Monnier

Monnier

21/01/2018

Autoproduction

MONNIER tu dors, ton moulin va trop vite.

Voilà, comme ça on évacue d’emblée le calembour désastreux que de toute façon vous ne pouviez pas éviter, et nous pouvons donc nous concentrer sur le cœur du problème. Le premier problème étant l’absence absolue d’informations à propos de ce groupe, qui ne possède qu’un Bandcamp sans bio, pas de page Facebook, encore moins de site officiel, et qui officie donc dans un anonymat relatif, que quelques malandrins en quête perpétuelle de boucan ont brisé de leur intérêt. Que vous dire donc sur ce projet sorti de nulle part, mis à part qu’il nous en vient visiblement du Japon, pays réputé pour ses tarés bruitistes notoires, qu’il est constitué d’un duo (Makiko - chant, FLAGITIOUS IDIOSYNCRASY IN THE DILAPIDATION, et Jasper - guitare/basse/batterie, INFESTED ART) et qu’il nous offre donc gratuitement les fruits de sa première réflexion, histoire que nous en propagions la bonne parole aussi vite qu’un poisson ? Pas grand-chose malheureusement, puisque ce duo presque fantôme reste très discret sur ses ambitions, et préfère donc laisser parler sa musique plutôt que de l’ouvrir pour rien. Et question musique, nous sommes servis, sur un plateau, débordant de riffs requin-marteau, de blasts de cachalots, d’enchaînements déments et brutaux, et surtout, d’une dualité vocale carburant plein pot. Vous avez dit Grind ? Vous avez la bonne réponse, et pouvez donc passer à l’étape suivante. Celle de la confirmation.

Qui dit Grind, dit forcément analyse assez simple d’un contenu somme toute très honnête. Les MONNIER toutefois ne se contentent pas de balancer une dizaine de salves interchangeables histoire de justifier leur existence, et jouent un barouf performant qui tient largement la distance face à ses concurrents. Lesquels ? Selon les avis avisés, ABORTED, mais aussi de mon propre avis les THE KILL, NAILS, BRUTAL TRUTH, INFECTED, ASSUCK, et même par moments plus intenses, les TOTAL FUCKING DESTRUCTION, pour cette façon très intelligente et ludique de traiter le chaos comme un art à part entière. Pas de stagnation à la base donc, ni de contentement du minimum, mais le meilleur boucan que vous pourrez trouver sur le marché, et qui s’articule sur l’art nippon séculaire du chant vraiment schizo et méchant. Alternance de grognements gravissimement ignobles et de cris de souris à la queue coincée dans un sac Monoprix, pour une symphonie en outrance majeure, qui ne crache pas sur un brin de technique et de malice pour nous entraîner dans son délire interdit aux mineurs. Et en tant que fin spécialiste de la chose mutine, je reconnais au duo des qualités indispensables à tout bon fouteur de merde qui se respecte, et qui a l’amour du gag bordélique élaboré et organisé. Ici, pas de foutoir même pas habilement déguisé, mais beaucoup de flair, et surtout, un paquet de riffs d’enfer, purement Death par instants, et salement Grind la plupart du temps. Alors évidemment, ça cartonne comme un tir de rafale en automne, mais ça tire précis, et ça compte les corps tombés vers midi. Pile.

De vrais morceaux donc, et de qualité, pour une dualité confrontant le bruit le plus absolu à l’efficience la plus dévolue. Mais une simple écoute du monstrueux et lapidaire « Unwritten Letters » en dit beaucoup plus en une minute et quarante-neuf secondes que bien des discours, et résume tout ce qui a fait du Grind l’un des plus brillants exutoires des flingués modernes, proposant dans un temps imparti relativement bref toutes les idées les plus pertinentes et les plans les plus entrainants. Pour faire court (comme le LP, qui dure treize minutes je le rappelle), MONNIER joue le Grind comme il devrait toujours être joué, comme une envie et non un palliatif ou une facilité, ajoutant de çà et là quelques dissonances (« Doosmday », pour demain, pas plus tard), des chœurs sombres intuitifs, des breaks expéditifs, des crises rythmiques épileptiques (« Dim Light », mais ça éclaire quand même quelques lanternes), et des accès de rage mâtinés d’écrasement en plein pilotage (« Burning Disgrace » et son pont purement Death, morbide et stable en même temps). En gros, la quintessence, l’essence, la dégénérescence (« Excruciation », ou comment NAPALM percute de plein fouet le trente-huit tonnes des INFEST), l’instinct, de bon matin, et une telle énergie qu’une fois l’effort fini, on en redemande et on repart pour un tour la nuit. Et les résultats se ressentent, puisqu’après avoir écouté la chose une bonne dizaine de fois pour pouvoir chroniquer, je m’en retrouve galvanisé, et prêt à affronter la plus terne des soirées en restant éveillé. La preuve par deux que le Grind est aussi une question de talent, et non pas un simple exercice de style pour handicapés des ligaments.

Alors, oui, MONNIER ton moulin va trop vite. Mais tu ne dors pas, et c’est un euphémisme. J’attends juste la suite des évènements pour éventuellement te rendre la Monnier de ta pièce. Mais je préfère m’arrêter là avant de devenir trop drôle.


Titres de l'album:

  1. The Abyss
  2. Writhe in Agony
  3. Unwritten Letters
  4. Doomsday
  5. Dim Light
  6. Burning Disgrace
  7. Excruciation
  8. Depletion

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/02/2018 à 18:06
80 %    920

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52