Passionné un jour, passionné toujours. Rageur hier, furieux aujourd’hui…Et je pourrais continuer avec une myriade de formules éculées au moment de commenter avec acuité le premier né du projet NOTHEIST, sorti de nulle part, mais n’émanant pas de n’importe qui. NOTHEIST et son fils éponyme et totalement légitime sont donc tous deux les enfants de Grégory Lambert, touche à tout extrême de génie, capable de passer en un désir de l’univers violent et condensé des CRUSHER à celui plus ouvert et littéraire d’Alexandre ASTIER, qu’il a accompagné de sa guitare sur scène pour ses Exoconference(s). Grégory Lambert, c’est évidemment une guitare, qui sonne et qui cogne, et un parcours, qui outre ces deux références l’a vu jouer avec ZUUL FX et MISANTHROPE. Un homme qui a donc toujours baigné dans le Metal le plus extrême et aventureux, et qui a toujours refusé la facilité. Un homme qui a senti qu’il était temps pour lui de proposer sa propre musique, celle qu’on trouve sur les onze morceaux de ce concept brutal, et qui offre un résumé indirect de tout ce qu’il a pu proposer jusqu’à lors de personnel. Personnel dans son jeu de guitare, lorsqu’elle était au service d’autres créatifs, guitare qui aujourd’hui n’obéit qu’à l’imaginaire de son seul maître, trouvant un point de convergence de tous ses intérêts dans une démarche unique. En choisissant de rester isolé dans la création, Grégory a pris un risque énorme, se voyant désigné comme la seule cible en cas de chute artistique constatée. Mais ceux qui attendaient de lui un faux-pas en seront pour leurs frais, puisque le musicien est parvenu à se recentrer sur l’essentiel, sans abandonner son désir d’explorer la violence la plus viscérale.

En élargissant son spectre d’influence à des références comme NAPALM DEATH, MORBID ANGEL, SLAYER, DEATH, METALLICA, ENTOMBED, DEICIDE, DISMEMBER, CYNIC, IRON MAIDEN, BLACK SABBATH, JUDAS PRIEST, MESHUGGAH, ou ATHEIST, Greg n’a pas souhaité se limiter à un champ d’action trop restreint. Nous étions alors en droit d’anticiper un éparpillement néfaste à l’efficacité, ce que le bonhomme a contourné de son talent immense. Outre cette fameuse huit-cordes qui ne le quitte jamais, il a aussi assuré les parties de basse, la programmation, mais aussi le chant, scandant d’une voix rauque ses textes lucides et sombres. Niveau chant, la pilule passe plutôt bien, la voix rauque et sans fard de Greg s’accommodant très bien des pistes instrumentales aux dédales multiples, mais à la puissance effective. En s’ancrant dans son époque tout en louchant sur le passé, il rend hommage aux artistes qui l’ont formé, mais il s’assume aussi comme figure de l’underground, de celles qu’on respecte. Sans aller chercher l’expérimentation à tout va, le concept NOTHEIST est donc plutôt varié, pluriel, mais toujours brutal, avec cette double grosse caisse omniprésente et ces riffs diaboliques, hésitant parfois entre le radicalisme des origines Thrash et Death, et l’évolutionnisme des MESHUGGAH et autres calculatrices musicales ambulantes. Album ambivalent donc que ce premier éponyme, qui n’hésite pas à taquiner le progressif pour mieux nous assommer d’un brulot l’instant d’après, sans que l’une ou l’autre de ses facettes ne paraisse forcée.

Et c’est avec une intro délicate en acoustique que le bonhomme nous salue, plaçant l’accueil sous des auspices mélodiques, ce qui pourra surprendre. Mais dès le title-track, les choses sont claires et la vitesse de mise : Greg n’est pas là pour rigoler, mais bien pour s’imposer et bousculer, ce qu’il fait d’un Death à forts relents Thrash bien tassé et compacté. Il convient dès lors de prôner l’honnêteté au moment de juger d’une somme de travail fort conséquente, et d’avouer que tous les plans choisis et idées imposées ne sont pas pertinents. Le son dessert parfois les parties les plus violentes, le côté synthétique prenant le pas sur l’analogique, et tendant vers un Death Indus un peu trop compressé. On le remarque dès que la guitare et la basse modulent sur fond de tapis rythmique ininterrompu (« Freedom is a Lie »), mais lorsque l’artiste aère un peu plus son panorama, tout devient logique et efficient, même si le décalage entre la froideur des riffs et cette voix un peu écorchée pourra étonner et choquer les plus exigeants (« Deathless »). Sans vraiment s’affilier à un autre mouvement que le sien, Greg n’hésite pas à utiliser différents codes, incluant des digressions Heavy dans un contexte purement Modern Death, et nappant le tout de soli aussi précis et mélodiques que possible, sa véritable trademark. Et si la première partie de l’album privilégie en surface des uppercuts immédiats et redoutables, la seconde emprunte des chemins de traverse, lâchant la bride pour traîner du côté du Death progressif dans lequel l’homme a largement baigné par le passé.

Le premier exemple concret de cette cassure est l’énorme « Those who Refused to See », avec ses fréquentes brisures et ses changements de tonalité, qui prouve que le créatif n’a pas grand-chose à envier à l’instrumentiste. Arrangements en bidouillages électroniques, strates vocales doublées en épaisseur, riffs qui nouent et dénouent, et évolution logique mais toujours surprenante. « Through my Dreams » accentue encore cette impression d’ampleur, travaillant des harmonies un peu biaisées pour imposer un climat délétère pendant plus de sept minutes. Mais c’est évidemment le gros morceau de clôture « My Demise » qui impressionne le plus, avec ses presque dix minutes de démonstration en mode mineur. En choisissant de nous laisser sur cette dernière impression mêlant la séduction Heavy des origines, le Thrash le plus modulé, et un crescendo presque BM de sa méchanceté, Greg nous envoie un message très clair, et achève d’asseoir sa réputation. Celle d’un musicien sans frontières, sans œillères, qui agit toujours comme bon lui semble et va où le vent le porte. Profitez en tant que le vent le porte jusqu’à vous, car malgré quelques approximations et autres petites erreurs pardonnables (mais surtout au niveau du son, plus que des chansons), ce Notheist de NOTHEIST est un plaisir tout sauf coupable en lequel vous pouvez croire.     


Titres de l’album :

                            01 – Order in Chaos

                            02 – Notheist

                            03 – God of Meat

                            04 – Silent Screams

                            05 – Freedom is a Lie

                            06 – Deathless

                            07 – Those who Refused to See

                            08 – Through my Dreams

                            09 – Behind the Lies

                            10 – Screw Them !

                            11 – My Demise

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/08/2019 à 18:52
80 %    174

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever