Les concerts le dimanche au Dropkick Bar de Reims se déroulent en fin d'après-midi, un horaire auquel je ne suis pas très habitué mais avec la route et le travail le lendemain, c'est finalement quelque chose d'appréciable. Ce soir, les Canadiens de DOPETHRONE investissent le petit bar marnais et un groupe local, ALL IN THE SMALL va avoir la lourde tâche d'ouvrir la soirée. Il est un peu étonnant de voir le groupe investir un si petit lieu lorsque l'on voit la liste des autres dates mais je dois avouer que le Sludge bien cradingue du groupe en configuration bar est certainement la situation la plus adéquate pour nous, le public.


Mais avant DOPETHRONE, c'est donc ALL IN THE SMALL qui investit la scène à l'heure de l'apéro, et on ne se fait d'ailleurs pas prier, le groupe opère en trio et propose un Doom très emprunt de Stoner ou un Stoner bien Doomy, c'est comme vous voulez. La dernière fois que j'ai vu le groupe, c'était il y a quelques années maintenant, c'était l'un de leurs premiers concerts et il y avait forcément un côté brouillon inhérent aux groupes qui débutent sur scène en plus du fait que je jouais moi aussi le soir là, pas forcément l'idéal pour se laisser porter par le groupe donc. Mais ce soir, le son est très bon, Loïc, le guitariste a ce son Orange si réputé dans la scène maintenant alors que la basse se fait bien présente également avec quelques parties bien relevées, le tout joué au doigt, la dextérité du jeune homme est à noter. Ce qui démarque clairement le groupe Rémois, c'est le chant, partagé entre le bassiste principalement et le guitariste. Les deux utilisent une large réverb' avec un chant monocorde et plutôt posé, un esprit très Stoner rôde donc sur le spectre vocal et c'est clairement ce qui peut décontenancer l'auditeur parce que si les gars jouent avec les limites de la justesse parfois, sans les effets, le chant ne ressort pas comme un élément fort du groupe. Au contraire de ces riffs bien Doom, lancinants, rampants même, qui peuvent s'animer pour des parties très directes qui font mouche, voilà une toile de fond bien appréciable. Et pourtant, ce chant si particulier se révèle à la fin du concert comme le point que l'on retient, alors c'est sur qu'il est clivant mais derrière cela se cache peut-être l'atout personnel d'ALL IN THE SMALL qu'il faudra revoir pour confirmer. En attendant, les gaillards prennent leur temps puisque aucun son n'est disponible sur leurs différents sites, si vous voulez savoir à quoi ça ressemble, il faudra vous déplacer ! Reste que le trio a offert une prestation très carrée, bien sombre, bien lente, un batteur qui cogne comme il faut, bref, une très bonne première partie qui récompense ceux qui sont venus à l'heure.

En effet, alors que DOPETHRONE entame son set, nous avons une petite soixantaine de personne dans la salle et dans le Dropkick Bar, cela donne un parterre bien rempli ce qui séduit considérablement les Canadiens. Alors depuis l'enregistrement du dernier album en date, Transcanadian Anger, Julie Unfortunate qui œuvrait déjà en tant que membre session depuis 2018, a été titularisée si on peut dire, mais ceux qui aimaient le chant du guitariste Vincent Houde ne sont pas dépaysés puisque l'on est dans le même registre. D'autant plus que le bonhomme continue de pousser de la voix régulièrement sur les titres joués ce soir. Souvent, Julie descend la minuscule marche qui matérialise la scène pour venir se coller au premier rang mais très vite, le public se met en mouvement, poussant la chanteuse au visage tatoué à rester un peu plus à côté de ses acolytes.
Le son est d'une lourdeur implacable, on retrouve très bien ce que DOPETHRONE propose sur disque, c'est sale, c'est crunchy avec un esprit Punk à peine déguisé. Shawn à la batterie cogne également très fort avec des mouvements amplifiés par des rotations de bras et de poignets au visuel assez surprenant mais alors quelle pêche insufflée par le groupe à ce Stoner Doom Sludge Metal franchement dégoulinant. Bon il est clair que tout le monde est bourré, même si le bassiste s'en sort honorablement, mais attention ça joue ! Vincent Houde signalera plusieurs fois que les dons en stupéfiant sont les bienvenus, bref, le décor est planté, c'est la face dangereuse du Doom que l'on a ce soir car le regard du guitariste entre les morceaux, tirant parfois la langue comme un fou, se tapant l'intérieur du bras avec son point (certains auront compris l'allusion) renvoient un sentiment que tout peut partir en couille à n'importe quel moment. La chanteuse aura même droit à son stage diving à l'initiative d'un membre du public, Julie n'est pas désorientée et se laisse portée tout en assurant sa ligne de chant, l'ambiance est bonne enfant, ça bouge énormément, comme j'ai rarement vu bouger le Dropkick ! On reconnait le titre d'ouverture du dernier album "Planet Meth" avec son refrain très haché et là encore, le regard de Vincent vous glace le sang. C'est pratiquement l'intégralité du dernier album qui est sur la setlist. Et je dis bien qui est sur la setlist car pour être franc, "Snort Dagger" a été joué en ouverture, suivi de "Planet Meth", "Tweak Jabber" mais il était inscrit l'énorme "Killdozer" pour clôturer mais que je n'ai absolument pas reconnu si c'est ce titre là qui a été joué, mais j'en doute. La setlist a certainement du être raccourcie car si le bar fait démarrer les concerts en fin d'après midi c'est pas pour faire concurrence à Vivement Dimanche avec Michel Drucker, c'est parce qu'il y a un horaire à respecter. Mais alors que le groupe quitte la scène non sans avoir remercier le public d'avoir répondu présent, quelques "encore, une autre" surgissent de l'assistance mais la musique d'ambiance se met en route, les roadies s'activent sur le matériel, les lumières sont allumées. Pour être franc, on a pris une heure de musique dans la tête, par une chaleur assez soutenue mais on aurait bien repris un petit dessert avant de reprendre la route tout de même... Énorme prestation de DOPETHRONE ce soir donc, les membres du groupe sont très disponibles ensuite, très détendus, très accessibles, très souriant, vraiment un groupe qui fait plaisir à voir même si leur hygiène de vie m'incite à vous inviter à les voir au plus vite si vous voulez les voir parce qu'à ce rythme, je ne sais pas combien de temps ils vont tenir.
La fin de soirée se déroule au stand de merchandising de DOPETHRONE pour quelques acquisitions nécessaires et sur la terrasse du bar avec les têtes connues de Reims, une excellente soirée au cours de laquelle DOPETHRONE a donné sa définition du Doom Metal et où ALL IN THE SMALL a été bien plus qu'un simple faire valoir, réussissant le pari d'emmener avec lui le public. Je sais désormais que pour DOPETHRONE, le déplacement pourra être envisagé si ils venaient à se produire encore un peu plus loin de mes bases.


par Simony le 28/08/2019 à 10:00
   333

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
28/08/2019 à 17:30:48
Arf ! Quel couteau dans la plaie que voilà Simony bordel !
Pour cause de taf ce jour là, je n'ai pas pu m'y rendre.
Déception je suis donc...

Ajouter un commentaire


Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)