Delusions of Reality

Typhon

10/02/2021

Autoproduction

En matière de Thrash expérimental, on pense immédiatement à VOÏVOD, les rois du genre qui en ont repoussé les limites avant d’inventer leur propre version de l’histoire. On se dit aussi que les japonais de DOOM ont eu leur mot bizarre à dire, que les THOUGHT INDUSTRY n’étaient pas si loin du débat, et que le BLIND ILLUSION de Marc Biedermann pouvait aussi servir de référence. Mais que cache donc au juste le concept de Thrash expérimental ? Nous ne parlons pas ici d’avant-garde, quoi le terme puisse être approprié dans le cas épineux du Into the Pandemonium de CELTIC FROST, ni du Techno-Thrash des WATCHTOWER, TOXIC et autres SIEGES EVEN, trop classiques dans leur passion du Jazz. Nous parlons d’un Thrash qui n’oublie pas d’être violent, mais aussi aventureux, et qui refuse les saccades faciles d’un Thrash allemand ou de la Bay-Area, et qui s’aventure sur des territoires externes, pour proposer à l’auditeur autre chose qu’une salve lapidaire de quarante minutes. A ce titre, et selon cette définition tout à fait subjective, les TYPHON peuvent être classés dans cette case un peu bâtarde, et ce premier album paru il y a quelques mois risque fort de susciter l’intérêt de fans d’une musique plus complexe que la moyenne, mais aussi très étrange.

TYPHON à la base n’existe pas. Enfin pas vraiment, puisqu’il n’est qu’un véhicule pour son auteur, le batteur chanteur Ralski aka Chris Amesquita. Originaire de Simi Valley, Californie, Ralski a proposé en 2021 un album pour le moins particulier, et pour cause. Il en a composé toute la musique et écrit les textes, mais l’enregistrement de Delusions of Reality s’est fait en trio, avec l’aide de Justin à la grosse basse, et d’Ed à la solide et matte batterie. Et c’est ici que le parallèle déjà lancé en amont avec le BLIND ILLUSION de Marc Biedermann devient pertinente, puisqu’à l’instar de son modèle, Chris a décidé de réactualiser un répertoire vieux de plusieurs décennies, et composé dans les années 90. Si l’on trouvait sur The Sane Asylum des titres écrits à l’orée des années 80, on trouve donc aussi sur ce surprenant Delusions of Reality des morceaux accusant les trente ans ou presque d’existence, ce qui a le don de rendre cet effort pour le moins intriguant, si ce n’est passionnant par moments.

Le concept est donc digne d’intérêt, encore faut-il que la musique suive. Si le tracklisting ne contient pas que des pépites, il cache en son sein des morceaux vraiment hypnotiques, et des parties instrumentales riches et culottées. Les arrangements, pour le moins cryptiques, agrémentent aussi la réalisation, qui parfois prend des airs de bande-son d’un film arty tourné en fin de cycle d’étude. Complètement à part dans la production actuelle, et pourtant partie-prenante de la vague nostalgique, TYPHON possède donc une identité forte, et une originalité indéniable dans le traitement old-school d’un Thrash qui n’hésite pas à tremper son inspiration dans le Heavy Metal un peu Post-Grunge des années 92/93. Ainsi, « Washed Away » pourrait aisément passer pour une démo d’ALICE IN CHAINS, avec son ambiance amère et sa mélodie fanée, tandis que le monstrueux « Pow Wow » éclate de toute sa puissance et de sa rythmique tout en acceptant des inserts psychédéliques pour le moins particuliers. Le travail des trois musiciens pour remettre au goût du jour ces vieux morceaux est donc très pertinent, et l’écoute de ce premier album laisse un goût très bizarre dans les oreilles, un peu doux-amer, mais qui lubrifie les tympans et donne envie d’y revenir. Et s’il faut un peu de temps pour s’habituer à la production, très sèche et mettant incroyablement bien la basse en avant, il faut aussi s’acclimater aux constructions qui nous renvoient au dernier souffle de la troisième vague Thrash des années 90, lorsque la production mondiale tirait ses dernières et plus créatives cartouches.

Nous sommes donc loin de la linéarité des hordes vintage des années 2010, et loin de la tutelle évidente d’un SLAYER, d’un METALLICA, d’un EXODUS ou d’un MEGADETH. Mais nous sommes aussi loin des VOIVOD, et plus proches des THOUGHT INDUSTRY ou des magiques PSYCHOTIC WALTZ, et la fusion entre les divers courants (Jazz, Grunge, Thrash, Metal, et Rock pourquoi pas) donne lieu à un ballet interrompu de séquences terriblement inspirées, d’accélérations bien pensées, de soli surprenants, et de breaks en osmose. Je le concède avec enthousiasme, il est terriblement plaisant de tomber sur un album qui éloigne des standards un peu trop en vogue de notre époque, même si le dit album n’est pas dénué de défauts. Mais j’avoue aussi que les défauts de Delusions of Reality sont minimes, et deviennent même des qualités avec un peu de mauvaise foi. Je parle évidemment du son de l’album, très étouffé, mais du coup symptomatique de ce qu’on pouvait entendre dans les nineties, et d’une poignée de riffs plus convenus que la moyenne. Mais comme ces riffs sont souvent rattrapés par une trouvaille totalement incongrue (les cris et la montée en puissance de « Jump Off » par exemple, et très bon exemple même, limite Hip-Hop), on les excuse facilement.

D’autant que d’autres compositions terriblement osées rétablissent l’équilibre, et que l’originalité ne prend jamais le pas sur l’efficacité. J’en veux pour preuve irréfutable « Bumperhead », qu’on pourrait croire échappé du répertoire des MINDFUNK ou de MORDRED, ou le final « Slipping », très Electro et qui suggère des accointances avec les dancefloors.     

Sacré baffe donc que cet album en escapade dans le passé. Surprenant, attachant, bizarre, biscornu, bricolé, mais très addictif, Delusions of Reality est une bouffée d’hélium dans un discours trop rigide, et une démonstration hors-norme du potentiel Thrash de série B des années 90. Bien joué Ralski.

  

                                             

Titres de l’album:

01. Intro

02. Delusions of Reality

03. Cell

04. Pow Wow

05. Mental Breakdown

06. Washed Away

07. Jump Off

08. Bumperhead

09. Slipping


Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/04/2021 à 17:50
88 %    45

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51