A Journey For The Damned

Master's Call

24/11/2023

Fireflash Records

Depuis quelques années maintenant, la vie des groupes est encore plus complexe qu’elle ne l’était au début des années 2010. Avec l’explosion du streaming qui rémunère les artistes aussi grassement qu’Amazon ses petits employés chinois, des problèmes de tournées qui coutent de plus en plus cher, une abondance de sortie qui ne garantit à personne une exposition minimale, les problèmes à affronter sont légion, et bien souvent, ces mêmes groupes préfèrent jeter l’éponge plutôt que de s’échiner à perdre de l’argent quoi qu’ils décident.

Et il arrive aussi que des problèmes internes rajoutent quelques épreuves supplémentaires, histoire de vous apprendre que la vie a toujours une mauvaise surprise en réserve.

Les anglais de MASTER’S CALL en sont bien conscients, eux qui ont réussi comme par miracle à accoucher de leur premier album dans le chaos et les tourments. Après un premier EP paru en 2019, le groupe a comme tous ses petits copains connu les restrictions du confinement, et l’impossibilité de défendre son répertoire sur scène. Et après avoir investi de nouveau le studio, c’est leur chanteur qui a dû quitter la scène en plein milieu de l’enregistrement pour problèmes de santé, obligeant le guitariste à s’occuper des parties vocales.

De quoi en décourager plus d’un, mais les membres de MASTER’S CALL ne sont pas du genre à se laisser aller à la première anicroche. La preuve, puisque leur premier album est aujourd’hui disponible, et qu’il va vous écraser le champignon en mode tour-bus qui s’affole et prend les virages à fond les ballons.

John Wilcox a donc abandonné la guitare pour se concentrer sur le micro, remplacé à son poste par Bear, venu étoffer une formation qui se reposait sur Dave Powell (guitare) et James Williams (batterie). Lewis Chrimes (basse) vient donc compléter le tableau, assez impressionnant, et digne de figurer dans les musées Metal en bonne place entre BEHEMOTH et MORBID ANGEL.

Car A Journey For The Damned, concentré sur les épreuves les plus éprouvantes de la vie se refuse à rester bien sage dans son coin de l’extrême, revendiquant une pluralité d’inspiration qui se constate dès les premières mesures de « All Hope In Fire ». Bien que frappé du sceau Death/Black, le quintet de Wolverhampton ne laisse aucune pierre à terre, et les retourne une par une pour construire un mur du son aussi imposant qu’une tour de Babel érigée en plein milieu d’un champ.

Dans un registre de Metal vraiment extrême, MASTER’S CALL joue la carte dangereuse de la mélodie dans le chaos, et relève le défi avec une morgue admirable. Loin des facilités old-school mais en honorant les anciens, les anglais parviennent à se démarquer de cette scène nostalgique par une production soignée et très ample, sans trahir leurs convictions. En résulte un disque épais, grandiloquent, ambitieux et très réussi.

Pour en être convaincu, laissez-vous bercer très près du mur par le bodybuildé « The Serpent’s Rise », sorte de prototype d’une méthode de construction en gigogne, qui enchaîne les plans avec une facilité déconcertante. Rappelant parfois le CARCASS de fin de première partie de carrière, passé entre les mains d’un coach aux biceps saillants, MASTER’S CALL ne s’embarrasse pas de principes inutiles, et accepte de composer des plans accrocheurs pour mieux captiver son auditoire. De fait il est impossible de résister au tsunami émotionnel déclenché par le torride « Blood On The Altar », qui parvient à tracer un trait d’union entre Hearwork et Storm of the Lights Bane.     

Incroyablement agressif, ce premier album fait montre d’une maîtrise du sujet absolue. Les cinq musiciens sont parvenus à régler leurs problèmes un à un avant d’enfin pouvoir nous offrir ce disque d’une puissance assourdissante, et pourtant, toutes ces chansons sonnent aussi naturelles que si elles avaient giclé des guitares de Wilcox et Powell, les deux compositeurs du quintet.

Si parfois, l’équilibre est rompu pour basculer du côté Black (« Damnation’s Black Winds »), la moyenne est toujours trouvée avec une science exacte, pour échapper à l’affiliation directe à l’un des deux camps. Plus extrême que réellement Death/Black ou Black/Death, A Journey For The Damned est en effet un voyage pour les damnés de toute sorte, entre le purgatoire et des enfers personnels à la température rédhibitoire.

Complet, saisi dessus/dessous, né d’une inspiration démoniaque, A Journey For The Damned est le type même d’album qu’on laisse tourner pendant des jours tant ses détails réclament une attention particulière. Et si le souvenir de cet ancien vocaliste plane encore au-dessus des chœurs, la mainmise de John Wilcox sur le micro est évidente, tant l’ancien guitariste manipule à merveille les intonations les plus caverneuses et sentencieuses.

Grave et imposant, A Journey For The Damned est un gigantesque coup de pied qu’on encaisse directement dans l’estomac et qui nous laisse sur le flanc. Mais il est avant tout une sacrée revanche sur le destin, qui à n’en point douter va se montrer plus clément à l’égard de ces anglais.

Ce qui ne serait que justice finalement.

 

                                    

Titres de l’album:

01. All Hope In Fire

02. Beyond The Gates

03. The Serpent’s Rise

04. Blood On The Altar

05. Damnation’s Black Winds

06. Into The Abyss Once More

07. Pathways


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 16/11/2023 à 16:37
82 %    147

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13