Je me vois donc obligé de décerner la palme du nom le plus direct et sans détour aux Allemands de ARRGH FUCK KILL.

C’est fleuri, plutôt compréhensible par tout le monde, mais on se demande quand même si les gus n’ont pas mis quelques mots dans un chapeau avant d’en tirer trois au hasard…Admettons le jeu, mais saluons les pour avoir su comment se mettre en avant sur le net.

Saluons aussi la lucidité du label local Sengaja Records, que je croise régulièrement et qui me déçoit très rarement, et cette fois-ci pas plus que d’habitude. Mais de quoi parlons-nous au juste ? D’un groupe qui a certes bénéficié d’un baptême percutant, mais qui a néanmoins oublié de se construire un site digne de ce nom.

Il faut donc aller directement sur le Bandcamp du label pour savoir à qui nous avons affaire, ce qui devient une constante pénible dans l’underground. Pas plus d’info donc sur ce gang, mis à part qu’ils ont sorti une démo en 2014 (Bad Moon Rising Demo Tape), et qu’ils viennent de Hambourg, merci d’ailleurs à Degen Erik pour ces tuyaux qui m’ont évité l’ignorance la plus totale. 

Mais ce manque de renseignement ne doit pas occulter le point le plus important de cette affaire. La musique. Car de ce côté-là, les Hambourgeois ne font aucun mystère de leur amour pour le Hardcore, le Punk, et surtout l’Anarcho-Punk qu’ils maltraitent avec panache et détermination.

Ils viennent d’Allemagne, mais ils auraient pu venir de Birmingham ou de la banlieue de Londres tant leurs effluves eighties sentent bon le legs des DISCHARGE, de CRASS et des early NAPALM DEATH. J’ai rarement entendu un EP aussi convaincant dans son rôle de rappel historique de la rébellion Hardcore, et malgré les efforts demandés pour finalement n’arriver nulle part niveau biographie, je n’hésite pas à leur décerner le prix de l’album de la rentrée en matière de gros Anarcho-Crust bien enlevé.

Ici, tout est gras, lourd, pesant, éprouvant mais finalement complètement cathartique. On se croirait revenu dans le temps, à une époque où les guitares devaient sonner crade, où la batterie devait marteler un rythme sans faiblir, et ou un chanteur devait aller puiser dans les graves l’essence même de ses harangues.

Alors soyez attentifs nostalgiques d’albums comme Penis Envy ou Grave New World, vous risquez de chausser de nouveau vos docs et de vous replonger dans votre jeunesse pas si perdue que ça. Modern Warfare n’est rien de moins que la bande son contemporaine d’une anarchie qui a encore de beaux jours devant elle au vu de la situation sociale et économique Européenne actuelle. Construit sur un modèle simple d’agression sonore, cet EP fait la part belle aux riffs poisseux et dégoulinant de dégoût, aux rythmiques véloces qui savent se maîtriser pour quelques breaks bien pesés, et de lignes de chant éructés avec un gosier en forme de haut-parleur des laissés pour compte. La production est exemplaire, et retrouve l’allant d’il y a trente ans, avec des graves omniprésents, et surtout, une basse qui se promène dans les dédales de ruelles de l’ennui avec une fluidité fascinante.

Les titres privilégient le in your face, mais ne négligent pas pour autant quelques sonorités acoustiques terminales assez surprenantes (« Beton », rarement titre aura été plus idoine). Certains s’appesantissent un peu plus, comme l’énorme pavé « A.F.K. » qui taquine même la barre des cinq minutes pour une symphonie de l’extrême dissonante à souhait.

Aussi efficace qu’une séance de torture à l’anglaise, ce morceau est assez symptomatique des dérives que peut suivre l’Anarcho-Punk lorsqu’il se concentre sur un Post Punk très froid et sans aucune complaisance. Guitares ultra redondantes, écho massif sur le chant, feedback, percussions tribales, le son est digne d’une rencontre provoquée entre le KILLING JOKE le plus frigide et le CRASS le plus rigide, pour un ballet dansé à la gloire du Post Indus sans pitié.

Mais ce morceau reste l’exception qui ne confirme pas la règle, puisque la logique suit les préceptes de vitesse, comme « Warning » a tôt fait de le rappeler.

Alors on fonce, on dénonce, mais jamais on ne renonce, et on se livre au travers de quelques litanies révoltées assez peu formelles (« Bored And Thirsty », « Piss Off and Die »), et on termine même le travail de sape par une dernière et gigantesque secousse qui fait trembler les fondations de la nation d’Angela (« Scourge of Humanity », qui semble proposer un featuring vocal intéressant, et qui laisse une intro maousse faire le gros du boulot avant que tout ne s’envenime une fois de plus).

Un survol ? Une synthèse ? Lisez bien parce que ça va aller très vite. Modern Warfare est la plus parfaite description en musique d’un modèle capitaliste et libéral qui agonise, et parvient même à retrouver les sensations dégagées par les premiers albums des maîtres de l’Anarcho Punk/Crust. Si avec ça vous n’avez pas compris qu’il faut l’écouter et l’acheter, moi, je ne peux plus rien faire.

 Merci les ARRGH FUCK KILL. Je comprends beaucoup mieux votre nom à présent.


Titres de l'album:

  1. Modern Warfare
  2. Beton
  3. Borrowed Prosperity
  4. Bored and Thirsty
  5. Piss Off and Die
  6. A.F.K.
  7. Warning
  8. Scourge of Humanity

Bandcamp label (album)



par mortne2001 le 04/11/2016 à 16:34
95 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !