Mother of Red Light

Transit Method

23/09/2019

Prosthetic Records

And then, there was one. And then, there were three. And then, there were six.

C’est un peu l’histoire de METH. Réduite à sa plus simple expression, puisque le groupe n’en était pas un au départ, mais un projet, celui de Seb Alvarez. The Children Are Watching fut pourtant en tant que premier EP enregistré en trio, version power, avant que I Love You, un an plus tard, ne voie les membres enrôlés doubler. Aujourd’hui, METH est un sextet, aux rangs resserrés, mais à l’envie toujours aussi large que compacte. Originaires de Chicago, Illinois, ce combo aux influences multiples abandonne donc le format médium pour se lancer dans l’aventure du longue-durée, qu’il comble de quarante-quatre minutes d’expérimentation sonore, typiquement américaine dans sa pluralité, mais blafarde comme un livret du BAUHAUS allemand, et assez européenne dans sa volonté de déconstruire les limites et de faire tomber les barrages. Cette mère de la lumière rouge est donc le premier avertissement, comme un feu de signalisation qui intime l’ordre de s’arrêter sous peine d’accident inévitable. Mais l’accident se produira ici, celui qui opposera votre raison et votre santé, celui qui fera se percuter votre marteau et votre enclume. Parce que le Hardcore des originaires de l’Illinois n’est pas du genre à faire dans la dentelle pour décorer les jolies robes. Non, il préfère faire gicler le sang déjà épais pour les souiller de souffrance. On reconnaît pas mal de choses dans cette approche, des tendances urbaines des années 90 avec les UNSANE qui poussaient les cadavres dans les caniveaux, du DEP bien sur lorsque le rythme s’emballe et se déstabilise, mais aussi du DAUGHTERS, et pas mal de combos torturés de la trempe de CONVERGE, mais à l’inspiration plus étouffée, et moins exposée. En gros, une manière de jouer le Hardcore en appuyant sur l’alternance faux-calme/agacement ultime, et des mélodies, biscornues, un chant qui vomit mais qui sait aussi se faire de la peine, et une énorme basse à la SWANS qui écrase la rythmique.

Et plus encore, plus que tout, du désespoir, blême, celui des petits-matins qui ne deviennent jamais des journées ensoleillées.

S. Alvarez, Z. Farrar, R. Kasbee, A. Smith, K. Peitre et M. Meifert ne sont pas les joyeux drilles qu’ils ne seront jamais. A six, ils font beaucoup de bruit, et tendent un pont entre toutes les directions Core de ce nouveau siècle, n’hésitant pas à accélérer le Math de pulsions Grind, tout en noyant leur âme dans la solitude d’un Hardcore dissonant, à la limite du Post, et pourtant, aussi frais qu’une lettre de suicide signée par les NAILS (« Inbred »). Le son global, véritable sceau de qualité du label Prosthetic respecte la charte signée autrefois par les BREACH, ALL THAT REMAINS, LIGHT THIS CITY, JUNIUS ou ANIMALS AS LEADERS, mais s’en éloigne toutefois de cette tendance à se rapprocher d’une rigidité presque Post Punk qui rappelle la scène anglaise des années 80, et ce Hardcore aussi dark qu’une banlieue ouvrière une fois l’éclairage public éteint. « Cold Prayers » se sent d’ailleurs à l’aise sur le bitume frappé par la pluie, et résume en moins de trois minutes tous les espoirs déchus d’une génération industrielle ne voyant que dans l’oppression et la résignation un avenir pas vraiment réjouissant. Cette pluralité de ton, qui hésite entre les fulgurances, les stridences, la lourdeur et la moiteur, la puissance et le renoncement est justement le point fort de ce premier album qui refuse obstinément de se placer sous la lumière blafarde d’un réverbère Hardcore. Il y a du Metal là-dedans, mais pas traditionnel et certainement plus assourdissant que la moyenne, il y a aussi du Post-Hardcore, quelques petites vues plus classiques sur l’absurdité de la vie qui accélère le tempo pour mieux nous perdre dans les dédales de la surconsommation et de l’impatience (« Child of God », DEP, CONVERGE, avec une gigantesque basse à la Paul Raven), mais aussi des silences, des cassures très nettes, qui ne font pas pour autant sourire les plus dépressifs. « Failure » en ouverture donne le ton, une intro grondante qui monte et s’insinue, pas mal de feedback nauséeux, et puis des répétitions graves, une sorte de régularité rythmique qui inquiète, et qui pioche dans les coffres de GODFLESH de quoi payer sa dette aux DAUGHTERS.

Evidemment le plus simple et évident serait de se raccrocher au long final « The Walls, They Whisper », qui en onze minutes pile joue l’Ambient troublant, avant de s’attacher à introduire des valeurs de Jazz dans un contexte de Post Metal assez indéfinissable. On reconnaît très bien ce manque d’harmonies, tuées dans l’œuf de la méchanceté, mais on adore ces arrangements qui couvrent le bruit ambiant de leur bruit encore plus étouffant. Pas vraiment un morceau à proprement parler, mais plutôt une conclusion logique, de celles qu’on trouve sur les collaborations entre bruitistes anglais, les Justin, Mick, JESU, PAINKILLER, SCORN, soit la quintessence de l’évasion vers des cieux encore plus noirs. Plus que la musique, ce sont les strates de son et les arrangements qui enrichissent les textures de Mother of Red Light. Les riffs n’en sont pas à proprement parler, mais la guitare sait meubler l’espace, ou au contraire le vider pour lâcher quelques thèmes épars, mais à la sensibilité écorchée. « Psalm of Life » pourrait être du TENGIL repris par les NEUROSIS, avec ce long crescendo strié de bruits inquiétants et de percussions sentencieuses, alors que « Return Me (My Body) » se promène entre le Grind éclair et le Post Hardcore teigneux et viscéral. Plus créatif que PRIMITIVE MAN, et certainement plus fertile, plus grondant que la plupart des groupes américains du créneau, METH n’évite pas toujours le piège du bruit pour le bruit, ou les figures un peu figées du Chaotic Core, mais avance, ose des choses, et finalement, se créé un style pour ne pas en piller un autre.

And then, there was one. L’avantage d’être six, mais d’être unique.

  

Titres de l’album :

                           1.Failure

                           2.Child of God

                           3.Swallowed Conscience

                           4.Her Womb Lays Still

                           5.Inbred

                           6.Cold Prayers

                           7.Psalm of Life

                           8.Return Me (My Body)

                           9.The Walls, They Whisper

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/11/2019 à 17:32
85 %    332

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34