Décider de jouer du Hard Rock, c’est accepter toute l’exubérance qui en découle. C’est choisir de faire partie d’une catégorie d’artistes ne renonçant à rien pour distraire leur public, musicalement et théâtralement, avec tous les débordements et clichés que cela peut impliquer. Et jouer du Hard à tendance Glam répond aux mêmes critères de description, multipliés par mille. Car ce qu’un fan lambda recherche dans un disque du genre, c’est de la légèreté, des mélodies sucrées comme des bonbons qui fondent, de la confiance en soi, et ce petit plus d’inconscience qui fait préférer un instant purement gratuit de délire plutôt que les réalités de la vie telles qu’on les endure tous les jours. On cherche du fun non en barres, mais en bulles de savon, multicolores et qui éclatent à la chaleur du soleil, nous éclaboussant de liquide poisseux, mais nous inondant de joie de vivre. Evidemment, toute cette agitation n’est pas exempte de moments d’émotion, mais ceux-ci doivent être à l’image d’Epinal du plaisir sensoriel, immédiats, sincères, et spontanés. De fait, parvenir à enregistrer un bon album de Hard Glam est très compliqué, et en enregistrer un très bon relève de la gageure. Alors, enregistrer un classique du genre devient un exploit que peu de groupes au monde sont capables de relever. Les américains en furent les champions en leur temps, mais force est de reconnaître qu’ils ont cédé leur leadership au profit des pays nordiques depuis longtemps…Et s’il est un groupe qui mérite les honneurs et les médailles desquels les plastrons de nos amis d’Outre-Atlantique furent ornés pendant des décennies, c’est bien celui des finlandais de SHIRAZ LANE. Parce qu’ils ont tout compris au principe, parce qu’ils l’appliquent avec une ferveur rare, et parce qu’ils transcendent le tout de leur personnalité, et de leur facilité à pondre des hymnes beaucoup plus profonds que de simples pop-songs habillées de cotillons pour faire illusion. Et par extension, leur second LP Carnival Days mérite en tous points son nom et nous transporte dans un mardi-gras finlandais, avec jolies filles au balcon et du monde dans les rues, ou l’inverse…

Je ne m’étais donc pas trompé en 2016 en accordant la note de 9/10 à leur premier méfait longue-durée For Crying Out Loud. J’y avais vu une relève, mais aussi bien plus que ça, et terriblement plus simple à la fois. J’y avais décelé des héritiers directs des POISON, de FASTER PUSSYCAT, d’ENUFF Z’NUFF, des enfants illégitimes des THE DARKNESS, de SLAUGHTER, mais surtout, des héros des années 80 nés un peu trop tard pour ne pas en apprécier l’hédonisme à grandes goulées. Et puis j’avais osé la comparaison fatale avec les bancals héroïques CHEAP TRICK, qui toute leur carrière nous avaient joué des tours pendables à base de transposition du génie mélodique des BEATLES dans un contexte purement Fun Glam. Oui, le parallèle était culotté, mais Carnival Days le confirme, et entérine la validité de tous les compliments que j’avais pu formuler à l’époque, et beaucoup plus encore. Peaufiné pendant un an après les tournées triomphales et les participations remarquées à des festivals (et des louanges chantés conjointement par des références comme HALESTORM, THE 69 EYES, AMORPHIS, CHILDREN OF BODOM ou LORDI), et annoncé par un single dévastateur en fin d’année dernière (« Harder To Breathe », toujours aussi trépidant et efficace), ce nouvel effort ne vous en demandera aucun pour être apprécié, tant il s’ingénie à combiner la folie festive des THE DARKNESS et la provocation harmonique si chère aux CHEAP TRICK, dans une attitude aussi professionnellement Punk que n’importe quelle assertion des BACKYARD BABIES. Le quintette n’a donc pas changé sa party de quartier (Hannes Kett - chant, Jani Laine - guitare solo, Miki Kalske - guitare rythmique, Joel Alex - basse et Ana Willman - batterie), et continue d’y célébrer la légèreté d’un Hard Rock trivial et richement décoré, en associant la puissance inhérente à la culture nordique, et la culture séculaire du style directement empruntée à la vague US. On se retrouve donc une fois de plus face à un disque de onze tubes potentiels, qui restitue immédiatement tous les espoirs placés en lui, mais qui exige plusieurs lectures avant de se dévoiler complètement. Et plus qu’un disque d’ailleurs, il ressemble à une beauté aperçue fugacement lors d’une soirée, belle comme une déesse grecque, mais redoutablement intelligente une fois l’euphorie de la nuit finie. Le genre de femme idéale après laquelle tous les musiciens courent, comme la muse improbable qui leur apportera gloire, fortune et inspiration. Et cette muse, les SHIRAZ LANE l’ont trouvée, et ne se lassent pas de lui faire confiance pour faire durer la romance.

Doté d’un son énorme, et semblant émaner d’une gigantesque sono posée près d’une piscine d’été, Carnival Days à la qualité de ses défauts, et n’en a aucun. De son entame à son terme, il revisite toutes les figures imposées du Hard Rock à tendance Sleaze, avec un brio incontestable, et une fraîcheur incroyable. Et tout devient permis, dès lors que les règles sont acceptées, du moment d’introspection en douceur mineure comme « Gotta Be Real » et son atmosphère à la lisière d’un AOR très intelligent (et à mi-chemin entre ENUFF ‘Z’NUFF et SLAUGHTER), au pilonnage groovy à la MÖTLEY CRÜE, via un « The Crown » que Nikki aurait pu composer en compagnie de ses héros de CHEAP TRICK, sur les collines d’un Los Angeles en feu devant tant d’ardeur. La science infuse des finlandais pour trousser des refrains parfaitement parfaits (la redondance s’impose dans leur cas) n’a pas été perdue sur les routes arpentées, et bénéficie même d’un surplus de professionnalisme qui n’a pas laissé la spontanéité mourir de sa belle mort en studio. D’ailleurs, la production évoque plus volontiers l’énergie développée par le combo en live plutôt que l’application portée intra-muros pour empiler les couches avec soin, et dès l’intro éponyme, on se retrouve en plein milieu d’une foule bigarrée et chamarrée prête à en découdre avec la fête, pour une célébration en cuivres brillants et en jazz louvoyant. C’est sensuel comme une courbure de hanches en clair-obscur, dégoulinant de stupre comme les commissures des lèvres du proverbial loup, et ça nous met dans le bain sans attendre, d’un chaloupé qui pourrait rendre la paire Tyler/Perry folle de jalousie. Et tout s’enchaîne si rapidement qu’on n’a ni le temps de reprendre son souffle ni ses esprits, et nous déambulons de pièce en pièce la bière à la main, pour taper du pied sur le bondissant « Tidal Wave », ou headbanguer comme des damnés sur l’électrifié et poppisé « People Like Us » et sa rythmique en mousse maousse.  

Faussement scindé en deux parties, ce second LP propose en fin de parcours des morceaux moins épidermiques, mais tout aussi attachants, durant un poil plus longtemps sans se montrer moins passionnants. Ainsi, si « Shangri-La », au-delà de son hommage au groupe du même nom ose la transposition des mélodies glacées des 60’s dans un contexte Radio Rock purement 80’s, il le fait avec une classe folle qui nous entraîne dans un tourbillon qui décolle. Le groupe s’autorise même une subtile incartade dans son époque, plus tourmentée et Heavy metallisée, via le très SIXX A.M « War Of Mine », qui sort les crocs et riffe costaud. Et si « Shot Of Life » se permet une intro tribale à base de percussions fatales, il retrouve très vite l’allant d’il y a trente ans pour imposer une harmonie de battants. Mais la grosse surprise de l’album, c’est ce feux d’artifices de clôture, « Reincarnation », qui en plus de huit minutes boogise comme un AEROSMITH sous amphétamines, et permet à Hannes Kett de partir en vrille sur des vocalises hystériques et magnifiquement éraillées…Agrémenté de soli de guitares délicieux, cet épilogue se pose en conclusion contrastée mais rêvée, qui confère à l’album une aura différente, et le rend encore plus indispensable…Un peu crade Reggae, un peu Jazz groove détourné, c’est une pirouette remarquée, et une flèche à ajouter au carquois déjà bien rempli des finlandais, qui sont donc décidément très imprévisibles en Guillaume Tell de l’exubérance impossible…

Je le disais, enregistrer un classique du Hard Glam relève de l’exploit. Il faut disposer d’un bagage technique certain, d’une folie de tous les instants, mais surtout d’un talent que rien ne dément. Alors admettons qu’avec Carnival Days, les SHIRAZ LANE ont relevé le défi haut la main. Et la seule chose qui m’empêche de leur accorder la note maximale, c’est que je pressens que la prochaine fois, ils seront capables de faire encore mieux. Il y a les meilleurs, et il y a les autres. Et puis il y a les SHIRAZ LANE. Une exception qui bouscule les règles.


Titres de l'album:

  1. Carnival Days
  2. The Crown
  3. Harder To Breathe
  4. Tidal Wave
  5. Gotta Be Real
  6. People Like Us
  7. Shangri-La
  8. War Of Mine
  9. Shot Of Life
  10. Hope
  11. Reincarnation

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/03/2018 à 14:09
99 %    390

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.