Hardcore, Fastcore, Thrashcore, selon le degré de bonne humeur, la différence n’est pas si difficile à faire. Il faut dire que le Thrashcore d’aujourd’hui est aussi bordélique que celui d’hier, mais qu’il semble bénéficier d’un soutien et d’une attention plus prononcés. Ainsi, les canadiens furieux de WHISKER BISCUIT nous donnent une leçon de savoir-faire violence & fun d’une vingtaine de minutes, qui laisse à penser que peu importe le temps passé, l’énergie reste la même. Nous en venant d’Oshawa, Ontario, ces quatre enragés de la rythmique envolée (Kyra - chant, Cody - guitare, Bristow - basse et Zach - batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai, et peuvent se targuer d’avoir déjà proposé un EP en 2016, éponyme, qui mit les choses au point et aux poings. Pas de duperie ici, mais beaucoup de délire, de puissance et de vitesse, pour un premier longue-durée qui ne la joue pas et qui préfère frapper vite et fort. Ainsi, Kill For Beer annonce la couleur et l’amertume, bien qu’il ne la déclenche pas vraiment en proposant de petits hymnes troussés à la gloire de la débauche et du Fastcore qui embauche. Reposant sur une trame rythmique multiple, et ne sombrant jamais dans les excès, ce premier LP est d’une haute teneur en Thrash dilué Hardcore, qui évoque tout aussi bien la décennie des CRYPTIC SLAUGHTER que celle des LACK OF INTEREST et qui se cale donc sur une ligne presque droite, qui profite d’un état d’ébriété Punk avancé pour oser des pas de côté, et se répandre en euphorie Hardcore contagieuse.

Profitant de la voix gouailleuse et revancharde de Kyra, WHISKER BISCUIT n’hésite pas et fonce dans le tas, la production épaisse mais équilibrée assurant les arrières. Nous nous retrouvons donc face à quatorze morceaux évidemment assez brefs, mais suffisamment longs pour que l’on appréhende le potentiel de ces canadiens, signés sur le label historique Give Praise Records. Et la structure ne s’y est pas trompée, puisqu’en un seul et premier jet, le quatuor signe un disque très rafraîchissant, au moins autant que le breuvage dont ils se font les représentants. Tout ceci n’est donc pas à prendre au premier degré, mais bien au douzième, suggérant des accointances alcooliques dans la plus grande tradition de brassage des TANKARD, qui auraient cédé à la mode Fastcore via leur alter-ego TANKWART. Mais qui dit fun n’occulte pas le sérieux de l’entreprise, et cette musique aussi affolante et désarmante soit-elle a été abordée et enregistrée avec le plus grand des sérieux, comme en témoigne « Tit Pit », le premier téton de l’album qui t’étonne de son tempo qui tonne. Cadence soutenue mais compréhensible qui cède soudain sous des assauts Thrashcore, pour une entame pleine de violence et de passages Mosh irrésistibles, t’appelant dans le pit aussi efficacement qu’une paire de seins attire les mains. C’est une apocalypse selon saint Thrash à laquelle les WHISKER BISCUIT nous convient, sur fond de lyrics fédérateurs, et souvent farceurs.

Techniquement largement assez bons pour tenir le niveau, les quatre canadiens ne se privent donc pas pour agrémenter leurs morceaux de passages en chausse-pied, tout en conservant la précision nécessaire pour ne pas que les passages les plus irradiés ne nous contaminent de leurs approximations. Aussi à l’aise dans l’hérésie Thrashcore que dans le Thrash qui en veut encore (« Puck Hucking Canucks »), les malandrins célèbrent une certaine exubérance dans la démence, et sans citer d’influences un peu trop flagrantes assument les leurs. Régulièrement interrompus par des inserts repus, les titres n’en gardent pas moins une dynamique d’enfer, de l’hymne Punk Crust à l’ossature solide (« BloodMoneyBeer », tout est dit) qui cède sous les coups de boutoir Thrashcore, à la ruade Thrash pur-jus qui permettrait presque de les affilier aux ACROPHET et autres ASSASSIN (« Grab Em By The Pussy »), en passant par les attaques plus vicieuses et alambiquées qui nous retournent sur le dos pour nous mettre une bonne raclée, sous l’œil hagard du serveur/batteur qui sert large mais évite les faux-cols (« Nuclear Vomit »). Difficile de résister à l’entrain d’un quatuor qui maîtrise son sujet, et qui préfère la bonne humeur à la tristesse d’un style qui s’accorde assez mal de la demi-mesure. Ainsi, entre quelques soli torchés comme à la grande époque de Kerry King, des breaks futés, quelques arrangements bien tassés et un élan vocal collégial prononcé, ce premier album est une réussite totale qui prouve qu’on peut prôner la violence en toute décontraction, et qu’on peut flirter avec les limites de vitesse sans finir dans le fossé. WHISKER BISCUIT, un groupe qui doit prendre toute sa dimension live (« Global Prison »), tant ce Kill For Beer regorge de petites perles en hommage au bonheur de partager un plaisir décibellique, mais aussi terriblement houblonné.              

 

Titres de l'album :

                              1.Tit Pit

                              2.Alcoholics Unanimous

                              3.Puck Hucking Canucks

                              4.BloodMoneyBeer

                              5.Sloth

                              6.Nuclear Vomit

                              7.Global Prison

                              8.Insects

                              9.Fully Baked

                             10.From The Start

                             11.Riot Squad

                             12.Violence Initiated

                             13.Grab Em By The Pussy

                             14.Kill For Beer

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/10/2018 à 14:01
80 %    215

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.


Ah ! Merci à toi Claude pour les concerts, le bar, l'accueil et l'after qui était tout aussi géniale que la soirée en elle-même.
A très bientôt j'espère.


+1 Humungus pour ton dernier argument...


1) "Vous arrivez à la même conclusion que la "prod" mais je n'ai pas l'impression que ses arguments vous aient particulièrement convaincus" :
Tu m'étonnes que je ne suis pas convaincu bordel ! Jamais dit que j'avais été converti au bouffage de cresson H 24. Juste que pour une fois, et d'(...)


Je comprends ton point de vue et il s'argumente tout à fait.
Par contre je pense qu'on peut vraiment parler de censure même si il n'y a aucune autorité dessous...
Je me demande surtout ou on doit s'arrêter en fait. Un jour on aura droit à "le guitariste de tel groupe a laissé la (...)


Ç'etais une magnifique soirée, que du bonheur, merci à tous, comme je dis souvent ç'est belle bien ensemble que l.on réalise de belles choses. Merci aux groupes, aux publics et l.asso Underground Propaganda et tous ce qui ont fait de cette soirée, un événement !!
Claude pour le No Man'(...)