Endless Nights

Jet Jaguar

17/07/2020

Pride And Joy Music

Avant même la sortie de leur premier LP, les mexicains de JET JAGUAR avaient une lourde épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ils étaient en effet attendus au tournant, étant le premier groupe hispano-américain à remporter le Wacken Open Air Metal Battle en 2017 en Allemagne, fier du Heavy Metal classique et puissant. Se situant justement en converge du Heavy et du Power Metal, les mexicains étaient venus défier les locaux sur leur propre terrain, et leur victoire attira la poursuite sur eux, ne leur donnant pas le droit à l’erreur. Certes, le groupe était déjà auréolé d’un premier EP et de tournées promotionnelles au Mexique, mais le passage sur Pride & Joy Music et l’attention du public qui exigeait la concrétisation de ce coup d’éclat les condamnait de facto à transformer l’essai et à publier non un simple album, mais un véritable manifeste de talent. Les originaires de Cancun ont abordé cette situation délicate de la façon la plus intelligente qui soit : en ne changeant rien à leur optique, et en conservant leur identité qui leur avait permis de se démarquer durant cette âpre bataille entre groupes méritants. Il n’est donc pas étonnant de constater qu’Endless Nights n’offre rien de plus que Zero Hour, leur premier témoignage moyenne-durée. Pour la faire courte et résumer l’histoire de ces sympathiques musiciens venus du Sud, avouons qu’à l’instar de bon nombre de leurs contemporains, ils s’épanouissent dans un Metal hautement nostalgique des années 80, allant piocher leurs références dans la longue liste des cadors de l’époque, IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, HELLOWEEN, CROSSFIRE, ACCEPT, et autres défenseurs d’un Metal puissant et franc du collier. Mais l’avantage des mexicains sur le reste du cheptel old-school est qu’ils n’hésitent pas à varier les plaisirs, à tel point que ce premier album se pose en best-of des plus grandes années du Hard n’Heavy.

En effet, loin de se contenter d’une seule optique, le quintet habile et malin (Maxx Mendoza - chant, Sergio Güez et Nehuen Pacheco - guitares, Jorge Ramírez -basse et Jimmy Lozano - batterie) sort parfois de sa zone de confort puissante pour proposer des choses plus nuancées et bien balancées, osant même deux morceaux dans sa langue natale, ce qui ne fait qu’épicer quelque peu des débats qu’on augurait très prévisibles. Ne jouons pas le dithyrambe qui n’a pas lieu d’être, Endless Nights n’a qu’une seule chose en plus à offrir par rapport aux dix ou vingt livraisons nostalgiques du mois : le talent de composition, cette façon de coucher sur papier des hymnes qu’on reprend en chœur, en utilisant tous les clichés et les poncifs à disposition pour les transformer en qualités. De fait, ce premier album est une sorte de greatest hits d’un groupe tout à fait conscient de son classicisme, mais aussi de ses qualités, et l’impression de voyage dans le temps est clairement palpable dès les premières minutes. Se reposant sur un duo de guitaristes volubiles en solo et solides en rythmique, JET JAGUAR incarne l’équivalent musical du fauve dont il a emprunté le nom et la noblesse, et se meut avec intelligence avant de porter le coup de griffe fatal. Loin d’agencer sa première attaque comme un bond immédiat et cruel, le quintet aménage des plages plus calmes, presque rassurantes, avant de nous lacérer d’un énorme coup de griffe Power Metal. Et la sensation, loin d’être effrayante est salement agréable, comme un safari non exempt de risques qui finalement se termine sans perte humaine.

Produit de main de maître par un spécialiste des voyages temporels, Endless Nights est en effet une nuit sans fin passée à réécouter les classiques de notre jeunesse, les classiques enregistrés par JUDAS PRIEST, HELLOWEEN, IRON MAIDEN, mais aussi DOKKEN, MÖTLEY CRÜE, et même SURVIVOR et BONFIRE pourquoi pas, quand l’ambiance se tamise et que les sentiments effleurent la lune (« Tormenta »). Loin d’être des concessions, ces morceaux plus intimes permettent d’apprécier le reste d’un répertoire plus musclé, qui toutefois ne tombe pas dans les travers du recyclage un peu trop fidèle. L’identité du groupe, contrairement à ce que certains webzines ont affirmé est bien réelle, et repose sur une osmose parfaite entre les musiciens qui connaissent leurs classiques et les jouent à leur façon. On est ainsi pris immédiatement à la gorge par le surpuissant « Jet Ranger », qui après une longue intro spatiale montre les crocs et mord à pleines dents dans la gorge du patrimoine Heavy classique, avec sa rythmique à la Harris/McBrain et ses riffs dignes de la paire Tipton/Downing. Les chœurs en arrière-plan suggèrent que la nouvelle génération a tout compris au sens de la séduction populaire, et le tourbillon proposé par les mexicains nous emporte dans les hautfonds, à la recherche de notre adolescence perdue. La voix haut perchée et légèrement nasillarde de Maxx Mendoza permet de s’éloigner des références que sont Rob Halford, Bruce Dickinson et Midnight, et colore la véhémence d’une petite touche Sleaze assez légère pour aérer la puissance globale. Et comme pour montrer l’étendue de ses capacités, le groupe enchaîne sur un Hard traditionnel, jouant le boogie pour mieux brouiller les pistes, et surtout prouver qu’il n’est pas unidimensionnel.

Recyclant d’anciens morceaux pour les mettre sous la lumière de 2020, le groupe singe ACCEPT dans ses grandes œuvres (« Blinding Lights »), et en profite pour proposer une fois encore son hit le plus connu (« R.O.D. (Race or Die) ») qui cavale bon train pour nous rappeler le meilleur d’HELLOWEEN et STRATOVARIUS. Sur les dix titres de l’album, trois sont donc des adaptations d’anciens morceaux, mais les nouveaux n’ont pas grand-chose à leur envier, et lorsque l’ambiance se tamise et que l’humeur se veut plus posée, le groupe n’en perd pas pour autant sa pertinence, et lâche des tubes que la Californie des mid eighties aurait adoptés (« No Surrender »). Conscient de ne rien révolutionner dans le petit monde du flashback respectueux, JET JAGUAR joue crânement la carte de l’admiration, mais la joue sans nous flouer en composant des morceaux vraiment remarquables, qu’on chantonne en chœur et qu’on retient bien après les avoir écoutés. Oscillant constamment entre vitesse conséquente et maîtrise raisonnable, le quintet lâche parfois la vapeur pour se rapprocher d’un VICIOUS RUMORS carburant à la nitro (« Final Prayers »), avant de freiner d’un Hard Rock plus modéré, mais pas moins accrocheur (« Nunca Mas »). Terminant sa folle équipée par son cheval de bataille, « 10,000 Voices », le combo montre qu’il est capable de grands achèvements et de constructions plus évolutives, ce qui est plutôt de bonne augure pour son avenir. Et après vérification en longue-durée, on comprend parfaitement comment le groupe a levé son épée en signe de triomphe à la fin du Wacken Open Air Metal Battle. Ils incarnent en effet des guerriers modernes, usant d’armes traditionnelles, avec une foi sans bornes en leur propre quête.    

   

Titres de l’album:

01. Jet Ranger

02. Mr. Lee

03. Blinding Lights

04. R.O.D. (Race or Die)

05. Tormenta

06. Up to the Top

07. No Surrender

08. Final Prayers

09. Nunca Mas

10. 10,000 Voices


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/03/2021 à 18:23
85 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51