En France, au début des années 80, nous avions VULCAIN. Ce quatuor de la région parisienne qui faisait cramer les décibels sur la route de l’Enfer, avouant à mots entiers sa passion pour les motos et la tête de moteur. A l’époque, beaucoup se gaussaient de leur démarquage de la bande à Lemmy, les accusant d’opportunisme, et puis, les années passèrent et il fallut bien reconnaître que les gus étaient de vrais amoureux du Rock N’Roll pas franchement prêts à appuyer sur la pédale de frein…

Les années 2010 ont trouvé un écho à ce phénomène, et proposent leur version de la chose. Si les VULCAIN faisaient quelques efforts pour ne pas que leur obsession soit trop flagrante, les strasbourgeois d’IRON BASTARD n’ont cure des analogies et métaphores, et de leur nom de baptême à leur musique ne cachent en rien leur fascination pour MOTORHEAD et son Rock N’Roll torride et fiévreux.

Mais qui pourrait leur en vouloir ?

Et pour quelle raison ? Parce qu’ils sont honnêtes ? Parce qu’ils n’essaient pas de détourner l’attention par quelques tours de passe-passe qui de toute façon ne tromperaient personne ? Vous vous voyez les pointer du clavier pour ça ?

Moi non, et qui plus est, MOTORHEAD n’est plus, alors autant célébrer et apprécier son rejeton le plus direct et légitime…

Deuxième album pour le trio, après trois EP (Boogie Woogie Sessions, Wasteland en 2014, et Rock’n’Roll Strikes Back en 2015), et un longue durée (Boogie Woogie Violence, septembre 2015), et même un EP live pour la bonne bouche (Keep It Fast pour la Noël de la même année). Des dizaines de concerts, plus de quatre-vingt en deux ans et ce, dans plusieurs pays européens et autres (Italie, Pologne, Allemagne), et surtout, une foi sans bornes en un Rock’n’Roll chaleureux et rauque, le même que Lemmy aimait tant. Mais réduire les IRON BASTARD au simple rang de clone serait une erreur fatale, car ils sont beaucoup plus que ça. Certes, les emprunts sont nombreux et fameux, mais le trio (David Bour – basse et chant, David Semier – guitare et Anthony Meyer – batterie) sait faire parler la poudre autrement qu’en la bourrant dans les canons d’Overkill ou de Ace Of Spades, et développe depuis le début son propre groove, contagieux, euphorique et dangereux, qui lui permet de s’affirmer, peut-être, comme un des derniers « vrai » groupe de Rock en activité. Alors que le HEAD a été enterré avec son créateur, que les RAMONES ne sont plus depuis longtemps, et qu’Iggy POP s’acoquine avec Josh Homme, ils pourraient quelque part représenter la quintessence d’un art des années 50, restitué à leur façon bien sûr, mais en tout cas, ce Fast & Dangerous représente un des derniers bastion Heavy Rock gorgé de sueur et de décibels, qui n’est d’ailleurs pas prêt de se rendre ou de tomber aux mains des experts en marketing.

Pourtant, les mecs reprennent les choses là où Boogie Woogie Violence les avait laissées. Pas d’innovation majeure, mais après cinquante ans de Rock et de Heavy Rock, l’innovation est-elle encore possible ?

Selon leur point de vue affirmé, la réponse est non, alors autant l’apprécier pour ce qu’il a toujours été, et foncer bille en tête dans les rangs serrés de culs qui ne le sont pas moins, et reprendre à sa sauce quelques recettes de Lemmy himself, le meilleur cuistot Rock de ces quatre dernières décennies.

Bénéficiant d’un son qui décoiffe, et de la présence de neuf compos qui étanchent la soif d’un Rock joué Hard sans faire le malin, ce deuxième album entérine les préceptes du précédent, en les poussant même à leur paroxysme.

Ici, tout est plus Rock, plus Hard, plus Metal, plus explosif, plus énergique, mais aussi plus épidermique. Les semaines passées sur la route ont été mises à profit, et cet enregistrement sent le live à plein nez qu’on se mange en plein dans les dents, et donne envie de siffler de l’essence au voisin pour partir un matin, oublier son boulot de merde pour tracer la route au plus loin.

Ne cherchez pas trop loin, tout est dans les intitulés et les accords cramés, et vous pouvez faire confiance au trio pour vous balancer des hymnes par pelletés entières sans craindre la mise en bière.

Alors certes, on sent des relents de poudre de roquettes déjà plantées dans le décor désolé d’une scène Rock à l’agonie du surfait, mais les BASTARDS n’ont jamais prétendu l’avoir inventée, et savent la faire parler mieux que n’importe quel lance fusée de Vladimir ou Kim.    

Alors, on branche, on joue, et on s’en fout. Du Speed Rock en veux-tu en voilà, une basse qui ronfle et gronde, et la voix toujours aussi érailleuse de David Bour, qui forme avec Anthony la meilleure paire rythmique sur le marché.

David Semier trousse toujours des riffs d’acier, alors que ses soli percutent l’asphalte sans se blesser, et les mecs se permettent même de trousser des odes à la vitesse et à la sueur comme ce croisement imparable entre le HEAD et SODOM qu’est « The Code Is Red ».

Leur art consommé pour boogiser n’a rien perdu de sa sensualité virile et burnisée, et « Rock O’Clock » de représenter la jonction parfaite entre un ZZ TOP démangé et un MOTORHEAD affuté, alors même que certains aveux tribaux vous donne des frissons dans le dos, à l’instar de ce démoniaque et maniaque « Out of Control » qui aplatit sans ménagement la pédale d’accélérateur, histoire de vous empêcher de sortir de l’ascenseur.

Mais ils le savent, nous le savons, le Rock ne serait rien sans le Blues qui toque, alors les trois compères qui vocifèrent savent parfois calmer leurs ardeurs, sans baisser d’un cran leur intensité pour valser avec la culture de base, en proposant un chaud comme la braise « The Wise Man », qui prouve en effet qu’ils savent être sages et tempérer leurs élans débridés. Guitare en fusion, basse et batterie à l’unisson, distorsion au gros son, et ça balance, ça avance en chaloupe, et ça nous la coupe, sans autre forme de procès.

Et si d’aventure vous guettiez la baisse de régime, vous en serez pour vos frais, puisque « Sarcasm » se permet presque au terme de faire s’agiter vos petons et décoller vos cheveux longs, au son d’une frappe à la Mikkey Dee, alors que « Vintage Riders » pousse une dernière fois sur les tours pour ne plus jamais regarder en arrière.

Alors Lemmy, oui, MOTORHEAD oui, mais tellement plus aussi…Aussi proche de son modèle que fidèle à sa propre éthique, le trio de Strasbourg continue son parcours sans se poser de questions, et en devenant de plus en plus proche de la perfection…dans un style qui ne supporte ni la médiocrité ni les musiciens trop timorés.

Ce Fast & Dangerous est en effet rapide et dangereux, et nous propose l’image sonore d’un groupe teigneux, aussi efficace on stage qu’en studio. J’ose à peine imaginer le massacre que produiront ces morceaux une fois lâchés sur les planches prêtes à brûler, mais surtout, écoutez cet album en prenant soin d’éloigner toute bouteille de gaz ou de gazoline.

Une simple étincelle, et tout pourrait exploser. Comme vos doutes, une fois la galette avalée.

 Le Rock. What else ?


Titres de l'album:

  1. Fast & Dangerous
  2. The Code Is Red
  3. Rock O-Clock
  4. The Princess and The Frog
  5. Out Of Control
  6. The Wise Man
  7. Born on the Wrong Side
  8. Sarcasm
  9. Vintage Riders

Site officiel


par mortne2001 le 22/12/2016 à 16:52
80 %    615

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
24/12/2016 à 05:27:58
Bon... Celui-ci, je ne l'ai écouté qu'une seule fois pour l'instant mais je trouve leur première galette plus rentre dedans et donc meilleure...
Il me semble ici qu'il y a trop de solos de gratte collés dans les morceaux car il fallait bien en mettre...
Faut vraiment que je me le retape tout de même hein ! Si ça se trouve je vais revenir d'ici deux jours en écrivant qu'il est mille fois mieux que le précédent.
... ... ...
A bientôt donc !

PS : Quoi qu'il en soit, cela reste du tout bon quand même !
Vivement que je vois ce brulot en live putain !!!

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.