Il y a six ans, sortait un album unique, sorte de faux « concept album » écrit à la gloire d’un Hard Rock mélodique de grande qualité. Le projet ne passa pas inaperçu, il faut dire qu’il était aussi ambitieux que réussi, et aujourd’hui, il trouve une seconde jeunesse via cette réédition agrémentée d’un bonus, qui permettra aux étourdis de se rattraper et de découvrir.

Mais retournons un peu dans le passé, pas si lointain d’ailleurs…

Deux musiciens à l’origine de ce projet, Pierpaolo Monti (SUVERSIVE) et Amos Monti (duo basse/batterie), vite accompagnés dans leur entreprise par Marco "Dandy" D'Andrea et Mario Percudani aux guitares. L’homme à tout faire/multi-instrumentiste de l’écurie Frontiers Alessandro Del Vecchio (Ina Paice, Bobby Kimball, sans compter les dizaines d’autres qui ont profité de ses services) se chargea de la production de l’objet en question, y insufflant tout son professionnalisme et son amour d’une musique hautement mélodique et ciselée.

Le but du jeu ? Enregistrer le meilleur album de Hard Rock/AOR possible, en partageant la carte des desserts avec la crème des musiciens du cru, pour obtenir un menu all-star-cast, regroupant des vocalistes et musiciens de légende autour d’un même but. Et ce but, aussi ambitieux fut-il, fut atteint au-delà de toute espérance, puisque ce Shining Line, sorti pourtant tardivement, représenta l’acmé d’une créativité née dans les années 70, et ayant connu son apogée la décennie suivante.

Un simple petit coup d’œil au générique du film pour les oreilles fait tressaillir. Jugez du peu, des interventions vocales de Harry Hess (HAREM SCAREM), Robin Beck, Brian LaBlanc (BLANC FACES), Erik Martensson (ECLIPSE, WET), Gabriele Gozzi (MARKONEE), Michael Voss (MAD MAX, CASANOVA), Michael T.Ross (HARDLINE, Lita FORD), Michael Bormann (RAIN, JADED HEART), Johan Bergquist (ELEVENER), Bob Harris (AXE, EDGE OF FOREVER), j’en passe, et des plus ou moins illustres, tous unis pour accoucher d’un des meilleurs albums du style, qui six années après sa sortie n’a rien perdu de sa superbe.

Ce genre de projet à la base est pourtant risqué, et se frotte souvent à l’écueil de la complaisance et de l’étalage gratuit de grands noms dont la participation se résume souvent à une apparition fugace ou à un simple gimmick. Sauf qu’ici, le professionnalisme et la passion des géniteurs du concept ont assuré un background de luxe pour tous ces VIP mélodiques, en travaillant leur partition pour offrir à tous ces musiciens des compositions de grande classe.

Et finalement, Shining Line, de simple projet ambitieux est devenu une référence à part entière, au moins aussi pertinent et historique que les testaments de PHENOMENA disséminés entre les eighties et nineties.

Vous voulez du Hard Rock de luxe, strié d’harmonies vocales sublimes et se reposant sur des structures Rock inspirées et volubiles ? De la sensibilité et de l’énergie ? De la douceur, de la chaleur, de la puissance et de la sincérité ?

Alors cette réédition est faite pour vous, et je ne saurais que trop vous conseiller de l’écouter avec une grande attention pour comprendre l’importance de l’apport de la scène Italienne à la cause…

Relancée sur le marché par Street Symphonies Records, de véritables orfèvres et amoureux du genre, cette « compilation de rêve » n’est rien de moins qu’un des plus grands albums su style. Et lorsque les compositions se montrent à la hauteur des interprétations vocales – ce qui est le cas quasiment tout le temps – on atteint des sommets, et la joie de retrouver des chanteurs/chanteuses de la trempe de Hess ou Beck est tangible, patente, et vous fait dresser les poils sur les bras.

Avec une équipe instrumentale au sommet de son art, on vibre sans arrière-pensée, et certains titres de cet album pourraient sans peine rivaliser avec des classiques de JOURNEY, de TOTO, de HAREM SCAREM et autres chantres d’un Hard-Rock harmonieux et mordant.

On reconnaît évidemment la patte de Del Vecchio à chaque détour d’arrangements, mais sans la contribution énorme du quatuor de base, l’entreprise n’aurait été que vacuité surfaite et prétention indigeste. Les quatre lascars ont composé de véritables chansons, qui permettent aux vocalistes de nous rappeler à quel point nous les aimons.

Ainsi, « Amy » avec en guest Harry « HAREM SCAREM » Hess, se rapproche dangereusement d’un hybride surréaliste entre les meilleurs moments discographiques des Canadiens, le tout mâtiné d’un esprit mélodique à la KING KOBRA/JOURNEY, pour aboutir à un hit absolu qui fera fondre les plus durs d’entre vous.

De son côté, la sublime ballade « Heat Of The Light » nous permet de retrouver avec délice la voix chaude et sensuelle de Robin Beck, qui transcende de ses envolées les couches de piano, alors que les guitares viennent apporter leur touche dramatique à l’ensemble.

En apparté, Mikael Erlandsson se taille un morceau de lion sur le très dynamique et mélodique « Can’t Stop The Rock », véritable déclaration d’amour au genre qu’il nomme sans détours, alors que Michael Voss démontre l’étendue de son talent vocal sur l’irrésistible « The Infinity In Us », gonflé de chœurs fédérateurs et de riffs accrocheurs, le tout délicatement posé sur un refrain taillé pour les stades.

S’il est évident que l’entame progressive de « Highway of Love » déroule le tapis rouge de velours pour une montée vers le paradis en compagnie d’Erik Martensson (dans un registre HAREM SCAREM période Mood Swings de toute beauté), et que l’on en trouve écho sur le léger et ciselé « Strong Enough » animé par les cordes vocales de Robbie Lablanc, d’autres pépites plus brillantes se cachent dans les sillons de ce Shining Line, comme le très musclé « Homeless Lullaby », boosté par la passion d’Ulrich Carlsson, ou le catchy « Unbreakable Wire », qui propose le refrain le plus immédiatement séduisant.

Comme son pendant original, cette réédition se clôture sur le magnifique triptyque « Under Silent Walls » qui place en avant le talent instrumental de l’équipe de base, même si un interstice très malin en compagnie de Michael Bormann est judicieusement placé en son centre. Guitares qui caressent, qui frôlent la peau de la sensibilité, mélodies oniriques magnifiques, c’est un ultime quart d’heure sublime qui offre un épilogue digne de n’importe quel chapitre de ce tome écrit pour la légende…

Ne le cachons pas, même aussi proche dans le temps, cette réédition est d’importance. Elle vous permettra, si vous aviez loupé le coche de découvrir un des plus beaux projets Hard-Rock/AOR de l’histoire de la musique Européenne, qui depuis la fin des années 90, a rattrapé son retard sur les Etats-Unis en terme de créativité et de sincérité.

Une heure et vingt minutes de musique fantastique, jouée par des vrais amoureux et passionnés, qui ne font pas semblant et s’investissent pleinement. Une mine de tubes, une voie lactée d’étoiles qui ne pâliront jamais, et plus simplement, l’un des meilleurs albums du genre.

 Lorsqu’on aime, c’est pour toujours paraît-il. Et Shining Line est sans contestation possible l’illustration musicale la plus parfaite de ce postulat. Comme un ciel d’été qui unit les cœurs des amoureux sous une lumière de nuit…


Titres de l'album:

  1. Highway Of Love (Erik Martensson)
  2. Amy (Harry Hess)
  3. Strong Enough (Robbie LaBlanc)
  4. Heaven's Paths
  5. Heat Of The Light (Robin Beck)
  6. Can't Stop The Rock (Mikael Erlandsson)
  7. The Meaning Of My Lonely Words (Michael Shotton)
  8. The Infinity In Us (Michael Voss)
  9. Still In Your Heart (Bob Harris)
  10. Homeless' Lullaby (Ulrich Carlsson)
  11. Follow The Stars (Phil Vincent) [European Bonus Track]
  12. Unbreakable Wire (Brunorock)
  13. This Is Our Life (feat. The Italian Rock Gang - EXCLUSIVE BONUS TRACK)
  14. Under Silent Walls - Part I _ Blossom, From Night To Dawn
  15. Under Silent Walls - Part II _ Alone (Michael Bormann)
  16.  Under Silent Walls - Part III _ Epilogue, Death Of Cupid

Site officiel


par mortne2001 le 19/12/2016 à 16:57
95 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)