Dance with the Devil

Burning Witches

06/03/2020

Nuclear Blast

Un groupe qui reprend un standard de MANOWAR avec Ross The Boss ne peut pas être foncièrement peureux. Un groupe qui se mesure aux standards de production Heavy Metal des années 80 ne peut pas être foncièrement craintif. Un groupe qui assume un patronyme comme BURNING WITCHES et qui intitule son troisième album Dance with the Devil ne peut pas être foncièrement taxé d’évolutionniste. Alors, quelle idée majeure dégager de ce postulat introductif ? Pas grand-chose, puisque les suissesses sont connues du grand public Metal depuis des années, et que la seule évocation de leur nom fait frémir les vestes en jean des metalleux les plus introvertis et chétifs. Compensant la musculature d’un Eric Adams par une attitude totalement bravache, les originaires de Brugg négocient donc le dangereux virage du troisième album avec la bonne optique. En appuyant à fond sur la pédale des (faux) clichés et en assumant totalement leur fascination pour le rétro-vintage pur jus. C’est simple, à l’écoute de Dance with the Devil, on se croirait replongé comme dans un rêve au milieu d’une foire de notre adolescence, le casque du walkman vissé sur les oreilles, avec du ACCEPT ou MERCYFUL FATE à fond dans les tympans. Je me revois encore fasciné par ces rares étals de patches, de dossards, et ces magnifiques présentoirs de badges, me demandant lequel choisir entre le rutilant METALLICA ou le pimpant RUNNING WILD, tout en sachant très bien que j’avais les moyens de voler les deux. Et cette transposition onirique est parfaitement logique, puisque en tant que tel, les BURNING WITCHES sont plus qu’un groupe, elles sont un concept, une trademark, une appellation contrôlée passéiste passionnée, un voyage dans le temps parfaitement balisé pour n’oublier aucun souvenir en route. Mais une fois ce décor planté, passons aux choses sérieuses et aux détails qui nous intéressent.

Nucléaire Explosion, label comme on les aime tant, n’a pas flanché au moment de mettre le paquet sur la promotion de Dance with the Devil. Et pour cause, ils savent pertinemment ce qu’ils refourguent. Et le célèbre label allemand de bomber le torse en vendant aux fans un groupe suisse plus allemand que les casquettes d’Udo ou les cheveux de Doro. Parlant de ce troisième et crucial album, les musiciennes en déclarent sans ambages que « le troisième album est, bien sûr, très important, mais nous avons très facilement géré cette pression. Le groupe s’est montré très soudé au moment d’écrire et d’enregistrer les nouvelles chansons. ». Et à l’écoute des douze morceaux - dont une reprise - de Dance with the Devil, aucun doute à avoir : les musiciennes savent de quoi elles parlent et dont montre d’une honnêteté sans failles. Pourtant, le danger pointait le bout de son nez. A l’image d’une de leurs influences, IRON MAIDEN pour ne pas les nommer, les suissesses ont dû aborder la composition de leur troisième LP avec une nouvelle vocaliste, Laura Guldemond, intégrée l’année dernière. Certes, la parution en 2019 de l’EP Wings of Steel, et ses trois chansons enregistrées lors du Wacken Open Air de la même année, avait permis à Jeanine Grob (basse), Lala Frischknecht (batterie), Romana Kalkuhl (guitare) le trio de base de 2015 et Sonia Nusselder (guitare, depuis 2018) de tester le matériel et de tâter le terrain. Mais on sait que le petit jeu du changement de vocaliste peut être très dangereux, spécialement lorsque le chanteur sortant jouissait d’un timbre reconnaissable. De ce côté-là, pas d’inquiétude à avoir. Laura Guldemond, fraichement intronisée maîtresse de cérémonie nous prend par les tripes dès le début de l’album, ne nous les relâchant qu’à intervalles très raisonnables. Avec son timbre agressif et aigu, la chanteuse se permet de multiples allusions, à Doro évidemment, mais aussi à Udo, à King Diamond et quelques autres dignes représentants de la caste Heavy Metal, allant même jusqu’à singer avec capacité les grognements Death d’Angela. Bilan donc positif pour ce changement, qui nous permet d’apprécier des compositions plus que probantes.

Car là est le seul but de ce genre d’entreprise nostalgique : les chansons. A partir du moment où vous choisissez de mettre l’originalité de côté, vous avez plutôt intérêt à soigner les morceaux. Sur les onze compos de Dance with the Devil, presque aucune n’est dispensable. Toutes ont un cachet, une personnalité, et le quintet a soigné la diversité en abordant de front ou biais tous les aspects du Heavy moderne et classique. Tout y passe, le Heavy traditionnel, le Power Metal mortel, la ballade amère, le Speed pas vraiment pépère, et même quelques citations plus occultes et limites BM de cirque sur le très puissant « Sea Of Lies », que PRIMAL FEAR aurait pu entonner en duo avec CRADLE OF FILTH. Mais ce sont évidemment les burners burnés que l’amateur va traquer, et avec une entame aussi radicale et franche que « Lucid Nightmare », l’affaire est déjà dans le sac avant d’avoir été pesée. Riff qui pétarade et s’amuse de son classicisme, entame rythmique qui éclate la caisse claire, avant l’accélération de rigueur sur fond de sextolets enragés. Une fois en place, la voix démoniaque de Laura se frotte aux aigus possédés, et se veut plus germaine qu’une saucisse perdue à côté d’une bière, mais loin des clichés les moins pardonnables du Metal d’outre-Rhin, le Heavy des suissesses et subtilement sombre, légèrement malsain, mais surtout, galvanisant et entraînant. « Wings Of Steel » répète d’ailleurs peu ou prou la même recette, et cavale d’un tempo épileptique à la LIVING DEATH, évoquant les prémices de la scène Speed de Berlin et environs. Et si la griffe est sauvage, la cicatrisation est chirurgicale. Les mélodies sont soignées, mais ce sont surtout les arrangements qui épatent. Le groupe a toujours l’idée pertinente pour maintenir la pression, qu’il s’agisse d’un simple cri ou d’une partie de guitare bien sentie.

C’est bien simple, dès « Six Feet Underground », on sent les clous qui poussent sur le poignet. L’ambiance est à ce point surchauffée qu’il nous faut bien la délicatesse de « Black Magic » pour refroidir les conduits, avec une prouesse vocale toute en nuance de Laura. Car loin de brailler comme une Doro au chômage et enragée, la chanteuse module et varie, s’adapte aux couleurs, transcendant le Hard-Rock le plus formel (« The Sisters Of Fate »), pour mieux nous inquiéter de son timbre sournois lorsque le climat s’assombrit (« Necronomicon »). Et même parvenus à la fin de l’album, nous tressaillons encore des chœurs d’outre-tombe de « Threefold Return », avant de déposer les armes sur l’appropriation fière et noble de l’invaincu « Battle Hymn » de MANOWAR. En reprenant ce morceau, BURNING WITCHES offre plus qu’une simple reprise, et s’affirme comme l’ultime défenseur d’un Metal avec un grand M. Alors, non. Les BURNING WITCHES ne sont ni peureuses, ni craintives, et encore moins évolutionnistes. Elles sont juste Metal. Et Dance with the Devil est ce qui se rapproche plus d’une danse avec Lucifer en compagnie des icônes et en dépit des clichés.                                          

                                               

Titres de l’album :

                         01. The Incantation

                         02. Lucid Nightmare

                         03. Dance With The Devil

                         04. Wings Of Steel

                         05. Six Feet Underground

                         06. Black Magic

                         07. Sea Of Lies

                         08. The Sisters Of Fate

                         09. Necronomicon

                         10. The Final Fight

                         11. Threefold Return

                         12. Battle Hymn (feat. Ross The Boss & Michael Lepond)

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/03/2020 à 17:33
80 %    397

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


myonle
@78.192.38.132
29/03/2020, 07:59:51
Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.

jefflonger
@90.51.16.209
31/03/2020, 19:13:37
Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu est excellent. Au final j'ai adoré, suis pas trop amateur du style mais si vous pouvez les voir en live ne boudez pas votre plaisir.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57