Celui-là, on peut dire que nous étions quelques-uns à l’attendre. Il faut dire que du très bon Hard-Rock, moderne mais sevré aux influences classiques, joué par un groupe qui donne ses tripes sans vendre son âme, c’est une denrée de plus en plus rare. « Et ils sont français en plus ! », vous diront les plus chauvins. Sauf que la nationalité, on s’en fout, puisque la musique est un langage universel, que ce sextet maîtrise à merveille. L’histoire de FLAYED, c’est d’ailleurs un peu celle du Rock, une passion commune, de l’abstraction, la route, les concerts, les albums et l’attitude, cette attitude qui consiste à refuser le jeu de dupe des poses et de n’avouer aucune pause, pour bien enfoncer le clou planté à l’occasion de Symphony for the Flayed, publié il y a déjà quatre ans. Quatre ans c’est long, moins si l’on compte la suite 2015 Monster Man, encore un peu moins en déduisant la récréation IX Million, dont j’avais parlé il y a deux ans, mais on est quand même heureux de savoir notre impatience soulagée par la publication prochaine de ce III - Empty Power Parts, qui reprend peu ou prou le groove là où il avait été laissé. Sur le trottoir ? Non, sur les rives d’un big Rock rond aux entournures, qui ne renie pas ses classiques, du ZEP au PURPLE, sans conchier un certain flair 90’s hérité des RED HOT, ou de DAG. Alors, au menu de cette nouvelle livraison, beaucoup d’énergie, de l’allant, de l’élan, mais surtout, un gros majeur tendu froidement à la face de « l’album de la maturité », puisque ces six lascars ne sont pas prêt à se calmer pour entrer de plein pied dans l’âge adulte. On ne les attend pas sur ce terrain-là d’ailleurs, mais plutôt sur celui du fun, de l’affront juvénile plein de morgue, ce fameux esprit qui a permis à la génération du baby-boom de se délivrer des carcans institutionnels en trépidant sur un Wop bop a loo bop a lop bom bom!

On dit l’humeur actuelle désenchantée ? Que nenni, et III - Empty Power Parts prône un indéniable détachement des choses bassement matérielles, pour mettre en avant une terrifiante dynamique de groupe. Ju (guitare), Rico (guitare), Charly (basse), JP (batterie), Rafinet (orgue Hammond) et Renato (voix) nous ont donc concocté dix petits hymnes à la sudation, rodant sans doute leur nouveau répertoire dans leurs locaux de répétition, en pensant au carnage à venir on stage. Et c’est peu dire que cette dizaine de pépites va faire flamber les salles, puisque tout a été soigné au millimètre pour paraître débauché et dépravé. N’attendez pas pour autant une quelconque vulgarité de ces gars-là, ils ont la classe dans la peau, et des envieux dans le dos. Enregistré au Studio Cartellier à Salaise-sur-Sanne avec un mix et un mastering effectués au Vamacara Studio de Clisson, ce troisième jet est sans conteste ce que les isérois ont accompli de plus achevé, ce qui n’est pas peu dire au regard de leur production passée. On retrouve d’ailleurs tous les éléments ayant contribué à leur succès, de cette doublette de guitares démoniaques, qui recyclent des riffs des frères Young ou de Dave Grohl avec un aplomb fabuleux, à cette rythmique s’adaptant à tous les terrains, en passant par la voix toujours aussi puissante de Renato, et les ébènes et ivoires sensuels de Rafinet. La combinaison marche donc plein pot, d’autant que les six musiciens ont celui d’être de redoutables instrumentistes, aussi à l’aise dans le Rock de papa (« Liberate Our Enemies ») que dans le Blues crépusculaire de papy (« Flooded & Blind »). La comparaison avec les contemporains de 7 WEEKS n’est d’ailleurs pas forcément gratuite ou anodine, puisqu’on constate une même tendance au brut de décoffrage et à la versatilité, les deux combos refusant la facilité d’une linéarité trop prévisible et plombée.

Ça sonne, et ça cogne. Il n’est d’ailleurs pas besoin de tremper les deux pieds dans l’album pour s’en rendre compte, puisqu’après une intro très The Edge, le groupe envoie la purée sur « Homeland », qui vous guérit du mal du pays en quelques secondes se permettant le luxe de citer les JANE’S ADDICTION dans le texte. Pire comme référence, d’autant plus que les gus enchaînent sur un beat pataud mais costaud, se rapprochant d’un hybride entre les KIX et 7 WEEKS, pour un gros Hard-Rock graisseux, mais classieux. Le son global est sèchement ébouriffant, rien d’étonnant, mais l’atmosphère est bon enfant, même si le volume de l’ensemble est terriblement conséquent. Pas de complexe à avoir, et si les AC/DC, DEEP PURPLE ou BLACK SABBATH sont cités, il convient d’y ajouter quelques nuances léchées, comme celle des FOO FIGHTERS dopés à AIRBOURNE sur le trépidant « Middle Age », aux chœurs juvéniles et au chant traité façon HELMET sur « Biscuits For Smut ». En deux morceaux, les FLAYED comblent deux ans d’absence d’une urgence immédiate, et ne nous lâchent plus jusqu’au coup de sifflet final. Pas de prolongations en quarante-deux minutes, mais une bonne mi-temps qui laisse sur le flanc, à panser ses plaies au son d’un « What Is Gonna Happen », sexy comme un inédit de Lenny Kravitz repris par les EXTREME. Ce qui est le plus frappant, outre cette sensation d’affranchissement de tout carcan, c’est cette fraîcheur dans la conséquence, qui permet à des morceaux modestes de sonner comme des standards modernes. Que le rythme soit échevelé, ralenti, malmené, que les guitares tranchent, mordent, vrombissent ou se veulent démenées, que le chant feule ou harangue haleté, l’approche est toujours la même, un thème simple, transcendé par une interprétation collégiale infernale.

On vous garantit de la sueur, mais pas des larmes, de la sueur qui perle du front une fois encaissé le choc de « Glad To Leave », qui vous incite à rester, de ses percussions inventives et de son adrénaline dopée, mais aussi de la sueur qui glisse tout le long, au son d’un « Empty Power Part », chaud comme des braises bluesy attisant un feu Rock. C’est courbé, galbé, les arrangements sont goulus et la posture aguicheuse, et pourtant, ça reste viril comme une goulée de bourbon rapidement avalée, et entre un orgue qui taquine le machisme des guitares, et un chant qui se fond dans des chœurs rose bonbon, on distille acidulé, mais on restitue poivré. Du boogie pour tatie ? Plutôt deux fois qu’une, et « Waiting For The Turning Point », qui n’attend pas le changement, mais qui provoque la fracture, de ses licks sinueux sur fond de plan de basse bougon. Ne reste plus au groupe qu’à se rendre un auto-hommage, via le zeppelinien «Rise Of The Kings », dont les KINGDOM COME n’auraient pas osé rêver. Beaucoup d’éloges qui vous interrogent ? Non, un simple constat de qualité, comme une appellation, celle des FLAYED, une AOC made in Vienne, qui préfère l'Isère à l’Autriche, mais qui se veut aussi cosmopolite que des frontières musicales franchies avec insouciance. III - Empty Power Parts n’est pas vide, mais il est puissant, et la somme de ses parties dépasse l’entendement, pour un bonus de Rock incandescent. Des musiciens vrais, une musique qui ne l’est pas moins, et surtout, de la franchise dans la roublardise. Ils se prétendent trop simples pour se faire stars ? Alors, rendez-leur service. Respectez leur désir et considérez-les pour ce qu’ils sont. De petits malins du son, et surtout, des rockeurs de la nation.   

 

      

Titres de l'album :

                          01. Homeland

                          02. Middle Age

                          03. What Is Gonna Happen

                          04. Fairy Tale

                          05. Liberate Our Ennemies

                          06. Flooded & Blind

                          07. Glad To Leave

                          08. Empty Power Part

                          09. Waiting For The Turning Point

                          10. Rise Of The Kings

Site Officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/09/2018 à 10:00
85 %    405

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes