Oui je comprends. Si, je vous assure. A force de subir chaque semaine l’opération séduction de groupes du monde entier désireux de nous prouver qu’ils auraient pu faire partie d’une époque alors même qu’ils sont nés bien trop tard, on finit par en oublier que certains, eux, sont nés au bon moment. Et il y a longtemps. Et au bon endroit. Non que cette vague de nostalgie ne produise pas des œuvres dignes d’intérêt, mais comme le disait les GUNS sur la pochette intérieure de leur pitoyable album de reprises, « Do yourself a favor, go and buy the originals ». Alors, oui, de temps à autres, il est toujours bon de se replonger dans les racines d’un genre qui a établi des critères de qualité assez précis et drastiques, et de retrouver le souffle épique de notre initiation, nous, les enfants du Heavy boom des années 80, qui avons connu en temps et en heure l’émergence des leaders, ceux-là même dont tous ces suiveurs se réclament à longueur d’interviews…Et le cas abordé ce matin est d’importance, et pourrait incarner une sorte d’archétype parfait de maître donnant la leçon à l’élève et aux disciples…Et la dénomination « maître » dans le cas des anglais de PRAYING MANTIS est loin d’être usurpée, eux qui sont en quelque sorte des enfants maudits de la vague anglo-saxonne ayant inondé le monde sur le passage de ses vagues, laissant la place aux IRON MAIDEN, SAXON et autres DEF LEPPARD, en restant à l’époque l’un des concepts les plus modérés de cette nouvelle scène Heavy, qu’ils assimilaient alors volontiers à un raccourci entre la puissance européenne et la modulation américaine. Et c’est avec bonheur et émotion que nous les retrouvons aujourd’hui, quarante ans après leur formation et presque trente après leur premier album, plus en forme que jamais, et aussi affutés que de petits jeunots désireux de mettre le monde à leurs pieds.

PRAYING MANTIS, pour les plus jeunes d’entre vous, c’est un groupe dont la création remonte à 1973, sous l’impulsion et la motivation des frères Tino et Chris Troy. Préparant leur grand soir et rongeant leur frein dans les salles de répétition, ils durent attendre de figurer sur la légendaire compilation Metal For Muthas, pour que le label Arista leur propose un contrat, qui aboutit à l’enregistrement et la distribution de leur premier LP personnel, ce Time Tells No Lies qu’aucun fan n’a pu oublier à ce jour, plus de trois décennies plus tard. 1981/2018, la route fut longue et émaillée de LP tous aussi impeccables les uns que les autres, ou presque, et surtout, de rencontres avec d’autres musiciens désireux d’inscrire leur nom dans le livre d’or du groupe, dont pas mal de collègues de l’époque, Denis Stratton, Dave Potts, Paul Di’Anno, Clive Burr, qui furent sans doute les plus fameux. Et si l’histoire aura retenu surtout les noms de leurs compagnons de révolution, les accros au Hard Rock mélodique de grande classe n’ont jamais pu oublier ce groupe au son si particulier, qui réconciliait les mélodies et les riffs d’anthologie, au point de donner naissance à l’un des crossover les plus atypiques de cette mouvance presque trop figée. Aujourd’hui, le quintette nous offre donc le onzième LP officiel de sa carrière, et développe avec Gravity des arguments aussi solides que ceux que l’on trouvait sur le très célébré et respecté Legacy, dont il maintient les exigences de qualité et l’extraordinaire facilité d’instrumentation et d’interprétation. A tel point qu’on a parfois le sentiment que les deux albums n’étaient prévu pour n’en former qu’un au départ, même si quelques dissemblances permettent de les différencier histoire de ne pas trop se répéter.

Toujours articulé autour du même line-up (John Cuijpers – chant, Tino Troy – guitare/chœurs, Chris Troy – basse/chœurs, Andy Burgess – guitare/chœurs et Hans in‘t Zandt – batterie), PRAYING MANTIS nous démontre avec Gravity qu’il n’a rien perdu de ses facultés à unir dans un même élan mélodies radiophoniques symptomatiques de l’AOR américain et puissance des guitares typiquement anglaises, et nous offre une fois encore une collection de chansons impeccables, qui refusent de céder à la facilité d’harmonies prédigérées. Il faut dire que les trois membres d’origine ont une fois encore laissé toute latitude à leurs comparses plus récents pour s’impliquer dans l’écriture, et on sent que le résultat débouche sur une osmose tangible entre les cinq instrumentistes, ce qui ne fait que renforcer encore plus la cohésion d’ensemble. Produit (bien que le terme soit très vulgarisateur dans leur cas) estampillé Frontiers de l’intro à la conclusion, ce onzième LP fait donc la part belle à un équilibre très stable entre séduction et agression, et se hisse sans encombres au sommet de la pyramide de la production actuelle, renvoyant la nouvelle école sur les bancs qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Aussi poli et chamarré que Legacy pouvait l’être, Gravity nous fait nous sentir léger et heureux, et développe des théories que le groupe a déjà abondamment prônées, les portant à une perfection qu’il est impossible de contester, même en faisant preuve d’une totale mauvaise foi. Emballé dans une sublime pochette une fois encore signée du trait caractéristique et historique de Rodney Matthews (MAGNUM, DIAMOND HEAD, ALLEN/LANDE), ce nouvel épisode de la longue saga PRAYING MANTIS se dévore comme une carte postale envoyée d’un ailleurs ou les temps sont toujours meilleurs, et alterne les morceaux d’anthologie destinés à faire se lever les poings dans l’assemblée (« Keep It Alive », « Time Can Heal »), et les instants de douceur plus nuancés, qui nous entraînent dans le sillage d’un Rock mélodique très léché, sentant bon le soleil et les plages d’été (« Foreign Affair », « The Last Summer », emblématiques d’un AOR peaufiné mais suffisamment sauvage pour ne pas écœurer).

La voix de John Cuijpers est toujours aussi troublante de puissance et de nuance, et domine de ses interventions des mélodies ciselées, qui n’empêchent jamais le quintette de brûler l’asphalte de nos tympans de burners Hard n’Heavy débordant d’efficacité (« Destiny In Motion »). Pourtant, en étirant souvent le timing au-delà des six minutes, le groupe a pris le risque de se répéter et de nous perdre dans le labyrinthe des redites de sa pensée, écueil qu’il évite constamment en dispersant des trouvailles généreuses, à grands coups de soli incendiaires et d’arrangements secondaires. Et on frise souvent la perfection, lorsque l’électricité et le synthétisme se tirent la bourre pour nous enchanter (« Mantis Anthem » et ses accents celtiques électroniques prononcés), ou lorsque les instrumentistes respectent les codes les plus établis d’un Hard Rock qui ne rechigne pas à altérer ses aspects les plus agressifs d’une élasticité à la DEF LEPPARD/HAREM SCAREM bien marquée (« Gravity »). Ajoutez à ça et à ceci des chœurs travaillés, des riffs soignés, et vous obtiendrez l’un des albums les plus attachants de cette première moitié d’année. Et si la valeur n’en attend pas forcément le nombre, elle sait parfois tenir compte des qualités intrinsèques de musiciens qui depuis quarante ans nous enchantent de leur musique aussi sincère qu’intergénérationnelle. Newton aura découvert les effets de la gravité en attendant sagement sous un pommier, mais vous n’aurez pas à adopter la même posture pour en saisir les conséquences sur votre organisme. Gravity vous fera planer, décoller, rêver, et ce, sans avoir besoin de faire une tarte aux pommes avec tous les fruits tombés.  


Titres de l’album:

    1.   Keep It Alive

    2.   Mantis Anthem

    3.   Time Can Heal

    4.   39 Years

    5.   Gravity

    6.   Ghosts Of The Past

    7.   Destiny In Motion

    8.   The Last Summer

    9.   Foreign Affair

   10.  Shadow Of Love

    11.   Final Destination

Site officiel


par mortne2001 le 05/06/2018 à 18:29
85 %    206

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !