Un nom pareil, une pochette pareille, un titre pareil, une provenance du Texas, tout ça pue l’arnaque à plein nez, genre un EP d’à peine un quart d’heure truffé de larsen, de fuzz, de rythmiques plombées jusqu’à l’écœurement ou l’écrasement, enfin en gros, une énième plongée en apnée dans une boue Sludge qu’on commence à fuir comme la peste, un peu à l’instar du cauchemar Doom ou Funeral Doom qui finit par nous les briser un peu.

Mais un regard plus attentif à cette pochette d’un horrible vert fluo permet justement de se dégager de ces aprioris un peu grossiers, et de distinguer des éléments nous emmenant sur une piste différente.

Laquelle ?

Celle des gros bruitistes qui ne peuvent pas s’empêcher de picorer à droite, à gauche et au milieu, pour mieux ramasser les graines qui leur conviennent le mieux.

Et sous cet aspect-là des choses, le quatuor HEAVY BABY SEA SLUGS s’est constitué une gamelle bien replie, qu’on prend un plaisir certain à vider en leur compagnie.

Les HEAVY BABY SEA SLUGS, ou une certaine con(tra)ception du Sludge qui n’a pas peur d’expérimenter, en faisant plus de bruit que la moyenne, et en volant du coin de la main quelques éléments de Hardcore, de psychédélisme nauséabond, de Garage Rock maladif, et de…d’avant-gardisme ? Non, soyons polis je vous prie. Restons en terrain inconnu puisque la visite est courte, mais agitée, et propice à une nuit de cauchemars même pas en stéréo, mais délavés de couleurs criardes et de changements de tempo.

Je suis un homme d’images, vous le savez, et j’aime les comparaisons un peu foireuses. Alors brodons. Imaginez les frangins Asheton et le Pop perdus dans un espace-temps un peu capricieux, et balancés dans une cabane de Louisiane, squattée par le gros Phil, et ses potes de COC, CROWBAR et EYEHATEGOD. Donnez-leur du matos, une vieille console analogique boostée un peu de traviole, filez-leur un jus quelconque, un peu frelaté ou des champis, et observez la scène.

A peu de choses près, ça pourrait donner un bazar aussi assourdissant et peu concentré que l’ouverture « King Midas Of Shit », qui effectivement transforme tout ce qu’il touche en merde.

Sludge parce que c’est épais et poisseux, Chaotic Core parce que c’est quand même très nerveux, et Noisy évidemment, mais comment faire autrement avec une bande de gredins pareils…

Si « Teenage Graveyard Party » érige le larsen au rang de dogme et se traîne d’un beat pataud, il semble rendre hommage du coin des lunettes de soleil aux CRAMPS, soudainement égarés sur un chemin du Texas, à fouiller les poubelles de l’Amérique pour y retrouver le son Anglais du SAB’. Lourd, éprouvant, dissonant, et feignant, mais alors feignant…Seul point d’accroche avec la lourdeur caractéristique de leur style d’affiliation, ce morceau ne peut quand même pas renier ses déviances, et accélère le tempo brutalement, pour sonner plus Hardcore que les GERMS et FLAG réunis après une bonne soirée de biture. Tiens, ils collent même un sale passage Thrashcore pour pimenter le tout, et oubliez la consigne, la caissière ne tient plus debout.

« Pit Bait » se veut primesautier, enjoué, mais reste crasseux et vilain comme un teigneux. Encore une fois, on touche de l’olive des baguettes un genre de Crustcore un peu BM malsain, mais c’est plus par jeu et provocation que par conviction, puisque le Heavy revient au pilon. Le chant est étouffé, normal, la guitare se plaint de porter le poids de la douleur à elle toute seule, fatal, et la batterie fait à peu près ce qu’elle veut, en suivant les lignes vocales nasillardes et perdues dans les limbes lysergiques d’un Sludgecore truffé de puces irritantes.

Un gros riff en mid histoire d’accrocher un peu l’oreille pleine de cérumen, et hop, l’affaire est dans le sac de jute.

« Zero One » termine cet EP (uniquement destiné à accompagner le passage asiatique du groupe en tournée, beau cadeau empoisonné quand même) sur une note sévèrement déformée, et accumule les bruits, les sons grouillants, les attaques de guitare en pleine cécité voilée, et fricote même avec un Noisy Dark Ambient pas vraiment rassurant.

Mais qu’en disent les principaux intéressés, plus au fait de leur propre philosophie que nous autres, pauvres témoins de cette débauche désorganisée ?

« Nous n’avons jamais été le genre de groupe à faire les choses correctement. Et c’est pour ça que nous n’avons toujours pas de putain de page Facebook ou de Tweeter. Nous avons mieux à faire que de parler de nous-même ».

Et en effet, « Zero One » ne parle pas, ne chante pas, ne joue pas, il dégueule, il régurgite, il empile les couches sonores maladives, et nous file la gerbe. C’est à peu près aussi musical qu’un accordage d’ABRUPTUM sous la houlette des MELVINS ou de John Zorn, ou qu’une répète des FETISH 69 après une nuit passée à expérimenter tout ce qui peut s’injecter et se sniffer.

Et ça ramone les naseaux…

En gros, puisque les détails, on s’en tape un peu, Teenage Graveyard Party n’est rien d’autre que du Sludge joué par des branleurs malades qui font un gros doigt à la cohérence. Le résultat des délires massifs d’une bande de Punks qui n’ont pas encore décidé de la façon dont ils allaient se fracasser sur leur destin.

Et ça fait du bien, vraiment. Bon, pas au moral, parce que c’est trop glauque, mais à la liberté de non expression.    

Des mecs mal sapés, à la démarche chancelante qui pissent sur la mauvaise tombe en hurlant des injures. Et sans doute les seuls à pouvoir filer un coup de sang à ce style monolithique qui refuse benoitement toute évolution trop flagrante.

 Et puisque je vous aime chers amis bordéliques, je vous dirai d’aller vous faire mettre bien profond au fond d’une vieille forêt miteuse. Où je vous rejoindrai, évidemment.


Titres de l'album:

  1. King Midas of Shit
  2. Teenage Graveyard Party
  3. Pit Bait
  4. Zero One

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/02/2017 à 15:11
75 %    333

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes