PISSGRAVE a absolument tout pour me plaire. J'ai pourtant découvert cet incroyable groupe sur le tard. L'année dernière, en fait, en tombant par hasard sur leur premier album sorti en 2015. J'en avais même fait une chronique ici même tellement ça m'avait secoué. Même si c'était forcément après la bataille vu que l'album avait déjà 3 ans au compteur.

Je disais donc que PISSGRAVE avait tout pour me plaire. D'abord ils font du très bon Death Metal, ça c'est la base. Ensuite ils n'ont pas de Facebook ou autres réseaux sociaux. Ça doit être parce qu'on a affaire à des asociaux indécrottables. Non, leur truc à eux c'est plutôt la communication par le choc, par la musique. Pas besoin de pub (le label - l'excellent Profound Lore Records - s'en charge de toute façon). Et ils ont surtout compris ce que voulait dire Metal Extreme, du moins c'est sans doute moi qui ai la même définition qu'eux. On pousse le bouchon le plus loin possible. Trop loin même. Et on l'assume.

Le Death et le Metal Extreme ce n'est pas fait pour tout le monde, ce n'est pas une musique pour la masse humaine grouillante sur la planète, ce n'est pas pour la plèbe quoi (n'y voyez là aucun élitisme mal placé, nous fans de musique extrême ne valons pas mieux que les autres, mais c'est mon avis). On a tendance à l'oublier un peu ces temps-ci où on essaie de nous faire croire que les métalleux sont tous des "Bisounours", qui ne font rien de mal à part montrer leurs culs aux caméras. Et bah non, PISSGRAVE est là pour te le prouver. PISSGRAVE c'est le caillou (que dis-je, le rocher !) dans la chaussure des innocents qui voudraient rendre le Metal acceptable pour tout le monde.

PISSGRAVE lui il te chie dans les grolles, vomit sur la bienséance, et urine sur le bon goût. Sur ce second album le groupe nous propose rien de moins que le Death Metal le plus dépravé qui soit. Être extrême, c'est ça qui les mène, qui les pousse à sortir un nouvel opus. Alors qu'ils avaient finalement déjà exprimé tout le dégoût qu'ils éprouvent pour l'humanité sur leur premier album (et leur démo), les américains remettent le couvert en 2019. Pas grand chose de nouveau à l'horizon vous l'aurez deviné sur ce Posthumous Humiliation. Un son un peu moins raw, un peu moins rêche, en gros... une meilleure production. Mais n'allez pas imaginer que le but de cette "amélioration" est de passer sur les ondes (haha)... Non, bien entendu, on est encore loin des prods bien propres sur elles, bien aseptisées largement en cours dans la scène Death actuelle. Pour tout le reste on garde les mêmes ingrédients. Son naturel (et toujours raw quand même), chant pitché (passé dans un filtre) bien dégueulasse et haineux. On pense plus que jamais aux vomissures d'un REVENGE. Riffs vicieux aussi. Passages mid-tempo assez présents, pour mieux repartir sur des blasts à l'ancienne la minute suivante. Plusieurs grands noms du Death viennent à l'esprit durant l'écoute, MALEVOLENT CREATION, VOMITORY, DERANGED... Mais il y a un truc en plus chez les américains, une radicalité, une malsanité plus poussées que chez les autres. Quand les autres ont des illustrations gores dessinées, parfois risibles, eux ont des photos réelles. C'est très imagé mais c'est l'exemple qui me vient tout de suite. On n'est pas dans la blague potache, dans les paroles d'horreur "parce que c'est comme ça dans le Death Metal". Chez PISSGRAVE on est clairement pas là pour rigoler voilà tout. On imagine pas le Death comme un passe temps "cool" et inoffensif. 

Posthumous Humiliation est sans doute un peu moins marquant que Suicide Euphoria, l'effet de surprise est passé et ce dernier album est un peu moins cru que les précédentes réalisations du combo, mais tout de même... Ça remet les choses à leur place un tel moment de Death Metal...

Un mot sur l'artwork, on en parlait, pour terminer. Immonde, comme d'habitude avec les américains. Pas besoin de le préciser, mais oui, c'est bien une vraie photo une fois de plus. Plus brutale que pour le premier album mais moins vomitive tout de même. Je rajouterais que jamais une cover d'album de Death Metal n'avait été autant en adéquation avec le titre dudit album. Posthumous Humiliation, c'est ça. De la misanthropie même pour les morts. Même après la mort, l'humanité ne mérite que moqueries et mépris. 

Et de la pisse sur sa tombe.


Tracklist :

1. Euthanasia 2. Canticle of Ripping Flesh  3. Funeral Inversion  4. Catacombs of Putrid Chambers  5. Into the Deceased  6. Posthumous Humiliation  7. Emaciated 8. Celebratory Defilement 9. Rusted Wind


par Jus de cadavre le 11/03/2019 à 09:00
85 %    396

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes