Détruire

Goatvermin

17/01/2017

Armée De La Mort Records

Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure. Ils sont même parvenus à le synthétiser, pour le reproduire, et le transformer en vecteur expressif, une sorte de mise en abîme ultime de la véhémence caractérielle.

Le problème étant que la créature née de cette expérience a échappé à tout contrôle. Elle s’est enfuie des laboratoires en l’an de disgrâce 2009, pour depuis parcourir les routes afin de propager son message de brutalité en détruisant tout sur son passage.

Ses premiers méfaits ont pu être plus ou moins couverts par les autorités, et le carnage en résultant est resté plus ou moins confidentiel, hantant les colonnes des webzines sous la forme de notules éparses, parlant de ci de là de « démos » (Goatvermin, 2011, le pourtant direct et sans ambages Crevez Tous deux ans plus tard), de « compilation » (2009-2014 – Cinq Années de Guerre Totale, plus difficilement gardé sous le manteau) ou même de « collaborations » avec d’autres entités aussi néfastes (massacres perpétrés à l’aide des UHL et des CULT OF THE HORNS, en 2014).

Sauf que cette fois-ci, les pouvoirs publics et le laboratoire impliqué auront du mal à garder la situation sous contrôle. La bête a visiblement dérapé une fois de plus, et à grande échelle, puisque son premier forfait longue durée a été dévoilé en janvier de cette année, et que ses conséquences sont catastrophiques sur la santé et l’opinion publiques.

En même temps, le but était logique et assumé. Détruire. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Plus concrètement, l’entité Franc-comtoise GOATVERMIN est assurément un cas à part sur la scène extrême Française. Alors que leurs homologues ouvrent leurs horizons et diluent la brutalité dans les harmonies flottantes du Post Black, ou s’entêtent à s’empêtrer dans un War/Total Black Metal qui finalement, mord la queue du malin sans même l’agacer, les originaires de Besançon suivent leur propre ligne, creusée dans les sillons d’un BM aride et définitivement stérile. Pourtant, et par un miracle dont le processus m’est inconnu, les récoltes qu’ils en tirent tendent vers une uberviolence absolument inédite dans nos contrées, et plus symptomatiques des battues à la faux Canadiennes ou même Brésiliennes.

En détail, et en termes plus choisis, le Black/Death développé sur ce Détruire au nom si franc et explicite est un cas d’école, qui renvoie pas mal de leurs concurrents à l’écurie, histoire d’y affûter un peu mieux les outils de leur approche.

Si ce premier longue durée officiel se permet de reprendre à son compte d’anciens titres (« Pogrom Of Hate », « Mort Aux Traitres », tout un programme), il continue l’avancée à pas de géant, et les sons qui en émanent ressemblent aux chenilles de ce char de couverture qui broie tout sur son passage. Car GOATVERMIN ne se pose aucune question inutile, et ne perd jamais son temps en conjectures tactiques. La seule qu’ils admettent est l’attaque frontale massive, à grand renfort de blasts, de riffs froids et mécaniques, et de chant doublé, glouton et parfois Gore (d’ailleurs, « Pogrom of Hate » ressemble à s’y méprendre à une actualisation des meilleurs morceaux de Reek of Putrefaction).

La recette est simple, mais toujours appliquée en toute absence de demi-mesure qui permet justement aux GOATVERMIN de se démarquer méchamment des autres.

Car ne nous y trompons pas, là est leur point fort, ce refus de tout compromis, et cette exagération sonore de tous les instants, qui menace pourtant de les faire basculer dans le fossé du ridicule à la moindre aspérité. Si leur label aime à les comparer à d’autres concepts dans le but de les situer sur la carte de l’extrême brutalité, en citant BLASPHEMY, REVENGE, BEHERIT, BLACK WITCHERY, DEIPHAGO, INCANTATION, IMMOLATION, AUTOPSY, DISGORGE, n’y voyez qu’un moyen de baliser légèrement le terrain pour ne pas perdre le néophyte en route.

Mais ne vous y trompez pas. Si quelques noms peuvent en effet vous aider à y voir un peu plus clair dans l’épaisse couche de fumée BM qui vous tombe sur les poumons, sachez que les GOATVERMIN sont uniques, et que Détruire l’est tout autant.

Ce premier LP est à même de vous rappeler les débuts chaotiques du BM hors cadre scandinave, tout autant que le Brutal Death US le moins dilué dans les mécanismes triggées de l’artifice de studio.

D’ailleurs, pour mettre les choses au point sans attendre, « Reek Of Massgrave » vous oppresse dès les premières secondes de son BM extrême souillé de Brutal Death en pleine putréfaction. En à peine quatre-vingt-seize secondes, ce morceau sonne l’hallali des trépassés, et vous jette la première pelletée de terre en pleine face médusée.

« Pogrom of Hate », déjà abordé ne ralentit en rien le geste, et « Detruire » se pose en premier hymne fatal de ce LP décidément radical.

Le son est si massif que même les haut-parleurs tombent en syncope, et l’union sale et salie des guitares et de la basse vous appuie sur le thorax sans vous laisser la possibilité de rependre votre souffle. Rapide, ultra-brutal, ultra-rapide, concis, gras et grave, le Metal de GOATVERMIN est si extrême que les qualificatifs usuels deviennent caduques à peine pensés.

Les ralentissements glauques s’enchaînent aux brutales accélérations, les intros se veulent de plus en plus sournoises (« Impure Flag Of The Vermin », personne, même pas REVENGE n’avait encore tenté un truc pareil), l’allemand succède au français et à l’anglais sur fond de BM grindisé au paroxysme (« Mord Gewalt Urin »), et plus les pistes progressent, plus l’ambiance se dégrade sur fond de guerre absolue menée contre la médiocrité et la tiédeur.

Les dissonances de « Gibier Humain », évoquent des chasses du Comte Zaroff parmi les décombres encore radioactives de Prypiat, tandis que « Infanterie Enfer » nous remémore les tranchées de 14-18 avec force coups de canon et de baïonnette au colon.

« Atrocious Rituals », seul segment se permettant une emphase de plus de cinq minutes, oppose une fin de non-recevoir d’une lourdeur asphyxiante, sorte de développé-couché post-mortem un peu Gore sur les bords, mais tout aussi frondeur que le reste des exactions. Les cadavres en main, GOATVERMIN contemple le spectacle sanglant de sa propre désolation, et nous laisse le regard vide et les tympans violés, satisfaits d’avoir réussi une fois de plus à pousser la provocation littéraire et musicale dans ses derniers retranchements, comme une allégorie de la caverne pour psychopathes assoiffés de vilénie gratuite.

Il paraît que du côté de Besançon, des chercheurs ont réussi à isoler le gène de la violence pure…Mais vous connaissez la suite. Détruire, leitmotiv comme un autre. Mais pas sûr que l’on reparte sur des bases plus saines.

D’esprit en tout cas.


Titres de l'album:

  1. Reek Of Massgrave
  2. Pogrom Of Hate
  3. Détruire
  4. Storm Of Steel
  5. Mort Aux Traîtres
  6. Impure Flag Of The Vermin
  7. Mord Gewalt Urin
  8. Gibier Humain
  9. Infanterie Enfer
  10. Atrocious Rituals

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/05/2017 à 14:13
90 %    642

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06