Les barbes, les forêts, les guitares sous accordées et fuzzées à l’extrême, les litanies vocales censées nous faire pénétrer l’épais mur de fumée d’un passé que personne ne se décide à enterrer (et à juste titre), c’est bien joli, mais franchement, depuis quand le Hard-rock vintage ne vous a-t-il pas fait vibrer ? Je veux dire, vraiment fait vibrer, et autrement qu’en calquant ses tics sur les astuces les plus évidentes des glorieux aînés ? Personnellement, je ne me pose plus la question, et pire même, je l’élude pour ne pas avoir à dégainer une réponse désagréable.

Heureusement, certains ne se contentent pas de gimmicks pour nous faire groover, et osent enfin briser le schéma pour proposer de véritables chansons, et non un alignement de poncifs poussifs pour essayer de nous faire croire que 1971 a encore sa place à notre époque. Car ça, nous le savons déjà, l’héritage est suffisamment conséquent pour que nous ne l’oubliions pas…Bon et finalement, qu’est ce qui nous reste sous la dent ? De nouveaux groupes, qui a la différence de la horde de suiveurs, tentent des choses plus osées et paradoxalement plus simples. Et il est assez étrange de devoir aller les chercher à l’autre bout du monde, sous un soleil austral pourtant peu propice au recueillement sur fond de tocsin et de rengaines lugubres.

Mais les DEVIL ELECTRIC n’ont en fin de compte pas vraiment grand-chose de lugubre. Ils sont même plutôt lumineux dans leurs ténèbres. Qu’ils nous avaient déjà présentées à l’occasion d’un premier EP, The God’s Below, publié l’année dernière, en presque confidentialité…

Est-ce le regard presque innocent de la belle Pierina O'Brien qui a convaincu les pontes de Rolling Stone de se pencher sur leur cas ? Le journaliste a-t-il été plus séduit par le faciès enjôleur d’une vocaliste hors-pair que par la musique somme toute assez classique d’un quatuor ne cherchant pas ses références plus loin que le bout de ses encyclopédies personnelles ? La réponse est dans la non question, et finalement, il est assez normal qu’un magazine à grand tirage et à visibilité maximale se soit focalisé sur le cas à part d’un combo qui réfute toutes les théories de stagnation pour justifier de son essence pas si passéiste qu’elle n’en a l’air.

Et tout ça, en gardant en mémoire que la chanson sera toujours plus importante que les arrangements et le reste. Et celles proposées par ce premier longue durée éponyme sont valables, classieuses, étranges, fumeuses, mais surtout, aussi contemporaines qu’elles ne sont nostalgiques, et aussi bluesy qu’elles ne sont Heavy. Et ça, c’est vraiment novateur dans le petit cercle fermé du Hard-Rock entaché de nostalgie bon marché…D’ailleurs, tout est dit ou presque par une superbe pochette aussi opaque qu’elle n’est révélatrice. Des silhouettes qui se dégagent en fond boisé, des musiciens apparents pour une chanteuse qui se voile la face, et refuse d’admettre ce qui n’est que trop évident…Son talent d’une part, mais aussi celui de ses comparses (Christos Athanasias – guitare, Tom Hulse – basse/chœurs et Mark Van De Beek – batterie), et d’un album qui fait la part belle à la multiplicité de ton, et qui pioche un peu partout dans un répertoire immortel pour l’accommoder d’une sauce très personnelle, qui prend dès l’entame majestueuse et groovy de « Monologue (Where You Once Walked) ».

En cinq petites minutes, on sent déjà que les DEVIL ELECTRIC avec ce premier album éponyme se refusent à n’être qu’une sensation passéiste de plus, et tordent le cou aux clichés SABBATH pour les incruster de force dans un contexte moins Doom, plus Bluesy, et à cheval entre Birmingham et Melbourne. Les antipodes réunis, et les climats antagonistes réconciliés ? C’est exactement ça, puisque cette musique très intime persuade les ténèbres de s’accorder à des rais de lumière qui tanne des peaux trop blanchies par l’ombre. Bien sûr, on sent le Doom par tous les pores, mais le vrai, celui des origines, pas celui monolithique qui se contente d’être obsédé par un thème unique répété jusqu’à la nausée.

Et la preuve en est apportée par le grassouillet « Shadowman », qui se traîne d’une rythmique un peu lardée que les QOTSA et KYUSS auraient sublimée d’accords désertiques décharnés. Il n’est d’ailleurs pas incongru de mentionner le Stoner, pour ses accointances Blues, puisque presque tous les titres du LP en sont stigmatisés, des riffs au feeling de Christos aux incantations vocales de Pierina, qui pourtant n’en rajoute pas dans son rôle de prêtresse de funèbres trop sexy vocalement pour être véritablement honnête. Du fuzz quand même, pour boucler la boucle et assurer le décorum, mais surtout, une guitare plus mutine qu’obstinée, et des hits improbables, qui feraient bondir les BARONESS et les KADAVAR sur leur trône, tremblant de peur de perdre leur suprématie en tendant l’oreille sur « Lady Velvet », qu’on imagine entonnée dans un robe gainée de velours, et d’une bouche aussi pleine de promesses que de venin.

Format court, format médium, interludes en contradiction (d’un côté le plombé et malsain « Monolith », que des MASTODON en pleine transe auraient pu encore plus compresser, de l’autre, le sublime de pureté acoustique « Lilith », qui évoque avec tendresse et passion les courbes de ce démon féminin de la nuit, qui vole les âmes en les corps en un ballet d’oubli), longues digressions qui restent passionnantes parce que réfutant tout débordement intempestif (« Acidic Fire », l’un des motifs les plus gluants que j’ai pu me coller depuis longtemps), basse en redondance qui flirte avec les excès d’un CATHEDRAL processionnel, mais moins cadavérique (« The Sacred Machine »), et entame à capella pour une explosion de stupre et de délires bucoliques qui tournent le dos aux villes (« The Dove & The Serpent », conte Doom/Stoner/Hard Blues à rendre les BLUES PILLS fans d’extrême et de pesanteur, et qui suggère Iommi et sa bande plus fidèlement qu’un tribute band), le constat saute aux yeux et aux oreilles, et permet de détacher les DEVIL ELECTRIC de la norme, sans pour autant les laisser seuls dans leur coin. Leur coin de nature justement, est parfaitement en symbiose, et ose un équilibre parfait entre plusieurs tendances, pour finalement proposer un Hard-Rock solide, se référant au passé pour le sentir concerné par le présent. Et les photos jaunies prennent vie, et se colorent de teintes vives, comme cette tenue rouge sang qu’arbore Pierina sur la pochette.

Un disque aussi franc qu’il n’est mystérieux, par ses ambiances, mais aussi par son don évident pour se propulser comme fer de lance d’un mouvement exsangue, qui tourne en rond depuis trop longtemps, à force de refuser de voir la sortie, pourtant juste sous ses yeux. Imiter, même à la perfection, n’a jamais eu aucun intérêt et ça, les australiens avec Devil Electric l’ont très bien compris. Eux, jouent leur truc, qui ressemble à autre chose, et qui pourtant existe par lui-même. Pas trop intelligent, mais juste une ou deux fois, pile au bon moment.


Titres de l'album:

  1. Monologue (Where You Once Walked)
  2. Shadowman
  3. Lady Velvet
  4. Acidic Fire
  5. Monolith
  6. The Dove & The Serpent
  7. The Sacred Machine
  8. Lilith
  9. Hypnotica

Site officiel


par mortne2001 le 31/08/2017 à 17:41
78 %    407

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.