The Nightmare Institution

Gannondorf

20/04/2024

Autoproduction

En voyant cette photo promo sur le Bandcamp de GANNONDORF, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à MORTICIAN, et ses deux membres Will Rahmer et Roger J. Beaujard. Mais bien que les deux groupes partagent des inclinaisons pour la brutalité, leurs différences les éloignent considérablement du même champ de perception. Car ce duo californien s’épanouit dans un registre de Black Metal mélodique et complexe, alors que nos chers Roger et Will se sont toujours vautrés dans la fange du Brutal Death.

L’histoire de GANNONDORF est relativement erratique. Formé en 2008, le concept a duré trois années avant de se rebaptiser GRAVESPELL, pour finalement revenir à son baptême original en 2020. Fascinés par la légende de Zelda, ces musiciens (deux sur le Bandcamp, mais cinq sur l’entrée Metal Archives) nous proposent donc enfin leur premier album, après avoir lâché deux démos…entre 2008 et 2010.

Pas vraiment prolixe, GANNONDORF n’en est pas moins aujourd’hui une entité très viable. Avec un premier album solide, entre innovation et recyclage, l’aventure semble enfin commencer réellement, en souhaitant que l’avenir soit plus stable. Mais aussi que cette musique créative continue de bouillir dans la marmite sans devenir toute molle, ou fondue dans son jus.

Il n’est guère difficile de trouver des comparaisons entre ce The Nightmare Institution et des artistes comme MAYHEM, CRADLE OF FILTH, EMPEROR et quelques autres esthètes sombres. En premier lieu, on prend acte d’une technique soutenue, qui s’exprime par de fréquents changements de rythme, pour ensuite remarquer une indéniable créativité, fleurissant en un bouquet de mélodies et d’arrangements plus symptomatiques du Heavy Metal et du Death Metal.

Je parlais de recyclage plus en amont, car le groupe s’est proposé de reprendre certains de ses anciens titres pour les actualiser et leur offrir un son digne de ce nom. Certaines compositions seront donc connues de ceux ayant collé une oreille attentive aux deux premières démos, les autres ne pouvant faire la différence. Mais malgré cette disparité d’époques, The Nightmare Institution se montre très cohérent, et surtout, d’une puissance assourdissante, mais intelligente.

Partagé entre des titres largement développés et des postures beaucoup plus directes, The Nightmare Institution ménage donc ses effets, mais maintient la tension sur toute sa durée. On assiste donc médusé à un ballet ininterrompu d’ambiances, d’humeurs, la plupart du temps très véhémentes, et l’utilisation de chœurs proéminents confère à l’œuvre un parfum diabolique qui rappelle les grandes heures des hivers nordiques. Avec une jolie bordée de soli très intéressants, entre dissonances et sextolets incendiaires, une dualité vocale classique, et des patterns rythmiques alambiqués, GANNONDORF s’expose sous une lumière assez épique, et très proche de ses thématiques de prédilection.

Loin de se contenter de foncer tête baissée, les californiens aiment peindre des atmosphères délicates, qui contrebalancent efficacement avec la rudesse de leurs riffs. L’un des meilleurs exemples étant « Electric Forest », qui de son clavier au son très eighties cite COF dans le texte, tout en restant assez proche d’un ARCTURUS en version moins stellaire et plus Heroic-Fantasy.

Très ambitieux, The Nightmare Institution sait aussi se montrer très efficace. « End of Time » impose donc des attitudes plus traditionnelles, avec toujours en exergue cet affrontement entre les écoles nordique et anglaise. Beaucoup de dramatisme, une gestuelle théâtrale et des accents Folk, pour un voyage au long-cours dans les forêts les plus sombres et magiques.

Solide, inventif, curieux, osé, classique et actualisé, le répertoire 2024 résume à merveille le parcours de ces américains qui jusqu’à présent n’avaient rien accompli de notable. Mais un morceau comme « Void » est évidemment susceptible d’ouvrir quelques portes, et de projeter GANNONDORF vers un avenir des plus cléments.

Opéra horrifique, The Nightmare Institution use de toutes les astuces. Cordes en son clair, mélodies joyeuses, breaks purement Heavy, tout y passe, et avec brio. La multiplicité des tempi, l’investissement vocal, et l’imbrication des plans font de ce premier album un modèle de son genre, qui reste d’ailleurs à définir avec acuité. Tout au plus pointera-t-on du doigt le côté un peu synthétique de la rythmique, et les évidences qui rebondissent de piste en piste.

Mais cette petite heure en bonne compagnie permet de se faire de nouveaux amis. Des amis qui n’hésitent pas à voyager en mode ibère sur l’intro de « Somber Screams of Silence », à la guitare classique délicieuse, avant de tout envoyer valser à grands coups de blasts.

Entre modernisme et traditionalisme, GANNONDORF n’a pas choisi et c’est tant mieux. Certainement moins expérimental que les arguments promotionnels ne le vantaient, The Nightmare Institution n’en demeure pas moins un album très intéressant, qui dégage quelques pistes dignes d’être suivies. A moins que le groupe ne change encore de nom ou ne se mure dans le silence.                      

  

Titres de l’album:

01. The Nightmare Institution

02. Black Seas of Infinity

03. Gates of Demise

04. Dante’s Inferno

05. Electric Forest

06. End of Time

07. Void

08. Somber Screams of Silence


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/06/2024 à 17:32
80 %    71

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19