Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure. Ils sont même parvenus à le synthétiser, pour le reproduire, et le transformer en vecteur expressif, une sorte de mise en abîme ultime de la véhémence caractérielle.

Le problème étant que la créature née de cette expérience a échappé à tout contrôle. Elle s’est enfuie des laboratoires en l’an de disgrâce 2009, pour depuis parcourir les routes afin de propager son message de brutalité en détruisant tout sur son passage.

Ses premiers méfaits ont pu être plus ou moins couverts par les autorités, et le carnage en résultant est resté plus ou moins confidentiel, hantant les colonnes des webzines sous la forme de notules éparses, parlant de ci de là de « démos » (Goatvermin, 2011, le pourtant direct et sans ambages Crevez Tous deux ans plus tard), de « compilation » (2009-2014 – Cinq Années de Guerre Totale, plus difficilement gardé sous le manteau) ou même de « collaborations » avec d’autres entités aussi néfastes (massacres perpétrés à l’aide des UHL et des CULT OF THE HORNS, en 2014).

Sauf que cette fois-ci, les pouvoirs publics et le laboratoire impliqué auront du mal à garder la situation sous contrôle. La bête a visiblement dérapé une fois de plus, et à grande échelle, puisque son premier forfait longue durée a été dévoilé en janvier de cette année, et que ses conséquences sont catastrophiques sur la santé et l’opinion publiques.

En même temps, le but était logique et assumé. Détruire. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Plus concrètement, l’entité Franc-comtoise GOATVERMIN est assurément un cas à part sur la scène extrême Française. Alors que leurs homologues ouvrent leurs horizons et diluent la brutalité dans les harmonies flottantes du Post Black, ou s’entêtent à s’empêtrer dans un War/Total Black Metal qui finalement, mord la queue du malin sans même l’agacer, les originaires de Besançon suivent leur propre ligne, creusée dans les sillons d’un BM aride et définitivement stérile. Pourtant, et par un miracle dont le processus m’est inconnu, les récoltes qu’ils en tirent tendent vers une uberviolence absolument inédite dans nos contrées, et plus symptomatiques des battues à la faux Canadiennes ou même Brésiliennes.

En détail, et en termes plus choisis, le Black/Death développé sur ce Détruire au nom si franc et explicite est un cas d’école, qui renvoie pas mal de leurs concurrents à l’écurie, histoire d’y affûter un peu mieux les outils de leur approche.

Si ce premier longue durée officiel se permet de reprendre à son compte d’anciens titres (« Pogrom Of Hate », « Mort Aux Traitres », tout un programme), il continue l’avancée à pas de géant, et les sons qui en émanent ressemblent aux chenilles de ce char de couverture qui broie tout sur son passage. Car GOATVERMIN ne se pose aucune question inutile, et ne perd jamais son temps en conjectures tactiques. La seule qu’ils admettent est l’attaque frontale massive, à grand renfort de blasts, de riffs froids et mécaniques, et de chant doublé, glouton et parfois Gore (d’ailleurs, « Pogrom of Hate » ressemble à s’y méprendre à une actualisation des meilleurs morceaux de Reek of Putrefaction).

La recette est simple, mais toujours appliquée en toute absence de demi-mesure qui permet justement aux GOATVERMIN de se démarquer méchamment des autres.

Car ne nous y trompons pas, là est leur point fort, ce refus de tout compromis, et cette exagération sonore de tous les instants, qui menace pourtant de les faire basculer dans le fossé du ridicule à la moindre aspérité. Si leur label aime à les comparer à d’autres concepts dans le but de les situer sur la carte de l’extrême brutalité, en citant BLASPHEMY, REVENGE, BEHERIT, BLACK WITCHERY, DEIPHAGO, INCANTATION, IMMOLATION, AUTOPSY, DISGORGE, n’y voyez qu’un moyen de baliser légèrement le terrain pour ne pas perdre le néophyte en route.

Mais ne vous y trompez pas. Si quelques noms peuvent en effet vous aider à y voir un peu plus clair dans l’épaisse couche de fumée BM qui vous tombe sur les poumons, sachez que les GOATVERMIN sont uniques, et que Détruire l’est tout autant.

Ce premier LP est à même de vous rappeler les débuts chaotiques du BM hors cadre scandinave, tout autant que le Brutal Death US le moins dilué dans les mécanismes triggées de l’artifice de studio.

D’ailleurs, pour mettre les choses au point sans attendre, « Reek Of Massgrave » vous oppresse dès les premières secondes de son BM extrême souillé de Brutal Death en pleine putréfaction. En à peine quatre-vingt-seize secondes, ce morceau sonne l’hallali des trépassés, et vous jette la première pelletée de terre en pleine face médusée.

« Pogrom of Hate », déjà abordé ne ralentit en rien le geste, et « Detruire » se pose en premier hymne fatal de ce LP décidément radical.

Le son est si massif que même les haut-parleurs tombent en syncope, et l’union sale et salie des guitares et de la basse vous appuie sur le thorax sans vous laisser la possibilité de rependre votre souffle. Rapide, ultra-brutal, ultra-rapide, concis, gras et grave, le Metal de GOATVERMIN est si extrême que les qualificatifs usuels deviennent caduques à peine pensés.

Les ralentissements glauques s’enchaînent aux brutales accélérations, les intros se veulent de plus en plus sournoises (« Impure Flag Of The Vermin », personne, même pas REVENGE n’avait encore tenté un truc pareil), l’allemand succède au français et à l’anglais sur fond de BM grindisé au paroxysme (« Mord Gewalt Urin »), et plus les pistes progressent, plus l’ambiance se dégrade sur fond de guerre absolue menée contre la médiocrité et la tiédeur.

Les dissonances de « Gibier Humain », évoquent des chasses du Comte Zaroff parmi les décombres encore radioactives de Prypiat, tandis que « Infanterie Enfer » nous remémore les tranchées de 14-18 avec force coups de canon et de baïonnette au colon.

« Atrocious Rituals », seul segment se permettant une emphase de plus de cinq minutes, oppose une fin de non-recevoir d’une lourdeur asphyxiante, sorte de développé-couché post-mortem un peu Gore sur les bords, mais tout aussi frondeur que le reste des exactions. Les cadavres en main, GOATVERMIN contemple le spectacle sanglant de sa propre désolation, et nous laisse le regard vide et les tympans violés, satisfaits d’avoir réussi une fois de plus à pousser la provocation littéraire et musicale dans ses derniers retranchements, comme une allégorie de la caverne pour psychopathes assoiffés de vilénie gratuite.

Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure…Mais vous connaissez la suite. Détruire, leitmotiv comme un autre. Mais pas sûr que l’on reparte sur des bases plus saines.

D’esprit en tout cas.


Titres de l'album:

  1. Reek Of Massgrave
  2. Pogrom Of Hate
  3. Détruire
  4. Storm Of Steel
  5. Mort Aux Traîtres
  6. Impure Flag Of The Vermin
  7. Mord Gewalt Urin
  8. Gibier Humain
  9. Infanterie Enfer
  10. Atrocious Rituals

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/05/2017 à 14:13
90 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Necrodeath

Defragments Of Insanity

October Tide

In Splendor Below

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Live-report HELLFEST 2019 / Samedi

Jus de cadavre / 06/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)


@Humungus et Simony : ils ont été remplacé par SABATON, qui étaient restés sur site après leur show au Knotfest pour voir MANOWAR justement. Ils se sont spontanément proposés pour les remplacer. A noter que Leur chanteur s'est pété la voix la veille, du coup c'est l'un des gratteux qui l'a(...)


"Je n'ai pas vu passer le set même sans être fan, tellement le quintet illustre parfaitement ce qu'est le Thrash Metal, pour l'éternité, et non pas un simple phénomène de génération il y a une grosse trentaine d'années."
Je plussoie totalement. Municipal Waste sur scène c'est juste e(...)


"Soigner sa mort (…) JOY DIVISION"...
Putain Simony, si tu souhaites cette fin à tous les groupes cultes en pleine gloire, v'là l'hécatombe !
(sic)


Remplacés par personne, en tout cas à ma connaissance, on est d'accord... mais ce n'est pas grave, personne ne sera en mesure de remplacer IRON MAIDEN et beaucoup d'autres grands noms mais c'est ce qui les rendra intemporels et indémodables, on continuera à parler des albums aux nouveaux Metalhe(...)


Et pas vraiment besoin de le rappeler mais le tribunal ne prendra pas en compte un "manowar c'est des cons irrespectueux ! ". Ce qui rentrera en compte c'est les contrats signés entre les 2 parties.
Je rajouterai pour finir que ce serait tout de même très étonnant qu'un groupe (même eux,(...)


Ce n'est pas une question de boulette de l'orga (enfin selon mes infos qui je le rappelle ne sont "qu'une" des vérités), mais plutôt de chamboulement du programme "à cause" du Knotfest en fait. Qui a été annoncé bien après la présence de Manowar. Or il était convenu depuis le départ que M(...)


Que l'on dise MANOWAR dépassé, je peux le concevoir... Mais franchement, même si leurs derniers albums sont moins bons que par le passé, ils sont tout de même très loin d'être totalement pourris.
Par contre, dites moi je vous prie Sieur Simony, par qui ont-ils été remplacé ???