Foreordained

Phobocosm

08/12/2023

Dark Descent Records

Disparu des radars depuis la sortie d’un EP en 2019, PHOBOCOSM retrouve son plan de vol pour se faire repérer d’un nouveau longue durée en cette année 2023. Chantres d’un Death Metal sourd, cryptique et lourd, empiétant sur les chrysanthèmes fanés des tombes Death/Doom, les canadiens sonnent plus remontés que jamais, et nous invitent à joyeusement déambuler dans les allées de leur cimetière personnel.

Foreordained est donc le troisième album tant attendu, qui aurait logiquement dû intervenir deux ou trois ans après le célébré Bringer of Drought (2016), et qui vient à point nommé nous rappeler à quel point ce quatuor de Montréal incarne le versant traditionnel du Death canadien, froid, rigide, impénétrable, et opaque comme une nuit éternelle.

J.S.G (batterie), S.D (guitare) et E.B (chant/basse), les trois membres fondateurs, et R.M (guitare), nous proposent donc une nouvelle production gravissime, entre Death, Doom, Noise et attaque de biais, et le moins que l’on puisse dire, c’est que Foreordained ne fait pas semblant d’être vilain. Mixé et masterisé au Studio Tehom, à Montreal, ce troisième du nom incarne le versant le plus rude de la montagne de la mort, avec ses riffs congelés, ses mélodies infectées, et évidemment, ce chant immonde, tenant lieu de troisième ou quatrième ligne rythmique, et qui porte à bout de cordes vocales des structures logiques et éprouvantes.

Point de grosse surprise donc, point de technique exacerbée, mais du lourd, du très lourd parfois, des ambitions manifestement non revues à la baisse avec les années, et une belle place à occuper sur le podium des groupes les plus difformes d’un Montréal de cauchemar.

Et si tout commence par une entrée en matière modeste et traditionnelle, avec en fond un riff ample lâché comme aux plus grandes heures d’AUTOPSY, les choses ne tardent pas à changer pour nous propulser dans un monde parallèle, au sein duquel le temps s’écoule différemment. Avec plus de dix minutes de digression, « Primal Dread » est un gros morceau qu’on vous fourre dans les oreilles sans votre consentement, et qui évoque tout autant la scène Death monolithique des INCANTATION/SUFFOCATION, que par petites touches le Post-Hardcore le plus vénéneux des années 90, NEUROSIS en tête de liste.

Les itérations sont donc reines, et le groupe insiste sur les plans les plus oppressants. Inutile d’espérer une quelconque respiration, le tout est aussi bien scellé qu’une lettre de recommandation auprès du diable, et l’air vicié envahit rapidement nos poumons pour nous laisser sans souffle, à attendre vainement une petite ouverture sur un univers moins claustrophobique.

Là est l’art des canadiens, qui ne reculent devant aucune astuce pour compresser leur musique au maximum, nous offrant par là même des arrangements presque symphoniques, en tout cas dramatiques, qui se tapissent en textures en arrière-plan, pour se rapport d’un Black/Death apocalyptique.

Pas radins les canadiens, malgré un tracklisting très limité. Six morceaux seulement, mais quels morceaux, puisque tous dépassent les cinq minutes, voire les six ou les sept. De longues constructions donc, pour un disque qui diffuse son poison lentement, nous immobilisant et nous paralysant pour nous soumettre à sa volonté. Il est même possible d’envisager que cet album à une volonté propre, et qu’il n’est pas seulement le fruit des réflexions de musiciens désireux de se rapprocher du côté le plus extrême.

Non, Foreordained semble se mouvoir seul, créature étrange rampant sur le sol en mode cadavre en pleine résurrection, et une fois debout, son ombre plonge dans l’obscurité le reste de la cave, nous isolant encore un peu plus du monde extérieur (« Infomorph »).

Intense, solide, et même pourquoi pas traumatique, ce troisième album est donc l’épiphanie que nous étions en droit d’attendre de PHOBOCOSM. Du Death lourd et sale, qui sent les égouts, le nihilisme, le dégoût de l’humanité, et l’extrême onction dans un monde à l’agonie, en première phase de putréfaction avancée. Mais quel plaisir de glisser sur de la cire humaine comme sur un toboggan macabre, et qu’il est délicieux de se laisser malmener par un Metal sans compromis, parsemé de quelques fantaisies rythmiques, et propre à faire passer Chris Reifert et ses admirateurs pour des lutins de Noël en manque de bonheur familial.

PHOBOCOSM vous fait donc un très beau cadeau, et il serait de très mauvais goût de le refuser. D’autant qu’une telle grimace musicale exagérée n’est pas chose courante, et il convient donc de l’apprécier de la même façon qu’on apprécie le cadeau de tata Nicole recyclé depuis 1987.         

  


Titres de l’album:

01. Premonition

02. Primal Dread

03. Everlasting Void

04. Infomorph

05. Revival

06. For an Aeon


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/02/2024 à 18:06
80 %    155

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Gargan
@194.5.191.151
13/02/2024, 10:48:28

Ils m'avaient tapé dans l'oeil (enfin les esgourdes) sur une news. Dense, lourd, implacable. Faudrait qu'ils passent en France, les Cousins.


RBD
membre enregistré
13/02/2024, 12:26:02
Moi j'ai fini par décrocher, j'avais trouvé que certains riffs tournent à vide au bout d'un moment. C'est dommage, j'aurais peut-être l'illumination plus tard (enfin, illumination dans cette noirceur, vous me comprenez...).

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52