The Truth Behind

The Brood

17/02/2017

Give Praise Records

Souvenez-vous, en 1979, ce cher David Cronenberg, toujours aussi traumatisé par les transformations physiques et l’exploration viscérale de l’horreur, sortait la bombe Chromosome 3 sur les écrans. On y découvrait un inquiétant Oliver Reed en professeur manipulant la psyché d’enfants pour en faire une sorte d’unité reliée par des liens invisibles, une Samantha Eggar confrontée à l’absurde d’une situation ubuesque, et surtout, un climat, poisseux, tétanisant, pour une sorte d’opéra scientifique qui repoussait les limites des conventions de l’époque.

Chromosome 3. Traduction absurde du titre original « La Portée », découlant de l’idiome original…The Brood. Du Canada se sont certainement laissé influencer une horde de barbares déviants typiquement anglais, qui ont choisi pour nom de baptême l’œuvre de David C. THE BROOD. Sauf que dans leur cas très précis, la violence n’est pas larvée, loin de là, et que les obsessions se résument à une même utilisation de structures malsaines et violentes pour parvenir à des fins de terreur sonore un peu plus franche que les délires organiques et psychologiques de notre réalisateur traumatique préféré.

THE BROOD dans les faits, fait plus volontiers appel à une tradition très anglaise du bruitisme sans limites, quoique leur musique et leur approche ne soient pas dénuées d’une certaine finesse.

Aitor Gazzoline (Clock of the musical armageddon), Donnie Burgess (Unhealthy low frequency), Senen Garcia (Strings mincing), Nando Thommessen (Distorted annihilation) et Grunt (Vocal aggression), qui existent depuis trois petites années se proposent donc de stimuler vos sens les plus primaires en vous opposant une synthèse de plusieurs courants extrêmes, définissant le tout sous un label très générique de Broodcore, qui résume en effet assez pertinemment leur démarche. 

En utilisant des essences de Hardcore, des effluves de Death, des embruns de Hardcore, et en assimilant le tout dans une fragrance Grind assez odorante, le quintette se forge une identité extrême assez prononcée, et développe tout au long de ce premier LP des théories personnelles qui toutefois ne se gênent pas pour piller le patrimoine national, tout en remplissant les pages de son carnet d’équations typiquement US. En gros, une autre façon de jouer un Grind sans pitié, agrémenté de quelques fantaisies plus cohérentes et rythmiques.

C’est assez frais en l’état, si l’emploi de ce terme peut se justifier, mais n’évite pas la redondance pour autant. Certes, c’est efficace en diable, parfois même salement accrocheur (« GIL »), et le mélange indirect de Crust sombre à l’anglaise, de Grind qui l’est tout autant, de Hardcore sali et souillé et même d’une petite touche de BM par incrustations fugaces (« One By One », qui s’amuse beaucoup à observer une collision entre DARKTHRONE et NAILS) n’est pas dénué de charme frondeur, loin s’en faut. Mais en choisissant d’étaler leur philosophie sur quinze titres, les THE BROOD ont opté pour l’option assez osée de l’opulence, ce qui a tendance à les desservir sur la durée, un peu trop étendue…

De cette débauche de violence non contenue, surnagent quelques épisodes de cruauté assez notables, qui flottent dans une mer de convenances un peu irritantes et d’itérations un peu trop flagrantes. Si le son prodigué par Russ Russell offre une profondeur non négligeable, accentuée par une clarté assez surprenante dans ce créneau, il ne suffit pas à cacher la fluctuance de l’inspiration, qui pourtant sait se transcender à intervalles réguliers pour mieux nous faire rebondir et nous maintenir éveillés.

Les Anglais se donnent pourtant du mal, et nous offrent des intermèdes assez malsains (« Latent Dementia » et ses percussions roulantes assez flippantes), des fulgurances qui pérennisent l’héritage des icônes locales NAPALM DEATH en les stimulant d’électrochocs Crust modernes à la AARGH FUCK KILL (« Of Guts And Fire »), ou en jouant la carte du Deathcore à tendance Indus développé et non bridé (« Mud Doll Factory », d’un son si énorme qu’il s’en prend au cadavre encore frais du ENTOMBED du début des nineties). En gros, des tentatives de s’extirper d’une condition un peu figée qui les éloigne des références du genre, de TRAP THEM à NAILS en passant par les éternels CULT LEADER.

Ce qui n’empêche nullement l’affaire de se montrer efficace lorsque les inclinaisons personnelles prennent le pas sur l’inspiration un peu trop flagrante.

Ainsi, les débordements purement Grind sont assez jouissifs, et souvent mâtinés d’une grosse louche de Crust à l’Anglaise (le dissonant mais catapultant « Mindfuck », assez direct en soi, « Barbie Voorhees », quarante secondes d’impitoyables guitares BM tournoyantes et de blasts réguliers comme une feuille de boucher), tandis que les développements plus « posés » savent se montrer catchy sans toutefois trop forcer (« Reign Of The Leeches » qui conjugue le radicalisme du Death primaire des BOLT THROWER aux élans Grind d’un CARCASS un peu plus carré qu’en début de carrière).

On erre parfois en terre Death N’Roll truffée de taupes Hardcore suintant de leur trou (« Seeds Of Demise », sorte d’adaptation du NYHC dans un contexte purement nihiliste anglais), on déambule de temps à autres sur des chemins groovy qui ne mènent pas forcément au bon endroit (« Lobotomized », un peu trop formel et classique pour convaincre, malgré l’incursion de chœurs schizophréniques assez malins), et on finit sur un véritable trampoline émotionnel pour une dernière charge qui met l’emphase sur les points les plus virulents de la démonstration (« Repeated Slaughter Of The Undead Cunt », qui entremêle le NAPALM de la période transitoire Indus et le NAILS le plus véhément)…

Beaucoup d’efforts, une dose d’ultraviolence somme toute gardée sous contrôle, pour un premier LP qui se veut annonciateur d’une suite un peu moins fouillis et plus efficace.

Mais les points positifs sont heureusement majoritaires, et l’investissement dont font preuve les THE BROOD sur cet initial The Truth Behind laisse présager d’une suite un peu moins formatée, et sans doute plus « dirigée ».

Nonobstant ces quelques critiques assez constructives je l’espère, cette affaire reste sérieuse et caractéristique d’un extrême à l’Anglaise qui ne renonce pas à sa suprématie aussi facilement. 


Titres de l'album:

  1. Incubation
  2. Barbie Voorhees
  3. Of Guts and Fire 1
  4. Lobotomized
  5. One By One
  6. Latent Dementia
  7. GIL
  8. Descending Into Madness 1
  9. Reign Of The Leeches
  10. Seeds of Demise
  11. Free Range Meat
  12. Mud Doll Factory
  13. Mindfuck
  14. Swallowed By The Earth
  15. Repeated Slaughter Of The Undead Cunt

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/02/2017 à 16:49
68 %    633

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07

Wolf88

voir aussi info:Rock'n Load 

16/04/2021, 13:57

RBD

De toute façon avec les moyens avancés par le label pour l'habillage, la production et mixage, le clip, c'est qu'il mise quelque peu sur un succès potentiel.

15/04/2021, 20:26

Jus de cadavre

Tout pareil, je suis encore ce groupe parce que j'aime beaucoup leur coté on "emmerde tout le monde" mais le dernier m'avait beaucoup déçu... et puis sur scène la dernière fois pour moi (un Hellfest) c'était bien pourri (et tr&egr(...)

15/04/2021, 19:51

KaneIsBack

J'ai à la fois hâte et peur, le dernier album en date était franchement mauvais, et la longue période (7 ans, quand même !) entre les deux ne me rassure pas vraiment. Mais c'est ImpNaz, donc j'écouterai ça avec attention quand mê(...)

15/04/2021, 19:14

Humungus

"De plus on parle de groupe 100% masculin tout aussi peu intéressant, si ça c'est pas une preuve !"AH AH AH AH !!! !!! !!!

15/04/2021, 16:23

Simony

Pour ce qui est de la présence de la news si ce n'était pas des femmes, bien sur que l'on en parlerait tout de même, d'ailleurs tu remarqueras que cet aspect (groupe 100% féminin) n'est absolument pas mis en avant et de plus on parle de groupe 100% m(...)

15/04/2021, 15:04

RBD

C'est une belle saloperie, mais il a l'air très optimiste. Peut-être que les médecins ont été rassurants. Je ne sais s'il en sortira en état de reprendre, mais il a déjà tellement fait pour le Thrash !

15/04/2021, 12:51