Diamonds

The Birthday Massacre

27/03/2020

Metropolis Records

Huitième album studio, et certainement celui d’une confirmation définitive pour THE BIRTHDAY MASSACRE. Celle d’un style affirmé, qui ne déviera certainement plus de sa ligne de conduite, et qui est appelé à définir les orientations des années à venir. En effet, depuis Superstition en 2014, le groupe de Toronto se contente de perfectionner une formule qui a fait ses preuves, sans prendre le moindre risque. Les fans sont bien sûr toujours fans, bien que divisés en deux factions, et les réfractaires continueront de descendre le groupe sous prétexte que les influences les plus dures ont été remisées au grenier des souvenirs. Il faut dire qu’avec une carrière démarrée en 1999, un premier album paru en 2002, et un premier hit album qui accuse les quinze ans d’âge, les musiciens n’ont plus rien à prouver. Et c’est justement ce qu’ils démontrent avec Diamonds, qui de sa pochette à ses morceaux ne fait que suivre une trajectoire rectiligne, en peaufinant des recettes déjà largement éprouvées. J’ai moi-même fait connaissance avec le groupe avec Violet, après qu’un ami gothique m’a revendu l’album, déçu de ce mélange entre Gothique light, Metal édulcoré et Pop pas totalement assumé. Back in time, cet album que beaucoup considèrent comme le haut fait d’une aventure était aussi une entame qu’on pressentait en fondations, mais pas un style sous sa forme polie. Avec une propension à chercher le consensus, on savait le groupe canadien capable de se rapprocher des rives de la Pop alternative la plus accessible, et le constat aujourd’hui est sans appel : THE BIRTHDAY MASSACRE a échappé définitivement au monde du Metal pour devenir une créature de cauchemars Synth-Pop (pour les allergiques évidemment), mais une créature libre, affranchie de toute contrainte, qui se sert de son imaginaire pour transcender des influences eighties et les adapter à un contexte 2K.

Sans mauvais jeu de mot eu égard au contexte actuel, la musique de Diamonds agit comme un virus sournois. Un virus qui s’insinue en vous, et vous contamine lentement, comme un poison au goût sucré qu’on avale sans tenir compte de sa dangerosité. Et alors qu’on pensait le groupe plus ambitieux en termes d’occupation de terrain, c’est en toute humilité qu’il nous en revient, ne monopolisant que trente-sept minutes de notre temps, alors que l’on sait son inspiration capable de s’étirer largement au-delà. Toujours fidèles à Metropolis Records, les canadiens n’osent pas grand-chose avec ce nouveau chapitre, si ce n’est souligner encore plus fermement leurs accointances Synth-Pop, ce que « Enter » propose de son invitation un peu roublarde. Avec un line-up en sextet stable depuis des années (Chibi - chant, Rainbow - guitare/synthés/chœurs, Michael Falcore - guitare/synthés, Rhim - batterie, Owen - claviers et Nate Manor - basse), le groupe peut donc s’appuyer sur une osmose globale pour mettre en place son univers qui peut sembler statique, mais qui évolue pourtant au gré d’une imagination qui ne se tarit pas. Pourtant, rien de bien nouveau depuis Under Your Spell, dernier album studio publié en 2017. Rien de bien nouveau depuis bien longtemps aussi selon l’avis des détracteurs qui reprocheront au groupe son absence totale de culot et son aversion pour la prise de risque. On voit très bien les liens qui unissent les trois derniers LPs du groupe, mais à l’écoute de ces neuf nouveaux morceaux, on réalise bien vite que THE BIRTHDAY MASSACRE n’a pas besoin de faire le malin pour attirer l’attention : son style lui est propre, pas tout à fait unique, mais manipulé avec tant de flair qu’on excuse les automatismes en place depuis au moins 5 ans. Par moments, le sextet revient même dans le giron de ses primes années, sans en retenir tous les tics pour ne pas sonner passé ou dépassé, et en l’état, même en proposant des idées déjà largement développées, Diamonds est encore une réussite, en mode mineur certes, mais incontestable.

Les hits ne manquent pas, et à vrai dire, ils sont omniprésents. Toujours prompt à mélanger les genres, le combo s’amuse encore de ce Gothique passé à la moulinette électronique et Pop, et nous offre un festival de savoir-faire, résumant toute son aventure en une poignée de minutes (« The Sky Will Turn »). Les claviers, de plus en plus présents, deviennent omniprésents, et empiètent de plus en plus sur les guitares, qui aujourd’hui ne sont plus qu’un tapis de distorsion d’arrière-plan. Sans s’appuyer sur des riffs faciles et convenus, THE BIRTHDAY MASSACRE teint une fois encore le monde de Lewis Carol en rose bonbon (une pochette superbe, une fois encore), et nous entraîne dans un rêve/cauchemar sensuel et gentiment vénéneux, sans risques pour la santé, si ce n’est en contractant une addiction à ces mélodies hantées qui ont fait le charme de Chibi depuis l’orée des années 2000. La chanteuse au timbre infantile n’est certes pas Nicole Dollanganger, mais elle ne cherche pas à nous traumatiser de textes noirs et d’impulsions cathartiques. Chibi est plus une gentille conteuse venue d’un au-delà coloré, qui de son timbre monocorde et onirique nous mène sur les traces de monstres fluo et de lapins bizarres, mais sa voix est un petit bijou adolescent qui sublime les compositions les plus nuancées et désincarnées (« Diamonds »). En cherchant l’inspiration du côté des racines de DEPECHE MODE, ULTRAVOX et autres chantres de la New-Wave des années 80, pour l’adapter à l’alternatif gothique des nineties, Diamonds réussit son coup et offre des tubes de piste de danse en plancher de miroirs (« Run »), sans nous forcer à nous lever de notre fauteuil, mais en nous offrant quelques images sonores propices au déhanchement.

Les fans les plus hardcore regretteront sans doute que le groupe ait abandonné sa facette la plus sombre et ses sons les plus glauques. Il est certain que depuis la moitié des années 2010, THE BIRTHDAY MASSACRE sonne plus léger, moins empesé, mais aussi plus lumineux et moins forcé. Même les titres les plus dark bénéficient d’un éclairage tamisé (« Flashback »), mais en mode plus Pop que Gothique, le groupe est de plus en plus crédible et sincère (« Last Goodbye », de la Synth-Pop suédoise, mais jouée à la canadienne). Les rythmiques sont élastiques, on sent parfois du YAZOO, du NEW ORDER même en version collégienne, mais le combo sait toujours travailler les ambiances (« Crush »), et refuse de regarder en arrière. Après tout, pourquoi échanger un présent heureux contre un passé glorieux (en termes de créativité s’entend), surtout lorsqu’on est encore capable d’y faire allusion via une citation MANSON plus vraie que nature (« Mirrors »). Sans bousculer l’ordre des choses, ce huitième LP studio des canadiens est encore une réussite, long juste ce qu’il faut, honnête, bien emballé et pesé, qui ravira les fans les plus fidèles, et pourra éventuellement convertir quelques néophytes. Et si le lapin est toujours en retard, THE BIRTHDAY MASSACRE est toujours pile à l’heure pour se rappeler à notre bon souvenir.

                                                                                                      

Titres de l’album :

                            01. Enter

                            02. The Sky Will Turn

                            03. Diamonds

                            04. Run

                            05. Flashback

                            06. Last Goodbye

                            07. Crush

                            08. Mirrors

                            09. Parallel World

Site officiel


par mortne2001 le 30/08/2020 à 18:04
80 %    164

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
02/09/2020, 21:43:35
Tout à fait de cet avis sur l'ensemble du parcours de ces Canadiens, n'ayant pas examiné l'album commenté. L'univers "spooky" (qu'en France on qualifierait de "Burtonien") et saturé de violet que développe TBM a une certaine personnalité, même si le côté sucré et infantile qu'il colporte peut dissuader légitimement pas mal de gens. Je peux apprécier la synth-pop (on le sait !), mais l'évolution progressive vers ce côté a fait tomber dans la mièvrerie un répertoire sur le fil d'un rasoir qui avait son petit charme enfantin.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Concerts à 7 jours
Deficiency + Dsm + Voorhees + Witches 19/09 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire !

Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down.
Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion.
Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57

saad

les trois extraits sont pires que Swansong. Aucune inspiration. Ultra mauvais

19/09/2020, 09:01

Living Monstrosity

Une pochette d'Olivier de Benoist ?

19/09/2020, 08:32

Living MOnstrosity

Oui pardon, Swansong et non swanGsong.

(holy shit ! je réalise que je n'ai plus écouté cet album chant du cygne depuis SA SORTIE !)

19/09/2020, 08:23

Jus de cadavre

Tout comme Living ! Très Swansong !

19/09/2020, 03:22

KaneIsBack

Curieux d'écouter ça, surtout que ça fait un bail que Sodom n'a pas sorti un vrai bon album.

18/09/2020, 22:06

Facial

Superbe album!!

18/09/2020, 20:35

Living Monstrosity

Houla il est très Swangsong celui-ci... mais j'aime beaucoup.
Je trouve ça très groovy et classieux.

18/09/2020, 19:50

Kairos

pas un seul extrait qui m'emballe pour le moment

18/09/2020, 19:10

grinder92

Purée, Billou il a pas vu que ça enregistrait quand il faisait ses gammes pour s'échauffer... et l'ingé son l'a gardé !!!

18/09/2020, 18:38

steelvore666

Génial.
Enfin la suite !

18/09/2020, 12:53

Reg

Bon morceau old school
Jairo T. est un Celtic Frost worshipper ^^

18/09/2020, 09:23