Blood Offerings

Necrot

09/06/2017

Tankcrimes Records

Oui, la mort trouvera toujours des porte-drapeaux, des brandisseurs d’oriflammes fatals, et surtout, des hommes haut-parleurs n’en finissant plus d’anticiper une fin qui nous attend tous, au gré d’accords sombres et de rythmiques suffocantes.

Death Metal ? Quel style porte mieux son nom que cette émanation gazeuse putride qui nous enfume les naseaux depuis la fin des années 80 ? Certes, depuis, le chemin accompli a éloigné les groupes de l’essence d’origine et la compétition devient rude entre les chantres du Brutal Death à tendance technique et les passionnés de Deathcore à rythmique unique. Mais ne prendre en compte que ces deux extensions reviendrait à masquer le flot continu de combos se vautrant la fange en putréfaction des préceptes originels, en bouchant un énorme pipeline avec un tampon hygiénique.

A l’instar du Thrash old-school, le Death old-school a encore de beaux passages vers l’au-delà devant lui, et les puristes se bousculent au portillon des Enfers, se voulant tous plus garants les uns que les autres de la flamme vacillante allumée par les créateurs.

D’ailleurs, il est maintenant officiel que les NECROT se trouvent eux aussi devant les grilles de l’afterlife réservée aux pécheurs impénitents, à patienter sagement qu’on leur attribue un numéro de pathologistes diplômés…

NECROT, c’est un trio nous venant de Californie, d’Oakland plus précisément, ville dans laquelle ces trois malfaiteurs de l’histoire underground se sont regroupés en association bruitiste dès 2011, histoire de voir si le vent charriait avec plus d’emphase l’air fétide des cadavres environnants. Luca Indrio (guitare/basse/chant), Sonny Reinhardt (guitare) et Chad Gailey (batterie), trois démos (Necrot en 2012, Into The Labyrinth en 2012 aussi et The Abyss en 2014), un premier longue durée compilant tous leurs titres disponibles (The Labyrinth, 2016) ne cherchent donc pas l’innovation à tout prix, même pas du tout, mais se replongent depuis quelques années dans la culture traditionnelle du Death barbare de l’orée des années 90 et de l’agonie des années 80, singeant aux passages le vocable de mentors comme MASTER, BOLT THROWER, AUTOPSY et autres maniaques de la simplicité instrumentale et de la puissance primale.

Ce premier longue durée « inédit », publié conjointement par Tankcrimes Records en vinyle et CD et Sentient Ruin en tape se veut donc lourd regard en arrière, louchant vers une époque pas si révolue que ça ou la bataille était encore rangée entre les tirailleurs techniques de DEATH et MORBID ANGEL et les guetteurs de tranchées nauséabondes des références précitées, bien avant que tout le monde n’uniformise le propos pour le rendre plus… « Actuel ».

Actuel, un terme qui ne colle pas vraiment à la peau décomposée de ces trois musiciens qui ne conçoivent le Death que sous son aspect le plus pur et verdâtre. Si les trois influences citées sont les plus évidentes dans leur cas, leur énorme son bien gras rappelle aussi une version pesante et moite du PESTILENCE le plus emphatique, notamment dans certaines intonations caverneuses de Luca, dont le timbre rappelle légèrement celui bien rauque de Martin Van Drunen.

PESTILENCE, MASSACRE, BOLT THROWER, MASTER, AUTOPSY, la crème du pus de l’infection qui a répandu le virus à travers le monde, des USA à l’Europe, et qui trouve aujourd’hui un écho valable dans la sauce balancée par ce Blood Offerings à la superbe pochette signée Marald Van Haasteren.

Enregistré aux Earhammer studios par Greg Wilkinson (VASTUM, GRAVES AT SEA) et masterisé par l’ultra productif Brad Boatright aux Audiosiege (NAILS, GATECREEPER), Blood Offerings est d’une haute teneur en riffs macabres et rythmique puissantes, et n’a de cesse de provoquer vos sens d’attaques régulières de breaks savamment dispensés et de mélodies anémiées, rendues encore plus rachitiques par le volume sonore accordée à une batterie qui parfois occupe tout le caveau (spécialement, dans les passages en concassage de doubles croches à la grosse caisse).

En gros (pas de détail, pour ça, voir le charcutier d’en face), un énorme disque de Death vintage comme il faut, qui ravira les nostalgiques de la barbaque puante des embaumements estampillés 88/91, et qui tout en puisant dans les ressources principales du genre se permet d’adapter quelques codes à sa personnalité.

Huit morceaux qui ne font pas dans la dentelle, et qui sonnent aussi casher qu’un cri guttural de Paul Speckmann. Une symphonie de l’outrance majeure, déclinée en chapitres presque en tous points identiques, qui parviennent à synthétiser les vagues des côtes américaines, les vents violents d’outre-Manche, et les bourrasques impitoyables d’Europe centrale en moins de quarante minutes.

L’équation est simple, et à des allures de best-of, avec sa panoplie de guitares graves comme une mine éplorée un jour d’enterrement, et une association basse/batterie privilégiant l’efficacité à la finasserie. Une digression très pertinente sur les éternels « Echoes Of Death », « Always About To Die », « Through The Eye Of Terror » ou autres « Mangled Dehumanization », pour quelques clins d’œil à la mouvance scandinave des UNLEASHED ou GRAVE et la production si particulièrement caverneuse des Sunlight Studios, sans pour autant confondre les guitares avec des taille-haies électriques.

En somme, et en définitive, un bon melting-pot de toutes les nuances possibles d’un genre qui n’a jamais particulièrement brillé par sa variété.

Mais c’est exactement ce qu’on cherche sur un disque pareil, et les NECROT ont parfaitement suivi le cahier des charges. Intro circulaires, écrasements inopinés, soli primitifs, grosse caisse qui résonne dans la crypte, alternance de vitesse et de lourdeur, pour une jolie balade en territoire Death hostile, que tout le monde connaît par cœur, mais qu’on arpente toujours avec le même plaisir coupable.

Pas de morceaux à mettre particulièrement en avant, à vous de piocher, ou d’avaler la mixture cul sec histoire d’en optimiser les effets enivrants.

Blood Offerings est le genre d’album qu’on connaît déjà avant même de l’avoir mené à son terme, mais dont la magie morbide opère dès les premières minutes. Mais n’est-ce pas le principe de toute entreprise old-school ? Alors jouez le, et imaginez-vous dans un vieux cimetière un dimanche matin, jour de deuil. Ou dans la morgue d’un vieil hôpital désaffecté, encore encombré des odeurs malsaines des corps en déliquescence.

Vous verrez, ça fonctionne, et plutôt bien. De quoi ne jamais oublier que la mort rôde autour de nous, et que ses héros d’hier sont les nouveaux disciples d’aujourd’hui.


Titres de l'album:

  1. The Blade
  2. Rather Be Dead
  3. Shadows And Light
  4. Blood Offerings
  5. Empty Hands
  6. Beneath
  7. Breathing Machine
  8. Layers of Darkness

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/07/2017 à 14:39
75 %    567

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
05/07/2017, 04:20:58
Un putain d'album ! Écouté totalement par hasard sur le tube... Et pan, la baffe !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28