We've Caught the Sun

Monolyth

03/03/2023

Autoproduction

Ce MONOLYTH ne doit pas être confondu avec l’autre, à l’orthographe différente et hébergé par les Acteurs de l’Ombre. Non, ce petit « y » fait toute la différence entre les deux, et cette différence est de taille. MONOLYTH, actif depuis les années 2000 pratique un genre hybride entre le Death mélodique et le Metalcore, pour un cocktail chargé en électricité, en reprises nerveuses et en écrasements soudains.

Troisième album donc pour la formation, l’étape critique que tout le monde redoute un peu, et qui intervient cinq ans après la seconde apparition A Bitter End / A Brave New World. Un long silence pour mieux préparer un retour très attendu, c’est un pari risqué, mais qui peut créer une sensation de manque. Sous réserve évidemment de proposer un tracklisting à l’épreuve des balles et ne pas manquer la marche pendant que le landau glisse sur les escaliers.

Mais vous pouvez faire confiance à ces cinq-là pour ne pas vous refourguer du matériel bon marché de seconde main. Bien que le line-up ait sensiblement changé depuis les débuts, avec un seul membre d’origine encore dans les rangs, MONOLYTH a gardé le cap imprimé par Amaury Durand (chant), et garde ses distances avec la facilité et les évidences. Aux côtés du vocaliste historique, on retrouve toujours la paire Julien Dijoux/Tristan Mélique aux guitares, Batt Cauchy à la batterie, et la petite nouvelle Vanessa Housieaux à la basse. Mais alors, à quoi ont été employées ces longues années dans l’ombre ? Changer de direction artistique ? Travailler un répertoire dur comme le béton mais souple comme du caoutchouc ? La deuxième option st la bonne, et We've Caught the Sun provoque une éclipse de soleil de sa puissance et de sa chaleur rythmique.

S’il est toujours aussi ardu de définir avec précision le créneau occupé par les nordistes, il est à l’inverse très facile d’apprécier leurs morceaux, nerveux, écrasants, véloces, puissants, et qui ne se posent guère de question inutile tout en évitant d’être trop simplistes. Une fois de plus, la piste courte a été privilégiée, avec des titres concis, efficaces, mais non dénués d’ambition comme le prouve « The Neverending Beginning », posé en prise de contact avec beaucoup d’intelligence.

« The Neverending Beginning » rassure, et défoule. Morceau le plus long de ce troisième album, il expose toutes les idées, le parti-pris d’alternance entre colère et séduction, et les syncopes malines se substituent aux passages les plus atmosphériques, symptomatiques de la scène Death mélodique suédoise des nineties. Le ton est donc donné, MONOLYTH a faim, et ne compte pas s’arrêter de manger avant d’avoir atteint la satiété.

Le son moderne pourra irriter les traditionalistes. Spécialement cette double grosse caisse compressée à outrance, qui lorsqu’elle se double créé un effet de marteau piqueur un peu gênant, mais finalement, assez logique dans un contexte numérique prononcé.

Moderne sans l’être, MONOLYTH hume l’air de son époque, et en restitue les sensations avec précision. Le compromis trouvé est parfait, et l’équilibre est maître, et ces dix titres trouveront une place de choix dans les prochaines setlists du groupe, qui ‘a que l’embarras du choix pour provoquer un headbanging ininterrompu. Festivals et salles intimes seront de la partie, et les cinq musiciens savent qu’ils ont largement de quoi défier les cadors internationaux, et les bousculer d’un « The Right To Bleed » compact, incisif et agressif.

Sans peler le fruit jusqu’au trognon, admettons que We've Caught the Sun est sans conteste possible l’album le plus mur du groupe. Son ADN est toujours aussi prononcé, mais les hybridations successives en ont fait un monstre d’efficacité, et les aménagements Death s’accordent très bien de cette rage Metalcore qui transpire de chaque cri émanant du gosier en papier de verre d’Amaury Durand, qui se prend parfois pour le fils légitime de Phil Anselmo et Chester Bennington.      

Pas de réelle surprise mais la satisfaction de retrouver un quintet en pleine forme, et prêt à en découdre. Quelque part entre SOILWORK et KILLSWITCH ENGAGE, MONOLYTH continue son voyage au long-cours, et dose sa rage pour ne pas la gaspiller. Entre charges lapidaires (« Breathe ») et déroulés plus sombres mais tout aussi pugnaces (« Feed the Light »), We've Caught the Sun s’impose comme nouveauté essentielle de ce mois de mars, et laisse la concurrence loin derrière. Si l’originalité n’est certainement pas la qualité première d’une telle réalisation, sa lucidité et sa franchise compensent largement, et le résultat est sans appel : MONOLYTH en est toujours un.

Bon retour à nos chers nordistes qui continuent leur parcours avec une aisance désarmante. Le soleil du succès était à portée de main, il est maintenant entre elles.       

                          

  

Titres de l’album:

01. The Neverending Beginning

02. The Right To Bleed

03. My Blackest Days

04. No Damage

05. Breathe

06. Insomnia

07. Wasted

08. Feed the Light

09. Into Speechlessness

10. Wallbanger


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/03/2023 à 17:48
80 %    247

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kalandra + A.A. Williams + Lys Morke

RBD 27/11/2023

Live Report

Release Party Mortuary

Simony 24/11/2023

Live Report

Winter Rising Fest 2023

Simony 16/11/2023

Live Report

Krisiun + Baest + Defacing God + Triagone

RBD 15/11/2023

Live Report

Fear Factory + Butcher Babies + Ignea

RBD 14/11/2023

Live Report

Zanias / Clan of Xymox

RBD 03/11/2023

Live Report

Soror Dolorosa + Denuit + Tangerinecat

RBD 30/10/2023

Live Report

The Sisters of Mercy

RBD 25/10/2023

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Y'a pas l'Elysée ? déçu...J'espère une première partie Squeezy, et toujours des chansons avec des camions, des bidets et du caca.

01/12/2023, 10:33

Gargan

Magma et villagers, ça sent hyper bon !!!

30/11/2023, 19:32

Buck Dancer

@Orphan, tu avais rectifié de toi même. Je voulais bien sûr parlé de la Temple ( où tu seras) et non la Valley. 

30/11/2023, 13:10

Orphan

Excellente nouvelle - commence à couter chére cette fin d'année

30/11/2023, 10:25

Orphan

@Buck Dancer : OK avec toi.Voila pourquoi, on va camper entre Altar / Temple / VIP ce jour la.(petit détour par SCOWL quand même, j'aime bien ce truc).

30/11/2023, 10:23

Buck Dancer

Le dimanche, si on enlève l'Altar et la Valley, on est quand même pas loin d'une affiche de Rock en Seine. Heureusement quelques groupes viennent sauver l'affiche. 

29/11/2023, 18:53

l\'anonyme

Quand je pense que les gens achètent leur place sans connaitre l'affiche. Il doit y avoir un paquet de reventes...

29/11/2023, 13:06

Orphan

Honnêtement ca fait biiiennn longtemps que je n'ai pas vu une affiche globalement aussi bonne pour un fest de cet envergure.Le problème au Hellfest c'est le public. Ca ca bougera pas, faut faire abstraction, mais sur papier ca régale.Et un gr(...)

29/11/2023, 09:46

Gargan

Et Fran Dresher ?

29/11/2023, 06:33

Humungus

Ouaip... ... ...J'm'attendais à une affiche bien plus pourrie que ça en fait...Cela aurait pu être mieux, mais cela aurait surtout pu être bien pire.

28/11/2023, 17:04

Saddam Mustaine

J'avais pas vu Shaka Ponk

28/11/2023, 12:09

Hellfest Kro

Bah je trouve qu'il y a de quoi se faire un beau festival quand même et ça évite de faire trop de choix cornélien, en élargissant ainsi l'offre. Ca ne me parait pas si catastrophique que ça, en dehors du tarif bien entendu...

28/11/2023, 11:20

Gargan

Cool, y'a Green Lung, donc j'espère qu'ils feront une ou deux autres dates à côté afin d'aller les voir (je reitère, leur dernier album est excellent). Je regarde surtout la liste dans cette optique hehe. j'ai levé un sourcil pour (...)

28/11/2023, 10:03

wolf88

https://open.spotify.com/intl-fr/album/0DjnUAbOJ2qAQ9W8Yt3d2o

27/11/2023, 19:14

wolf88

c est la deuxième Ep voir https://open.spotify.com/intl-fr/artist/2QuRcZhlvqqPp07kC9GcWI

27/11/2023, 19:11

RBD

Ah non ! Cela faisait quelque temps qu'aucun décès de musicien ne m'avait pas touché mais alors là... Quel immense guitariste ! Il s'était imposé dans tous les genres que KJ a parcouru au long d'une carrière incomparable. Reste (...)

27/11/2023, 00:50

Totoro

Triste nouvelle...Un guitariste avec un son propre et une vraie singularité. Il aura énormément apporté au Rock et au Metal ces 40 dernières années. Un perte immense...Repose en paix.

26/11/2023, 23:42

Wrong lineup

Hi, Lucas here from disarray, thanks for the amazing review, I just wanted to clarify that the lineup in the review is incorrect. Vigor and wiktor didn’t preform on the album.correct lineup: Lucas Lee vocals and lead guitar Valter Ernerot guitarEdvin Mo(...)

26/11/2023, 22:15

Lolo

Vu la même affiche que Totoro à la laiterie de Strasbourg : certainement le meilleur plateau auquel j'ai pu assister, avec quatre groupes à leur apogée d'un point de vue musical (albums Colony, Projector, Hatebreeder et Burning Bridges...).Pfff, on ne r(...)

26/11/2023, 08:53

Gargan

...Et en 2023 tu n'es JAMAIS frais le lendemain hahaha

24/11/2023, 16:04