Cette affaire, à peine survolée, ressemble à un cas simple et facile à situer. Nouveau groupe, premier album après une démo lâchée l’année dernière (Promo 2016), encore une entité sortie de nulle part qu’il va falloir confronter à des influences plus établies pour que l’auditeur potentiel sache de quoi nous parlons. Mais en y regardant de plus près, Aurum d’URARV est tout sauf un premier album d’un groupe sorti de nulle part…Car si ce nom ne dira pas grand-chose à pas grand monde, il en cache derrière sa formation en trio un autre, beaucoup plus connu, celui de Bjørn Dencker Gjerde, alias Aldrahn, actuel vocaliste de THORNS, et surtout, ancien membre des imprévisibles DØDHEIMSGARD, dont il a assuré le chant pendant plus de dix ans…On retrouve aussi sa trace dans les ZYKLON-B, THE DEATHTRIP, ce qui en fait une sacrée référence pour qui a suivi de près l’actualité de la scène BM et extrême de ces dernières années…Alors, qu’a donc poussé Bjørn à se lancer dans un nouveau projet, lui qui fait/a fait partie de combos d’une indéniable importance ? L’envie de faire autre chose, tout en gardant cette approche résolument avant-gardiste qu’il aime tant…D’ailleurs, à l’origine, URARV devait sonner tout autrement, si l’on en croit son créateur…

« A la base, URARV devait être un projet solo plutôt porté sur le Folk, mais au fur et à mesure que le temps passait, cette idée devenait de moins en moins viable. Et finalement, ça m’a pris des années avant que tout ne prenne forme… »

Et effectivement, il fallut attendre l’été 2013 pour que suffisamment de matériel soit disponible pour sortir un album digne de ce nom. De là, notre guitariste/chanteur se mit en quête de musiciens susceptibles de partager ses idées et sa démarche, et finit par enrôler Trish Kolsvart (batterie, ASAGRAUM, ELANDE, GESTALTE) et Jens B. Johansen/Sturt (basse, THE TANTALIZOR, WHIP, THROAT VIOLENCE), pour compléter son ensemble et enfin pouvoir nous étaler ses vues sur un BM qui sans renier l’héritage original norvégien, en fait fructifier les enseignements pour pouvoir ouvrir de nouvelles perspectives, un peu à l’image de ces groupes nationaux qui au détour du nouveau millénaire, commençaient à mélanger la violence de base à celle du Thrash et du Heavy Metal, pour en proposer une nouvelle fragrance, moins systématique et prévisible.

Pour autant, URARV tout en restant en partie expérimental, se veut aussi logique, et répondant à des préceptes d’efficacité assez clairement développés. Avec un baptême évoquant un « héritage ancien », impossible de passer outre les racines du genre, mais il était évident que Bjørn, en bon expérimentateur n’allait pas se contenter de rester à la surface des choses. Inutile d’attendre un dédale d’idées jetées en brouillon sur le feu de la discorde, puisque les morceaux de cet Aurum sont aussi efficaces qu’ils ne sont excentrés. On y retrouve la patte du musicien qui a traversé deux décades de modes et de styles, et qui finit par imposer le sien, de la façon la plus franche qui soit. Si l’ombre de DØDHEIMSGARD cache évidemment le soleil de riffs qui portant font tout ce qu’ils peuvent pour réchauffer, ce premier LP n’en tire pas plus avantage que ça, en choisissant sa propre voie. Bien sûr, la voix et la guitare de Gjerde restent symptomatiques de sa personnalité, et on retrouve ce chant si théâtral et dramatique, qui tire parfois des instrumentaux assez basiques vers le haut. L’homme s’en est donné à cœur joie, et a rarement aussi bien incarné son propre personnage, qui nous entraîne dans un monde où tout n’est pas clair, mais pas forcément obscur non plus.

La vitesse, l’apprêté des motifs, la brutalité ambiante, même nuancée, se rapprochent des dogmes BM les plus absolus, mais le trio traite le formalisme avec une ambiguïté progressive directement héritée des 70’s, qui leur permet de garder des zones d’ombre assez vastes. On pourrait même parler d’un VIRUS tombé dans le chaudron des productions Moonfog d’autrefois, pour ce mélange d’incarnation vocale et ces soudaines frappes chirurgicales BM précises et sans pitié, mais le résumé serait encore un peu court pour vraiment cerner le propos même de l’aventure.

D’ailleurs, lorsque Bjørn décrit avec ses propres termes le concept même de son œuvre, il ne se veut pas plus clair que sa musique :

« Nous voulions explorer des territoires vierges, pour voir ce qui s’y cachait, sous les pierres et sous la froide étendue de l’incertitude. Nous avons voyagé au travers de régions Metal très éloignées, mais aussi au travers d’un espace mental avec cette musique. Et bien que notre message touche à la putréfaction mentale, nous voulons aider l’auditeur à trouver sa voie au travers du trou noir… »

Il est certain qu’avec une telle justification, l’auditeur évoqué risque d’avoir du mal à se frayer un chemin autre qu’au travers de sa propre interprétation, juste ou pas…

Mais le libre-arbitre est justement une des composantes les plus importantes de ce projet. En privilégiant les longues suites mouvantes, le trio ne s’est pas, et ne nous a pas facilité la tâche, mais s’est offert une liberté de mouvement totale. Et plus l’album avance plus les choses se simplifient ou se compliquent, à l’image du clair et net « Guru », que les DARKTHRONE ou IMPALED NAZARENE auraient pu entonner de concert, et qui laisse sa véhémence couler le long d’une rythmique Crust mangée par des blasts affamés. On retrouve ce sens du systématisme sur le plus que surprenant « Fancy Daggers », sur lequel Bjørn se lâche complètement, et joue les rock stars pleine de stupre, en nous alpaguant d’un sifflement, ou d’un « Wow » que Tom Warrior cautionnerait d’une moue, tandis que la bande son s’amuse beaucoup d’un motif unique et Hard’n’Heavy pour laisser l’interprète agir comme bon lui semble.

D’un autre côté, nous avions besoin de ces intermèdes ludiques pour supporter des charges comme celles de « Valens Tempel », qui du haut de ses huit minutes et quelques ne cherche pas la facilité, bien au contraire. Longue intro évolutive, pour maelstrom central uni d’un VOÏVOD tourmenté et d’un MAYHEM traumatisé, pour une sarabande de guitare et basse qui s’enroulent avant de se séparer au son d’un Black Folk entonné d’une voix de conquérant enivré. Volume sonore qui monte en flèche et suggère un banquet des chefs un peu dissipé, et puissance globale soufflante, pour un vent épique qui n’oublie pas les arpèges en cours de route.

Même remarque à propos du final dantesque « Red Circle », proposé en avant-première et comme représentant d’un album impossible à présenter, et qui tente en à peine moins de dix minutes de résumer presque vingt ans de BM en s’accrochant à un riff redondant doublé d’une ligne de basse ondulante. Blasts, décélérations, chant plus rauque, traditionalisme presque épuré, pour une conclusion qui sans contredire les postulats précédents, offre un pas en arrière qui nous laisse dubitatif…

Entre emphase dramatique et presque Folk-Doom (« Forvitringstid », qui dès le départ laisse Bjørn dériver au son de ses propres incantations vocales habitées), et pulsions hérétiques d’outrance revendiquée (« Broken Wand », le meilleur du BM qui n’en est pas vraiment), Aurum se pose en LP résolument atypique, mais plus affranchi de toute contrainte formaliste que réellement d’avant-garde. Il incarne surtout la folie d’un homme qui ne supporte plus les limites, et qui nous offre un trip ultime dans un monde extrême, sans autre étiquette que celle de la démence musicale, qu’il est bien obligé d’assumer et d’affronter. Il le fait avec dignité, mais aussi avec une inconscience rafraichissante, qui confirme toute son importance.

Un fou sait-il qu’il l’est ? Et qui sommes-nous pour oser le juger ?


Titres de l'album:

  1. Forvitringstid
  2. Ancient DNA
  3. The Retortion
  4. Broken Wand
  5. Guru
  6. Valens Tempel
  7. Fancy Daggers
  8. Red Circle

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/10/2017 à 14:53
85 %    273

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)