MONNIER tu dors, ton moulin va trop vite.

Voilà, comme ça on évacue d’emblée le calembour désastreux que de toute façon vous ne pouviez pas éviter, et nous pouvons donc nous concentrer sur le cœur du problème. Le premier problème étant l’absence absolue d’informations à propos de ce groupe, qui ne possède qu’un Bandcamp sans bio, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, et qui officie donc dans un anonymat relatif, que quelques malandrins en quête perpétuelle de boucan ont brisé de leur intérêt. Que vous dire donc sur ce projet sorti de nulle part, mis à part qu’il nous en vient visiblement du Japon, pays réputé pour ses tarés bruitistes notoires, qu’il est constitué d’un duo (Makiko - chant, FLAGITIOUS IDIOSYNCRASY IN THE DILAPIDATION, et Jasper - guitare/basse/batterie, INFESTED ART) et qu’il nous offre donc gratuitement les fruits de sa première réflexion, histoire que nous en propagions la bonne parole aussi vite qu’un poisson ? Pas grand-chose malheureusement, puisque ce duo presque fantôme reste très discret sur ses ambitions, et préfère donc laisser parler sa musique plutôt que de l’ouvrir pour rien. Et question musique, nous sommes servis, sur un plateau, débordant de riffs requin-marteau, de blasts de cachalots, d’enchaînements déments et brutaux, et surtout, d’une dualité vocale carburant plein pot. Vous avez dit Grind ? Vous avez la bonne réponse, et pouvez donc passer à l’étape suivante. Celle de la confirmation.

Qui dit Grind, dit forcément analyse assez simple d’un contenu somme toute très honnête. Les MONNIER toutefois ne se contentent pas de balancer une dizaine de salves interchangeables histoire de justifier leur existence, et jouent un barouf performant qui tient largement la distance face à ses concurrents. Lesquels ? Selon les avis avisés, ABORTED, mais aussi de mon propre avis les THE KILL, NAILS, BRUTAL TRUTH, INFECTED, ASSUCK, et même par moments plus intenses, les TOTAL FUCKING DESTRUCTION, pour cette façon très intelligente et ludique de traiter le chaos comme un art à part entière. Pas de stagnation à la base donc, ni de contentement du minimum, mais le meilleur boucan que vous pourrez trouver sur le marché, et qui s’articule sur l’art nippon séculaire du chant vraiment schizo et méchant. Alternance de grognements gravissimement ignobles et de cris de souris à la queue coincée dans un sac Monoprix, pour une symphonie en outrance majeure, qui ne crache pas sur un brin de technique et de malice pour nous entraîner dans son délire interdit aux mineurs. Et en tant que fin spécialiste de la chose mutine, je reconnais au duo des qualités indispensables à tout bon fouteur de merde qui se respecte, et qui a l’amour du gag bordélique élaboré et organisé. Ici, pas de foutoir même pas habilement déguisé, mais beaucoup de flair, et surtout, un paquet de riffs d’enfer, purement Death par instants, et salement Grind la plupart du temps. Alors évidemment, ça cartonne comme un tir de rafale en automne, mais ça tire précis, et ça compte les corps tombés vers midi. Pile.

De vrais morceaux donc, et de qualité, pour une dualité confrontant le bruit le plus absolu à l’efficience la plus dévolue. Mais une simple écoute du monstrueux et lapidaire « Unwritten Letters » en dit beaucoup plus en une minute et quarante-neuf secondes que bien des discours, et résume tout ce qui a fait du Grind l’un des plus brillants exutoires des flingués modernes, proposant dans un temps imparti relativement bref toutes les idées les plus pertinentes et les plans les plus entrainants. Pour faire court (comme le LP, qui dure treize minutes je le rappelle), MONNIER joue le Grind comme il devrait toujours être joué, comme une envie et non un palliatif ou une facilité, ajoutant de çà et là quelques dissonances (« Doosmday », pour demain, pas plus tard), des chœurs sombres intuitifs, des breaks expéditifs, des crises rythmiques épileptiques (« Dim Light », mais ça éclaire quand même quelques lanternes), et des accès de rage mâtinés d’écrasement en plein pilotage (« Burning Disgrace » et son pont purement Death, morbide et stable en même temps). En gros, la quintessence, l’essence, la dégénérescence (« Excruciation », ou comment NAPALM percute de plein fouet le trente-huit tonnes des INFEST), l’instinct, de bon matin, et une telle énergie qu’une fois l’effort fini, on en redemande et on repart pour un tour la nuit. Et les résultats se ressentent, puisqu’après avoir écouté la chose une bonne dizaine de fois pour pouvoir chroniquer, je m’en retrouve galvanisé, et prêt à affronter la plus terne des soirées en restant éveillé. La preuve par deux que le Grind est aussi une question de talent, et non pas un simple exercice de style pour handicapés des ligaments.

Alors, oui, MONNIER ton moulin va trop vite. Mais tu ne dors pas, et c’est un euphémisme. J’attends juste la suite des évènements pour éventuellement te rendre la Monnier de ta pièce. Mais je préfère m’arrêter là avant de devenir trop drôle.


Titres de l'album:

  1. The Abyss
  2. Writhe in Agony
  3. Unwritten Letters
  4. Doomsday
  5. Dim Light
  6. Burning Disgrace
  7. Excruciation
  8. Depletion

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/02/2018 à 18:06
80 %    374

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.