And then, there was one. And then, there were three. And then, there were six.

C’est un peu l’histoire de METH. Réduite à sa plus simple expression, puisque le groupe n’en était pas un au départ, mais un projet, celui de Seb Alvarez. The Children Are Watching fut pourtant en tant que premier EP enregistré en trio, version power, avant que I Love You, un an plus tard, ne voie les membres enrôlés doubler. Aujourd’hui, METH est un sextet, aux rangs resserrés, mais à l’envie toujours aussi large que compacte. Originaires de Chicago, Illinois, ce combo aux influences multiples abandonne donc le format médium pour se lancer dans l’aventure du longue-durée, qu’il comble de quarante-quatre minutes d’expérimentation sonore, typiquement américaine dans sa pluralité, mais blafarde comme un livret du BAUHAUS allemand, et assez européenne dans sa volonté de déconstruire les limites et de faire tomber les barrages. Cette mère de la lumière rouge est donc le premier avertissement, comme un feu de signalisation qui intime l’ordre de s’arrêter sous peine d’accident inévitable. Mais l’accident se produira ici, celui qui opposera votre raison et votre santé, celui qui fera se percuter votre marteau et votre enclume. Parce que le Hardcore des originaires de l’Illinois n’est pas du genre à faire dans la dentelle pour décorer les jolies robes. Non, il préfère faire gicler le sang déjà épais pour les souiller de souffrance. On reconnaît pas mal de choses dans cette approche, des tendances urbaines des années 90 avec les UNSANE qui poussaient les cadavres dans les caniveaux, du DEP bien sur lorsque le rythme s’emballe et se déstabilise, mais aussi du DAUGHTERS, et pas mal de combos torturés de la trempe de CONVERGE, mais à l’inspiration plus étouffée, et moins exposée. En gros, une manière de jouer le Hardcore en appuyant sur l’alternance faux-calme/agacement ultime, et des mélodies, biscornues, un chant qui vomit mais qui sait aussi se faire de la peine, et une énorme basse à la SWANS qui écrase la rythmique.

Et plus encore, plus que tout, du désespoir, blême, celui des petits-matins qui ne deviennent jamais des journées ensoleillées.

S. Alvarez, Z. Farrar, R. Kasbee, A. Smith, K. Peitre et M. Meifert ne sont pas les joyeux drilles qu’ils ne seront jamais. A six, ils font beaucoup de bruit, et tendent un pont entre toutes les directions Core de ce nouveau siècle, n’hésitant pas à accélérer le Math de pulsions Grind, tout en noyant leur âme dans la solitude d’un Hardcore dissonant, à la limite du Post, et pourtant, aussi frais qu’une lettre de suicide signée par les NAILS (« Inbred »). Le son global, véritable sceau de qualité du label Prosthetic respecte la charte signée autrefois par les BREACH, ALL THAT REMAINS, LIGHT THIS CITY, JUNIUS ou ANIMALS AS LEADERS, mais s’en éloigne toutefois de cette tendance à se rapprocher d’une rigidité presque Post Punk qui rappelle la scène anglaise des années 80, et ce Hardcore aussi dark qu’une banlieue ouvrière une fois l’éclairage public éteint. « Cold Prayers » se sent d’ailleurs à l’aise sur le bitume frappé par la pluie, et résume en moins de trois minutes tous les espoirs déchus d’une génération industrielle ne voyant que dans l’oppression et la résignation un avenir pas vraiment réjouissant. Cette pluralité de ton, qui hésite entre les fulgurances, les stridences, la lourdeur et la moiteur, la puissance et le renoncement est justement le point fort de ce premier album qui refuse obstinément de se placer sous la lumière blafarde d’un réverbère Hardcore. Il y a du Metal là-dedans, mais pas traditionnel et certainement plus assourdissant que la moyenne, il y a aussi du Post-Hardcore, quelques petites vues plus classiques sur l’absurdité de la vie qui accélère le tempo pour mieux nous perdre dans les dédales de la surconsommation et de l’impatience (« Child of God », DEP, CONVERGE, avec une gigantesque basse à la Paul Raven), mais aussi des silences, des cassures très nettes, qui ne font pas pour autant sourire les plus dépressifs. « Failure » en ouverture donne le ton, une intro grondante qui monte et s’insinue, pas mal de feedback nauséeux, et puis des répétitions graves, une sorte de régularité rythmique qui inquiète, et qui pioche dans les coffres de GODFLESH de quoi payer sa dette aux DAUGHTERS.

Evidemment le plus simple et évident serait de se raccrocher au long final « The Walls, They Whisper », qui en onze minutes pile joue l’Ambient troublant, avant de s’attacher à introduire des valeurs de Jazz dans un contexte de Post Metal assez indéfinissable. On reconnaît très bien ce manque d’harmonies, tuées dans l’œuf de la méchanceté, mais on adore ces arrangements qui couvrent le bruit ambiant de leur bruit encore plus étouffant. Pas vraiment un morceau à proprement parler, mais plutôt une conclusion logique, de celles qu’on trouve sur les collaborations entre bruitistes anglais, les Justin, Mick, JESU, PAINKILLER, SCORN, soit la quintessence de l’évasion vers des cieux encore plus noirs. Plus que la musique, ce sont les strates de son et les arrangements qui enrichissent les textures de Mother of Red Light. Les riffs n’en sont pas à proprement parler, mais la guitare sait meubler l’espace, ou au contraire le vider pour lâcher quelques thèmes épars, mais à la sensibilité écorchée. « Psalm of Life » pourrait être du TENGIL repris par les NEUROSIS, avec ce long crescendo strié de bruits inquiétants et de percussions sentencieuses, alors que « Return Me (My Body) » se promène entre le Grind éclair et le Post Hardcore teigneux et viscéral. Plus créatif que PRIMITIVE MAN, et certainement plus fertile, plus grondant que la plupart des groupes américains du créneau, METH n’évite pas toujours le piège du bruit pour le bruit, ou les figures un peu figées du Chaotic Core, mais avance, ose des choses, et finalement, se créé un style pour ne pas en piller un autre.

And then, there was one. L’avantage d’être six, mais d’être unique.

  

Titres de l’album :

                           1.Failure

                           2.Child of God

                           3.Swallowed Conscience

                           4.Her Womb Lays Still

                           5.Inbred

                           6.Cold Prayers

                           7.Psalm of Life

                           8.Return Me (My Body)

                           9.The Walls, They Whisper

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/11/2019 à 17:32
85 %    103

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...