Je ne sais pas comment il fait, mais il y arrive. Qui donc ? Tonton Serafino de chez Frontiers, car pas un mois ne s’écoule sans qu’il nous refile un nouveau super-projet sorti de nulle part, improbable sur le papier, et pourtant viable dans les faits. Parfois, je m’interroge et je l’imagine en blouse blanche dans un labo en Italie, manipulant l’ADN comme un scientifique fou, et tentant de cloner des cellules souches différentes pour mettre au point une nouvelle espèce de vie sur la terre. C’est à croire que les milliers de groupes inconnus existant ne l’intéressent pas, lui qui préfère rameuter des stars du présent et du passé pour mettre sur pied des concepts toujours plus flamboyants. Et le pire, c’est que contrairement aux échecs d’il y a dix ou quinze ans, ça fonctionne systématiquement, loin des errances boursouflées de Magna Carta qui n’en pouvait plus de nous solder les stars de son back catalogue à tour de bras. Aujourd’hui, ce sont trois musiciens plus que connus qui s’allient à un quatrième un peu moins fameux (mais non moins talentueux), et la fusion des deux nous offre un album de pur Hard Rock moderne aux délicates teintes vintage, et au pedigree incroyable, et finalement pas tant que ça au vu des personnalités impliquées. Mars fut dont le mois de la sortie du premier LP éponyme des THE END MACHINE, qui en effet semblait de sa morgue mettre un point final à toutes les aventures annexes, et qui regroupe en son sein rien de moins que la formation originale de DOKKEN, soutenue par le chanteur actuel de WARRANT. Faites donc un triomphe à George Lynch, Jeff Pilson, et Mick Brown d’un côté, mais réservez un salut révérencieux à Robert Mason de l’autre, histoire de leur montrer que The End Machine vous a durablement impressionnés, ce qui fut en tout cas celui de votre serviteur.

Sur la feuille, tout ça sonnait comme une grosse arnaque, et double en plus. La première était de nous faire croire que deux astres eighties du Hard Rock mélodique unissaient virtuellement leurs forces pour nous replonger dans le faste de cette décade. La seconde, de laisser penser à une éventuelle reformation de DOKKEN avec un nouveau chanteur, mais les deux tablaient sur des faux-semblants, que la musique développée par ces onze morceaux balaient du revers du manche, celui du sieur Lynch étant du genre à faire le ménage par le vide. Pour répondre plus clairement aux interrogations implicitement posées par ces deux extrapolations, non, THE END MACHINE n’est pas une simple resucée old-school au présent de la gloire conjointe d’antan, et non, ce groupe n’est pas non plus une nouvelle mouture de DOKKEN version 2019, quoique des similitudes assez flagrantes peuvent parfois être notées. Il est évident qu’avec trois anciens de l’équipage sur le pont, le navire prend parfois des caps connus, mais Jeff Pilson lui-même met les choses au point. Non, THE END MACHINE n’est pas DOKKEN et inversement, et l’impétueux bassiste dévierait même les sensations du côté de LYNCH MOB, avec pas mal de flair dans le raisonnement. Car ce nouveau concept est en effet beaucoup plus dur et bluesy que la plupart du répertoire contenu dans Under The Lock And Key ou Tooth and Nail (quoique « Ride It » et son up tempo y aurait parfaitement eu sa place), et ressemble plus aux aventures nineties de l’incendiaire guitariste aux riffs d’acier et aux soli enflammés. Plus concrètement, et par touches fugaces, The End Machine aurait plutôt des airs de crossover entre LYNCH MOB et BLACK COUNTRY COMMUNION, car on y retrouve ces embruns seventies très prononcés, et insérés dans un contexte contemporain et très Néo-Hard de la fin des années 90. Mais au-delà de toutes les questions soulevées par le projet, admettons une chose qui ne supporte pas l’hésitation. Ce premier album n’est rien de moins qu’une tuerie Rock absolue, quelle que soit son inspiration ou ses motivations originelles. Et ce aussi, pour plusieurs raisons.

D’abord, la plus évidente, la forme éclatante de tous les protagonistes en lice. Le jeu de George ne semble pas subir le poids des années, s’est adapté mais a gardé cette patte unique et ce touché si précis, ce phrasé fluide mais agressif en solitaire et cette tendance à la virilité dans les parties rythmiques. La basse de Jeff roule des mécaniques, et la frappe de Mick semble même payer son tribut à l’idole John Bonham, spécialement lorsque l’ambiance se veut lourde et en point de jonction entre la scène de Seattle et les dérives bluesy de Plant & co (« Burn the Truth », on aurait bien vu ça sur le dernier EUROPE sans que ça ne paraisse étrange, et Glenn Hughes aurait aussi pu en faire un tube personnel). Quant à Robert Mason, s’il était encore besoin de prouver à quel point il est meilleur vocaliste que le regretté Jani Lane ne l’a jamais été, il vient de nous la livrer, clés en main, avec une performance éblouissante, quel que soit le terrain. A l’aise dans les aigus et les ambiances rougeoyantes, en mode sur-mesure lorsque le tempo brûle l’asphalte, sans accros lorsque l’instrumental se penche sur le Hard Rock post vague californienne, laissant son vibrato naturel lier les parties, se montrant intimiste quand il le faut et plus démonstratif lorsque le four devient chaud, il nous enchante de ses enjambements Pop sur l’irrésistible « Hard Road », dont le WARRANT de Dog Eat Dog se serait repu, et nous terrasse de son envie sur l’introductif et emballé « Leap Of Faith ». Ensuite, autre évidence, les morceaux. Le trio de base aurait pu se contenter d’une habile resucée de son passé que tout le monde aurait applaudi, mais il a préféré se triturer un peu les méninges pour proposer une sorte de résumé parfait de toutes les tendances Hard Rock de ces quarante dernières années, élaborant le tout avec un panache dont on ne le pensait plus forcément capable. Comme je le disais, l’ombre de DOKKEN plane souvent au-dessus des mémoires, comme celle de LYNCH MOB, mais on sent aussi du WINGER contemporain dans tout ça, et même quelques traces d’ALTER BRIDGE, lorsque le calendrier bondit dans le temps, mais c’est surtout THE END MACHINE qu’on écoute, sans vraiment se demander d’où vient le vent.

Et même avec onze titres pour presque une heure de musique, le temps justement passe très vite, d’autant que les quatre acolytes ont aménagé un parcours varié. On aime ces soudaines montées en puissance avec cette basse qui tremble et claque sur « Hold Me Down », aussitôt suivies par des aménagements plus soft via « No Game », qui temporise, mais nous électrise. Mais on adore surtout ces surprises, et notamment « Sleeping Voices » qui pendant six minutes nous prouve que la cohésion et la communion règnent sur le projet, aussi Bluesy que Rock, mais surtout, crédible artistiquement. Mélodique, puissant, ce premier album semble point de départ d’une nouvelle aventure qu’on espère tout sauf éphémère, et THE END MACHINE n’a pas besoin de starter pour démarrer. Un bien bel album qu’on réécoute sans s’en rendre compte, tant il semble incarner une playlist décalée et originale, jouée par des musiciens qui connaissent tous les tours, mais qui ont décidé de ne pas nous en jouer un.   


Titres de l'album :

                          1.Leap Of Faith

                          2. Hold Me Down

                          3. No Game

                          4. Bulletproof

                          5. Ride It

                          6. Burn the Truth

                          7. Hard Road

                          8. Alive Today

                         9. Line of Division

                         10. Sleeping Voices

                         11. Life Is Love Is Music

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/05/2019 à 17:33
90 %    129

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !