Brain Stroke

Brain Stroke

09/03/2019

Autoproduction

Ils sont quatre, croisent les bras sur les photos, viennent de Toluca au Mexique, et ne rigolent pas quand ils affirment jouer un Death Thrash viril. Quelques photos promo, des annonces pour un premier LP disponible sur les plateformes digitales, une page Facebook à la bio sommaire, pas de Bandcamp ni de site officiel, encore moins de label, donc peu d’informations à vous divulguer. D’ailleurs, ces mêmes informations se résument à une poignée de données, leur date de naissance en 2018, un line-up (Julius - basse, Issac - batterie, Santiago - guitare, et Mike - chant), un premier single publié l’année dernière (Sight Inside), une influence totale et une autre partielle. CANNIBAL CORPSE pour la référence la plus avouée, et un CHILDREN qu’on suppose OF BODOM pour l’autre, en espérant que le groupe ne parle pas d’enfants, ce qui serait un peu inquiétant dans le cas de cette musique brutale et sans concessions. Voici donc les présentations faites, et en dehors de ces quelques éléments et de l’assertion que le style revendiqué est bien celui pratiqué, pas grand-chose à rajouter dans le cas des BRAIN STROKE, dont les à-coups rythmiques et autres grognements évoquent assez bien une rupture d’anévrisme rapide, mais assez douloureuse. Un an d’existence pour ce combo mexicain, qui a décidé de prendre les choses en main et de s’autoproduire, pour assurer la vente et le service après-vente, et après écoute de ce premier long éponyme, je crois deviner qu’un futur radieux mais bestial les attend. Sans vraiment s’acharner à révolutionner un style qui tourne en rond depuis le lendemain de sa création, les BRAIN STROKE en proposent néanmoins une vision très personnelle, et surtout, très professionnelle qui s’écarte donc du tout-venant d’une production parfois erratique et amatrice. 

Si honnêtement, leur boucan n’est pas vraiment proche des exactions les plus animales de CANNIBAL CORPSE, le roi dans un genre assez encombré, il n’en est pas moins créatif, et surtout, emballé dans une production qui a de quoi laisser admiratifs les groupes les plus cajolés. On en devient même étonné lorsque la basse gironde de « Find the Way » fait méchamment claquer ses graves dans un pur style Hardcore, sans dévier de la méchanceté Death d’origine. Un son global clair et puissant, qui permet à une guitare assez volubile de débiter ses riffs avec précision, ses soli avec concision, et qui lie la section rythmique à l’unisson. Ajoutez à ça un chanteur qui grave juste ce qu’il faut, et vous obtenez un mixage absolument parfait, qui permet au groupe de convaincre malgré le caractère encore un peu timoré de son approche. Timoré, mais globalement convaincant, puisque avec une petite demi-heure de jeu, les mexicains ne risquent pas l’overdose, et s’arrêtent pile au bon moment. Mais alors, qu’en est-il de cet équilibre très instable et difficile à obtenir entre Death et Thrash qui cautionne cette appellation contrôlée Death Thrash et non l’inverse ? Il est effectivement bien dosé, puisque les licks sont glauques et sombres comme du Death US, que les lignes vocales ne décollent pas de la complainte du plantigrade en manque de saumon, et que le batteur cogne juste ce qu’il faut pour ne pas en faire trop. D’ailleurs, les influences Thrash sont la plupart du temps inscrites en filigrane, encore plus sur la seconde moitié de l’album qui privilégie les tempi lourds et tassés. Le début du LP est plus franc niveau vitesse, et l’ouverture « Brain Stroke » assoit le nom du groupe avec fermeté et célérité. On pense même à une version survitaminée de nos propres NO RETURN, avec quelques touches SUFFOCATION très légères pour ne pas trop encombrer, mais on est séduit par cette franchise de ton qui nous fait plonger directement dans le bain.

Mais le groupe, très intelligent, ne se contente pas de frapper pour cogner sans réfléchir, et aménage de nombreux breaks, beaucoup de tassements et de changements d’ambiance, ce qui permet de bifurquer à intervalles réguliers entre Death totalement assumé et Thrash aménagé, et « Exit by the Entrance » d’alléger un peu le fond pour friser un Crossover malmené par des fans de Thrashcore dégénéré. On nage en plein classicisme, mais il n’y a aucun mal à ça, d’autant plus que les quatre musiciens connaissent bien leur boulot, avec une mention spéciale à l’axe basse/batterie qui fait tout pour se mettre en avant sans nuire à la cohésion. Mais le plaisir de pouvoir discerner tous les plans est concret, le style tombant souvent dans la lave en fusion qui fond toutes les parties pour les mouler en un magma unique. Alors on savoure, et on apprécie les cassures, les brisures, les ruptures, et les morceaux s’enchaînent sans jamais déchaîner l’ennui, encore plus lorsqu’ils se veulent pluriels et percutants comme ce « Mind Your Own Business » qui incite en effet à s’occuper de ses affaires, de son couplet écrasant et de ses aménagements lourds et lents. Très à l’aise dans le créneau, les BRAIN STROKE jouent carré et costaud, et mènent leur barque sans se préoccuper des modes et autres tendances, syncopant méchant lorsqu’il le faut (« Sight Inside », le fameux single qui le mérite bien), ou concassant velu sur les plus gros morceaux (« Painful Thoughts », avec une doublette de croches entre la guitare et la basse sur tapis de blasts). En somme, une entrée en matière beaucoup plus fine et remarquable que ses prémices ne le laissaient suggérer, et huit titres qui se dégustent en carpaccio, mais de qualité, et velouté d’une sauce assez fruitée. Bonne introduction qui va ouvrir les portes des salles aux mexicains, et pour vous, un Brain Stroke qui ne vous mettra pas au tapis, mais qui fera fonctionner vos neurones sans vous faire risquer l’apoplexie.


Titres de l'album :

                         1.Brain Stroke

                         2.Exit by the Entrance

                         3.Mind Your Own Business

                         4.Sight Inside

                         5.Painful Thoughts

                         6.Altered Reality

                         7.Find the Way

                         8.No Escape the Fire Is Set

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/12/2019 à 14:23
78 %    554

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59