Oui je comprends. Si, je vous assure. A force de subir chaque semaine l’opération séduction de groupes du monde entier désireux de nous prouver qu’ils auraient pu faire partie d’une époque alors même qu’ils sont nés bien trop tard, on finit par en oublier que certains, eux, sont nés au bon moment. Et il y a longtemps. Et au bon endroit. Non que cette vague de nostalgie ne produise pas des œuvres dignes d’intérêt, mais comme le disait les GUNS sur la pochette intérieure de leur pitoyable album de reprises, « Do yourself a favor, go and buy the originals ». Alors, oui, de temps à autres, il est toujours bon de se replonger dans les racines d’un genre qui a établi des critères de qualité assez précis et drastiques, et de retrouver le souffle épique de notre initiation, nous, les enfants du Heavy boom des années 80, qui avons connu en temps et en heure l’émergence des leaders, ceux-là même dont tous ces suiveurs se réclament à longueur d’interviews…Et le cas abordé ce matin est d’importance, et pourrait incarner une sorte d’archétype parfait de maître donnant la leçon à l’élève et aux disciples…Et la dénomination « maître » dans le cas des anglais de PRAYING MANTIS est loin d’être usurpée, eux qui sont en quelque sorte des enfants maudits de la vague anglo-saxonne ayant inondé le monde sur le passage de ses vagues, laissant la place aux IRON MAIDEN, SAXON et autres DEF LEPPARD, en restant à l’époque l’un des concepts les plus modérés de cette nouvelle scène Heavy, qu’ils assimilaient alors volontiers à un raccourci entre la puissance européenne et la modulation américaine. Et c’est avec bonheur et émotion que nous les retrouvons aujourd’hui, quarante ans après leur formation et presque trente après leur premier album, plus en forme que jamais, et aussi affutés que de petits jeunots désireux de mettre le monde à leurs pieds.

PRAYING MANTIS, pour les plus jeunes d’entre vous, c’est un groupe dont la création remonte à 1973, sous l’impulsion et la motivation des frères Tino et Chris Troy. Préparant leur grand soir et rongeant leur frein dans les salles de répétition, ils durent attendre de figurer sur la légendaire compilation Metal For Muthas, pour que le label Arista leur propose un contrat, qui aboutit à l’enregistrement et la distribution de leur premier LP personnel, ce Time Tells No Lies qu’aucun fan n’a pu oublier à ce jour, plus de trois décennies plus tard. 1981/2018, la route fut longue et émaillée de LP tous aussi impeccables les uns que les autres, ou presque, et surtout, de rencontres avec d’autres musiciens désireux d’inscrire leur nom dans le livre d’or du groupe, dont pas mal de collègues de l’époque, Denis Stratton, Dave Potts, Paul Di’Anno, Clive Burr, qui furent sans doute les plus fameux. Et si l’histoire aura retenu surtout les noms de leurs compagnons de révolution, les accros au Hard Rock mélodique de grande classe n’ont jamais pu oublier ce groupe au son si particulier, qui réconciliait les mélodies et les riffs d’anthologie, au point de donner naissance à l’un des crossover les plus atypiques de cette mouvance presque trop figée. Aujourd’hui, le quintette nous offre donc le onzième LP officiel de sa carrière, et développe avec Gravity des arguments aussi solides que ceux que l’on trouvait sur le très célébré et respecté Legacy, dont il maintient les exigences de qualité et l’extraordinaire facilité d’instrumentation et d’interprétation. A tel point qu’on a parfois le sentiment que les deux albums n’étaient prévu pour n’en former qu’un au départ, même si quelques dissemblances permettent de les différencier histoire de ne pas trop se répéter.

Toujours articulé autour du même line-up (John Cuijpers – chant, Tino Troy – guitare/chœurs, Chris Troy – basse/chœurs, Andy Burgess – guitare/chœurs et Hans in‘t Zandt – batterie), PRAYING MANTIS nous démontre avec Gravity qu’il n’a rien perdu de ses facultés à unir dans un même élan mélodies radiophoniques symptomatiques de l’AOR américain et puissance des guitares typiquement anglaises, et nous offre une fois encore une collection de chansons impeccables, qui refusent de céder à la facilité d’harmonies prédigérées. Il faut dire que les trois membres d’origine ont une fois encore laissé toute latitude à leurs comparses plus récents pour s’impliquer dans l’écriture, et on sent que le résultat débouche sur une osmose tangible entre les cinq instrumentistes, ce qui ne fait que renforcer encore plus la cohésion d’ensemble. Produit (bien que le terme soit très vulgarisateur dans leur cas) estampillé Frontiers de l’intro à la conclusion, ce onzième LP fait donc la part belle à un équilibre très stable entre séduction et agression, et se hisse sans encombres au sommet de la pyramide de la production actuelle, renvoyant la nouvelle école sur les bancs qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Aussi poli et chamarré que Legacy pouvait l’être, Gravity nous fait nous sentir léger et heureux, et développe des théories que le groupe a déjà abondamment prônées, les portant à une perfection qu’il est impossible de contester, même en faisant preuve d’une totale mauvaise foi. Emballé dans une sublime pochette une fois encore signée du trait caractéristique et historique de Rodney Matthews (MAGNUM, DIAMOND HEAD, ALLEN/LANDE), ce nouvel épisode de la longue saga PRAYING MANTIS se dévore comme une carte postale envoyée d’un ailleurs ou les temps sont toujours meilleurs, et alterne les morceaux d’anthologie destinés à faire se lever les poings dans l’assemblée (« Keep It Alive », « Time Can Heal »), et les instants de douceur plus nuancés, qui nous entraînent dans le sillage d’un Rock mélodique très léché, sentant bon le soleil et les plages d’été (« Foreign Affair », « The Last Summer », emblématiques d’un AOR peaufiné mais suffisamment sauvage pour ne pas écœurer).

La voix de John Cuijpers est toujours aussi troublante de puissance et de nuance, et domine de ses interventions des mélodies ciselées, qui n’empêchent jamais le quintette de brûler l’asphalte de nos tympans de burners Hard n’Heavy débordant d’efficacité (« Destiny In Motion »). Pourtant, en étirant souvent le timing au-delà des six minutes, le groupe a pris le risque de se répéter et de nous perdre dans le labyrinthe des redites de sa pensée, écueil qu’il évite constamment en dispersant des trouvailles généreuses, à grands coups de soli incendiaires et d’arrangements secondaires. Et on frise souvent la perfection, lorsque l’électricité et le synthétisme se tirent la bourre pour nous enchanter (« Mantis Anthem » et ses accents celtiques électroniques prononcés), ou lorsque les instrumentistes respectent les codes les plus établis d’un Hard Rock qui ne rechigne pas à altérer ses aspects les plus agressifs d’une élasticité à la DEF LEPPARD/HAREM SCAREM bien marquée (« Gravity »). Ajoutez à ça et à ceci des chœurs travaillés, des riffs soignés, et vous obtiendrez l’un des albums les plus attachants de cette première moitié d’année. Et si la valeur n’en attend pas forcément le nombre, elle sait parfois tenir compte des qualités intrinsèques de musiciens qui depuis quarante ans nous enchantent de leur musique aussi sincère qu’intergénérationnelle. Newton aura découvert les effets de la gravité en attendant sagement sous un pommier, mais vous n’aurez pas à adopter la même posture pour en saisir les conséquences sur votre organisme. Gravity vous fera planer, décoller, rêver, et ce, sans avoir besoin de faire une tarte aux pommes avec tous les fruits tombés.  


Titres de l’album:

    1.   Keep It Alive

    2.   Mantis Anthem

    3.   Time Can Heal

    4.   39 Years

    5.   Gravity

    6.   Ghosts Of The Past

    7.   Destiny In Motion

    8.   The Last Summer

    9.   Foreign Affair

   10.  Shadow Of Love

    11.   Final Destination

Site officiel


par mortne2001 le 05/06/2018 à 18:29
85 %    282

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...