Lorsque deux membres du collectif SUN O))) et Attila Csihar, hurleur de MAYHEM ont un jour décidé d’unir leurs sombres desseins autour d’un projet commun, beaucoup doutaient de sa fiabilité. Non que le Drone et le BM soient incompatibles, loin de là, mais on imaginait mal comment trois personnalités aussi fortes allaient se retrouver autour d’un consensus musical.

Imaginé d’abord comme un projet live, GRAVETEMPLE s’est finalement retrouvé cloisonné dans la moiteur d’un studio pour figer sur bandes ses hallucinations, qui ma foi, ont depuis effrayé pas mal de fans d’extrême, qui n’imaginaient pas se frotter à un tel Armageddon sonore. Pourtant loin du statisme d’un Drone qui pour beaucoup, incarne la Némésis bruitiste de tous les adorateurs de violence, la musique composée par les trois exilés avait de quoi séduire les passionnés d’extrême. Thèmes porteurs morbides et caverneux, déambulations dans l’absurde assumées et provoquées, et assemblages de sons tout sauf disparates qui une fois accolés, formaient une symphonie de l’horreur humaine que chacun doit affronter consciemment ou pas.

Et après un initial et traumatique The Holy Down, publié un an après leur formation, le trio s’est aventuré dans des pérégrinations en concert, na gravant pour la postérité qu’une démo et un live incarnant leurs apparitions scéniques.

Depuis, pas grand-chose. Et le depuis symbolisant l’année 2009, on se demandait si un jour l’hydre à trois têtes allait continuer sa mission de déconstruction de la musique occulte.

C’était sans compter sur le caractère farouchement imprévisible de ces musiciens qui n’ont jamais envisagé le temps comme tout le monde.

2017, retour d’Attila Csihar, Oren Ambarchi et Stephen'O Malley pour la descente aux enfers Impassable Fears, qui s’il reprend peu ou prou les recettes de base de la théorie, avance à grands pas vers une perfection absolue qui ne saura convaincre qu’une infime partie de la fanbase d’un Metal noir et insondable.

L’équation pourrait être simple, mais elle ne l’est assurément pas. En ajoutant les énigmatiques et opaques tremblements de SUN O))), jamais avares de sons caverneux et de vibrations cauchemardesques, et le passé trouble de Csihar, il semblait facile d’obtenir un résultat viable apte à décrire avec précision l’orientation voulue et choisie par les trois hommes.

Mais les solutions les plus simples n’étant jamais les meilleures ou les plus logiques, ce second LP de GRAVETEMPLE se veut contraire d’une addition basique, et plutôt multiplication des talents pour parvenir à une apothéose de violence sourde et diffuse, à cent lieues d’une routine roborative de graves se répercutant sur les murs du nihilisme.

Car la musique proposée sur ces six pistes est riche, très riche, envoutante, presque chamanique, et surtout, créative et imprévisible. Tout ça parce que chacun des acteurs impliqués a su transcender ses propres influences pour mettre au service d’un collectif une inspiration commune supérieure à la somme des parties de ses envies.  

On le sait, et c’est d’une logique imparable, un groupe c’est l’union de X musiciens, qui jouent tous dans la même direction pour dégager une voie musicale logique, et « diplomatique ». Et là où GRAVETEMPLE se distingue de la masse, c’est que ses trois membres semblent lire une partition qui leur est propre, sans connaître celle suivie par leur voisin.

Tout cela pourrait aboutir à une cacophonie étrange et insupportable, et pourtant, reste cohérent, mais surtout, d’une étrange liberté qui ne cède jamais le pas à l’excuse de l’expérimental affranchi.

Certes, expérimental, le trio l’est. Mais la fusion des trois talents aboutit à une explosion de noirceur chaotique et cathartique, un peu comme si les LITTLE WOMEN, MAYHEM et SUN O))) se trouvaient transportés via un pod dans un univers parallèle, dans lequel l’union entre le Free Jazz, le Drone et le Black Metal pourraient cohabiter sans que cela ne choque personne.

Tout ça vous semble un peu trop abscons ? Mais rassurez-vous, l’introductif « A Szarka » vous l’expliquera en ses propres termes, et en un peu plus de sept minutes.

En substance, Impassable Fears est une alternance diabolique entre des segments d’une longueur coutumière aux fans de SUN O))), et des intermèdes beaucoup plus brefs qui dynamisent la mécanique.

Ainsi, « Elavúlt Földbolygó » n’hésite pas à fouler du son les dix minutes de torture mentale et auditive, pour laisser la guitare plonger dans des abysses de gravité et de feedback. La polyrythmie rappellera sans doute à Csihar les numéros de funambule de son batteur Hellhammer, bien que la technique libre pousse les choses encore plus loin, et préférant les percussions foisonnantes à un beat suivi et marqué.

La production, sourde et compacte ne fait qu’ajouter une aura de mystère à cette bande son traumatique, qui tient tout autant du Post Black que du Death dronique impénétrable, et qui nous entraîne dans la folie collective d’un projet qui semble échapper à toute restriction normative.

Pour autant, tout découle, et suit une progression. L’enchaînement de l’intermède grondant « A Karma Karmai » et de l’hypnotique segment redondant « Domino » nous prépare au déluge de haine « Áthatolhatatlan Félelmek », qui tout en reprenant les préceptes des premiers morceaux, nous emmène encore plus loin dans l’abstraction musicale, réfutant tout principe de cohésion.

On s’enfonce dans le bourbier de l’humanité, et les plans s’imbriquent en dépit de toute évolution, comme si les auteurs avaient préféré laisser s’exprimer leur sensibilité plutôt que d’établir un plan d’attaque. La liberté est patente, et le tout donne un sentiment d’inachevé, qui loin de frustrer, nous comble des possibilités de collage qu’il offre.

Les vignettes noires se collent au cahier de la distorsion, et seul le final éthéré et apaisant de « Az Örök Végtelen Üresség » nous offre une sorte de paix conclusive, toutefois assez sombre et troublante pour ne pas trop nous rassurer.

GRAVETEMPLE signe un roman qui ressemble plutôt à un recueil de nouvelles, couchées sur partitions, et qui ne suivent pas forcément la même histoire. Des nouvelles qui fusent d’inspiration plurielle, et qui se contentent parfois d’une suite d’aphorismes musicaux ou d’humeurs, sans se soucier d’un fil conducteur solide. Cette sensation éphémère est particulièrement attachante et hypnotique, et transforme ce second LP en œuvre majeure, fugace mais durable, instantanée mais amener à rester ancrée dans le temps.

Pas le nôtre, mais celui qui régit l’imaginaire d’un trio qui a refusé depuis longtemps la facilité.


Titres de l'album:

  1. A Szarka
  2. Elavúlt Földbolygó
  3. A Karma Karmai
  4. Domino
  5. Áthatolhatatlan Félelmek
  6. Az Örök Végtelen Üresség

Site officiel


par mortne2001 le 02/08/2017 à 14:57
88 %    475

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.