Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure. Ils sont même parvenus à le synthétiser, pour le reproduire, et le transformer en vecteur expressif, une sorte de mise en abîme ultime de la véhémence caractérielle.

Le problème étant que la créature née de cette expérience a échappé à tout contrôle. Elle s’est enfuie des laboratoires en l’an de disgrâce 2009, pour depuis parcourir les routes afin de propager son message de brutalité en détruisant tout sur son passage.

Ses premiers méfaits ont pu être plus ou moins couverts par les autorités, et le carnage en résultant est resté plus ou moins confidentiel, hantant les colonnes des webzines sous la forme de notules éparses, parlant de ci de là de « démos » (Goatvermin, 2011, le pourtant direct et sans ambages Crevez Tous deux ans plus tard), de « compilation » (2009-2014 – Cinq Années de Guerre Totale, plus difficilement gardé sous le manteau) ou même de « collaborations » avec d’autres entités aussi néfastes (massacres perpétrés à l’aide des UHL et des CULT OF THE HORNS, en 2014).

Sauf que cette fois-ci, les pouvoirs publics et le laboratoire impliqué auront du mal à garder la situation sous contrôle. La bête a visiblement dérapé une fois de plus, et à grande échelle, puisque son premier forfait longue durée a été dévoilé en janvier de cette année, et que ses conséquences sont catastrophiques sur la santé et l’opinion publiques.

En même temps, le but était logique et assumé. Détruire. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Plus concrètement, l’entité Franc-comtoise GOATVERMIN est assurément un cas à part sur la scène extrême Française. Alors que leurs homologues ouvrent leurs horizons et diluent la brutalité dans les harmonies flottantes du Post Black, ou s’entêtent à s’empêtrer dans un War/Total Black Metal qui finalement, mord la queue du malin sans même l’agacer, les originaires de Besançon suivent leur propre ligne, creusée dans les sillons d’un BM aride et définitivement stérile. Pourtant, et par un miracle dont le processus m’est inconnu, les récoltes qu’ils en tirent tendent vers une uberviolence absolument inédite dans nos contrées, et plus symptomatiques des battues à la faux Canadiennes ou même Brésiliennes.

En détail, et en termes plus choisis, le Black/Death développé sur ce Détruire au nom si franc et explicite est un cas d’école, qui renvoie pas mal de leurs concurrents à l’écurie, histoire d’y affûter un peu mieux les outils de leur approche.

Si ce premier longue durée officiel se permet de reprendre à son compte d’anciens titres (« Pogrom Of Hate », « Mort Aux Traitres », tout un programme), il continue l’avancée à pas de géant, et les sons qui en émanent ressemblent aux chenilles de ce char de couverture qui broie tout sur son passage. Car GOATVERMIN ne se pose aucune question inutile, et ne perd jamais son temps en conjectures tactiques. La seule qu’ils admettent est l’attaque frontale massive, à grand renfort de blasts, de riffs froids et mécaniques, et de chant doublé, glouton et parfois Gore (d’ailleurs, « Pogrom of Hate » ressemble à s’y méprendre à une actualisation des meilleurs morceaux de Reek of Putrefaction).

La recette est simple, mais toujours appliquée en toute absence de demi-mesure qui permet justement aux GOATVERMIN de se démarquer méchamment des autres.

Car ne nous y trompons pas, là est leur point fort, ce refus de tout compromis, et cette exagération sonore de tous les instants, qui menace pourtant de les faire basculer dans le fossé du ridicule à la moindre aspérité. Si leur label aime à les comparer à d’autres concepts dans le but de les situer sur la carte de l’extrême brutalité, en citant BLASPHEMY, REVENGE, BEHERIT, BLACK WITCHERY, DEIPHAGO, INCANTATION, IMMOLATION, AUTOPSY, DISGORGE, n’y voyez qu’un moyen de baliser légèrement le terrain pour ne pas perdre le néophyte en route.

Mais ne vous y trompez pas. Si quelques noms peuvent en effet vous aider à y voir un peu plus clair dans l’épaisse couche de fumée BM qui vous tombe sur les poumons, sachez que les GOATVERMIN sont uniques, et que Détruire l’est tout autant.

Ce premier LP est à même de vous rappeler les débuts chaotiques du BM hors cadre scandinave, tout autant que le Brutal Death US le moins dilué dans les mécanismes triggées de l’artifice de studio.

D’ailleurs, pour mettre les choses au point sans attendre, « Reek Of Massgrave » vous oppresse dès les premières secondes de son BM extrême souillé de Brutal Death en pleine putréfaction. En à peine quatre-vingt-seize secondes, ce morceau sonne l’hallali des trépassés, et vous jette la première pelletée de terre en pleine face médusée.

« Pogrom of Hate », déjà abordé ne ralentit en rien le geste, et « Detruire » se pose en premier hymne fatal de ce LP décidément radical.

Le son est si massif que même les haut-parleurs tombent en syncope, et l’union sale et salie des guitares et de la basse vous appuie sur le thorax sans vous laisser la possibilité de rependre votre souffle. Rapide, ultra-brutal, ultra-rapide, concis, gras et grave, le Metal de GOATVERMIN est si extrême que les qualificatifs usuels deviennent caduques à peine pensés.

Les ralentissements glauques s’enchaînent aux brutales accélérations, les intros se veulent de plus en plus sournoises (« Impure Flag Of The Vermin », personne, même pas REVENGE n’avait encore tenté un truc pareil), l’allemand succède au français et à l’anglais sur fond de BM grindisé au paroxysme (« Mord Gewalt Urin »), et plus les pistes progressent, plus l’ambiance se dégrade sur fond de guerre absolue menée contre la médiocrité et la tiédeur.

Les dissonances de « Gibier Humain », évoquent des chasses du Comte Zaroff parmi les décombres encore radioactives de Prypiat, tandis que « Infanterie Enfer » nous remémore les tranchées de 14-18 avec force coups de canon et de baïonnette au colon.

« Atrocious Rituals », seul segment se permettant une emphase de plus de cinq minutes, oppose une fin de non-recevoir d’une lourdeur asphyxiante, sorte de développé-couché post-mortem un peu Gore sur les bords, mais tout aussi frondeur que le reste des exactions. Les cadavres en main, GOATVERMIN contemple le spectacle sanglant de sa propre désolation, et nous laisse le regard vide et les tympans violés, satisfaits d’avoir réussi une fois de plus à pousser la provocation littéraire et musicale dans ses derniers retranchements, comme une allégorie de la caverne pour psychopathes assoiffés de vilénie gratuite.

Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure…Mais vous connaissez la suite. Détruire, leitmotiv comme un autre. Mais pas sûr que l’on reparte sur des bases plus saines.

D’esprit en tout cas.


Titres de l'album:

  1. Reek Of Massgrave
  2. Pogrom Of Hate
  3. Détruire
  4. Storm Of Steel
  5. Mort Aux Traîtres
  6. Impure Flag Of The Vermin
  7. Mord Gewalt Urin
  8. Gibier Humain
  9. Infanterie Enfer
  10. Atrocious Rituals

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/05/2017 à 14:13
90 %    224

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...