PISSGRAVE a absolument tout pour me plaire. J'ai pourtant découvert cet incroyable groupe sur le tard. L'année dernière, en fait, en tombant par hasard sur leur premier album sorti en 2015. J'en avais même fait une chronique ici même tellement ça m'avait secoué. Même si c'était forcément après la bataille vu que l'album avait déjà 3 ans au compteur.

Je disais donc que PISSGRAVE avait tout pour me plaire. D'abord ils font du très bon Death Metal, ça c'est la base. Ensuite ils n'ont pas de Facebook ou autres réseaux sociaux. Ça doit être parce qu'on a affaire à des asociaux indécrottables. Non, leur truc à eux c'est plutôt la communication par le choc, par la musique. Pas besoin de pub (le label - l'excellent Profound Lore Records - s'en charge de toute façon). Et ils ont surtout compris ce que voulait dire Metal Extreme, du moins c'est sans doute moi qui ai la même définition qu'eux. On pousse le bouchon le plus loin possible. Trop loin même. Et on l'assume.

Le Death et le Metal Extreme ce n'est pas fait pour tout le monde, ce n'est pas une musique pour la masse humaine grouillante sur la planète, ce n'est pas pour la plèbe quoi (n'y voyez là aucun élitisme mal placé, nous fans de musique extrême ne valons pas mieux que les autres, mais c'est mon avis). On a tendance à l'oublier un peu ces temps-ci où on essaie de nous faire croire que les métalleux sont tous des "Bisounours", qui ne font rien de mal à part montrer leurs culs aux caméras. Et bah non, PISSGRAVE est là pour te le prouver. PISSGRAVE c'est le caillou (que dis-je, le rocher !) dans la chaussure des innocents qui voudraient rendre le Metal acceptable pour tout le monde.

PISSGRAVE lui il te chie dans les grolles, vomit sur la bienséance, et urine sur le bon goût. Sur ce second album le groupe nous propose rien de moins que le Death Metal le plus dépravé qui soit. Être extrême, c'est ça qui les mène, qui les pousse à sortir un nouvel opus. Alors qu'ils avaient finalement déjà exprimé tout le dégoût qu'ils éprouvent pour l'humanité sur leur premier album (et leur démo), les américains remettent le couvert en 2019. Pas grand chose de nouveau à l'horizon vous l'aurez deviné sur ce Posthumous Humiliation. Un son un peu moins raw, un peu moins rêche, en gros... une meilleure production. Mais n'allez pas imaginer que le but de cette "amélioration" est de passer sur les ondes (haha)... Non, bien entendu, on est encore loin des prods bien propres sur elles, bien aseptisées largement en cours dans la scène Death actuelle. Pour tout le reste on garde les mêmes ingrédients. Son naturel (et toujours raw quand même), chant pitché (passé dans un filtre) bien dégueulasse et haineux. On pense plus que jamais aux vomissures d'un REVENGE. Riffs vicieux aussi. Passages mid-tempo assez présents, pour mieux repartir sur des blasts à l'ancienne la minute suivante. Plusieurs grands noms du Death viennent à l'esprit durant l'écoute, MALEVOLENT CREATION, VOMITORY, DERANGED... Mais il y a un truc en plus chez les américains, une radicalité, une malsanité plus poussées que chez les autres. Quand les autres ont des illustrations gores dessinées, parfois risibles, eux ont des photos réelles. C'est très imagé mais c'est l'exemple qui me vient tout de suite. On n'est pas dans la blague potache, dans les paroles d'horreur "parce que c'est comme ça dans le Death Metal". Chez PISSGRAVE on est clairement pas là pour rigoler voilà tout. On imagine pas le Death comme un passe temps "cool" et inoffensif. 

Posthumous Humiliation est sans doute un peu moins marquant que Suicide Euphoria, l'effet de surprise est passé et ce dernier album est un peu moins cru que les précédentes réalisations du combo, mais tout de même... Ça remet les choses à leur place un tel moment de Death Metal...

Un mot sur l'artwork, on en parlait, pour terminer. Immonde, comme d'habitude avec les américains. Pas besoin de le préciser, mais oui, c'est bien une vraie photo une fois de plus. Plus brutale que pour le premier album mais moins vomitive tout de même. Je rajouterais que jamais une cover d'album de Death Metal n'avait été autant en adéquation avec le titre dudit album. Posthumous Humiliation, c'est ça. De la misanthropie même pour les morts. Même après la mort, l'humanité ne mérite que moqueries et mépris. 

Et de la pisse sur sa tombe.


Tracklist :

1. Euthanasia 2. Canticle of Ripping Flesh  3. Funeral Inversion  4. Catacombs of Putrid Chambers  5. Into the Deceased  6. Posthumous Humiliation  7. Emaciated 8. Celebratory Defilement 9. Rusted Wind


par Jus de cadavre le 11/03/2019 à 09:00
85 %    305

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)