Aujourd’hui, solstice d’été, c’est la fête de la musique en France, merci Jack Lang. Mais vu mon coin paumé et mon aversion pour la guinguette et les majorettes, j’ai préféré rester à la maison tranquille, histoire de voir si un groupe sur la toile n’aurait pas un truc pour me faire ma fête. Et celle de mes oreilles, encrassées par tant de silence ensoleillé plombé.

Et justement, j’ai fait coup double, ou triple, ou inverse. J’ai trouvé de quoi satisfaire mes tympans, grâce à un album venu du froid. Sauf que l’album en question est tout sauf rafraichissant, et plutôt du genre torride dans son genre véhément.

Finlande donc, pour les NISTIKKO, qui résident conjointement à Tornio et Helsinki, et qui prétendent que leurs intérêts artistiques sont défendus par le célèbre agent Dale Cooper, enquêteur iconoclaste de Twin Peaks, et fan de beignets. L’allusion est plutôt plaisante et la référence appréciée, d’autant plus qu’elle correspond peu ou prou à la démarche musicale d’un combo qui ne rechigne pas à piétiner quelques plates-bandes différentes.

Crust évidemment, de conviction, D-beat, de fonction, mais le tout assimilé en version assez sombre et opaque, pour un résultat qui finalement va bien au-delà des références de genre.

Le quintette aux deux chanteurs (Eetu Viita – chant, Joonas Syväniemi – chant, Eetu Palomaa – guitare, Jussi Pohjanen – batterie et Otto Joki – basse) a déjà un passif assez chargé, puisque Väsy (Fatigué en langue de chez nous) est leur troisième longue durée, après Hävitys en 2011 et Kehä en 2013. Ajoutez à ceci un split avec les CUT TO FIT, et le compte sera bon.

Et une fois le LP encaissé, le vôtre aussi.

Les NISTIKKO ne sont en effet pas vraiment les musiciens les plus enjoués du monde, et les treize pistes de Väsy semblent en effet partiellement résignées et arque boutées sur leur destin funeste, comme en témoignent certains riffs qui ne suggèrent pas la vitalité et la fraîcheur. On savait les Finlandais assez bipolaires en termes Core, mais ces cinq-là poussent le bouchon assez loin, au point de voir leur bouteille rouler du côté d’un Depressive Crust qui en cours de route, oublie même sa vélocité sur le tire-bouchon.

Enregistré aux Lappia Studio par Joonas Syväniemi et Otto Joki, mixé par ce dernier (qui en sus s’accorde quelques interventions au Wurlitzer, aux percussions et à la basse), et masterisé par Ilpo Heikkinen, Väsy est un album très étrange, qui semble changer d’humeur en chemin, pour finalement laisser de côté la violence, tout du moins en partie.

Ce qui n’empêche nullement les finlandais de nous en cogner une ou deux bien sévères histoire de ne pas perdre la main (« Anna Anteeksi », «Väsy »), tout en noyant le poisson dans une mer de dépression instrumentale, qui remue de courants Ambient et dronique à marées régulières.

C’est donc à un disque extrêmement élaboré auquel nous avons affaire, qui sait installer une atmosphère pour mieux la faire évoluer et nous entraîner dans une sorte de rêve éveillé, à la limite du cauchemar, qui justement collerait parfaitement à l’image d’une série TV un peu coincée entre thriller et horreur.

Inutile donc de vous attendre à un LP de Crust/D-beat standard, puisque les NISTIKKO ont tout autre chose à vous proposer. L’effort en est donc plus intense, mais la satisfaction proportionnelle, puisque sous cette splendide pochette fantomatique se cache un des albums les plus surprenants de ce début d’été, aussi puissant que glauque, et aussi ouvert que renfermé.

Sur lui-même, mais aussi sur un ailleurs qui fait parfois penser au monde biscornu et intangible des TERRA TENEBROSA («Häviö », final qui vous laisse un goût amer et un peu les jetons aussi), tandis que d’autres titres flirtent avec la densité des NAILS ou tâtent même d’une forme très négative de Post-Hardcore.

En gros, un panorama très assombri, qui laisse des nuages de violence sourde électrifier l’espace, même dans les moments les plus furieux.

Le résultat, en synthèse ?

Quelque chose d’unique, qu’une chronique ne saurait retranscrire en mots. Si des interventions comme « Ainoa Suunta Alaspдin » ou « Lepään Rauhassa » sont suffisamment franches de leur Crust-Grind à deux voix pour vous laisser penser à une débauche instantanée et classique de haine, dès «Ei Milloinkaan », la boussole se brouille des interférences ovniesques d’un Darkcore vraiment pesant et aux harmoniques inquiétantes.

Et comme le groupe prend un sain plaisir à couper son élan par de fréquents intermèdes sans voix, on en reste de même, et on ne sait plus trop sur quel pied boiter.

D’où cet intérêt que les finlandais parviennent à garder tout au long de leur effort, qui ne ressemble en rien à la production nationale traditionnelle.

Si comparaison il faut chercher, elle se situe plus peut-être du côté de combos comme CARA NEIR, KULTA, EARTHMOTHER ou même des TRAP THEM, qui possèdent tous ces branches d’ADN mutantes et qui n’hésitent pas à mélanger l’oppression à l’agression.

Mais le cocktail fort épicé est épais en bouche, et coule le long de la gorge auditive comme un nectar interdit. De plus, les interludes mentionnés ont un réel intérêt musical et conceptuel et ne sont pas uniquement là pour boucher des trous dans la toiture de l’inspiration, et permettent des transitions vraiment fluides entre les diverses fluctuations.  

Et en définitive, Väsy se dévore d’une traite, un peu comme une dernière lettre de suicide qui expliquerait le comment sans éclaircir le pourquoi.

Je pourrais vous donner treize raisons d’aimer ce troisième album des NISTIKKO, mais la meilleure étant la plus simple, je me bornerai à une seule. C’est un disque pluriel, salement bien foutu, et qui donne autant la pêche Crust qu’il ne plombe le moral Darkcore.

Débrouillez-vous avec ça, il fait trop chaud pour être plus créatif.

Pas évident que tout ça soit la bande son idéale pour une fête de la musique, mais il n’a jamais été dit qu’il fallait être heureux pour lui faire sa fête. Et de toute façon, je n’ai jamais pu encadrer Jack Lang. Alors bon…


Titres de l'album:

  1. 6

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/07/2017 à 18:17
88 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Temple Desecration

Whirlwinds of Fathomless Chaos

Graviton

Per Erebus Ad Astra

Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah jeune impatient... mold_putrefaction est encore sur place en ce moment même.


C'est vrai qu'il donne envie ce report... ... ...
(SIC !!! !!! !!!)


Exact RBD...
Je préfère d'ailleurs de très loin SOILENT GREEN à EYEHATEGOD.
"Sewn mouth secrets" m'avait foutu une sacrée claquasse à sa sortie...


Ce n'est pas très bon non plus pour Soilent Green, après dix ans de silence.


Il donne envie ce fest en vrai... C'est bien simple tout les metalleux qui y ont été un jour, te disent que c'est le meilleur fest Metal qu'ils ont fait...


OUCH !!! !!! !!!
Quelle belle découverte bordel !!!
Merci mortne2001...
Du pur S.T. dans le texte ce truc putain !
Un million de fois mieux que NEGATIVE SELF en ce qui me concerne.

PS : "Un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque q(...)


CxFxCx!


Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)