Fear Factory + Misery Index 2006

Misery Index, Fear Factory

Rockstore, Montpellier (France)

du 29/04/2006 au 29/04/2006

Les dernières nouvelles laissant deviner la fin très certaine de Fear Factory, il convient de rendre hommage à un groupe qui a été critiqué à la mesure des espoirs qu'il avait semé, en rouvrant le placard à archives. Parmi les principales accusations la réputation live du groupe était assez mauvaise, du fait de la qualité trop variable de ses performances (nous l'avons hélas vérifié !). Pourtant ils auront eu une importance cruciale dans mon parcours musical, participant d'abord à mon attachement au Metal extrême parmi les premiers groupes qui m'y ont initié, puis en me rappelant à chaque audition cette attirance profonde pour l'Electro et l'Industriel que j'avais un temps enfoui par enthousiasme pour le Death Metal pur et que je finis par assumer quelques années plus tard.


J'ai choisi d'exhumer ce souvenir d'un bon concert de 2006, pendant la période où Dino Cazares était exclu. En plus il y avait Misery Index, alors encore jeune formation dont j'avais déjà goûté l'intensité et qui n'allait pas laisser passer l'occasion de cramer les gueules d'un public plus large que sa première tournée européenne. J'étais franchement excité ce soir-là (ça se sent à la lecture !), j'ai encore le t-shirt bien usé.

Désolé, mais n'attendez aucune objectivité de ma part ce soir. On accueille deux de mes groupes favoris, et le Rockstore est plein comme un œuf pour l'occasion.


Le groupe d'ouverture est HORD. Et décidément, le Crossover Metal-HardCore revient fort ! Groupe francophone, ils se situent quelque part entre Biohazard, Merauder et Hate Squad si certains s'en souviennent. On est frappé au départ par l'utilisation de scratches, qui font assez rétro maintenant et dérangent le metalleux tradi. Néanmoins, le groupe a compris que pour être bon dans ce genre il faut soigner l'agressivité et la lourdeur pour ne pas faire franchouillard. Ça marche donc plutôt bien, ça se distingue du MetalCore en vogue en préférant le retour à ce qui se faisait il y a une décennie. Il y a quelques longueurs en seconde moitié de set à mettre au compte de la jeunesse. Mais c'est globalement un répertoire pour la scène et bien pour chauffer la salle, il accroche notamment avec ces cris fréquents.


MISERY INDEX s'installe tranquillement, se mesure avec quelques riffs piqués à Dying Fetus ou Mastodon puis on est parti. Grâce à eux, on revient au vrai sens des mots "carnage" et "tuerie". Le public ne connaît visiblement pas trop mais comprend rapidement ce qui arrive et un pogo furieux démarre dès qu'arrive la première rythmique qui le permet. Le son est comme sur album, pas lourd de reste. Mais cependant c'est un massacre total : le chant alterné est parfait, ces grattes jouées impeccablement et cette batterie de l'hyper-espace fantastiquement carrée. L'assistance est vite conquise par le groupe qui a compris l'enjeu de la tournée et se donne à fond sans pour autant relâcher son professionnalisme, comme le montrent les harangues régulières de Sparky Voyles. C'est du très, très grand Death Metal brutal qui se donne sur une assistance bien plus large que d'habitude pour ce style, mais qui ne se défausse pas pour autant. Beaucoup de titres sont tirés du prochain album "Discordia", mais les fans et leur cou subitement mis au supplice reconnaissent sans peine des pains comme "Pulling Out the Nails",  "Servants of Progress" ou "Retaliate". C'est une boucherie sans concessions, qui transporte dans cette transe propre à l'extrême brutalité exécutée au cordeau. L'un des titres a été dédié à Eyeless si j'ai bien compris, en mémoire de quelques concerts donnés ensemble l'an dernier. Colossal, sublime, salutaire, quel dommage qu'il n'y ait pas eu de place pour un rappel !

Mais une autre vie nous était promise après cette hécatombe. L'intermède fut pourtant interminable… On eut même "The Number of the Beast" (si !) envoyé plein tube en intégrale alors que le public peu à peu renaissant grondait dans l'obscurité s'éternisant… Enfin les voici ! FEAR FACTORY se lance avec "540.000 Fahrenheit" et "Transgression" tirés de ce dernier album. Le temps de constater que décidément Burton est toujours à la ramasse sur les vocaux clairs. Christian paraît énorme sous son maillot aux couleurs du club de Hockey de Montpellier, floqué Nicollin, genre Andreas Kisser en concert dans le trou de balle du monde mais vêtu aux couleurs du FC local ! L'affaire va véritablement exploser ensuite avec des titres extraits de l'album précédent qui sera pas mal mis à l'honneur (merci !) : "Slave Labor" déchaîne à nouveau la fosse et le quatuor semble enfin à l'aise à présent que les choses se présentent pour le mieux. Ils ont pris bien du poids par rapport à leur dernier passage en cette ville il y a six ans, et se bougent beaucoup moins. Et depuis le temps qu'on dit que ce n'est pas un groupe de scène. Mais ce n'est pas la peine de s'en soucier quand on a un répertoire aussi génial. Qui peut enchaîner "Demanufacture", "Self Bias Resistor" et "Zero Signal" ? C'est démago mais c'est irrésistible. Vraiment, je n'ai pas oublié que Fear Factory est l'un des groupes qui m'a converti au Metal. Si bien que pour la première fois depuis des années, votre humble serviteur a tout envoyé péter et s'est jeté avidement dans le pogo. Perché sur sa scène, le groupe fait le ménage dès qu'un slammeur se profile ! On peut regretter l'absence de synthé visible, qui fait bien comprendre que le FF nouveau se veut plus bourrin que cyber si on s'en était pas aperçu. Burton se charge des relations publiques avec aisance, à tel point qu'il ne se dissimule pas quand il se replonge dans la setlist ou fait quelques blagounettes. Toutes les périodes ont été représentées, en remontant jusqu'à "Martyr" (on n'aurait pas craché sur un peu plus de choses venues de ces temps antiques). Entre autres, on a ressorti des surprises comme "PissChrist", un bonbon à l'attention des filles avec "Descent", une mini-reprise de "Walk" en hommage à Misery Index, du pur bonheur avec "Cyberwaste", "Shock" enchaîné avec "Edgecrusher" ou "Replica", des passages obligés avec "Acres of Skin" ou "Linchpin" et le recueillement final avec "Timelessness" que Burton revient chanter seul avec l'accompagnement en fond (alors qu'à l'époque ils se barraient sans demander leur reste)… On rentre fourbu et aux anges après deux monuments pareils. Il paraît qu'on est leur meilleur public de France, à vous Paris !


par RBD le 28/10/2020 à 12:00
   122

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@191.85.188.4
01/11/2020, 13:47:29

A moi Paris, j'etais au concert de La Loco !!! 

Je crois avoir vu Fear factory 6 ou 7 fois et ce concert fais partie de mes meilleurs souvenirs live du groupe. La salle était pleine, le public chaud comme la braise et le groupe nous a sortie un concert d'1h30 bien vénère !! On les voyait content d'être sur scène et ça faisait bien plaisir. 

 La meilleure période live de Fear Factory fut, peut-être, celle de Obsolète, avec un Burton.C.Bell au chant clair assez juste, mais les concert a cette période étaient plutôt courts. Genre 1h.

Ce groupe aura marqué ma vie de metaleux aux cheveux courts. 






RBD
membre enregistré
01/11/2020, 23:23:03

Je les avais vus aussi sur cette tournée d'Obsolete qui s'était aussi arrêtée à Montpellier, ma première fois attendue avec ferveur. J'en garde un souvenir très vif (bien que je ne rédigeais pas encore de reports à cette époque),  j'y avais retrouvé par hasard un ami d'ami, qui est devenu par la suite un de mes meilleurs amis avec lequel je partage pas mal de concerts.

En 99, ils tournaient avec Cubanate qui avait foiré son set (le chanteur avec le micro filaire coincé dans son collier...) sur une musique répétitive au possible, et Will Haven qui avait été excellent. FF était encore jeune, pêchu et frais malgré un set effectivement trop court mais carré.  

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46

grinder92

Pour ceux que cela intéresse, un reportage sur Josh Foreman qui a créé la sculpture ayant servi pour la pochette : 

23/11/2020, 09:42

L'Apache

Encore une super vidéo !!! C'est vrai que le Fanzine à l'air de revenir à la mode. D'ailleurs ce qui est étonnant c'est que tu les payes souvent plus cher qu'avant à ou une époque où on serait sensé les payer moins c(...)

23/11/2020, 08:53

Gargan

J'avais bien accroché sur l'extrait précédent avec Momoa (!), mais là c'est trop court pour installer quoique ce soit et dark-fu bis avec les bpm et les murs de grattes. Bof.

23/11/2020, 08:51

JTDP

"certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont" : mais de rien, toujours un plaisir !

23/11/2020, 01:44

Jus de cadavre

Écouté proprement au casque ce matin : une tuerie de A à Z. Carrément meilleur que le premier qui était déjà bien bon pourtant !Clairement un des albums de l'année.

22/11/2020, 15:28

Jus de cadavre

Bien cool une fois de plus ! Vla la collection de zines   !Je ne sais pas si il y a comme un revival fanzine en ce moment (...)

22/11/2020, 15:21

Kerry King

Maniac le premier chanteur avant Dead était un peut dérangé aussi non ?Ilse scalpé aussi sur scène non ?

22/11/2020, 13:19

Invité

N'empêche que la pochette est dégueu !

22/11/2020, 10:36

LeMoustre

Vus live, y'avait un petit côté Dismember pas dégueu, mais c'était il y a 3 ou 4 ans, ils ont bien progressé, si j'en crois ces deux extraits, beaucoup moins scolaires. Achat envisagé, du coup, à la lecture et à l'é(...)

22/11/2020, 10:24

POMAH

Putain déjà   

21/11/2020, 18:51

POMAH

Je vois ce que tu veux dire L'Apache, mais ce n'est pas parce que l'on vend bcp ou que l'on adulé par masse de fans que l'on fait de la bonne merde, pardon musique hahaha feat justin Biberon par exemple ... C'est vrai que les trves de ch(...)

21/11/2020, 18:48

POMAH

Pis je tiens à rajouter qu'ici personne ne prône ou ne fait l'apologie d'un crime répréhensible par la loi. 

21/11/2020, 18:44

Pomah

Non mais oh je me tais si je veux. Ce qu'il faut pas lire... Crois moi mon gars j'ai pas attendu que tu me fasse la moral pour être bien sur contre la pédocrimimalité, le racisme etc... Que tu le veuille ou non ici on à le droit d'e(...)

21/11/2020, 18:41

Gargan

Ptètre un problème de pochettes moches.

21/11/2020, 17:02

Gargan

Prod de dingue, mais surtout ce qui m'étonne, c'est de voir le sieur Helwin très éloigné de ses 300 bpm avant d'avoir pris sa banane et son café.

21/11/2020, 16:57

L'Apache

Il y a pas a chier MGLA, est une des révélations black de la décennie (à mon humble avis). Exercices In Futility est clairement un album qui est génial de bout en bout. Quand bien même ils ne seraient pas originaux, ils auront eut le mérite d'&(...)

21/11/2020, 09:50

L'Apache

Je m'étonnerais toujours de voir que ESOCTRILIHUM est si méconnu en France et à l'étranger, alors que c'est surement l'un des meilleurs artistes du territoire. Vraiment pas assez connu, chaque sortie est une pure claque qui redouble d'originali(...)

21/11/2020, 09:08