Dream with Me

Leaving Eden

08/05/2020

Dark Star Records

En vieillissant, la mémoire commence à vous jouer des tours. Alors que je m’apprêtais à avouer ne pas connaître les LEAVING EDEN malgré leur parcours fourni, je m’aperçus alors que j’avais déjà traité de leur cas lors de la sortie de leur album précédent The Agony of Affliction…l’année dernière. Je pouvais miser sur des connexions synaptiques déficientes, mais je me rendis compte que cette occultation inconsciente n’était pas forcément due à un problème personnel, mais bien à une relation assez étrange nouée avec le groupe. Certes, j’enfile les chroniques comme d’autre des perles sur des colliers en plastique pour fête foraine, mais l’excuse n’est pas forcément valable à quelques mois d’intervalle. Mais en relisant ma chronique de l’album en question, j’ai vite compris que ma mémoire devenait non déficiente mais sélective, puisque The Agony of Affliction ne m’avait pas vraiment laissé une impression durable. Non que les pauvres américains soient tellement anonymes qu’ils ne méritent pas qu’on s’intéresse à leur travail, mais leur musique est parfois si générique ou au contraire trop difficile à définir qu’on a du mal à imprimer leur emprunte dans notre subconscient…Aujourd’hui, 2020, le quintet se propose donc de continuer son long chemin en nous proposant son huitième album, palmarès riche pour une formation accusant à peine une décennie d’existence. Ayant déjà listé le parcours de la bande, je me garderai de reproduire ici leur discographie ou la liste exhaustive des groupes avec lesquels ils ont partagé la scène entre les Etats-Unis, le Canada ou l’Angleterre, et je me contenterai de parler de ce fameux Dream with Me. Et sans surprise, je confierai que ce nouvel album n’a pas déclenché chez moi de réaction plus épidermique que le précédent.

Pourtant, le Hard-Rock des originaires de Boston n’est pas si rébarbatif que ça, et même assez pluriel dans les faits. Il oscille entre une inspiration typiquement eighties et une optique plus abrasive emblématique des nineties, échappant à une datation nostalgique trop précise. Ce qui est constant par contre chez ces musiciens, est leur absence totale de sens artistique en ce qui concerne le choix de leurs visuels de pochette. Celle de The Agony of Affliction était déjà très vilaine, celle de Dream with Me n’est pas plus séduisante, bien au contraire. Difficile de s’abandonner au rêve en regardant ce graphisme digne de Paint découvert par un gothique/émo de troisième C, mais le contenant n’étant pas le plus important, intéressons-nous donc au contenu. Celui-ci ne diffère pas non plus énormément de ce que le groupe nous a offert depuis le début de sa carrière, avec toujours en exergue des morceaux passant d’une humeur à l’autre, s’ancrant dans une tradition Hard Rock assez moderne dans le fond, mais plutôt nostalgique dans la forme. Nostalgique, mais pas old-school pour autant, puisque LEAVING EDEN possède son identité propre depuis le temps. Enregistré par Johnny K.

(DISTURBED, FINGER 11, 3 DOORS DOWN, STAIND, MEGA DEATH, PLAIN WHITE T’S, POP EVIL, SEVENDUST, ADELITAS WAY), Dream with Me ne s’éloigne donc pas des sentiers déjà battus par les précédentes étapes du groupe, et propose une musique assez simple et efficace, basée sur un formalisme Rock/Alternatif assez notable, ce que « Blood Runs Cold » prouve de son énergie typiquement 90’s. On trouve donc des racines assez fermement plantées dans le sol d’un Hard Rock parfois énergique, parfois plus tendre, avec un mélange d’approches directes et de tentatives de séduction plus modulées. Les cinq musiciens (Eric Gynan à la guitare, basse et chant, Jake Gynan à la batterie, aux synthés et à la programmation, Eve au chant, Alyssa Bailey White aux claviers et Rich Chouinard à la basse) se fient donc à leur instinct pour jouer ce qui leur vient naturellement, et si le tout respire la sincérité, ne s’en dégage pas forcément une impression probante au moment de juger de la pertinence du concept.

En tergiversant pas mal entre les genres, en acceptant l’épure du Punk insérée dans un contexte purement Metal moderne, le groupe déstabilise et donne le sentiment de bouffer à tous les râteliers. Ainsi, « Accuse Me » prend à rebrousse-poil de sa simplicité énergique, tandis que « Dream with Me », le title-track s’abandonne à une nostalgie sensible et créé un décalage assez perturbant dans le déroulé. Pris indépendamment, les morceaux fonctionnent à divers niveaux, mais une fois assemblés, la versatilité peut poser problème, un peu comme si le groupe cherchait encore sa voie après dix ans de carrière. Le son, assez sec ne sert pas forcément la guitare, qui manque de pêche, alors que la basse au contraire se voit choyée et propulsée aux avant-postes. Le chant d’Eve, assez linéaire ne met pas vraiment en relief les harmonies, alors qu’on sent que certains titres auraient pu profiter d’une interprétation plus investie. Cela dit, et malgré ces griefs formulés en toute objectivité, la sauce prend parfois, notamment sur les morceaux les plus puissants, comme « Godless » qui dans un registre Hard agressif passe le haut de la rampe sans difficultés, grâce à un refrain très accrocheur. A l’inverse, « Let Me In » très Pop-Metal eighties est aussi une petite sucrerie délicieuse, qui rappelle les WARRANT, WINGER, et tous les chantres du Hair Metal romantique d’il y a trente ans. Fidèle à ses principes, le groupe cède à son habitude de la reprise incontournable, et nous gratifie après a-HA d’une relecture du classique Folk américain popularisé par les ANIMALS « House of the Rising Sun », dans une version électrique très proche de celle de 1964, quoique beaucoup moins subtile.

Alors, entre quelques syncopes sympathiques et très alternatives (« Chosen »), des durcissements pas désagréables du tout (« 4AM » et son petit côté SIXX AM justement…), et un final à la SOUL ASYLUM total Americana (« When I’m Stoned »), Dream with Me atteint un niveau de qualité tout à fait acceptable, sans laisser un souvenir impérissable. On sent que le groupe a moyen de s’extirper de sa condition un peu générique pour publier un album beaucoup plus cohérent et solide, mais qu’il se contente d’enregistrer les chansons au fil de l’eau. Pas de quoi les honnir ou les mettre au ban, mais pas de quoi non plus en faire un groupe à suivre à tout prix. Rendez-vous dans un an pour un nouvel album qui m’obligera à faire un effort de mémoire pour ne pas les oublier une fois de plus.    

             

Titres de l’album :

01. Blood Runs Cold

02. Accuse Me

03. Dream with Me

04. Chosen

05. 4AM

06. Godless

07. Let Me In

08. House of the Rising Sun

09. Un-Forbidden Pain

10. When I’m Stoned


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/09/2022 à 17:45
70 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51