui envoie trois élèves à l’infirmerie. Se réclamant ouvertement des genres les plus bruyants (Grind / Crust / Metal / Death / Harcore / Black / Thrash...et les trois petits points en disent long…), et décrivant leur barouf avec une simplicité désarmante (un mélange de blasts, de cris, de powerchords et de crunch, avec ça vous avez compris), les PROJECT FOR BASTARD se situent dans la plus droite lignée des beugleurs UK et suédois, assumant le Crust comme le legs inévitable laissé par les DISCHARGE et EXTREME NOISE TERROR, le Grind comme cadeau emballée par les ND et déballé par les ASSUCK, le Powerviolence comme de gros tarés qui transposent les RAMONES dans un vocable CLOSET WITCH, et le reste…à l’avenant.

Quatorze morceaux pour à peine plus de vingt minutes, vous imaginez déjà le tableau, et vous avez raison de le penser souillé de brutalité. Mais cette brutalité-là est plutôt bon enfant, et assez éloignée des turpitudes les plus Gore et Noise. Ici, on pratique l’artisanat local, celui du Nord de la France qui assume ses penchants les plus déviants, mais qui a le mérite de le faire avec amour et humanité. Ainsi, point de batterie en mode marteau-piqueur de studio, pas de voix traitée pour faire peur aux gorets, mais bien un Crust/Grind qui n’a pas oublié que le genre devait garder dimension humaine pour encore faire vibrer. Et pour vibrer, on vibre, un peu comme sur le lit d’un motel crasseux au fin fond du New-Jersey, avec des pièces de 50c pour mettre dans la fente et se payer un massage bien musclé. Tout ça sent évidemment très bon la soue et le poulailler, mais surtout les clubs moites, les caves transformées en locaux de répétition, et évidemment, la passion, puisque les instrumentistes impliqués savent jouer. Et comme les blagues les plus brutales sont toujours les plus préparées et affinées (école Jackass, bien sûr), ces quatorze galéjades au tempo épileptique ont bénéficié d’un soin particulier apporté au niveau des riffs et de la rythmique. Si le chant de Chris est hurlé à pleins poumons, si la batterie de Yuss semble faire de la concurrence à la moissonneuse-batteuse de Jean-Michel, éleveur ovin, les riffs qui sortent de la guitare de Greg ne font pas semblant de couper du bois comme Charles Ingalls, mais en envoient un sacré paquet, allant piocher leur inspiration dans le meilleur de la scène de Birmingham des années 80. On pense aussi à la scène japonaise des S.O.B, et à l’activisme Powerviolence US de ces dernières années, et donc au meilleur puisque les lillois sont aux abois. Et d’ailleurs, ça aboie sec, ça ventile tout autant, et on ramasse ses dents après avoir encaissé quatorze uppercuts consécutifs.

Aussi concentré qu’un suppo glacé, Project For Bastards est plus qu’un LP, c’est une ode dédiée à la bestialité maîtrisée, et surtout, à l’art consommé de faire du bruit tout en restant musical. De temps en temps, on glisse sur une flaque un peu plus Gore que la moyenne (« Jesus », un troupeau de cochons qui assistent à la résurrection, ça fait du bruit et c’est bon), mais on pense quand même à parler du troupeau, via ses boucs (« Son Of The Goat », l’Antéchrist ? SLIPKNOT ? Non, juste du Crust/Grind qui pousse dans ta culotte), à s’adonner aux joies du lapidaire qui brûle le lampadaire (« 37 Seconds Of Turbulence », pas tout à fait mais presque), à regretter la fin de l’humanité en citant le D-beat électrocuté dans le texte triphasé (« All Dead »), et même à se la jouer séduction du samedi soir en piquant un riff à Jeff Hanneman dans le noir (« Baby », très SLAYER ce plan drague quand même…). Et comme à Lille, on n’est pas des feignasses, on prend le temps de soigner le son de basse (« Talk Shit »), et de torcher des interventions un peu plus longues que la moyenne. Souvent entre la et les deux minutes, les morceaux de Project For Bastards sont appréciables sur la durée, et savent nous malmener tout en nous assurant de bonnes intentions. On compose même des hymnes à son genre préféré (« Krust », Krusty le clown qui dévaste un centre commercial avec un regard noir), des solutions à tous les problèmes de chaos en le prônant version Hardcore méchant (« Chaos Solution »), et en définitive à livrer un album qui tient largement la route, et qui va faire concurrence aux plus grands cadors de la violence. Bien joué de la part des PROJECT FOR BASTARD, qui restent frais et presque dispos, mais qui nous confortent dans l’idée que notre scène extrême n’est pas de tout repos.   


Titres de l'album :

                       1. Prelude

                       2. Son Of The Goat

                       3. 37 Seconds Of Turbulence

                       4. All Dea      

                       5. Baby          

                       6. Talk Shit

                       7. We’re Pathetic

                       8. Krustun

                       9. In My Head

                       10. Chaos Solution

                       11. Nosebleed

                       12. Hate You

                       13. Cerbere

                       14. Jesus

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2019 à 16:28
80 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...