La France a son groupe de Crust/Grind. Oui, dit comme ça, c’est un peu péremptoire, genre « après moi le déluge », mais ça fait quand même plaisir à remarquer et à souligner. Mais nous savons déjà que notre beau pays n’est jamais le dernier à éructer et vociférer pour le plus grand plaisir des bestiaux qui en composent la faune de fans, et l’adjonction de cette nouvelle entrée PROJECT FOR BASTARD va méchamment faire plaisir à tous les accros du Powerviolence, du Crust, du Grind, et de toutes ces extensions boucanières qui font tourner le lait des vaches et qui percent un peu plus la couche d’ozone. Nous en venant de Lille, ce quatuor de bâtards (Chris - chant, Kingsize - basse, Greg - guitare et Yuss - batterie) n’a pas l’intention de faire avancer les choses mais bien de les bousculer, genre chamboule-tout puissance mille avec à la clef une peluche de leur zob pour offrir aux enfants. Nonobstant ce trait d’esprit grivois et déplacé, autant avouer que ces quatre salopiauds n’ont pas le verbe dans leur poche et la verve dans leur braguette, puisque ce (moyennement) long est tout à fait délicieux dans son obstination à foutre le bordel, à la manière d’une récréation qui tourne mal et qui envoie trois élèves à l’infirmerie. Se réclamant ouvertement des genres les plus bruyants (Grind / Crust / Metal / Death / Harcore / Black / Thrash...et les trois petits points en disent long…), et décrivant leur barouf avec une simplicité désarmante (un mélange de blasts, de cris, de powerchords et de crunch, avec ça vous avez compris), les PROJECT FOR BASTARD se situent dans la plus droite lignée des beugleurs UK et suédois, assumant le Crust comme le legs inévitable laissé par les DISCHARGE et EXTREME NOISE TERROR, le Grind comme cadeau emballée par les ND et déballé par les ASSUCK, le Powerviolence comme de gros tarés qui transposent les RAMONES dans un vocable CLOSET WITCH, et le reste…à l’avenant.

Quatorze morceaux pour à peine plus de vingt minutes, vous imaginez déjà le tableau, et vous avez raison de le penser souillé de brutalité. Mais cette brutalité-là est plutôt bon enfant, et assez éloignée des turpitudes les plus Gore et Noise. Ici, on pratique l’artisanat local, celui du Nord de la France qui assume ses penchants les plus déviants, mais qui a le mérite de le faire avec amour et humanité. Ainsi, point de batterie en mode marteau-piqueur de studio, pas de voix traitée pour faire peur aux gorets, mais bien un Crust/Grind qui n’a pas oublié que le genre devait garder dimension humaine pour encore faire vibrer. Et pour vibrer, on vibre, un peu comme sur le lit d’un motel crasseux au fin fond du New-Jersey, avec des pièces de 50c pour mettre dans la fente et se payer un massage bien musclé. Tout ça sent évidemment très bon la soue et le poulailler, mais surtout les clubs moites, les caves transformées en locaux de répétition, et évidemment, la passion, puisque les instrumentistes impliqués savent jouer. Et comme les blagues les plus brutales sont toujours les plus préparées et affinées (école Jackass, bien sûr), ces quatorze galéjades au tempo épileptique ont bénéficié d’un soin particulier apporté au niveau des riffs et de la rythmique. Si le chant de Chris est hurlé à pleins poumons, si la batterie de Yuss semble faire de la concurrence à la moissonneuse-batteuse de Jean-Michel, éleveur ovin, les riffs qui sortent de la guitare de Greg ne font pas semblant de couper du bois comme Charles Ingalls, mais en envoient un sacré paquet, allant piocher leur inspiration dans le meilleur de la scène de Birmingham des années 80. On pense aussi à la scène japonaise des S.O.B, et à l’activisme Powerviolence US de ces dernières années, et donc au meilleur puisque les lillois sont aux abois. Et d’ailleurs, ça aboie sec, ça ventile tout autant, et on ramasse ses dents après avoir encaissé quatorze uppercuts consécutifs.

Aussi concentré qu’un suppo glacé, Project For Bastards est plus qu’un LP, c’est une ode dédiée à la bestialité maîtrisée, et surtout, à l’art consommé de faire du bruit tout en restant musical. De temps en temps, on glisse sur une flaque un peu plus Gore que la moyenne (« Jesus », un troupeau de cochons qui assistent à la résurrection, ça fait du bruit et c’est bon), mais on pense quand même à parler du troupeau, via ses boucs (« Son Of The Goat », l’Antéchrist ? SLIPKNOT ? Non, juste du Crust/Grind qui pousse dans ta culotte), à s’adonner aux joies du lapidaire qui brûle le lampadaire (« 37 Seconds Of Turbulence », pas tout à fait mais presque), à regretter la fin de l’humanité en citant le D-beat électrocuté dans le texte triphasé (« All Dead »), et même à se la jouer séduction du samedi soir en piquant un riff à Jeff Hanneman dans le noir (« Baby », très SLAYER ce plan drague quand même…). Et comme à Lille, on n’est pas des feignasses, on prend le temps de soigner le son de basse (« Talk Shit »), et de torcher des interventions un peu plus longues que la moyenne. Souvent entre la et les deux minutes, les morceaux de Project For Bastards sont appréciables sur la durée, et savent nous malmener tout en nous assurant de bonnes intentions. On compose même des hymnes à son genre préféré (« Krust », Krusty le clown qui dévaste un centre commercial avec un regard noir), des solutions à tous les problèmes de chaos en le prônant version Hardcore méchant (« Chaos Solution »), et en définitive à livrer un album qui tient largement la route, et qui va faire concurrence aux plus grands cadors de la violence. Bien joué de la part des PROJECT FOR BASTARD, qui restent frais et presque dispos, mais qui nous confortent dans l’idée que notre scène extrême n’est pas de tout repos.   


Titres de l'album :

                       1. Prelude

                       2. Son Of The Goat

                       3. 37 Seconds Of Turbulence

                       4. All Dea      

                       5. Baby          

                       6. Talk Shit

                       7. We’re Pathetic

                       8. Krustun

                       9. In My Head

                       10. Chaos Solution

                       11. Nosebleed

                       12. Hate You

                       13. Cerbere

                       14. Jesus

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2019 à 16:28
80 %    207

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever