Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure. Ils sont même parvenus à le synthétiser, pour le reproduire, et le transformer en vecteur expressif, une sorte de mise en abîme ultime de la véhémence caractérielle.

Le problème étant que la créature née de cette expérience a échappé à tout contrôle. Elle s’est enfuie des laboratoires en l’an de disgrâce 2009, pour depuis parcourir les routes afin de propager son message de brutalité en détruisant tout sur son passage.

Ses premiers méfaits ont pu être plus ou moins couverts par les autorités, et le carnage en résultant est resté plus ou moins confidentiel, hantant les colonnes des webzines sous la forme de notules éparses, parlant de ci de là de « démos » (Goatvermin, 2011, le pourtant direct et sans ambages Crevez Tous deux ans plus tard), de « compilation » (2009-2014 – Cinq Années de Guerre Totale, plus difficilement gardé sous le manteau) ou même de « collaborations » avec d’autres entités aussi néfastes (massacres perpétrés à l’aide des UHL et des CULT OF THE HORNS, en 2014).

Sauf que cette fois-ci, les pouvoirs publics et le laboratoire impliqué auront du mal à garder la situation sous contrôle. La bête a visiblement dérapé une fois de plus, et à grande échelle, puisque son premier forfait longue durée a été dévoilé en janvier de cette année, et que ses conséquences sont catastrophiques sur la santé et l’opinion publiques.

En même temps, le but était logique et assumé. Détruire. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Plus concrètement, l’entité Franc-comtoise GOATVERMIN est assurément un cas à part sur la scène extrême Française. Alors que leurs homologues ouvrent leurs horizons et diluent la brutalité dans les harmonies flottantes du Post Black, ou s’entêtent à s’empêtrer dans un War/Total Black Metal qui finalement, mord la queue du malin sans même l’agacer, les originaires de Besançon suivent leur propre ligne, creusée dans les sillons d’un BM aride et définitivement stérile. Pourtant, et par un miracle dont le processus m’est inconnu, les récoltes qu’ils en tirent tendent vers une uberviolence absolument inédite dans nos contrées, et plus symptomatiques des battues à la faux Canadiennes ou même Brésiliennes.

En détail, et en termes plus choisis, le Black/Death développé sur ce Détruire au nom si franc et explicite est un cas d’école, qui renvoie pas mal de leurs concurrents à l’écurie, histoire d’y affûter un peu mieux les outils de leur approche.

Si ce premier longue durée officiel se permet de reprendre à son compte d’anciens titres (« Pogrom Of Hate », « Mort Aux Traitres », tout un programme), il continue l’avancée à pas de géant, et les sons qui en émanent ressemblent aux chenilles de ce char de couverture qui broie tout sur son passage. Car GOATVERMIN ne se pose aucune question inutile, et ne perd jamais son temps en conjectures tactiques. La seule qu’ils admettent est l’attaque frontale massive, à grand renfort de blasts, de riffs froids et mécaniques, et de chant doublé, glouton et parfois Gore (d’ailleurs, « Pogrom of Hate » ressemble à s’y méprendre à une actualisation des meilleurs morceaux de Reek of Putrefaction).

La recette est simple, mais toujours appliquée en toute absence de demi-mesure qui permet justement aux GOATVERMIN de se démarquer méchamment des autres.

Car ne nous y trompons pas, là est leur point fort, ce refus de tout compromis, et cette exagération sonore de tous les instants, qui menace pourtant de les faire basculer dans le fossé du ridicule à la moindre aspérité. Si leur label aime à les comparer à d’autres concepts dans le but de les situer sur la carte de l’extrême brutalité, en citant BLASPHEMY, REVENGE, BEHERIT, BLACK WITCHERY, DEIPHAGO, INCANTATION, IMMOLATION, AUTOPSY, DISGORGE, n’y voyez qu’un moyen de baliser légèrement le terrain pour ne pas perdre le néophyte en route.

Mais ne vous y trompez pas. Si quelques noms peuvent en effet vous aider à y voir un peu plus clair dans l’épaisse couche de fumée BM qui vous tombe sur les poumons, sachez que les GOATVERMIN sont uniques, et que Détruire l’est tout autant.

Ce premier LP est à même de vous rappeler les débuts chaotiques du BM hors cadre scandinave, tout autant que le Brutal Death US le moins dilué dans les mécanismes triggées de l’artifice de studio.

D’ailleurs, pour mettre les choses au point sans attendre, « Reek Of Massgrave » vous oppresse dès les premières secondes de son BM extrême souillé de Brutal Death en pleine putréfaction. En à peine quatre-vingt-seize secondes, ce morceau sonne l’hallali des trépassés, et vous jette la première pelletée de terre en pleine face médusée.

« Pogrom of Hate », déjà abordé ne ralentit en rien le geste, et « Detruire » se pose en premier hymne fatal de ce LP décidément radical.

Le son est si massif que même les haut-parleurs tombent en syncope, et l’union sale et salie des guitares et de la basse vous appuie sur le thorax sans vous laisser la possibilité de rependre votre souffle. Rapide, ultra-brutal, ultra-rapide, concis, gras et grave, le Metal de GOATVERMIN est si extrême que les qualificatifs usuels deviennent caduques à peine pensés.

Les ralentissements glauques s’enchaînent aux brutales accélérations, les intros se veulent de plus en plus sournoises (« Impure Flag Of The Vermin », personne, même pas REVENGE n’avait encore tenté un truc pareil), l’allemand succède au français et à l’anglais sur fond de BM grindisé au paroxysme (« Mord Gewalt Urin »), et plus les pistes progressent, plus l’ambiance se dégrade sur fond de guerre absolue menée contre la médiocrité et la tiédeur.

Les dissonances de « Gibier Humain », évoquent des chasses du Comte Zaroff parmi les décombres encore radioactives de Prypiat, tandis que « Infanterie Enfer » nous remémore les tranchées de 14-18 avec force coups de canon et de baïonnette au colon.

« Atrocious Rituals », seul segment se permettant une emphase de plus de cinq minutes, oppose une fin de non-recevoir d’une lourdeur asphyxiante, sorte de développé-couché post-mortem un peu Gore sur les bords, mais tout aussi frondeur que le reste des exactions. Les cadavres en main, GOATVERMIN contemple le spectacle sanglant de sa propre désolation, et nous laisse le regard vide et les tympans violés, satisfaits d’avoir réussi une fois de plus à pousser la provocation littéraire et musicale dans ses derniers retranchements, comme une allégorie de la caverne pour psychopathes assoiffés de vilénie gratuite.

Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure…Mais vous connaissez la suite. Détruire, leitmotiv comme un autre. Mais pas sûr que l’on reparte sur des bases plus saines.

D’esprit en tout cas.


Titres de l'album:

  1. Reek Of Massgrave
  2. Pogrom Of Hate
  3. Détruire
  4. Storm Of Steel
  5. Mort Aux Traîtres
  6. Impure Flag Of The Vermin
  7. Mord Gewalt Urin
  8. Gibier Humain
  9. Infanterie Enfer
  10. Atrocious Rituals

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/05/2017 à 14:13
90 %    248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.