Hardcore, Fastcore, Thrashcore, selon le degré de bonne humeur, la différence n’est pas si difficile à faire. Il faut dire que le Thrashcore d’aujourd’hui est aussi bordélique que celui d’hier, mais qu’il semble bénéficier d’un soutien et d’une attention plus prononcés. Ainsi, les canadiens furieux de WHISKER BISCUIT nous donnent une leçon de savoir-faire violence & fun d’une vingtaine de minutes, qui laisse à penser que peu importe le temps passé, l’énergie reste la même. Nous en venant d’Oshawa, Ontario, ces quatre enragés de la rythmique envolée (Kyra - chant, Cody - guitare, Bristow - basse et Zach - batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai, et peuvent se targuer d’avoir déjà proposé un EP en 2016, éponyme, qui mit les choses au point et aux poings. Pas de duperie ici, mais beaucoup de délire, de puissance et de vitesse, pour un premier longue-durée qui ne la joue pas et qui préfère frapper vite et fort. Ainsi, Kill For Beer annonce la couleur et l’amertume, bien qu’il ne la déclenche pas vraiment en proposant de petits hymnes troussés à la gloire de la débauche et du Fastcore qui embauche. Reposant sur une trame rythmique multiple, et ne sombrant jamais dans les excès, ce premier LP est d’une haute teneur en Thrash dilué Hardcore, qui évoque tout aussi bien la décennie des CRYPTIC SLAUGHTER que celle des LACK OF INTEREST et qui se cale donc sur une ligne presque droite, qui profite d’un état d’ébriété Punk avancé pour oser des pas de côté, et se répandre en euphorie Hardcore contagieuse.

Profitant de la voix gouailleuse et revancharde de Kyra, WHISKER BISCUIT n’hésite pas et fonce dans le tas, la production épaisse mais équilibrée assurant les arrières. Nous nous retrouvons donc face à quatorze morceaux évidemment assez brefs, mais suffisamment longs pour que l’on appréhende le potentiel de ces canadiens, signés sur le label historique Give Praise Records. Et la structure ne s’y est pas trompée, puisqu’en un seul et premier jet, le quatuor signe un disque très rafraîchissant, au moins autant que le breuvage dont ils se font les représentants. Tout ceci n’est donc pas à prendre au premier degré, mais bien au douzième, suggérant des accointances alcooliques dans la plus grande tradition de brassage des TANKARD, qui auraient cédé à la mode Fastcore via leur alter-ego TANKWART. Mais qui dit fun n’occulte pas le sérieux de l’entreprise, et cette musique aussi affolante et désarmante soit-elle a été abordée et enregistrée avec le plus grand des sérieux, comme en témoigne « Tit Pit », le premier téton de l’album qui t’étonne de son tempo qui tonne. Cadence soutenue mais compréhensible qui cède soudain sous des assauts Thrashcore, pour une entame pleine de violence et de passages Mosh irrésistibles, t’appelant dans le pit aussi efficacement qu’une paire de seins attire les mains. C’est une apocalypse selon saint Thrash à laquelle les WHISKER BISCUIT nous convient, sur fond de lyrics fédérateurs, et souvent farceurs.

Techniquement largement assez bons pour tenir le niveau, les quatre canadiens ne se privent donc pas pour agrémenter leurs morceaux de passages en chausse-pied, tout en conservant la précision nécessaire pour ne pas que les passages les plus irradiés ne nous contaminent de leurs approximations. Aussi à l’aise dans l’hérésie Thrashcore que dans le Thrash qui en veut encore (« Puck Hucking Canucks »), les malandrins célèbrent une certaine exubérance dans la démence, et sans citer d’influences un peu trop flagrantes assument les leurs. Régulièrement interrompus par des inserts repus, les titres n’en gardent pas moins une dynamique d’enfer, de l’hymne Punk Crust à l’ossature solide (« BloodMoneyBeer », tout est dit) qui cède sous les coups de boutoir Thrashcore, à la ruade Thrash pur-jus qui permettrait presque de les affilier aux ACROPHET et autres ASSASSIN (« Grab Em By The Pussy »), en passant par les attaques plus vicieuses et alambiquées qui nous retournent sur le dos pour nous mettre une bonne raclée, sous l’œil hagard du serveur/batteur qui sert large mais évite les faux-cols (« Nuclear Vomit »). Difficile de résister à l’entrain d’un quatuor qui maîtrise son sujet, et qui préfère la bonne humeur à la tristesse d’un style qui s’accorde assez mal de la demi-mesure. Ainsi, entre quelques soli torchés comme à la grande époque de Kerry King, des breaks futés, quelques arrangements bien tassés et un élan vocal collégial prononcé, ce premier album est une réussite totale qui prouve qu’on peut prôner la violence en toute décontraction, et qu’on peut flirter avec les limites de vitesse sans finir dans le fossé. WHISKER BISCUIT, un groupe qui doit prendre toute sa dimension live (« Global Prison »), tant ce Kill For Beer regorge de petites perles en hommage au bonheur de partager un plaisir décibellique, mais aussi terriblement houblonné.              

 

Titres de l'album :

                              1.Tit Pit

                              2.Alcoholics Unanimous

                              3.Puck Hucking Canucks

                              4.BloodMoneyBeer

                              5.Sloth

                              6.Nuclear Vomit

                              7.Global Prison

                              8.Insects

                              9.Fully Baked

                             10.From The Start

                             11.Riot Squad

                             12.Violence Initiated

                             13.Grab Em By The Pussy

                             14.Kill For Beer

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/10/2018 à 14:01
80 %    116

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !