Terror Management Theory

Temic

17/11/2023

Season Of Mist

Toujours à l’affut, Season of Mist nous gâte en novembre du premier album des norvégiens de TEMIC, en tout point professionnel. Il est d’ailleurs assez difficile de penser qu’il s’agit là d’un galop d’essai tant ce premier long fait preuve d’une maîtrise incroyable dans un registre pourtant difficile et exigeant. Mais lorsque l’inspiration et la technique ne sont pas des problèmes pour vous, accoucher d’un disque aussi léché que ce Terror Management Theory n’a finalement rien de vraiment surprenant.

D’ailleurs, en regardant de plus près le line-up de ce quatuor inconnu, on comprend mieux pourquoi le fruit de ses réflexions musicales est si mur. On retrouve en effet au sein de TEMIC des figures de la scène Progressive nordique qui ne sont autres que le claviériste et architecte sonore Diego Tejeida (DEVIN TOWNSEND, MIKE PORTNOY’S SHATTERED FORTRESS, ex-HAKEN), le guitariste Eric Gillette (THE NEAL MORSE BAND, MIKE PORTNOY’S SHATTERED FORTRESS), le batteur Simen Sandnes (SHINING, ARKENTYPE), et le chanteur Fredrik Klemp (MARATON, 22). Sacrée brochette donc pour un projet ambitieux, qui se matérialise sous la forme de dix morceaux pour une heure de musique…et quelle musique.

Les quatre partenaires ont mis toutes leurs qualités dans le chapeau avant d’en tirer le lapin le plus magique de cet automne 2023. Formés à la rude école de la perfection, les membres de TEMIC se devaient de nous offrir un disque imparable, aéré et biseauté, et c’est exactement ce qu’ils ont fait, tout en profitant d’une inspiration stellaire pour provoquer le métissage global, l’un des commandements de l’école Progressive moderne.

Moderne, le mot est lâché. Inutile donc de vous attendre à des atermoiements seventies ou autres fanfreluches pomp 80’s, Terror Management Theory se veut enfant de son temps, et mélange le Djent et le Metal contemporain avec un panache incroyable. Et lorsqu’on tombe en cinquième de couverture sur un monstre de l’ampleur de « Skeletons », qui réconcilie les ANIMALS AS LEADERS, PERIPHERY et Steven WILSON, on se dit que décidément, la beauté se cache partout, et qu’il suffit d’être attentif pour pouvoir l’admirer.

Avec ses accents funky se frottant aux mélodies les plus pures, « Skeletons » prouve qu’il n’y en a aucun dans le placard, et que les intentions de ces musiciens sont nobles et honnêtes. Symptomatique de ce que l’Europe du Nord peut nous proposer de plus léché et puissant, Terror Management Theory ne ménage pas ses efforts pour guérir via une thérapie choc et chic, tout en sonnant aussi naturel qu’une prise de conscience spontanée.

Et Dieu sait s’il est difficile de concilier esthétisme léché et authenticité naturelle. C’est pourtant le défi relevé par ces quatre norvégiens, qui en un seul disque s’imposent comme de nouveaux mètres-étalon du genre. Entre sensibilité cristalline et musculature saillante, Terror Management Theory passe en revue tous les impératifs d’un genre qui ne supporte ni les approximations ni les esprits trop scolaires et appliqués. Et le catalogue d’ambiances présenté est riche, entre réveil merveilleux sous les étoiles et agitation nocturne dans un studio perdu dans les montagnes.

Je n’ai pas écouté cet album. Non, je l’ai savouré. Je l’ai dégusté de la première à la dernière note, en prenant acte des différences patentes entre ses chapitres. J’ai craqué la bouche ouverte sur « Through the Sands of Time », ouverture dantesque et prenante, j’ai baissé ma garde lors de la sublime déclaration d’intention « Acts of Violence », qui nuance la violence avec une intelligence rare et des harmonies vocales sublimes, j’ai subi les accès de colère sur « Friendly Fire », incendie rythmique pas du tout amical, et plus globalement, j’ai avalé à grandes goulées tous ces plans incroyables, qui rapprochent parfois les norvégiens de leurs confrères américains de DREAM THEATER.              

           

On sent aussi du Neal MORSE dans les moments les plus intimes, beaucoup de traditionalisme dans la gestion des instrumentaux, et une envie d’expliquer sans brader les techniques les plus poussées de composition progressive, entre Rock endiablé et Metal emballé, soit l’équilibre le plus parfait entre amplis à fond et cordes caressées.

Intense, d’une pureté absolue, Terror Management Theory est le type même de disque qu’on écoute jusqu’à l’user, tout en sachant que chaque passage sur la platine révèlera des détails que l’on n’avait pas remarqués les fois précédentes. Or, ce genre d’œuvre est suffisamment rare et précieuse pour être mise en avant sur les rayonnages des chroniques.

La subtilité dont font preuve ces musiciens est admirable, et si parfois l’ombre d’un Metal moderne plus simple cache le soleil des ambitions techniques via un « Paradigm » fortement connoté US, l’ensemble est largement assez précieux et ornementé pour ne pas craindre la vulgarisation.

Il est évidemment inutile de louer le potentiel technique de chacun, puisque c’est justement la combinaison des talents qui permet d‘atteindre ce résultat stratosphérique. Dans un registre de PORCUPINE TREE dramatique (« Once More »), TEMIC est à l’aise et se permet même des fioritures ludiques (ce break Trap de percussions hystériques est tout simplement génial), acceptant finalement d’endosser le rôle de futur leader de la scène progressive norvégienne.

Comme le YES de Fragile voyageant dans le futur d’un Djent proportionné et raisonnable sur la modernité, Terror Management Theory associe musicalité et capacités, et soulève le monde de sa force brute, sans oublier de bien plier les genoux pour ne pas abimer ses articulations. Atlas des temps modernes, TEMIC porte à bout de bras l’héritage d’une scène qui ne demande qu’à épouser les valeurs de son époque.     

Une théorie de gestion de la terreur qui remplit de bonheur. Etrange, mais terriblement agréable.


   

Titres de l’album:

01. TMT

02. Through the Sands of Time

03. Falling Away

04. Count Your Losses

05. Skeletons

06. Acts of Violence

07. Friendly Fire

08. Paradigm

09. Once More

10. Mothallah


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/11/2023 à 16:56
90 %    375

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13