Life Beyond The Walls Of Flesh

Black Mass Pervertor

13/04/2018

Blood Harvest Records

Le petit Jean-Yannick, 10 ans, 1982.

« Dis monsieur, ça donne quoi si on mélange du camembert, de la menthe et du piment ? »

(Réponse, rien de bon, mais essaie fils d’imbécile et tu verras bien…)

Jean-Yannick, devenu Infamous Penetrator entre temps, 46 ans, 2018.

« Wuaaaargh !!! T’imagine si des mecs mélangeaient VONDUR, DARKTHRONE, IMMORTAL et FLIPPER ? Wuaaaargh, la rage non ?? »

(Réponse, faut voir, mais j’en suis pas persuadé).

Résultat des courses, finalement, je sais, parce que j’ai écouté le mélange en question. Et autant dire qu’il est aussi approximatif que juteux, et aussi amateur que teigneux. Mais n’est-ce pas de l’improbabilité dont l’underground se repait depuis la nuit des temps ? Si, et justement, les finlandais de BLACK MASS PERVERTOR en viennent, et ne sont pas prêts d’en sortir. Mais finalement, c’est certainement mieux pour tout le monde, puisqu’ils tiennent à leurs racines, et qu’il est toujours plus plaisant d’avoir à fouiller pour dénicher un truc peu recommandable. Et affirmer que ces trois-là ne sont pas à présenter à votre voisinage pour la baby-shower de leur fille aînée est un euphémisme. D’abord parce qu’ils sont sacrément vilains, parce qu’ils ne s’embarrassent pas de principes, et parce qu’ils jouent le Black Metal avec la même morgue qui animait les Punk défiant le Rock progressif des années 70. Tout ça en dit long sur les intentions des bonhommes qui ne datent pas d’hier justement, ce qui nous permet d’aborder une page historique et biographique. Formé en 1998, cet obscur combo à la légende tenace a connu de sérieux problèmes de line-up à travers le temps, à tel point que leurs vingt ans de carrière n’ont été sanctionnés que de deux EP, d’une démo, et d’un longue durée…en 2016, soit dix-huit ans après leurs débuts. Autant dire que l’adversité ne les effraie pas, et qu’ils sont plutôt du genre à s’obstiner. Ce qui semble payer, puisque depuis la sortie de l’imputrescible Phanerosis en 2016, l’évolution a été constante, et qu’aujourd’hui ce trio maudit se retrouve sous protectorat suédois des Blood Harvest, ce qui est toujours bon signe pour un combo du cru. Et si leur évolution artistique a été en progression/déformation constante depuis leurs origines, il semblerait que l’optique développée aujourd’hui soit celle qui leur convient le mieux.

De fait, Life Beyond The Walls Of Flesh a su garder la crudité des premières années, la bestialité des émois passés, mais les a plus ou moins structurés pour obtenir aujourd’hui un cocktail détonnant de Bestial Black, joué à l’énergie, mais savant aussi distiller son lot d’ambiances prenantes histoire de ne pas passer pour de simples fouteurs de merde en mal de vitrines à casser. Si le niveau technique des musiciens est somme toute assez sommaire, il leur permet quand même de garder un contrôle indéniable sur leur direction, qui a tendance à partir un peu vers divers horizons. Ainsi, si leur label d’adoption aime à parler d’IMPALED NAZARENE, autant par précision géographique que par pertinence stylistique (et sur ce point, la validité est plus douteuse), mais aussi de HORNA, SARGEIST, ou BEHEXEN, on peut résolument penser que les finlandais ont aussi beaucoup écouté le DARKTHRONE le plus ténébreux (on retrouve même chez eux cette propension à ne pas s’embarrasser de l’accordage précis ou du ton, et à ne pas toujours flirter avec la précision du click rythmique), ce que le morceau final « The Forbidden Path » prouve en proposant une habile démarcation du « The Hordes Of Nebulah » de la famille Culto, tout en durcissant cette influence d’un parrainage partiel du MARDUK période Rom 5 :12/Wormwood. En gros comme en détail, de la lourdeur, de la crasse, de la haine, mais une certaine inventivité des plans de batterie qui permet de se focaliser, et une lacération vocale empruntant même au beau Thomas Gabriel ses « huh ! » si caractéristiques. En gros, un abécédaire du BM joué de façon primaire et sauvage, qui n’a absolument pas tenu compte de l’évolution du style et de son enrichissement, et qui flatte toujours les plus bas instincts. Et donc, par extension, un pur bonheur pour tous les puristes/nihilistes de la création.

Mais soyons clair, ce qui fascine le plus nos amis finlandais du jour, c’est la simplicité, et le radicalisme. C’est ainsi que les influences Punk et BM se retrouvent souvent combinées dans la même structure, passant d’un tempo purement punky à une déferlante de blasts impromptue. Et si la guitare s’obstine à n’extirper de ses tripes/cordes que les riffs les plus ascétiques et crus, cette austérité est comblée par un esprit paillard et frondeur tout à fait délicieux. Il est donc très facile de succomber à la tentation, d’autant plus qu’elle vous procurera un orgasme de vingt minutes, et qu’un truc aussi percutant et pertinent que « Behind All His Atrocious Deeds » n’a pas été entendu depuis la mort prématuré de HELLHAMMER, ou de l’effort initial des VONDUR, l’esprit gaillard et second degré en moins. Car ici, on prend du plaisir, mais on aborde les choses avec sérieux. Vous ne serez jamais pris pour un imbécile, puisque ce 12’’ est tout sauf une blague, mais plus un clin d’œil à l’esprit subversif des origines, avec une pointe d’humour cruel en plus. Et il est difficile de résister à un brûlot en mid aussi efficace et catchy que ce « Chains Of Guilt », qui combine un plan à la JUDAS PRIEST à une attitude purement Punk Black, arrangements rythmiques étranges compris, et chant vomi de rigueur. Alors certes, parfois les tonalités sont à côté de la plaque, les BPM ne prônent pas une régularité de comptable (« The Golden Spears », avec des plans sur la caisse claire à faire rougir d’envie le Witchhunter des premières années d’apprentissage de SODOM), certes, j’en conviens aussi, la gamme doit parfois composer avec quelques grincements de dents et glissements de clef (« Suffering, Our Everlasting Bliss », VONDUR, m’entends-tu ?), mais la globalité dégage un tel parfum de naïveté brutale qu’on se prend au mot et qu’on accepte ces approximations comme faisant partie du verbe. Et ce celui-ci justement, vaut le coup d’être entendu, ne serait-ce que par respect de cet underground que nous aimons tant.

Mais revoici Jean-Yannick, alias Infamous Penetrator. L’air ahuri, mais la glotte pétrie de bon sens.

« Wuaaaargh !!! T’imagine si des mecs mélangeaient VOND…. »

« Oui, oui. Ta gueule ».


Titres de l'album:

  1. Imbibing the Seas of Darkness
  2. The Golden Spears
  3. Suffering, Our Everlasting Bliss
  4. Unorthodox Methods of Magick
  5. Behind All His Atrocious Deeds
  6. Chains of Guilt
  7. The Forbidden Path

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/04/2018 à 14:45
74 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

La même. Sauf que je préfère le 1er album au second. M'enfin, celui-ci est dans le panier. Bon groupe assez personnel en plus.

14/07/2020, 17:47

LeMoustre

Commande faite en LP et CD. Super label en plus. Hâte...

14/07/2020, 17:45

Gargan

Arkona, ça restera toujours pour ma pomme le groupe d'un premier album, "imperium". De la seconde vague bien foutue qui grésille, avec le petit truc, le charme, l'ambiance, enfin on se comprend...

14/07/2020, 14:02

Jus de cadavre

Mais oui c'est juste excellent ça ! Bien vu pour le coté Dissection, juste terrible !

14/07/2020, 13:59

Jus de cadavre

Boss HM-2 worship ! Excellent !

14/07/2020, 13:42

Saddam Mustaine

Je prefere Vader comme porte drapeau de la Pologne.

14/07/2020, 12:32

Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10