Au départ étaient trois styles bien distincts. D’abord, le Folk, l’un des plus anciens, sevré de douces sonorités bucoliques et de textes dédiés à la liberté et dame nature. Mais non dénué de conscience sociale. Puis vint le Progressif, de Canterbury, plus axé sur la théâtralité, la liberté de ton et les expérimentations. Souvent bavard, le genre ne pouvait s’empêcher de digresser pour prouver sa valeur et exprimer ses idées, qui savaient aussi se montrer redondantes et parfois même envahissantes. Et en marge de tout ceci, naquit le Black Metal, le genre le plus nihiliste qui soit, avide de linéarité et de brutalité, d’anarchie et de chaos, à cent lieues des préoccupations des deux autres catégories précitées. Et qui aurait imaginé qu’un jour ces trois sous-divisions pourraient cohabiter sur des albums à la beauté troublante et à la violence prenante ? Certainement pas moi, certain que chaque chasse gardée l’était vraiment, et que l’ouverture d’esprit ne serait pas suffisante pour réconcilier des extrêmes qui semblaient à l’aise dans leur coin. Pourtant, la fusion fut faite, pour le meilleur parfois, mais aussi pour le pire. Sauf que lorsque le meilleur côtoie le sublime, les anges de la terre se manifestent et nous entraînent dans une danse de vie et de mort, unissant Eros et Thanatos dans un même ballet étourdissant de splendeur et d’horreur. Et ça, les polonais de JARUN l’ont bien compris, depuis leurs débuts, eux qui s’ingénient à nous perdre sur les pistes de la provocation pour mieux nous entraîner sur la voie de la passion. Quelle belle conclusion…

Fondé en 2008 sous l’impulsion du guitariste Zagreus, travaillant alors sur un projet annexe combinant la délicatesse acoustique du Folk et la violence abrasive du Black, JARUN est vite devenu un groupe à part entière, abandonnant petit à petit ses oripeaux Folk pour se concentrer sur un BM aux aspirations progressives, distillant ses effluves sur deux longue-durée, Wziemiozstąpienie en 2012 et Pod Niebem Utkanym z Popiołu en 2015. Mais ces mêmes inflexions mélodiques, quoique plus sous-jacentes, n’en ont pas pour autant disparu complètement. C’est en tout cas ce que semble démontrer le troisième LP du quintette (Zagreus - guitare, Pazuzu - batterie, Dawid Wierzbicki - basse, Krzysztof "Gambit" Stanisz - guitare et Mateusz Kujawa - chant), Sporysz, à la pochette aussi absconse que son contenu est riche. Riche de sonorités qui s’assemblent, se désassemblent et se complètent, pour former au final une symphonie de l’étrange, aussi sublime qu’elle ne se replie sur elle-même pour ne pas révéler trop vite sa beauté informelle. En choisissant de trouver un équilibre entre les styles empruntés et abordés, les polonais nous offrent l’un des LP les plus riches de cette fin d’année, de ceux qui rejoignent in-extremis les tops 10 de toute rédaction qui se respecte. On pense à l’écoute de ce troisième chapitre à une mouture/bouture entre ENSLAVED et SHINING, avec quelques allusions au patrimoine culturel régional des roumains de NEGURA BUNGET, alors même que l’identité des JARUN crève les oreilles tout au long de ces six longs morceaux qui font la part belle aux digressions collectives et individuelles. Il serait facile d’en pointer l’acmé en abordant le cas très précis de l’envoutant « Sny jak Ziemia, Sny jak Rzeka », qui se sa rythmique en perpétuelle évolution et de sa guitare en constante régression nous perd dans le dédale d’idées, agencé façon puzzle difficile à reconstituer. Mais entre la voix versatile de Mateusz, qui oscille constamment entre gravité rauque et caresses de médiums, la guitare inventive de Krzysztof qui emprunte les notes et volutes d’IHSAHN et les errances psychédéliques de Piggy, et la rythmique infernale du duo Dawid Wierzbicki/Pazuzu, le choix est vaste et les points de focalisation nombreux, à tel point qu’on se perd parfois dans l’imagination d’un collectif qui n’hésite pas à provoquer le Post Metal pour mieux nourrir des mélodies transversales, striées d’une ligne de basse redondante et imposante (« Malowany Ogień »), qui finit par céder sous la pression d’un BM sauvage et sans complaisance.

Neuf minutes de démonstration, c’est largement suffisant pour jauger du potentiel d’un quintette uni dans la douleur et l’honneur, cet honneur qui leur fait fondre des matériaux dans un creuset d’influences pour n’en retirer que la substantifique moelle d’un Post BM progressif refusant toutes les ficelles les plus usées. Mais tout ceci est remarquable (dans les deux sens du terme) dès le monstrueux et introductif « Sporysz » qui de son énorme basse en ronflements et de sa guitare en carillon semble prévenir les auditeurs que quelque chose de foncièrement différent les attend. Crescendo, ruptures dans la continuité, refus des conventions, pour un Progressif qui redore enfin son blason en acceptant de remiser la démonstration au placard des ambitions futiles. Ici chaque plan se justifie, chaque idée est validée, et l’inspiration ne se tarie jamais, laissant place à des interprétations très personnelles de la brutalité, insérée dans un écrin de beauté trouble et vénéneuse. Voix incantatoire, batterie ondulatoire, à la frappe fluide mais ferme, inflexions jazzy pour perturbation noisy, tout est en place dès l’introduction, et le fil d’Ariane qui relie les thèmes est aussi solide qu’ondulant sous le vent des références. Pas forcément faciles à identifier, mais à vrai dire, seule celle des polonais importe, puisqu’ils ont trouvé leur voie depuis quelques années, et qu’ils la suivent avec foi. Enrobé dans une production à l’équilibre parfait, Sporysz nous parle de la mort, de la folie, de l’humain et de sa nature environnante, sans complaisance, mais avec un regard effrayant d’acuité, un regard de face et de biais, qui semble vouloir extirper de la laideur égoïste de l’humanité, les qualités nécessaires à une survie de l’espoir.

Alors, on se frotte parfois à la délicatesse d’un Post Folk presque Indie dans l’esprit (« Powidoki »), pour mieux introduire l’instrumentation évolutive sans forcer, avant de nous écraser d’une brutalité presque chaotique, rappelant les accès de rage d’un HYPNO5E fou de douleur de constater les ravages causés par l’avidité. De là, il est possible d’accoler définitivement le préfixe si galvaudé de « Post » aux JARUN, sans aucune facilité d’écriture, mais avec la conviction qu’ils vont beaucoup plus loin qu’un simple mélange de BM et de Folk, qui aujourd’hui s’articule plus volontiers autour d’un axe global que sur une somme d’influences externes. On s’accroche à des riffs vraiment mémorisables (« Jesień Wieczności ») malmenés par une rythmique instable, alors même que le chant erre le long d’un brouillard lyrique tout sauf emphatique. Des harmonies, des mélodies, de la force, une puissance incroyable, pour un résultat qui brille de sa pertinence, et qui réconcilie la confiance et le doute. De quoi alimenter les rumeurs, et permettre à ce troisième LP d’accéder au cercle très fermé des œuvres définitives, et de ces fameux classements de fin d’année si prisés…

Au départ étaient trois styles bien distincts, qui aujourd’hui n’en forment plus qu’un. Par magie quelque part, mais aussi grâce aux talent indéniable de musiciens au niveau si élevé que la moindre difficulté ne devient qu’un cap de plus à passer. JARUN enterre 2017 sous une chape de plomb et de rêve, et nous force à regarder de l’avant. En acceptant nos peurs comme nos espoirs.


Titres de l'album:

  1. Sporysz
  2. Powidoki
  3. Jesień Wieczności
  4. Wichry
  5. Sny jak Ziemia, Sny jak Rzeka
  6. Malowany Ogień

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/01/2018 à 14:30
98 %    88

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Kidnapped

Crunch CS

Nosotros Los Muertos

Nosotros Los Muertos

Frozen Graves

Frozen Graves

Betrayed

The Unbeliever

Bucium

Miorița

Profane Order

Tightened Noose of Sanctimony

Midnight City

Не умрем

Phantasm

Three Men Make a Tiger

Jarun

Sporysz

Primero Muerto

Dividen Para Gobernar

The Animal In Me

Helping Won't Help

Obskuritatem

U Kraljevstvu Mrtvih...

In Shadows And Dust

A Fleur de Peau

Blackest Sin

Blood Eagle

Wargame

Dead Skaters Brigade

Steel Shock

For Metal To Battle

Malakhim

Demo I

Eternal Torment

Blind to Reality

Carousel Vertigo

Revenge Of Rock And Roll

Ascended Dead

Abhorrent Manifestation

Gods Of Violence Tour

Simony / 15/01/2018
Death Metal

VAMACARA STUDIO

youpimatin / 05/01/2018
Vacamara Studio

Interview du groupe SKELETHAL

Jus de cadavre / 02/01/2018
Death Metal

Interview Samuel SANTIAGO (BLACK MARCH)

youpimatin / 30/12/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Civil War + Gloryhammer

16/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Civil War + Gloryhammer

17/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Inquisition + Septic Flesh

18/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Arch Enemy + Wintersun

18/01 : Le Transbordeur, Lyon (69)

Loudblast + Teska

19/01 : La Carene, Brest (29)

Inquisition + Septic Flesh

19/01 : Le Chabada, Angers (49)

Fleshdoll + Anamorh + Ascendance

20/01 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Inquisition + Septic Flesh

20/01 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

36 Crazyfists + All Hail The Yeti + '68

23/01 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Achat obligatoire. J'ai beau regretter le côté plus extrême des débuts (Bitter ist's dem Tod zu dienen ou Her von welken Nächten faisant partie de mes classiques), Dornenreich reste un groupe de très grande classe et qui a le mérite de ne pas laisser indifférent.


Va falloir du temps pour l'assimiler, mais il y a de bonnes choses dessus (j'adore Forgive me, où on retrouve bien la patte COC). Et surtout je suis vraiment content du retour de Pepper Keenan, un peu trop cannibalisé par Down ces dernières années à mon goût.


Yes ! J'ai revu Kreator il y a presque un an dans le Midi (cf. les archives), c'était une grosse fessée.


"Thrash de stade" putain c'est ça ! :D ça colle parfaitement a Kreator ! Pour moi trop aseptisé sur scène en tout cas. Mais tellement pro que ça passe.


Mon ressenti sur le groupe c'est que, le problème de Machine Head, c'est qu'il s'agit d'un groupe très inégal dans ses sorties d'albums.

On a eu droit à un "Burn My Eyes" excellent, suivi d'un "The More Things Change" pas mauvais mais moins bon que le premier.
Leur troisièm(...)