Hardcore, Fastcore, Thrashcore, selon le degré de bonne humeur, la différence n’est pas si difficile à faire. Il faut dire que le Thrashcore d’aujourd’hui est aussi bordélique que celui d’hier, mais qu’il semble bénéficier d’un soutien et d’une attention plus prononcés. Ainsi, les canadiens furieux de WHISKER BISCUIT nous donnent une leçon de savoir-faire violence & fun d’une vingtaine de minutes, qui laisse à penser que peu importe le temps passé, l’énergie reste la même. Nous en venant d’Oshawa, Ontario, ces quatre enragés de la rythmique envolée (Kyra - chant, Cody - guitare, Bristow - basse et Zach - batterie) n’en sont pas à leur coup d’essai, et peuvent se targuer d’avoir déjà proposé un EP en 2016, éponyme, qui mit les choses au point et aux poings. Pas de duperie ici, mais beaucoup de délire, de puissance et de vitesse, pour un premier longue-durée qui ne la joue pas et qui préfère frapper vite et fort. Ainsi, Kill For Beer annonce la couleur et l’amertume, bien qu’il ne la déclenche pas vraiment en proposant de petits hymnes troussés à la gloire de la débauche et du Fastcore qui embauche. Reposant sur une trame rythmique multiple, et ne sombrant jamais dans les excès, ce premier LP est d’une haute teneur en Thrash dilué Hardcore, qui évoque tout aussi bien la décennie des CRYPTIC SLAUGHTER que celle des LACK OF INTEREST et qui se cale donc sur une ligne presque droite, qui profite d’un état d’ébriété Punk avancé pour oser des pas de côté, et se répandre en euphorie Hardcore contagieuse.

Profitant de la voix gouailleuse et revancharde de Kyra, WHISKER BISCUIT n’hésite pas et fonce dans le tas, la production épaisse mais équilibrée assurant les arrières. Nous nous retrouvons donc face à quatorze morceaux évidemment assez brefs, mais suffisamment longs pour que l’on appréhende le potentiel de ces canadiens, signés sur le label historique Give Praise Records. Et la structure ne s’y est pas trompée, puisqu’en un seul et premier jet, le quatuor signe un disque très rafraîchissant, au moins autant que le breuvage dont ils se font les représentants. Tout ceci n’est donc pas à prendre au premier degré, mais bien au douzième, suggérant des accointances alcooliques dans la plus grande tradition de brassage des TANKARD, qui auraient cédé à la mode Fastcore via leur alter-ego TANKWART. Mais qui dit fun n’occulte pas le sérieux de l’entreprise, et cette musique aussi affolante et désarmante soit-elle a été abordée et enregistrée avec le plus grand des sérieux, comme en témoigne « Tit Pit », le premier téton de l’album qui t’étonne de son tempo qui tonne. Cadence soutenue mais compréhensible qui cède soudain sous des assauts Thrashcore, pour une entame pleine de violence et de passages Mosh irrésistibles, t’appelant dans le pit aussi efficacement qu’une paire de seins attire les mains. C’est une apocalypse selon saint Thrash à laquelle les WHISKER BISCUIT nous convient, sur fond de lyrics fédérateurs, et souvent farceurs.

Techniquement largement assez bons pour tenir le niveau, les quatre canadiens ne se privent donc pas pour agrémenter leurs morceaux de passages en chausse-pied, tout en conservant la précision nécessaire pour ne pas que les passages les plus irradiés ne nous contaminent de leurs approximations. Aussi à l’aise dans l’hérésie Thrashcore que dans le Thrash qui en veut encore (« Puck Hucking Canucks »), les malandrins célèbrent une certaine exubérance dans la démence, et sans citer d’influences un peu trop flagrantes assument les leurs. Régulièrement interrompus par des inserts repus, les titres n’en gardent pas moins une dynamique d’enfer, de l’hymne Punk Crust à l’ossature solide (« BloodMoneyBeer », tout est dit) qui cède sous les coups de boutoir Thrashcore, à la ruade Thrash pur-jus qui permettrait presque de les affilier aux ACROPHET et autres ASSASSIN (« Grab Em By The Pussy »), en passant par les attaques plus vicieuses et alambiquées qui nous retournent sur le dos pour nous mettre une bonne raclée, sous l’œil hagard du serveur/batteur qui sert large mais évite les faux-cols (« Nuclear Vomit »). Difficile de résister à l’entrain d’un quatuor qui maîtrise son sujet, et qui préfère la bonne humeur à la tristesse d’un style qui s’accorde assez mal de la demi-mesure. Ainsi, entre quelques soli torchés comme à la grande époque de Kerry King, des breaks futés, quelques arrangements bien tassés et un élan vocal collégial prononcé, ce premier album est une réussite totale qui prouve qu’on peut prôner la violence en toute décontraction, et qu’on peut flirter avec les limites de vitesse sans finir dans le fossé. WHISKER BISCUIT, un groupe qui doit prendre toute sa dimension live (« Global Prison »), tant ce Kill For Beer regorge de petites perles en hommage au bonheur de partager un plaisir décibellique, mais aussi terriblement houblonné.              

 

Titres de l'album :

                              1.Tit Pit

                              2.Alcoholics Unanimous

                              3.Puck Hucking Canucks

                              4.BloodMoneyBeer

                              5.Sloth

                              6.Nuclear Vomit

                              7.Global Prison

                              8.Insects

                              9.Fully Baked

                             10.From The Start

                             11.Riot Squad

                             12.Violence Initiated

                             13.Grab Em By The Pussy

                             14.Kill For Beer

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/10/2018 à 14:01
80 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).