MONNIER tu dors, ton moulin va trop vite.

Voilà, comme ça on évacue d’emblée le calembour désastreux que de toute façon vous ne pouviez pas éviter, et nous pouvons donc nous concentrer sur le cœur du problème. Le premier problème étant l’absence absolue d’informations à propos de ce groupe, qui ne possède qu’un Bandcamp sans bio, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, et qui officie donc dans un anonymat relatif, que quelques malandrins en quête perpétuelle de boucan ont brisé de leur intérêt. Que vous dire donc sur ce projet sorti de nulle part, mis à part qu’il nous en vient visiblement du Japon, pays réputé pour ses tarés bruitistes notoires, qu’il est constitué d’un duo (Makiko - chant, FLAGITIOUS IDIOSYNCRASY IN THE DILAPIDATION, et Jasper - guitare/basse/batterie, INFESTED ART) et qu’il nous offre donc gratuitement les fruits de sa première réflexion, histoire que nous en propagions la bonne parole aussi vite qu’un poisson ? Pas grand-chose malheureusement, puisque ce duo presque fantôme reste très discret sur ses ambitions, et préfère donc laisser parler sa musique plutôt que de l’ouvrir pour rien. Et question musique, nous sommes servis, sur un plateau, débordant de riffs requin-marteau, de blasts de cachalots, d’enchaînements déments et brutaux, et surtout, d’une dualité vocale carburant plein pot. Vous avez dit Grind ? Vous avez la bonne réponse, et pouvez donc passer à l’étape suivante. Celle de la confirmation.

Qui dit Grind, dit forcément analyse assez simple d’un contenu somme toute très honnête. Les MONNIER toutefois ne se contentent pas de balancer une dizaine de salves interchangeables histoire de justifier leur existence, et jouent un barouf performant qui tient largement la distance face à ses concurrents. Lesquels ? Selon les avis avisés, ABORTED, mais aussi de mon propre avis les THE KILL, NAILS, BRUTAL TRUTH, INFECTED, ASSUCK, et même par moments plus intenses, les TOTAL FUCKING DESTRUCTION, pour cette façon très intelligente et ludique de traiter le chaos comme un art à part entière. Pas de stagnation à la base donc, ni de contentement du minimum, mais le meilleur boucan que vous pourrez trouver sur le marché, et qui s’articule sur l’art nippon séculaire du chant vraiment schizo et méchant. Alternance de grognements gravissimement ignobles et de cris de souris à la queue coincée dans un sac Monoprix, pour une symphonie en outrance majeure, qui ne crache pas sur un brin de technique et de malice pour nous entraîner dans son délire interdit aux mineurs. Et en tant que fin spécialiste de la chose mutine, je reconnais au duo des qualités indispensables à tout bon fouteur de merde qui se respecte, et qui a l’amour du gag bordélique élaboré et organisé. Ici, pas de foutoir même pas habilement déguisé, mais beaucoup de flair, et surtout, un paquet de riffs d’enfer, purement Death par instants, et salement Grind la plupart du temps. Alors évidemment, ça cartonne comme un tir de rafale en automne, mais ça tire précis, et ça compte les corps tombés vers midi. Pile.

De vrais morceaux donc, et de qualité, pour une dualité confrontant le bruit le plus absolu à l’efficience la plus dévolue. Mais une simple écoute du monstrueux et lapidaire « Unwritten Letters » en dit beaucoup plus en une minute et quarante-neuf secondes que bien des discours, et résume tout ce qui a fait du Grind l’un des plus brillants exutoires des flingués modernes, proposant dans un temps imparti relativement bref toutes les idées les plus pertinentes et les plans les plus entrainants. Pour faire court (comme le LP, qui dure treize minutes je le rappelle), MONNIER joue le Grind comme il devrait toujours être joué, comme une envie et non un palliatif ou une facilité, ajoutant de çà et là quelques dissonances (« Doosmday », pour demain, pas plus tard), des chœurs sombres intuitifs, des breaks expéditifs, des crises rythmiques épileptiques (« Dim Light », mais ça éclaire quand même quelques lanternes), et des accès de rage mâtinés d’écrasement en plein pilotage (« Burning Disgrace » et son pont purement Death, morbide et stable en même temps). En gros, la quintessence, l’essence, la dégénérescence (« Excruciation », ou comment NAPALM percute de plein fouet le trente-huit tonnes des INFEST), l’instinct, de bon matin, et une telle énergie qu’une fois l’effort fini, on en redemande et on repart pour un tour la nuit. Et les résultats se ressentent, puisqu’après avoir écouté la chose une bonne dizaine de fois pour pouvoir chroniquer, je m’en retrouve galvanisé, et prêt à affronter la plus terne des soirées en restant éveillé. La preuve par deux que le Grind est aussi une question de talent, et non pas un simple exercice de style pour handicapés des ligaments.

Alors, oui, MONNIER ton moulin va trop vite. Mais tu ne dors pas, et c’est un euphémisme. J’attends juste la suite des évènements pour éventuellement te rendre la Monnier de ta pièce. Mais je préfère m’arrêter là avant de devenir trop drôle.


Titres de l'album:

  1. The Abyss
  2. Writhe in Agony
  3. Unwritten Letters
  4. Doomsday
  5. Dim Light
  6. Burning Disgrace
  7. Excruciation
  8. Depletion

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/02/2018 à 18:06
80 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Last Autumn's Dream

Secret Treasure

The Ripper

Hell Rising

Chainbreaker

Lethal Desire

Ernia

Ernia

Screaming

Know My Spite

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ The Lump + Caseum

16/02 : Le Marquis De Sade, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)


@ Jus de Cadavre : héhé ouais, je sais. Et ce n'est peut-être pas dans les coms d'une news sur Shining qu'il est le plus approprié d'en parler... Mais ça me paraissait important à soulever comme question, sur le moment.
A titre perso, il me semble qu'acheter, partager, diffuser, aller vo(...)


JTDP : là tu soulèves le grand débat par rapport à cette scène... Est ce que écouter un groupe NS dans son coin, sans faire attention à l'idéologie, c'est soutenir ? Difficile comme question.
Perso je fais partie de ceux qui dissocie complétement l’idéologie de l’œuvre... Mais (...)


Ils auront pas perdu de temps pour enchaîner.
J'espère vraiment un grand Morbid Angel, meilleur que Kingdoms.


"J'ai reçu il y a quelques années un email tout à fait officiel de la bibliothèque nationale de je sais pas quoi ou grosso modo ils me disaient : "nous avons vu que vous avez un label et dans le cadre de la collection nationale d'archives musicales nous vous invitons à nous envoyer un exemplai(...)


Perso, ce qui me fait un peu flipper avec cette scène NS, c'est que de 1 on en parle beaucoup plus (ce qui leur fait immanquablement plus de pub) et de 2, j'ai comme l'impression que la scène Metal, Black mais pas que, ne sait pas trop quoi en foutre de ça en fait. Cela fait 2 interviews que je l(...)


#BalancesTonLoupGarou


Un peu trop foutraque à mon goût...


C'est ça.


OK, je pense mieux comprendre ce que tu veux dire : pas forcément plus de groupes NS qu'avant, mais peut-être plus de visibilité et sans doute aussi une plus grande acceptation de ceux-ci par le public...


C'est bien si Cliff est là aussi il fait boucler la boucle avec tout le monde, Brian, Cliff et Phil de retour pour le dernier album je suppose.


Arf... Ce n'est surement qu'une impression, mais je trouve que les groupes NSBM se "cachent" de moins en moins on va dire. mais ce n'est pas propre au BM en fait, c'est partout comme ça... Les extrêmes se sentent pousser des ailes en ce moment quoi ;)
Et la scène NS se "professionnalise" ((...)


De quelle "mode NS" tu parles, Jus ?


Oui, curieux de savoir aussi qui s'occupe des sélections des différentes catégories. A part Trivium il n'y avait pas de groupe vraiment mainstream cette année.


A priori, ce sera un show plus long que d'habitude.
Il n'y aura qu'une seul groupe (SRD / srdofficial.bandcamp.com) pour les accompagner sur toute la tournée. Pas de groupes locaux.
Je sais pas ce que le père Niklas prépare... et d'ailleurs où en est le prochain album ? normalement i(...)


C'est le Soviet Tour ? :D
Ça va être ça la nouvelle mode en BM maintenant, après la mode NS qui déferle sur la scène en ce moment ?


Étonné tout de même d'y trouver High on Fire et comme dis plus haut, c'était pour moi aussi le meilleur de la liste... Je me demande vraiment comment ils font pour faire ce genre de sélection en tout cas.