O'Discordia

Winterquilt

24/08/2020

Geometric Lullaby

Encore une histoire de crossover et de mélange des genres, et vous savez à quel point je suis friand de ces expériences…quand elles tournent bien et ne se transforment pas en créature de Frankenstein complétement tapée. La solution reste encore une question de dosage et d’homogénéité, pour ne pas élaborer une nouvelle entité avec une tête d’homme, un torse de chevreuil et des pattes de sanglier, non viable sur un plan biologique, mais terriblement amusante sur le papier. Je sais aussi par expérience que le public Metal n’est pas toujours ouvert à ce genre d’expérimentation un peu culotée, et que tout mélange électronique/électrique ne trouve pas grâce à ses yeux, comme en témoigne ce fameux album de KORN influencé Dubstep qui avait profondément choqué les masses avant de devenir culte. Mais depuis l’ouverture Synth-Pop et Metal via les exercices assez créatifs de CARPENTER BRUT, les hard-rockeurs de tout poil se sentent peut-être plus à l’aise avec la déformation de leur style préféré, et le terrain est donc plus balisé pour des projets de l’envergure de WINTERQUILT. Car WINTERQUILT, c’est un peu le blasphème ultime, la provocation tout sauf gratuite qui risque de se heurter à un mur de haine et d’incompréhension. Et pour cause, puisque l’artiste se cachant derrière ce nom énigmatique a tenté l’hybridation la plus improbable qui soit sur partition, en écrivant le Black Metal avant-gardiste sur des portées Vaporwave. Pour les néophytes, sachez que le Vaporwave est un courant assez particulier, dérivé du Seapunk, et utilisant de courts samples de musiques très précises comme le Lounge, la musique d’ascenseur, ou encore le smooth Jazz. Autrement dit, des styles n’ayant rien à voir avec l’extrême le plus sombre, et qui a-priori ont peu de chance de s’intégrer à un contexte bruitiste. Mais la musique de WINTERQUILT n’est pas bruitiste, bien au contraire, elle est extrêmement mélodique, et sonne comme l’union de Bach, de MASSIVE ATTACK, et DODECAHEDRON, ce qui donne une équation particulièrement intéressante.

Projet assez unique, qui a déjà donné à son public bien des os à ronger, WINTERQUILT abrite en son sein créatif un DJ anonyme de la scène underground anglaise, venant de Liverpool. Et sous un sublime artwork signé de l’artiste Fvckrender, se cache donc un album plus que surprenant, qui mélange les rythmes cassés du Dub, les mélodies jazzy du Vaporwave, et les structures plus rigides du Black Metal, pour un mariage contre-nature terriblement envoutant et attachant, mais qui restera pour le moins abscons à ceux n’ayant pas l’habitude des mélanges improbables. Piano, harmonies softs qu’on pourrait entendre lors d’un cocktail relevé, sons qui tournoient comme dans une boîte à la mode, chant éthéré, tournant soudainement fou pour adopter la gravité d’un timbre BM, longues digressions pour dancefloor de squat, tout respire ici la poésie personnelle, le Breakbeat donnant des crampes au cerveau, et la musique classique revue et corrigée par un maniaque des platines qui refuse la facilité. Si MYRKUR en son temps avait déclenché les passions et les ires, si CARPENTER BRUT continue de diviser, si Chelsea Wolfe ne fait toujours pas l’unanimité, il y a peu de chance que WINTERQUILT déclenche un consensus, surtout lorsque l’auditeur aura posé ses oreilles sur l’interminable « I'm Thinkin' of You (feat. Sage Hardware) », qui mélange tous les courants possibles, et qui oppose une ambiance à la CRADLE à un feeling de night-club londonien prisé par les jeunes branchés de gauche. C’est pour le moins osé, pour le moins déconstruit, et pourtant, ça fonctionne comme un voyage aux confins de la tolérance musicale, comme un test grandeur nature face à la BO impossible d’un jeu vidéo pas encore sorti sur le marché.

Mais ce qui est phénoménal, c’est que l’artiste responsable de ces constructions n’a pas bradé son travail pour faire le malin et passer la corde avant les autres. Certes, souvent, le Metal est caché sous d’épaisses couches de Vaporwave, au point d’en devenir indécelable et de provoquer le rejet. Mais lorsque les données sont équilibrées, le rendu est fascinant, un peu comme si Bach s’éclatait sur une machine du futur. A ce titre, « O’discordia (feat. Fire-Toolz) » évoque une sorte de musique inclassable, venant du futur après avoir fait un détour par le passé, triture ses sons pour les rendre méconnaissables, propose une rythmique folle s’approchant du Lolicore, des strates de chant guttural et agressif, pour mieux les noyer dans un torrent de bips et autres arrangement sous-marins. Beaucoup trouveront ça ridicule, et s’en moqueront à loisir, mais les plus perméables à l’ouverture reconnaîtront une nouvelle voie, certes encore un peu brouillonne, mais qui bien exploitée, pourra donner naissance à une œuvre plus ambitieuse, et moins rafistolée. Mais l’importance du piano, qui reste la tonalité dominante, les essais un peu gauches pour ajouter des nappes sur des nappes, ne cachent pas les passages les plus inspirés, ceux débarrassés des sons inopportuns qui offrent une musique Ambient tout à fait délicieuse.

Pour en arriver à une conclusion honnête il faut donc encaisser quatre pistes de dix minutes, dont toutes les minutes justement ne sont pas indispensables. J’ai plus particulièrement apprécié le final « The Pathos of All Things » qui ose parfois des parties programmées dignes de Stewart Copeland pour nous offrir un beat jumpy assez bizarroïde, mais bien souligné de lignes de basse synthétiques pleines de flair. Dansant autant qu’il n’est envoutant, difficile d’accès autant qu’il n’est immédiat, ce nouvel album de WINTERQUILT ne satisfera qu’une infime poignée de notre lectorat, et ne mérite certainement pas les gros titres, de par son côté encore un peu trop disparate. Mais c’est une tentative intéressante, qui mérite le respect, et une écoute attentive pour en saisir tous les détails. Nous sommes encore loin d’un achèvement majeur, mais l’essai pas totalement transformé méritait quand même quelques mots d’encouragement.                                          

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

                     01.  His Cloven Hoof (feat. Necronautical)

                     02.  I’m Thinkin’ of You (feat. Sage Hardware)

                     03.  O’discordia (feat. Fire-Toolz)

                     04.  The Pathos of All Things


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/11/2021 à 18:13
70 %    63

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26