Un nom pareil, une pochette pareille, un titre pareil, une provenance du Texas, tout ça pue l’arnaque à plein nez, genre un EP d’à peine un quart d’heure truffé de larsen, de fuzz, de rythmiques plombées jusqu’à l’écœurement ou l’écrasement, enfin en gros, une énième plongée en apnée dans une boue Sludge qu’on commence à fuir comme la peste, un peu à l’instar du cauchemar Doom ou Funeral Doom qui finit par nous les briser un peu.

Mais un regard plus attentif à cette pochette d’un horrible vert fluo permet justement de se dégager de ces aprioris un peu grossiers, et de distinguer des éléments nous emmenant sur une piste différente.

Laquelle ?

Celle des gros bruitistes qui ne peuvent pas s’empêcher de picorer à droite, à gauche et au milieu, pour mieux ramasser les graines qui leur conviennent le mieux.

Et sous cet aspect-là des choses, le quatuor HEAVY BABY SEA SLUGS s’est constitué une gamelle bien replie, qu’on prend un plaisir certain à vider en leur compagnie.

Les HEAVY BABY SEA SLUGS, ou une certaine con(tra)ception du Sludge qui n’a pas peur d’expérimenter, en faisant plus de bruit que la moyenne, et en volant du coin de la main quelques éléments de Hardcore, de psychédélisme nauséabond, de Garage Rock maladif, et de…d’avant-gardisme ? Non, soyons polis je vous prie. Restons en terrain inconnu puisque la visite est courte, mais agitée, et propice à une nuit de cauchemars même pas en stéréo, mais délavés de couleurs criardes et de changements de tempo.

Je suis un homme d’images, vous le savez, et j’aime les comparaisons un peu foireuses. Alors brodons. Imaginez les frangins Asheton et le Pop perdus dans un espace-temps un peu capricieux, et balancés dans une cabane de Louisiane, squattée par le gros Phil, et ses potes de COC, CROWBAR et EYEHATEGOD. Donnez-leur du matos, une vieille console analogique boostée un peu de traviole, filez-leur un jus quelconque, un peu frelaté ou des champis, et observez la scène.

A peu de choses près, ça pourrait donner un bazar aussi assourdissant et peu concentré que l’ouverture « King Midas Of Shit », qui effectivement transforme tout ce qu’il touche en merde.

Sludge parce que c’est épais et poisseux, Chaotic Core parce que c’est quand même très nerveux, et Noisy évidemment, mais comment faire autrement avec une bande de gredins pareils…

Si « Teenage Graveyard Party » érige le larsen au rang de dogme et se traîne d’un beat pataud, il semble rendre hommage du coin des lunettes de soleil aux CRAMPS, soudainement égarés sur un chemin du Texas, à fouiller les poubelles de l’Amérique pour y retrouver le son Anglais du SAB’. Lourd, éprouvant, dissonant, et feignant, mais alors feignant…Seul point d’accroche avec la lourdeur caractéristique de leur style d’affiliation, ce morceau ne peut quand même pas renier ses déviances, et accélère le tempo brutalement, pour sonner plus Hardcore que les GERMS et FLAG réunis après une bonne soirée de biture. Tiens, ils collent même un sale passage Thrashcore pour pimenter le tout, et oubliez la consigne, la caissière ne tient plus debout.

« Pit Bait » se veut primesautier, enjoué, mais reste crasseux et vilain comme un teigneux. Encore une fois, on touche de l’olive des baguettes un genre de Crustcore un peu BM malsain, mais c’est plus par jeu et provocation que par conviction, puisque le Heavy revient au pilon. Le chant est étouffé, normal, la guitare se plaint de porter le poids de la douleur à elle toute seule, fatal, et la batterie fait à peu près ce qu’elle veut, en suivant les lignes vocales nasillardes et perdues dans les limbes lysergiques d’un Sludgecore truffé de puces irritantes.

Un gros riff en mid histoire d’accrocher un peu l’oreille pleine de cérumen, et hop, l’affaire est dans le sac de jute.

« Zero One » termine cet EP (uniquement destiné à accompagner le passage asiatique du groupe en tournée, beau cadeau empoisonné quand même) sur une note sévèrement déformée, et accumule les bruits, les sons grouillants, les attaques de guitare en pleine cécité voilée, et fricote même avec un Noisy Dark Ambient pas vraiment rassurant.

Mais qu’en disent les principaux intéressés, plus au fait de leur propre philosophie que nous autres, pauvres témoins de cette débauche désorganisée ?

« Nous n’avons jamais été le genre de groupe à faire les choses correctement. Et c’est pour ça que nous n’avons toujours pas de putain de page Facebook ou de Tweeter. Nous avons mieux à faire que de parler de nous-même ».

Et en effet, « Zero One » ne parle pas, ne chante pas, ne joue pas, il dégueule, il régurgite, il empile les couches sonores maladives, et nous file la gerbe. C’est à peu près aussi musical qu’un accordage d’ABRUPTUM sous la houlette des MELVINS ou de John Zorn, ou qu’une répète des FETISH 69 après une nuit passée à expérimenter tout ce qui peut s’injecter et se sniffer.

Et ça ramone les naseaux…

En gros, puisque les détails, on s’en tape un peu, Teenage Graveyard Party n’est rien d’autre que du Sludge joué par des branleurs malades qui font un gros doigt à la cohérence. Le résultat des délires massifs d’une bande de Punks qui n’ont pas encore décidé de la façon dont ils allaient se fracasser sur leur destin.

Et ça fait du bien, vraiment. Bon, pas au moral, parce que c’est trop glauque, mais à la liberté de non expression.    

Des mecs mal sapés, à la démarche chancelante qui pissent sur la mauvaise tombe en hurlant des injures. Et sans doute les seuls à pouvoir filer un coup de sang à ce style monolithique qui refuse benoitement toute évolution trop flagrante.

 Et puisque je vous aime chers amis bordéliques, je vous dirai d’aller vous faire mettre bien profond au fond d’une vieille forêt miteuse. Où je vous rejoindrai, évidemment.


Titres de l'album:

  1. King Midas of Shit
  2. Teenage Graveyard Party
  3. Pit Bait
  4. Zero One

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/02/2017 à 15:11
75 %    284

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)