Xenogenesis

Volturyon

24/07/2020

Vicisolum Productions

Quatrième album pour les vilains suédois de VOLTURYON, et le premier après quatre ans de silence et un Cleansed by Carnage qui s’ingéniait à mériter son titre à chaque intervention. En quatre ans, les originaires de Borlänge n’ont pas changé d’un iota leur formule, et insistent aujourd’hui sur les bons côtés de leur album précédent pour caresser leurs fans dans le sens du poil. Mais on ne peut en vouloir à un groupe de souhaiter faire plaisir à sa fanbase, spécialement lorsque la musique est aussi puissante, agressive, et groovy à la fois. C’est donc avec plaisir que nous retrouvons la précision cruelle de ce Death aussi moderne qu’old-school, et les onze nouveaux morceaux proposés par les bouchers scandinaves ont de quoi satisfaire les plus bas instincts des fans d’un Death efficace, rapide, et ample. Enrobé dans une superbe et inquiétante pochette, Xenogenesis développe donc d’anciennes théories, les améliore, les porte à leur pinacle, pour nous présenter un Death à l’aise dans son bourbier, multipliant les tempi et accumulant les riffs comme un charcutier les saucisses sur son étal. Pour autant, prendre les suédois pour de gentils et bornés bourrins serait une erreur cruelle. Leur musique ose en effet la convergence entre les différentes écoles d’équarrissage, et aborde son répertoire national tout en rendant hommage aux racines US du genre. En choisissant une fois de plus la concision au niveau de la composition, le quintet (Mikko Voutilainen - chant, Johan Gustafsson & Andreas Olander - guitares, Christian Netzell - batterie et Oskar Pålsson - basse) ne lasse jamais l’oreille, pourtant habituée à ces sonorités graves et grasses, et la précision dont fait preuve le combo dans un minimum de temps imparti reste remarquable.

De là, inutile de vous attendre à une révolution au milieu des tombes profanées, VOLTURYON a depuis longtemps trouvé sa formule, et se contente de la peaufiner avec les années. Cette fois-ci, ils s’approchent méchamment de la perfection dans le style, et imitent leurs influences les plus évidentes dans la recherche de la brutalité la plus efficace. On trouve toujours des traces évidentes de dépeçage à la CANNIBAL CORPSE, de la violence outrancière à la DYING FETUS, de la chirurgie plastique en carpaccio à la DECAPITATED, et quelques autres éléments moins flagrants, rappelant de loin les SEVERE TORTURE ou VOMITORY. Du Death de tradition donc, qui se déguste à cheval et sur le pouce, mais qui sait se montrer aussi entraînant que cruel. Et pour bien mettre les choses au point, le combo débute son album à toute blinde, imitant à merveille le « Suicide Note Par I » de PANTERA en version Néo-Death de l’enfer. Les guitares et la batterie son évidemment millimétrées pour apporter la précision nécessaire, mais le tout reste assez cru pour ne pas sonner trop stérile. En gros, on se prend des giclées de sang sur la tronche, mais un sang sain, qui ne présente aucun risque de contamination, et le groupe se propose même de vous filer le sopalin et l’éponge pour ne pas que vous restiez maculé. Pas plus de trois minutes et quelques par morceaux, mais toujours au moins un ou deux plans vraiment efficaces, à l’image de l’intro souple et ferme de « Mother ». On espère quand même que Mikko Voutilainen n’a pas dédié ce morceau à la sienne, la pauvre maman risquant de faire une crise cardiaque.

Alors oui, la double grosse caisse sonne un peu trop propre, mais la précision incroyable des guitares permet d’oublier certains automatismes de production modernes un peu trop poussés, et l’énergie incroyable que dégage le groupe occulte ses aspects les plus prévisibles. Et tout y passe dans la bonne humeur sadique, les sifflantes qui vrillent les oreilles, les écrasements soudains qui pulvérisent la colonne vertébrale, les accélérations qui envoient deux ou trois G dans la tronche, et ces passages euphoriques rythmiquement qui nous donnent envie de headbanguer, même coincé sur un lit d’hôpital. Du classique intelligent qui manie aussi bien le mid tempo martelé que les blasts déchaînés, et l’ensemble revêt vite une apparence de plénitude absolue dans la violence, à tel point qu’on comprend que Xenogenesis représente la quintessence d’une carrière entamée il y a presque quinze ans. On sait que la marge de progression des suédois est aujourd’hui très mince, mais l’habileté dans l’agencement des plans laisse augurer d’un futur qui pourrait surprendre, spécialement lorsque le quintet joue les dissonances qui instaurent le malaise (« World Pandemic »). Je conçois que certains segments se suivent et se ressemblent, mais la puissance globale fait qu’on se moque de ces itérations qui frappent, et lorsque VOLTURYON lâche les watts, ça fait fondre le gras (« Catharsis »). Aucune véritable surprise donc, si ce n’est ce degré de maturation qui laisse admiratif, et les suédois proposent un plat gras mais savoureux, débarrassé de tout corps étranger, joliment présenté dans un plat immaculé, alternant entre charges de viande tendre (« Void »), et mises-en-bouche savoureuses et copieuses (« Invisible Abomination »).

Du formel qui fait du bien par les conduits, du traditionnel porté à ébullition mais pas stérilisé pour autant, et la certitude que les VOLTURYON font partie maintenant de la première division du Death européen, presque à la même hauteur que leurs idoles les plus marquées. Et si un peu d’audace eut été appréciée après quatre ans d’absence, l’efficacité comble les espoirs déçus et fait de Xenogenesis une machine à broyer terriblement efficace, qui réduit le plus petit os en poussière de bestialité.                                 

   

Titres de l’album:

01. Bloodspattered Banner

02. Mother

03. Xenogenesis

04. World Pandemic

05. Catharsis

06. Memoirs from the Morgue

07. Void

08. The Demiurge

09. Invisible Abomination

10. Novichock

11. Rancid Messiah


Facebook officiel


par mortne2001 le 21/09/2021 à 17:35
78 %    69

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05