Checkered Past

L.a. Guns

12/11/2021

Frontiers Records

Troisième album port-reformation pour les L.A. GUNS, nouveau virage délicat à négocier, malgré une carrière riche de près d’une quinzaine d’albums, et d’une réputation plus ou moins sans faille. Si le groupe à ses débuts a été méprisé et tourné en ridicule façon « mauvais clone de GUNS N’ROSES », il a depuis acquis ses lettres de noblesse à la force des guitares et du micro, pour devenir une véritable institution Rock, soutenue par les italiens de Frontiers.  Troisième album donc depuis 2017 et ce The Missing Peace qui scellait les retrouvailles des deux pivots Tracii Guns et Phil Lewis, et confirmation que la complicité des deux hommes est toujours intacte. Nous les avions quittés à l’occasion de The Devil you Know, il y a deux ans, juste avant la pandémie, pour un disque assez sombre qui prenait des airs d’oracle d’infortune sur les turpitudes à suivre. Ces turpitudes de confinement et autres restrictions domestiques ont donc donné naissance à ce Checkered Past, composé durant l’isolement, et qui en effet, semble chercher dans le passé de quoi avancer vers l’avenir.

Outre la pandémie, le groupe a du se livrer à des joutes légales l’opposant à l’alter ego illégitime Steve Riley, qui a cru bon d’utiliser le nom L.A. GUNS dans son coin et pour sortir un album. C’est donc une ambiance particulière qui a débouché sur l’enregistrement de ces chansons, qui se veulent humeurs authentiques et témoignages d’une période un peu floue.

De fait, il n’est guère étonnant de constater la diversité des chansons proposées par les deux compères. Entourés de Johnny Martin à la basse, de Scot Coogan à la batterie et d’Ace Von Johnson à la guitare, Tracii et Phil donnent le meilleur d’eux-mêmes, et signent sans doute l’un des albums les plus sincères de leur carrière. A la manière des STONES qui exploraient tout le répertoire Blues, Country et Rock en exil pour accoucher de leur grand œuvre Exile on Main Street, Phil et Tracii se sont livré à une introspection pour exhumer leurs émotions les plus crues, leurs sentiments les plus enfouis, et se montrer sans fard, sans khôl (enfin, un peu quand même…), l’âme presque à nu et les instruments d’une sincérité rare.

De fait, les chansons, très variées, peuvent donner le sentiment d’un album à la McCartney, décousu, trop hétéroclite, dans une mesure moindre évidemment, le champ d’action des GUNS restant toujours ce Rock joué Hard qui les a fait connaître. Mais on sent que la scène de Los Angeles est loin, et que les paillettes ont depuis longtemps laissé place aux doutes et aux murs immaculés. Moins sombre que son prédécesseur, Checkered Past en garde quand même de solides traces, que l’on sent sur un morceau comme « If It’s Over Now », chanté avec les tripes. Mais pas d’inquiétude à vous faire, L.A. GUNS n’a pas sombré dans la déprime, et vous réserve encore de belles surprises énergiques et hautes en couleurs.

J’en veux pour preuve cette reprise de contact explosive, via un « Cannonball » au lick bien gluant et à l’up-tempo juvénile. En un temps digne d’une pop-song, les américains renouent avec leur passé provocateur, et se souviennent que le Rock se doit d’être joué fast, comme si sa vie en dépendait. Les voyants sont donc au rouge dès le vrombissement du moteur, et les pneus crissent sur les routes de Californie. Le son, très sec et sans artifices, sans écho ni réverb, peut surprendre au prime abord, mais représente le meilleur choix pour un album aussi naturel. En mode écriture spontanée, et guidé par des sentiments étranges nés d’une isolation forcée, Checkered Past est une sorte de best-of de ces quatre dernières années, et résume à merveille les deux chapitres écrits par les deux frères maudits.     

On y sent parfois un peu de Cocked & Loaded, ce qui nous replonge trente ans en arrière, mais on y sent surtout un désir de ne pas se prendre la tête et de jouer ce qui vient. Ainsi, le groove en boogie torride de « Bad Luck Charm » évoque à merveille ces rencontres avec des femmes fatales, jeteuses de sort qui vous laissent le souffle court au petit matin, le nez encore un peu blanc et les veines saillantes. Rarement Tracii n’aura approché de si près son premier groupe, et on regrette presque malgré les intonations nasillardes et sardoniques de Phil Lewis qu’Axl ne soit pas là pour doubler les voix.    

De tout donc sur cet album, des classiques instantanés, des hits qu’on imagine énormes sur scène, des moues boudeuses, des allusions à AEROSMITH et aux NEW YORK DOLLS, mais surtout, du Rock jusqu’à plus soif, des bouteilles à peine entamées et déjà vidées, et des burners qui secouent la tignasse comme une groupie en rut (« Living Right Now »). Vivre maintenant, tant qu’on en a encore le temps, lâcher les riffs les plus fourbes ou les plus francs, laisser une basse ronde lier la rythmique, et s’assurer d’une frappe solide en arrière-plan.

Et si « Get Along » joue l’acoustique et les graves serpentins, « Better Than You » syncope à la mode LED ZEP, méchamment affuté et aussi sexy qu’une moue peroxydée dans les backstage du Roxy. Cette versatilité et cette souplesse de genre pourra en rebuter certains, mais il y a une homogénéité indéniable sur cet album. Le problème étant qu’elle reste liée à une période trouble, et que cette période trouble sert de fil rouge à l’album. Après tout, condamné à rester chez soi, le cœur cherche des remèdes, les trouve dans diverses situations ou accessoires, devant la télé, en feuilletant un album photo, en prenant une guitare ou en évoquant le passé avec de vieux potes.

Alors parfois, on a les nerfs quand on doit sortir le chien (« Dog »), parfois, on a le blues en réfléchissant au passé et à ces amitiés perdues ou non (« Let You Down »), mais le naturel revient vite au galop, et la niaque aussi (« That Ain’t Why »).

Album de transition, catharsis, projection multiple vers l’avenir, décrivez Checkered Past comme vous le souhaiterez, il n’en reste pas moins qu’il incarne la quintessence de ce groupe renouvelé qui puise dans ses racines de quoi faire pousser ses branches de demain.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Cannonball

02. Bad Luck Charm

03. Living Right Now

04. Get Along

05. If It’s Over Now

06. Better Than You

07. Knock Me Down

08. Dog

09. Let You Down

10. That Ain’t Why

11. Physical Itch


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/12/2021 à 15:05
80 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22