Oui je comprends. Si, je vous assure. A force de subir chaque semaine l’opération séduction de groupes du monde entier désireux de nous prouver qu’ils auraient pu faire partie d’une époque alors même qu’ils sont nés bien trop tard, on finit par en oublier que certains, eux, sont nés au bon moment. Et il y a longtemps. Et au bon endroit. Non que cette vague de nostalgie ne produise pas des œuvres dignes d’intérêt, mais comme le disait les GUNS sur la pochette intérieure de leur pitoyable album de reprises, « Do yourself a favor, go and buy the originals ». Alors, oui, de temps à autres, il est toujours bon de se replonger dans les racines d’un genre qui a établi des critères de qualité assez précis et drastiques, et de retrouver le souffle épique de notre initiation, nous, les enfants du Heavy boom des années 80, qui avons connu en temps et en heure l’émergence des leaders, ceux-là même dont tous ces suiveurs se réclament à longueur d’interviews…Et le cas abordé ce matin est d’importance, et pourrait incarner une sorte d’archétype parfait de maître donnant la leçon à l’élève et aux disciples…Et la dénomination « maître » dans le cas des anglais de PRAYING MANTIS est loin d’être usurpée, eux qui sont en quelque sorte des enfants maudits de la vague anglo-saxonne ayant inondé le monde sur le passage de ses vagues, laissant la place aux IRON MAIDEN, SAXON et autres DEF LEPPARD, en restant à l’époque l’un des concepts les plus modérés de cette nouvelle scène Heavy, qu’ils assimilaient alors volontiers à un raccourci entre la puissance européenne et la modulation américaine. Et c’est avec bonheur et émotion que nous les retrouvons aujourd’hui, quarante ans après leur formation et presque trente après leur premier album, plus en forme que jamais, et aussi affutés que de petits jeunots désireux de mettre le monde à leurs pieds.

PRAYING MANTIS, pour les plus jeunes d’entre vous, c’est un groupe dont la création remonte à 1973, sous l’impulsion et la motivation des frères Tino et Chris Troy. Préparant leur grand soir et rongeant leur frein dans les salles de répétition, ils durent attendre de figurer sur la légendaire compilation Metal For Muthas, pour que le label Arista leur propose un contrat, qui aboutit à l’enregistrement et la distribution de leur premier LP personnel, ce Time Tells No Lies qu’aucun fan n’a pu oublier à ce jour, plus de trois décennies plus tard. 1981/2018, la route fut longue et émaillée de LP tous aussi impeccables les uns que les autres, ou presque, et surtout, de rencontres avec d’autres musiciens désireux d’inscrire leur nom dans le livre d’or du groupe, dont pas mal de collègues de l’époque, Denis Stratton, Dave Potts, Paul Di’Anno, Clive Burr, qui furent sans doute les plus fameux. Et si l’histoire aura retenu surtout les noms de leurs compagnons de révolution, les accros au Hard Rock mélodique de grande classe n’ont jamais pu oublier ce groupe au son si particulier, qui réconciliait les mélodies et les riffs d’anthologie, au point de donner naissance à l’un des crossover les plus atypiques de cette mouvance presque trop figée. Aujourd’hui, le quintette nous offre donc le onzième LP officiel de sa carrière, et développe avec Gravity des arguments aussi solides que ceux que l’on trouvait sur le très célébré et respecté Legacy, dont il maintient les exigences de qualité et l’extraordinaire facilité d’instrumentation et d’interprétation. A tel point qu’on a parfois le sentiment que les deux albums n’étaient prévu pour n’en former qu’un au départ, même si quelques dissemblances permettent de les différencier histoire de ne pas trop se répéter.

Toujours articulé autour du même line-up (John Cuijpers – chant, Tino Troy – guitare/chœurs, Chris Troy – basse/chœurs, Andy Burgess – guitare/chœurs et Hans in‘t Zandt – batterie), PRAYING MANTIS nous démontre avec Gravity qu’il n’a rien perdu de ses facultés à unir dans un même élan mélodies radiophoniques symptomatiques de l’AOR américain et puissance des guitares typiquement anglaises, et nous offre une fois encore une collection de chansons impeccables, qui refusent de céder à la facilité d’harmonies prédigérées. Il faut dire que les trois membres d’origine ont une fois encore laissé toute latitude à leurs comparses plus récents pour s’impliquer dans l’écriture, et on sent que le résultat débouche sur une osmose tangible entre les cinq instrumentistes, ce qui ne fait que renforcer encore plus la cohésion d’ensemble. Produit (bien que le terme soit très vulgarisateur dans leur cas) estampillé Frontiers de l’intro à la conclusion, ce onzième LP fait donc la part belle à un équilibre très stable entre séduction et agression, et se hisse sans encombres au sommet de la pyramide de la production actuelle, renvoyant la nouvelle école sur les bancs qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Aussi poli et chamarré que Legacy pouvait l’être, Gravity nous fait nous sentir léger et heureux, et développe des théories que le groupe a déjà abondamment prônées, les portant à une perfection qu’il est impossible de contester, même en faisant preuve d’une totale mauvaise foi. Emballé dans une sublime pochette une fois encore signée du trait caractéristique et historique de Rodney Matthews (MAGNUM, DIAMOND HEAD, ALLEN/LANDE), ce nouvel épisode de la longue saga PRAYING MANTIS se dévore comme une carte postale envoyée d’un ailleurs ou les temps sont toujours meilleurs, et alterne les morceaux d’anthologie destinés à faire se lever les poings dans l’assemblée (« Keep It Alive », « Time Can Heal »), et les instants de douceur plus nuancés, qui nous entraînent dans le sillage d’un Rock mélodique très léché, sentant bon le soleil et les plages d’été (« Foreign Affair », « The Last Summer », emblématiques d’un AOR peaufiné mais suffisamment sauvage pour ne pas écœurer).

La voix de John Cuijpers est toujours aussi troublante de puissance et de nuance, et domine de ses interventions des mélodies ciselées, qui n’empêchent jamais le quintette de brûler l’asphalte de nos tympans de burners Hard n’Heavy débordant d’efficacité (« Destiny In Motion »). Pourtant, en étirant souvent le timing au-delà des six minutes, le groupe a pris le risque de se répéter et de nous perdre dans le labyrinthe des redites de sa pensée, écueil qu’il évite constamment en dispersant des trouvailles généreuses, à grands coups de soli incendiaires et d’arrangements secondaires. Et on frise souvent la perfection, lorsque l’électricité et le synthétisme se tirent la bourre pour nous enchanter (« Mantis Anthem » et ses accents celtiques électroniques prononcés), ou lorsque les instrumentistes respectent les codes les plus établis d’un Hard Rock qui ne rechigne pas à altérer ses aspects les plus agressifs d’une élasticité à la DEF LEPPARD/HAREM SCAREM bien marquée (« Gravity »). Ajoutez à ça et à ceci des chœurs travaillés, des riffs soignés, et vous obtiendrez l’un des albums les plus attachants de cette première moitié d’année. Et si la valeur n’en attend pas forcément le nombre, elle sait parfois tenir compte des qualités intrinsèques de musiciens qui depuis quarante ans nous enchantent de leur musique aussi sincère qu’intergénérationnelle. Newton aura découvert les effets de la gravité en attendant sagement sous un pommier, mais vous n’aurez pas à adopter la même posture pour en saisir les conséquences sur votre organisme. Gravity vous fera planer, décoller, rêver, et ce, sans avoir besoin de faire une tarte aux pommes avec tous les fruits tombés.  


Titres de l’album:

    1.   Keep It Alive

    2.   Mantis Anthem

    3.   Time Can Heal

    4.   39 Years

    5.   Gravity

    6.   Ghosts Of The Past

    7.   Destiny In Motion

    8.   The Last Summer

    9.   Foreign Affair

   10.  Shadow Of Love

    11.   Final Destination

Site officiel


par mortne2001 le 05/06/2018 à 18:29
85 %    158

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.