MONNIER tu dors, ton moulin va trop vite.

Voilà, comme ça on évacue d’emblée le calembour désastreux que de toute façon vous ne pouviez pas éviter, et nous pouvons donc nous concentrer sur le cœur du problème. Le premier problème étant l’absence absolue d’informations à propos de ce groupe, qui ne possède qu’un Bandcamp sans bio, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, et qui officie donc dans un anonymat relatif, que quelques malandrins en quête perpétuelle de boucan ont brisé de leur intérêt. Que vous dire donc sur ce projet sorti de nulle part, mis à part qu’il nous en vient visiblement du Japon, pays réputé pour ses tarés bruitistes notoires, qu’il est constitué d’un duo (Makiko - chant, FLAGITIOUS IDIOSYNCRASY IN THE DILAPIDATION, et Jasper - guitare/basse/batterie, INFESTED ART) et qu’il nous offre donc gratuitement les fruits de sa première réflexion, histoire que nous en propagions la bonne parole aussi vite qu’un poisson ? Pas grand-chose malheureusement, puisque ce duo presque fantôme reste très discret sur ses ambitions, et préfère donc laisser parler sa musique plutôt que de l’ouvrir pour rien. Et question musique, nous sommes servis, sur un plateau, débordant de riffs requin-marteau, de blasts de cachalots, d’enchaînements déments et brutaux, et surtout, d’une dualité vocale carburant plein pot. Vous avez dit Grind ? Vous avez la bonne réponse, et pouvez donc passer à l’étape suivante. Celle de la confirmation.

Qui dit Grind, dit forcément analyse assez simple d’un contenu somme toute très honnête. Les MONNIER toutefois ne se contentent pas de balancer une dizaine de salves interchangeables histoire de justifier leur existence, et jouent un barouf performant qui tient largement la distance face à ses concurrents. Lesquels ? Selon les avis avisés, ABORTED, mais aussi de mon propre avis les THE KILL, NAILS, BRUTAL TRUTH, INFECTED, ASSUCK, et même par moments plus intenses, les TOTAL FUCKING DESTRUCTION, pour cette façon très intelligente et ludique de traiter le chaos comme un art à part entière. Pas de stagnation à la base donc, ni de contentement du minimum, mais le meilleur boucan que vous pourrez trouver sur le marché, et qui s’articule sur l’art nippon séculaire du chant vraiment schizo et méchant. Alternance de grognements gravissimement ignobles et de cris de souris à la queue coincée dans un sac Monoprix, pour une symphonie en outrance majeure, qui ne crache pas sur un brin de technique et de malice pour nous entraîner dans son délire interdit aux mineurs. Et en tant que fin spécialiste de la chose mutine, je reconnais au duo des qualités indispensables à tout bon fouteur de merde qui se respecte, et qui a l’amour du gag bordélique élaboré et organisé. Ici, pas de foutoir même pas habilement déguisé, mais beaucoup de flair, et surtout, un paquet de riffs d’enfer, purement Death par instants, et salement Grind la plupart du temps. Alors évidemment, ça cartonne comme un tir de rafale en automne, mais ça tire précis, et ça compte les corps tombés vers midi. Pile.

De vrais morceaux donc, et de qualité, pour une dualité confrontant le bruit le plus absolu à l’efficience la plus dévolue. Mais une simple écoute du monstrueux et lapidaire « Unwritten Letters » en dit beaucoup plus en une minute et quarante-neuf secondes que bien des discours, et résume tout ce qui a fait du Grind l’un des plus brillants exutoires des flingués modernes, proposant dans un temps imparti relativement bref toutes les idées les plus pertinentes et les plans les plus entrainants. Pour faire court (comme le LP, qui dure treize minutes je le rappelle), MONNIER joue le Grind comme il devrait toujours être joué, comme une envie et non un palliatif ou une facilité, ajoutant de çà et là quelques dissonances (« Doosmday », pour demain, pas plus tard), des chœurs sombres intuitifs, des breaks expéditifs, des crises rythmiques épileptiques (« Dim Light », mais ça éclaire quand même quelques lanternes), et des accès de rage mâtinés d’écrasement en plein pilotage (« Burning Disgrace » et son pont purement Death, morbide et stable en même temps). En gros, la quintessence, l’essence, la dégénérescence (« Excruciation », ou comment NAPALM percute de plein fouet le trente-huit tonnes des INFEST), l’instinct, de bon matin, et une telle énergie qu’une fois l’effort fini, on en redemande et on repart pour un tour la nuit. Et les résultats se ressentent, puisqu’après avoir écouté la chose une bonne dizaine de fois pour pouvoir chroniquer, je m’en retrouve galvanisé, et prêt à affronter la plus terne des soirées en restant éveillé. La preuve par deux que le Grind est aussi une question de talent, et non pas un simple exercice de style pour handicapés des ligaments.

Alors, oui, MONNIER ton moulin va trop vite. Mais tu ne dors pas, et c’est un euphémisme. J’attends juste la suite des évènements pour éventuellement te rendre la Monnier de ta pièce. Mais je préfère m’arrêter là avant de devenir trop drôle.


Titres de l'album:

  1. The Abyss
  2. Writhe in Agony
  3. Unwritten Letters
  4. Doomsday
  5. Dim Light
  6. Burning Disgrace
  7. Excruciation
  8. Depletion

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/02/2018 à 18:06
80 %    226

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".