Joyride

She Bites

19/06/2020

Pride And Joy Music

Elle mord donc. Ma chienne aussi, pour autant, elle ne monte pas un groupe pour reprendre « Bark at the Moon », alors qu’elle le pourrait. Mais cessons-là les comparaisons douteuses et célébrons l’arrivée sur le marché d’un produit totalement allemand, pays qui d’ordinaire évolue plus volontiers dans le Heavy bien dru. Difficile de croire que ce nouveau combo n’accuse que quelques mois d’existence tant son premier album respire la maturité et le professionnalisme par tous les pores. C’est pourtant le cas et SHE BITES résulte de la rencontre entre la chanteuse et actrice Melanie Stahlkopf et du guitariste de LIONCAGE Lars König, qui visiblement se sont trouvé largement assez de points communs pour envisager une solide collaboration. Vite rejoints par le batteur de THREE WISHES Carsten Kohl et le bassiste de LIONCAGE Arvid Lucas, les deux têtes pensantes n’ont pas traîné pour enregistrer ce premier et enthousiasmant album qui a trouvé preneur chez les esthètes de Pride & Joy Music, trop heureux de parrainer ce premier effort transpirant de Hard Rock mélodique et de Pop. Avec un titre de LP rappelant méchamment les ROXETTE, une ambiance nous ramenant à l’époque glorieuse de DANTE FOX, et un lot de morceaux énergiques en diable, ce Joyride semble chercher à mériter son titre au moindre couplet ou refrain, et y parvient sans trop de problèmes en s’appuyant sur le talent individuel des musiciens impliqués. Soyons clair dès le départ, SHE BITES est un concentré de formalisme mélodique comme on en entend dix ou douze fois par semaine en écumant le catalogue Frontiers ou AOR Heaven, mais la bonne humeur ambiante et la facilité à trousser des hits à une vitesse intersidérale laissent quand même pantois, et transforment ce premier album en réussite presque totale.

On le sait, la frontière entre le Hard-Rock et la Pop est difficile à respecter, et les groupes empiètent bien souvent d’un pied et demi sur l’un ou l’autre des espaces. Les groupes des années 80 semblaient avoir trouvé la solution au problème, et il n’est donc pas étonnant que ce premier album suive les traces de ses aînés. Avec la voix un peu fragile et fluette de Melanie, SHE BITES dispose d’une arme non négligeable, la chanteuse allégeant les riffs les plus puissants de son approche vocale gracile, faisant parfois ressembler le projet à une version plus musclée de HEART ou de Pat BENATAR. Sans approcher le génie des sœurs Wilson ou la versatilité de la petite Patricia Andrzejewski, le groupe s’en sort toutefois avec les honneurs, en s’appuyant sur le métier de Lars König, toujours prompt à dégainer un motif puissant et méchamment mémorisable. En lorsque le quatuor décide d’accepter une aide extérieure, à savoir celle de la voix d’Olaf Senkbeil  de DREAMTIDE sur le hit incontournable « Rock This Night », on se croirait replongé dans les années de paillettes et de laque du Sunset de 87/88, ou immergé dans le merveilleux de Rock of Ages. Vous l’aurez compris, Joyride est à l’image de ces fêtes foraines aux attractions à sensations modérées, mais aux éclairages chatoyants et aux pommes d’amour ruisselantes de sucre. Toutefois, pas de diabète à craindre de l’écoute de morceaux qui refusent presque obstinément de franchir la barre des quatre minutes pour rester dans des balises Pop, et il est évident que si « Heartbreak Hotel » n’a pas le stupre de la chanson éponyme d’Elvis, elle n’en garde pas moins ce ruissellement mélodique eighties qui inondait les charts à l’époque.

Le son est classique lui aussi, bien équilibré, avec une basse bien ronde et une guitare cristalline, la batterie ne tapant jamais plus fort qu’il ne le faut. De là découlent onze morceaux calibrés pour faire un malheur auprès d’un public aimant la Pop-Rock du Billboard d’il y a trente ans, presque AOR dans l’esprit (« Dance For You »), et qui selon les sources se rapproche des approches miraculeuses de STARSHIP, Robin BECK ou FIONA. Ces deux dernières comparaisons sont d’ailleurs les plus pertinentes, même si les titres les plus Hard-Rock ne sont pas sans rappeler les SLAUGHTER, BON JOVI ou TYKETTO, dans des versions plus contemporaines, mais pas moins performantes. Tout est parfait ou presque et il est bluffant de réaliser le peu de temps nécessaire à l’élaboration d’un tel album. Lorsque l’ambiance se tamise, on retrouve les néons bleutés des films hollywoodiens des années 80 (« I’ll Be Alright »), et le quatuor n’est jamais avare d’arrangements nous replaçant dans le contexte, et évoquant parfois la magie de SURVIVOR et Jami Jamison (« Punches »). La guitare affûtée de Lars König permet souvent au projet de ne pas sombrer dans la mélasse FM la plus indigeste, et le musicien a toujours un atout dans la manche pour contrebalancer les accents les plus flexibles (« The Simple Song »). Du solide, malléable à volonté, Joyride est aussi léger qu’une soirée entre potes, avec un tour sur des montagnes russes aux courbes raisonnables pour ne pas trop faire peur, et garder en tête que le plaisir doit être éprouvé en toute sécurité. C’est bien évidemment très agréable, un peu trop modéré et calibré pour les hard-rockeurs les plus furieux, mais en quarante minutes, SHE BITES prouve que son talent n’est pas usurpé.

Onze chansons pour autant de hits potentiels, et un album qui aurait cassé la baraque en 1987, alors que le Hard-Rock à tendance Pop trustait les charts et les ondes américaines. Une sorte de mix global entre la fougue du Hard-Rock et la séduction pas trop putassière de la Pop, pour des chansons qui ressemblent souvent à des classiques de l’époque, comme ce final « Push The Button » qui n’hésite pas à franchir le Styx pour oser la Pop-Rock la plus fédératrice et générique. Des musiciens au-dessus de tout soupçon, une chanteuse au timbre agréable, des mélodies qu’on mémorise sans problème, pour un petit voyage dans le passé aux allures de pèlerinage sage, mais pas trop. Un album qui mord gentiment et qui ne laisse pas de traces sur la peau de la mémoire.           

                                     

Titres de l’album :

01. Demons

02. Joyride

03. She Is On Fire

04. Heartbreak Hotel

05. Dance For You

06. I’ll Be Alright

07. Rock This Night

08. Punches

09. The Simple Song

10. Heaven Sent

11. Push The Button


Facebook officiel


par mortne2001 le 22/01/2021 à 17:15
80 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44